Disette

Disette

Famine

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir famine (informatique)

La famine est une situation dans laquelle la population d'une zone géographique donnée, ou seulement une partie de cette population, manque de nourriture. L'état de sous-alimentation est atteint à moins de 1200 calories par jour (la moyenne normale étant de 2400 calories par personne) et peut, s'il se prolonge, provoquer la mort.

Sommaire

Étymologie

Le mot famine est attesté en 1170 et est un dérivé de faim.

Le terme disette est employé pour une situation de pénurie moins grave. Ce terme ne doit pas être confondu lorsqu'il est employé pour désigner une personne souffrant d'anorexie qui s'impose une disette alors que les aliments sont disponibles.

Causes

Divers évènements peuvent avoir un impact plus ou moins directs sur l'apparition d'un état de famine.

Des causes naturelles comme un changement climatique, souvent la sécheresse, mais également des catastrophes naturelles ou des maladies végétales (comme le mildiou de la pomme de terre en Irlande au XIXe siècle) peuvent entraîner une famine. Grâce aux progrès techniques en agriculture, ce type de famine est éliminé dans de nombreuses parties du monde.

L'Homme est également une des causes des famines, à travers les guerres (comme au cours de la guerre civile russe), l'instabilité sociale ou même la volonté politique.

La déstabilisation du marché de la nourriture, comme par exemple la distribution d'aide humanitaire en dehors d'un contexte d'urgence ou la suppression des barrières douanières, peut également amener à la faillite de l'agriculture locale et favoriser l'émergence d'une famine.

Les variations de ces facteurs humains et météorologiques expliquent les changements spatio-temporels des zones touchées par la faim [1].

Dans la période contemporaine, nombre d'ONG ou de personnalités comme Amartya Sen, prix nobel d'économie, ont développé l'idée que la famine est devenue plutôt un problème de distribution alimentaire et de pauvreté, que de manque global de nourriture[2]. La révolution verte avec l'amélioration génétique des plantes pourrait permettre de réduire la crise des pays connaissant la plus grande explosion démographique comme l'Inde et en Afrique au XXe siècle, mais l'accès à la nourriture n'est pas égal pour tous. Et une grande quantité de nourriture non consommée est détruite annuellement. De même les rats, souris et certains insectes détruisent une grande quantité de nourriture mal stockées dans certains pays. Cette approche de l'évolution contemporaine de la production et consommation de biens alimentaires est en partie invalidée par la crise alimentaire mondiale de 2007-2008.

Histoire

Victimes de la famine russe de 1921

La famine est un problème ancien : la Bible fait y référence comme un des Quatre cavaliers de l'Apocalypse.

Dans le passé, l'arme de la famine est souvent utilisée dans le siège des villes pour obtenir la reddition sans combat (comme lors du siège d'Alésia). La politique dite de la terre brûlée utilise de la même manière la famine dans un but défensif.

Grandes famines

Dans l'Antiquité en Égypte les famines sont principalement provoquées par la trop faible ou forte crue du Nil.

Les famines au Moyen Âge interviennent lorsque les récoltes sont mauvaises, en particulier pendant la soudure. Le facteur météorologique est aggravé par la guerre et le passage dévastateur des soldats dans les champs (comme durant la guerre de Cent Ans). Les pauvres sont toujours les plus touchés. Les villes organisent le ravitaillement en blé, venu parfois de loin et à fort coût. La famine rend les corps plus faibles face aux épidémies. Le lettré Raoul Glaber a laissé un témoignage écrit de la famine qui a sévi en Bourgogne vers 1033. Dès lors la famine est un problème récurrent. Les Occidentaux vivent dans la "hantise de la faim" selon l'expresssion de Jacques Le Goff[3]. Pourtant au XIIe et au XIIIe siècles, les grandes famines sont plus rares[4]

La grande famine de 1693-1694 est due à un printemps et un été trop pluvieux en 1692, suivis en 1693 d'une récolte très médiocre, causant une sous-alimentation qui favorise les épidémies comme le typhus. Elle se produit sur fond de guerre de la Ligue d'Augsbourg, de relèvement de la taille et de création, en 1695, d'un nouvel impôt, la capitation. La France, qui avait alors 20 millions d’habitants, eut 1.300.000 morts en plus de la mortalité normale. L'historien François Lebrun, professeur à Rennes II estime même que la population française est passée de 22,25 à 20,75 millions d’habitants en deux ans, entre 1692 et 1694, soit un total d’un million et demi de morts.

La famine irlandaise de la pomme de terre entre 1845 et 1851 fait entre 750 000 et un million de morts, soit le tiers de la population et pousse deux millions d'Irlandais à émigrer en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La famine russe de 1921 a fait environ 5 millions de victimes, essentiellement dans la région Volga-Oural.

La famine soviétique de 1932-33 a fait entre 6 et 8 millions de morts à travers toute l'URSS. La partie de cette famine qui a eu lieu en Ukraine est aussi appelée Holodomor (« extermination par la faim ») depuis la fin des années 1980. De manière controversée[5],[6], le Parlement ukrainien a voté la qualification de génocide pour le Holodomor le 28 novembre 2006[7].

Famine en Ethiopie (1888-1892)[8].

Les famines récentes

Famine en Somalie, une crise sanitaire aux impacts tant économiques que sur la santé des habitants.

En 2005 selon la FAO environ 16 000 enfants dans le monde meurent par jour de maladies liées à la faim et à la malnutrition.

Les organisations de lutte contre la famine

Réchauffement climatique

  • 2009. Selon les dernières estimations de David Battisti (Université de Washington, Seattle) et Rosamond Naylor (Université de Stanford), la sécurité alimentaire de 3 milliards d'hommes serait menacée d'ici à 2100. En se basant sur 23 modèles climatiques, la grande majorité du globe connaitra des températures estivales caniculaires dépassant les précédents records (1900, 2006). En climat tempéré, les températures connues en 2003 pourraient devenir la norme. Ainsi, en 2003, un excès de température de 3.6°C par rapport aux températures moyennes de saisons avaient fait diminué les rendements agricoles de 30% pour le maïs, 21% pour le blé et 25% pour les fruits.

Notes et références

  1. (en) Undernourished population (1970-2003), Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Consulté le 15 janvier 2009
  2. " La prévention des famines met en jeu des mesures si faciles que la véritable énigme tient à ce qu'elles continuent à sévir. "
  3. (La civilisation de l'Occident médiéval, pp 205-214)
  4. p 213
  5. « Comment les nationalistes ukrainiens réécrivent l’histoire », Le Monde diplomatique, août 2007.
  6. L'Holodomor de 1932-1933, une tragédie partagée, RIA Novosti 25 novembre 2008
  7. Hélène Despic-Popovic, « Kiev reconnaît la grande famine comme génocide » dans Libération du 29/11/2006, [lire en ligne]
  8. a  et b Philippe Hugon, Géopolitique de l’Afrique, Armand Colin, Paris, 2007, (ISBN 9782200346768), p.85
  9. Paul Greenough. Prosperity and misery in modern Bengal : the famine of 1943-44, Bayly & Harper, 1982.
  10. Histoire du Tibet, Laurent Deshayes, Fayard, 1997 (ISBN 978-2213595023) pp. 330-331
  11. Jean-François Revel, L’obsession anti-américaine, Paris, Plon, 2002, ISBN 2-259-19449-4, page 234
  12. Article du Monde du 1er aout 2005 intitulé L'aide internationale arrive lentement)

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

  • Etienne Thévenin : Ces famines qui ont bouleversé notre monde, Du XIXeme siècle à nos jours, CLD Editions (2008) ISBN 978-2-85443-530-6
  • François de Ravignan : La faim, pourquoi ?, La Découverte (2003)
  • Sylvie Brunel : Famines et politique, Presses de Sciences Po. (2002) ISBN 2-7246-0873-9
  • Action contre la faim, sous la coord. de Sylvie Brunel : Géopolitique de la faim (2001) ISBN 2-13-050132-X
  • Erik Millstone, Tim Lang & Axel Drescher : Atlas de l'alimentation dans le monde, Autrement (2003), traduction Catherine Bednarek, ISBN 2-7467-0292-4
  • Sen Amartya : Poverty and Famines : An Essay on Entitlements and Deprivation, Oxford, Clarendon Press, 1982
  • Marcel Lachiver : Les Années de Misère, La Famine au temps du Grand Roi, Fayard 1991

Liens externes

Ce document provient de « Famine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Disette de Wikipédia en français (auteurs)

Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • disette — [ dizɛt ] n. f. • disièteXIIIe; o. i., p. ê. gr. disektos « année bissextile, malheureuse » 1 ♦ Vx Manque (de choses nécessaires). ⇒ besoin, défaut. Disette d eau, de vivres. ⇒ pénurie. « Les Parisiens seraient forcés, par la disette des vivres,… …   Encyclopédie Universelle

  • disette — DISETTE. s. f. Nécessité, manque de quelque chose nécessaire. Disette de vivres. Grande disette. Disette de toutes choses. Dans une telle langue, il y a une grande disette de mots …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • disette — Disette, f. penac. Egestas, Indigentia, Inopia. Disette, et faute de vivres, Penuria. Avoir disette de quelque chose, Egere, Indigere, re aliqua. Avoir disette de blé, Re frumentaria laborare, Re frumentaria anguste vti. Secourir en temps de… …   Thresor de la langue françoyse

  • disette — DISETTE. s. f. Necessité, faute de quelque chose. Disette de vivres. grande disette. disette de toutes choses …   Dictionnaire de l'Académie française

  • disette — (di zè t ) s. f. 1°   Manque de choses nécessaires et particulièrement de vivres. Année de disette. Cette année sera une année de disette. La disette de 1812. •   La dépendance où la disette réduit le pauvre, BOURDAL. 8e dim. après la Pentec.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DISETTE — s. f. Manque de quelque chose nécessaire. Il se dit proprement en parlant Des choses essentielles à la vie. Disette de vivres. Grande disette. Cette longue disette causa bien des souffrances. Nous étions dans une année de disette.   Il se dit,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DISETTE — n. f. Manque de certaines choses utiles. On publie beaucoup de romans, de brochures, mais nous sommes dans la disette de bons ouvrages. Il y a dans les livres de cet auteur une grande disette d’idées, de pensées. Par analogie, Nous souffrons… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Disette — Di|sette [di zɛt] die; <aus fr. disette »Mangel«, weitere Herkunft unsicher> (veraltet) Hungersnot, Teuerung …   Das große Fremdwörterbuch

  • disette — nf., famine, misère, pénurie : dizèta (Albanais, Doucy Bauges) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Si jeune savait, si vieux pouvait, j’amais disette n’y aurait. — См. Еслиб молодость знала, еслиб старость могла …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”