Edmond Michelet

Edmond Michelet
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michelet.
Edmond Michelet

Parlementaire français
Date de naissance 8 octobre 1899
Date de décès 9 octobre 1970 (71 ans)
Mandat Député de la Corrèze (1945 - 1951)
Sénateur de la Seine (1952 - 1959)
Député du Finistère (1967 - 1969)
Début du mandat 21 octobre 1945
Circonscription Première circonscription du Finistère (Ve république)
Groupe parlementaire Mouvement républicain populaire
puis Rassemblement du peuple français
puis Union démocratique pour la Ve République
IVe République - Ve République

Edmond Michelet était un homme politique français. Né à Paris le 8 octobre 1899, il est décédé à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) le 9 octobre 1970. Il est le père de l'écrivain Claude Michelet.

Sommaire

Biographie

Edmond Octave Michelet est le fils de Florentin Octave Michelet et Victoire Jehanne. Titulaire du certificat d'études en 1912, il s'engage en 1918 dans l'infanterie mais ne monte pas au front. Etabli à Brive après la guerre, il exerce, comme son père, le métier de représentant de commerce. Il préside la Jeunesse Catholique du Béarn, milite à l'Action française jusqu'en 1928 puis pour le catholicisme social. En 1930, il est président de la Jeunesse catholique de la Corrèze.

Le 17 juin 1940, il distribue des tracts dans les boîtes aux lettres de Brive qui dénoncent l'esprit de capitulation[1] et appellent ainsi à la Résistance à travers une œuvre de Charles Péguy, L'Argent, suite. Chef du mouvement de Résistance Combat en Limousin (région R5) sous le nom de Duval, il est arrêté le 25 février 1943 à Brive-la-Gaillarde par la Gestapo. Transféré à Fresnes où il est mis au secret, il est déporté en septembre 1943 à Dachau[2]. Avant de mourir, le général Charles Delestraint donna l'ordre de «se regrouper autour de Michelet». Edmond Michelet préside le Comité patriotique français de Dachau (organisation de retour des déportés français et espagnols). Il est rapatrié du camp parmi les derniers en juin 1945.

Élu député MRP de la Corrèze en 1945, il devient Ministre des Armées du général de Gaulle le 21 novembre 1945, poste qu'il occupera jusqu'au 16 décembre 1946. Réélu député en 1946 (Deuxième Assemblée nationale constituante et Assemblée nationale), il siège au Palais-Bourbon mais est battu en 1951.

Il adhère par la suite au RPF dont il devient l'un des principaux dirigeants. En 1947, il participe à la fondation du Mouvement des Républicains Populaires Indépendants, qui regroupe les exclus ou démissionnaires du MRP pour double-appartenance avec le RPF. Il est sénateur de la Seine entre 1952 et 1959 (vice-président du Conseil de la République en 1958). Le 9 juin 1958, il revient au gouvernement comme ministre des Anciens combattants (ministère de Gaulle), puis comme ministre de la Justice du 8 janvier 1959 au 24 août 1961, date à laquelle il est démissionné pour s'être opposé à la très dure répression mené par Maurice Papon contre le FLN et les algériens de Paris.

Siégeant au Conseil constitutionnel, de 1962 à 1967, Michelet est par ailleurs président international du Centre européen de documentation et d'information (CEDI) de 1962 à 1964.

En 1963, à la demande du général de Gaulle, il fonde l'Association France-Algérie[3]. Edmond Michelet devient ministre d'État, chargé de la Fonction publique, du 6 avril 1967 au 31 mai 1968 (gouvernement Georges Pompidou IV), puis succède à André Malraux comme ministre des Affaires culturelles, du 20 juin 1969 à son décès (gouvernement Jacques Chaban-Delmas). Il s'éteint, à bout de forces, le 9 octobre 1970 dans sa propriété de Marcillac, à Brive, victime d'une hémorragie cérébrale.

Fin connaisseur de Charles Péguy, il se liera d'amitié avec les de Gaulle, ou encore Marc Chagall. André Malraux dira de lui qu'il fut «l'aumônier de la France»[réf. nécessaire].

Étant donné son rôle dans la vie politique française et son titre de Juste, on a donné son nom à plusieurs établissements scolaires dont le lycée Edmond Michelet d'Arpajon en Essonne.

Décorations

Commandeur de la Légion d'Honneur, Croix de guerre 1939-1945, Rosette de la Résistance, Croix du Combattant Volontaire, Médaille pénitentiaire, Juste parmi les Nations (ref 6805,1995),

Publications

  • Sur la fidélité en politique. Lettre à Monsieur l'Abbé G., La jeune Parque, 1949
  • Rue de la Liberté, Éditions du Seuil, 1955
  • Contre la guerre civile, Librairie Plon, 1957
  • Le Gaullisme, passionnante aventure, Librairie Arthème Fayard, 1962
  • La querelle de la fidélité. Peut-on être gaulliste aujourd'hui? Entretiens avec Alain Duhamel, Fayard, 1971

Béatification

Sa cause de béatification a été ouverte en 1976, par Mgr Jean-Baptiste Brunon, alors évêque de Tulle, pour son action à Brive-la-Gaillarde en faveur des Juifs allemands persécutés par le nazisme[4] « Il n’y a jamais eu chez lui ni confusion ni séparation entre l’amour de Dieu et l’amour du frère » chez cet « homme de réconciliation » que l’on surnommait « le ministre qui prie »[5], a souligné l'évêque d'Autun Mgr Benoît Rivière, son petit-fils.

Bibliographie

  • Son fils Claude lui a consacré un ouvrage sous le titre Mon père, Edmond Michelet, Robert Laffont, 1981
  • Pierre Panen, Edmond Michelet, Desclée de Brouwer, 1991
  • Louis Terrenoire, Edmond Michelet mon ami, Nouvelle Cité, 1992
  • Jean Charbonnel, Edmond Michelet, éd. Beauchesne, 1987
  • Edmond Michelet, homme d'État : colloques du centenaire de la naissance d'Edmond Michelet, 1899-1999, Paris-Palais du Luxembourg, 15 et 16 octobre 1999, [24e Colloque d'Aubazine-Brive] / (publié par les Compagnons de la fraternité Edmond Michelet et le Centre national d'études de la résistance et de la déportation Edmond-Michelet). Brive-la-Gaillarde] : les Compagnons de la fraternité Edmond Michelet : Centre national d'études de la résistance et de la déportation Edmond Michelet, 2000. 271 p., (ISBN 2-9501533-2-1)
  • Benoît Rivière (petit-fils d'Edmond Michelet), Prier 15 jours avec Edmond et Marie Michelet, ed. Nouvelle Cité, coll. « Prier 15 jours » n°35 , Bruyères-le-Châtel (Essonne)
  • Edmond Michelet, Nous avons cru à l'amour, Agnès Brot (petite-fille d'Edmond Michelet), Coll. « Paroles de Vie », éditions de Livre ouvert
  • Bernard Zeller, Edmond Michelet est-il un saint ?, 140 p., La Doller, 2009 (ISBN 978-2-9534756-0-9).

Références

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Précédé par Edmond Michelet Suivi par
André Diethelm
Ministre des Armées
1945-1946
Félix Gouin
Michel Debré
Ministre des Anciens Combattants
1958-1959
Raymond Triboulet
Michel Debré
Ministre de la Justice
1959-1961
Bernard Chenot
Guy Mollet
(indirectement)
Ministre de la Fonction Publique
1967-1968
Robert Boulin
André Malraux
Ministre de la Culture
1970-1971
André Bettencourt

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edmond Michelet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Edmond Michelet — (* 8. Oktober 1899 in Paris; † 9. Oktober 1970 in Marcillac la Croisille) war ein französischer Politiker. In seiner Jugend wurde er von seinem katholischen Umfeld geprägt. Er wurde 1930 Präsident der katholischen Jugend von Corrèze. 1940 schloss …   Deutsch Wikipedia

  • Edmond Michelet — (Paris, October 8, 1899 ndash; October 9, 1970 in Brive) was a French politician.He helped many victims of the Nazis in occupied France, including Catholic philosopher Dietrich von Hildebrand. In 1943 he was arrested and incarcerated at the… …   Wikipedia

  • Place Edmond-Michelet — 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Michelet — puede referirse a: Charles Michelet (1822 1898), militar francés, oficial del estado mayor bajo Napoleón III. Claude Michelet (n. 1938), escritor francés. Edmond Michelet (1899–1970), político francés. Hippolyte Michelet (1825 1903), militar… …   Wikipedia Español

  • Michelet — ist der Familienname folgender Personen: Claude Michelet (* 1938), französischer Schriftsteller Edmond Michelet (1899–1970), französischer Politiker und Vertrauter General de Gaulles Jon Michelet (* 1944), norwegischer Schriftsteller und… …   Deutsch Wikipedia

  • Michelet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Claude Michelet (1938 ), écrivain français. Edmond Michelet (1899 1970), homme politique français. Charles Michelet (1822 1898), militaire… …   Wikipédia en Français

  • Edmond Charlot — Pour les articles homonymes, voir Charlot (homonymie). Edmond Charlot (15 février 1915 10 avril 2004), libraire et éditeur à Alger puis à Paris, publia les premiers livres d Albert Camus mais aussi de Jules Roy, Max Pol Fouchet, Emmanuel Roblès.… …   Wikipédia en Français

  • Edmond Marie Petitjean — Pour les articles homonymes, voir Petitjean. Edmond Marie Petitjean Nom de naissance Edmond Marie Petitjean Naissance 5 juillet 1844 …   Wikipédia en Français

  • Claude Michelet — Pour les articles homonymes, voir Michelet. Claude Michelet à la foire du livre 2010 de Brive la G …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Membres Du Conseil Constitutionnel Français — Pour consulter un article plus général, voir : Conseil constitutionnel (France). Le Conseil constitutionnel français a été créé par la Constitution du 4 octobre 1958. Celle ci prévoit, dans son article 56, que : « Le… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”