Johann August Just

Johann August Just
Johann August Just Jan August Just
Naissance vers 1750
Gröningen
Flag of Prussia (1750).gif Prusse
Décès décembre 1791 ( ? )
La Haye ( ? )
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité principale compositeur
musicien
Style Musique classique
Lieux d'activité Berlin
Flag of Prussia (1750).gif Prusse

La Haye
Provinces-Unies Provinces-Unies

Londres ( ? )
Union flag 1606 (Kings Colors).svg Royaume de Grande-Bretagne
Maîtres Johann Philipp Kirnberger
Friedrich Schwindl
Œuvres principales
Œuvres pour clavier
Trois opéras (Singspiele), dont l’opéra-comique De koopman van Smyrne (Le marchand de Smirne)

Jan August ou Johann August Just, vraisemblablement né à Gröningen, près de Magdebourg, vers 1750, et décédé vers 1791 à La Haye ( ?), est un professeur de musique, un virtuose du clavier[1], un violoniste et un compositeur de la fin du XVIIIe siècle[2], actif en Prusse, dans la République des Sept Pays-Bas-Unis et, peut-être, à Londres[3].

Sommaire

Biographie

Portrait, peint par Tischbein, de Wilhelmine de Prusse (1751-1820), protectrice de Johann August Just

Son lieu de naissance ne serait pas Groningue[4], mais Gröningen en Saxe-Anhalt : l’organiste Jacob Wilhelm Lustig de Groningue, dans sa traduction du journal de voyages de Burney publiée en 1786[5], l’appelle un Allemand, assertion confirmée par la mention qu’il fut un élève de Johann Philipp Kirnberger[3], qui lui aurait enseigné l'harmonie ; c’est aussi de Kirnberger qu’il apprit à jouer le clavecin[4]. Plus tard, Just bénéficia de l’enseignement de Schwindl à La Haye, où il dut arriver vers 1770 dans le sillage de Wilhelmine de Prusse[3], de qui il fut le professeur de musique[6].

Il se peut qu’il eût visité Londres à un âge précoce, car, déjà en 1772, le nombre de ses publications y atteignit le chiffre de trois dans la numérotation de ses opus, et la plupart des ouvrages publiés sur le continent ont été réimprimés à Londres peu après[7].

En 1783, il était membre de la chapelle de Guillaume V[3].

On a cru que, après l’anéantissement de la cour du stathouder, il suivit le prince en exil à Berlin en 1795, et que, plus tard, à la demande de ce dernier, il se serait établi à Londres, où il aurait eu accès aux maisons les plus réputées ; grâce à son talent et à la protection de la princesse d’Orange[8], il s’y serait fait apprécier comme musicien[3]. Ces assertions de Fétis[4], encore reprises par Van der Aa parmi d’autres[8], doivent pourtant être fausses, car les données des archives royales impliquent que sa mort a dû survenir plus tôt[7].


Œuvre

Remarques générales

Just a été décrit par Gerber comme l’un des « meilleurs joueurs de clavier dans la nouvelle manière »[9]. À une époque où le pianoforte était devenu en vogue, ses collections destinées à l’enseignement continuèrent à indiquer le clavecin. Les œuvres pour clavier sont d’orientation ostensiblement pédagogique et comprennent de nombreux sonatines et divertissements ; l’emploi de cette dernière qualification, l’écriture en deux parties et d'autres traits stylistiques suggèrent qu’il ait subi l’influence de la musique de clavier, largement diffusée, de Wagenseil[7].

Les œuvres pour clavier imprimées comprennent des variations sur des chansons populaires ; dans une série de 1773, il emprunta l’air « Lison dormait dans un bocage » à Julie de Dezède, comme le fit aussi plus tard Mozart dans ses neuf variations k264[7].

Beaucoup de séries éditées comprennent des accompagnements de violon à la mode, mais dans l’opus 6, le violon est obligé et une véritable égalité entre les instruments concertants en est souvent le résultat[7].

Van der Straeten, qui connaissait certaines de ses compositions, parle de lui avec beaucoup d’estime[10],[3]. Cependant, se sont surtout sa musique de chambre, ses œuvres pour instruments à clavier et ses symphonies qui furent très appréciées. De ses compositions, beaucoup de sonates, trios, duos, divertissements et concerts pour clavier sortirent des presses et furent même réimprimés en France et en Allemagne[1]. Nombreuses furent les compositions imprimées par Boyer et Sieber à Paris, par B. Hummel à La Haye, par Hummel à Berlin (Amsterdam), par S. Markordt et D.L. van Dijk à Amsterdam, et par J. Bland à Londres, et, sans doute, par bien d’autres maison d’éditions[3]. Ses cantates et ses œuvres d'orchestre n'ont pas été publiées pendant sa vie[1].

Si la plupart de ses œuvres furent composées pour clavier, il écrivit aussi au moins trois opéras - ou plutôt Singspiele (en allemand) ou zangspelen (en néerlandais) - dont De Koopman van Smyrne (Le marchand de Smyrne) créé sur un livret en néerlandais mais par après réalisé dans une version allemande à Bonn et à Francfort en 1783. Le style de ces Singspiele se rapproche de celui des œuvres populaires de Hiller mais conserve certains traits en commun avec les comédies parisiennes contemporaines[7].

L’attribution à Just, faite par Fétis, d’une méthode pour apprendre et jouer les instruments à clavier [11], publiée à Londres vers 1798, n'a pas été vérifiée, mais est appuyée sur les faits de la carrière de Just qui s’était occupé toute sa vie de matériaux didactiques[7].

Liste non exhaustive

La liste ci-dessous, établie d’après celle d’Enschedé (Molhuysen & Blok) de 1911, ne vise pas à être complète. Pour la liste d’Enschedé, voir : Enschedé, p.  1236-1237

Ouvrages numérotés

Œuvres non numérotées

Menuet
Opéra
Enschedé a dénombré certains des extraits ou réductions de cet opéra :
- Overture van de koopman van Smirna voor het clavier en viool door Mr. G. Neumann (Amsterdam) (coll. J.W. Enschedé)
- Vaudeville de l'opera, den coopman van Smirna, in : Troisieme recueil d'ariettes arrangés pour le sixtre ou guitarre angloise [...] par D.L. van Dijk (Amsterdam) 25
- Aria: Ah' qu'il est beau (in : Journal d'Amsterdam I, 5)
- Aria: Hoe schoon, hoe lieflijk is de morgen-Duetto; Ons heil is ongemeen, zang met B.C. (Amsterdam) (coll. J.W. Enschedé)
- Terzetto in den Smirnschen koopman; Vergeet in mijnen arm 't verdriet - Aria; Schooner is het roosje niet Zang met B.C. (Amsterdam) (coll. J.W. Enschedé)
- Duetto in den Smirnschen koopman; kom ga met mij! Wat razernij, Zang met B.C. (Amsterdam) (coll. J.W. Enschedé)
- Vaudeville: Wat is het schoon. Zang met B.C. - Choor: Zijt ge allen niet uit eenen stam gerezen (Amsterdam) (un. bibl. Amsterdam).

Lien externe

Sources

Références

  1. a, b et c Schilling, p. 23
  2. Enschedé, p. 1235
  3. a, b, c, d, e, f et g Enschedé, p. 1236
  4. a, b et c Fétis, p. 461
  5. Burney/Lustig, p. 416
  6. Oost, p. 346
  7. a, b, c, d, e, f et g Music Encyclopedia, en ligne
  8. a et b Van der Aa, p. 314
  9. « Er gehört unter die starken Klavierspieler nach der neuern Manier [… » ; cité de Gerber, p. 702
  10. Van der Straeten, p. 387
  11. New and Compleat Instructions for the Harpsichord, Piano-Forte or Organ ; voir : Fétis, p. 461

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Johann August Just de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Johann Carl Gottfried Loewe — (November 30, 1796 April 20, 1869), usually called Carl Loewe, was a German composer, baritone singer and conductor. In his lifetime, his songs were well enough known for some to call him the Schubert of North Germany , and Hugo Wolf came to… …   Wikipedia

  • Johann Friedrich Struensee — Regent of Denmark (De Facto) In office 20 March 1771 – 16 January 1772 Monarch Christian VII …   Wikipedia

  • Johann Conrad Dippel — Johann Konrad Dippel. Johann Konrad Dippel (August 10, 1673 – April 25, 1734) was a German pietist theologian, alchemist and physician. Contents 1 Life 2 Connection to …   Wikipedia

  • August Borsig — Johann Friedrich August Borsig (23 June 1804 in Breslau (Wrocław) – 6 July 1854 in Berlin) was a German businessman who founded the Borsig Werke factory.Borsig was the son of cuirassier and carpenter foreman Johann George Borsig. After learning… …   Wikipedia

  • Johann Adolph Hasse — (baptised in Bergedorf, near Hamburg, on 25 March 1699 ndash; died in Venice on 16 December 1783) was an 18th century German composer, singer and teacher of music. Immensely popular in his time, Hasse was best known for his prolific operatic… …   Wikipedia

  • August Stisser — (* 13. September 1671 in Oebisfelde; † 21. Mai 1741 in Braunschweig) war ein deutscher lutherischer Theologe. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Wirken 3 Werke …   Deutsch Wikipedia

  • Johann Janssen —     Johann Janssen     † Catholic Encyclopedia ► Johann Janssen     Historian, born 10 April, 1829, at Kanten, Germany; died 24 December, 1891, at Frankfort on the Main. He received his early education in a school of his native town. His course… …   Catholic encyclopedia

  • Johann Siegmund Wurffbain — Johann Sigmund Wurffbain, auch Wurfbain (* 20. August 1613 in Nürnberg; † 1661 ebenda), war einer der frühesten deutschen Ostindien Reisenden des 17. Jahrhunderts. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Werke 3 Literatur …   Deutsch Wikipedia

  • Johann de Kalb — Johann von Robaii, Baron de Kalb (born Johann Kalb) (June 19, 1721 ndash; August 19, 1780) was a German soldier and volunteer who served as a major general in the Continental Army during the American Revolutionary War.Kalb was born in Hüttendorf… …   Wikipedia

  • Johann Erasmus Kindermann — (* 29. März 1616 in Nürnberg; † 14. April 1655 ebenda) war ein Nürnberger Komponist. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Schöpferische Tätigkeit 3 Werk …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”