Zine El Abidine Ben Ali

Zine El Abidine Ben Ali

Zine el-Abidine Ben Ali

Zine el-Abidine Ben Ali
زين العابدين بن علي
2e président de la République tunisienne
Zine El Abidine Ben Ali.jpg
Photo du président Ben Ali en 2008

Actuellement en fonction
Mandat
7 novembre 1987 -
Depuis le 7 novembre 1987
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le 2 avril 1989
Réélu(e) le 20 mars 1994
24 octobre 1999
24 octobre 2004
Parti politique PSD puis RCD
Premier(s) ministre(s) Hédi Baccouche
Hamed Karoui
Mohamed Ghannouchi
Prédécesseur Habib Bourguiba
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
7e Premier ministre tunisien
Mandat
2 octobre 1987 - 7 novembre 1987
Président {{{président1}}}
Président de la République Habib Bourguiba
Chef de l’État {{{chef de l'etat1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement {{{gouvernement1}}}
Prédécesseur Rachid Sfar
Successeur Hédi Baccouche

Ministre de l'Intérieur tunisien
Mandat
28 avril 1986 - 7 novembre 1987
Président {{{président2}}}
Président de la République Habib Bourguiba
Chef de l’État {{{chef de l'etat2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement {{{gouvernement2}}}
Prédécesseur Mohamed Mzali
Successeur Abdallah Kallel

{{{fonction3}}}
Mandat
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président de la République {{{président de la république3}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre {{{premier ministre3}}}
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement {{{gouvernement3}}}

{{{fonction4}}}
Mandat
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président de la République {{{président de la république4}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement {{{gouvernement4}}}

{{{fonction5}}}
Mandat
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président de la République {{{président de la république5}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement {{{gouvernement5}}}

{{{fonction6}}}
Mandat
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président de la République {{{président de la république6}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement {{{gouvernement6}}}

{{{fonction7}}}
Mandat
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président de la République {{{président de la république7}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement {{{gouvernement7}}}

{{{fonction8}}}
Mandat
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président de la République {{{président de la république8}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement {{{gouvernement8}}}

{{{fonction9}}}
Mandat
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président de la République {{{président de la république9}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement {{{gouvernement9}}}

{{{fonction10}}}
Mandat
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président de la République {{{président de la république10}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement {{{gouvernement10}}}

{{{fonction11}}}
Mandat
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 3 septembre 1936 (73 ans)
Flag of Tunisia.svg Hammam Sousse (Tunisie)
Décès {{{décès}}}
{{{lieu décès}}}
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité tunisienne
Conjoint(s) Naïma Kéfi
Leïla Trabelsi
Enfant(s) 1er mariage :
Ghazoua Ben Ali
Dorsaf Ben Ali
Cyrine Ben Ali
2e mariage :
Nesrine Ben Ali
Halima Ben Ali
Mohamed Zine El Abidine Ben Ali
Diplômé
Profession Militaire
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s) Palais présidentiel de Carthage
Religion {{{religion}}}
Signature {{{signature}}}

Coat of arms of Tunisia.svg
Premiers ministres tunisiens
Présidents de la République tunisienne

Zine el-Abidine Ben Ali (arabe : زين العابدين بن علي), né le 3 septembre 1936 à Hammam Sousse, est un homme politique tunisien. Il occupe les fonctions de président de la République depuis le 7 novembre 1987.

Après divers postes au sein de l'armée et de la sûreté nationale, il devient ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Rachid Sfar puis remplace ce dernier comme Premier ministre. Il finit, lors d'un coup d'État, par déposer le président Habib Bourguiba, officiellement, « pour raisons médicales » et lui succède en sa qualité de dauphin constitutionnel. Son accession au pouvoir intervient à une époque où le pays est en proie aux luttes de succession, dont il fait partie, aux tensions politiques et économiques et à la montée de l'intégrisme[1], et avec une opinion publique partagée, selon Michel Camau[2], entre « le soulagement et le regret ».

Sous sa présidence, l'économie tunisienne était classée en 2007 première en termes de compétitivité économique en Afrique selon le Forum économique mondial[3]. Toutefois, sur le plan des libertés, des organisations non gouvernementales et des médias étrangers dénoncent régulièrement sa politique sur les droits de l'homme, inclinant vers la dictature, notamment par la répression de ses opposants et les atteintes à la liberté de la presse.

Sommaire

Carrière

Quatrième d'une fratrie de onze enfants[4], il naît au sein d'une famille modeste de la petite ville d'Hammam Sousse — son père travaille comme gardien dans la zone portuaire de Sousse[réf. nécessaire] — puis effectue ses études secondaires au Lycée de garçons de Sousse et intègre les structures locales du Néo-Destour. Hédi Baccouche, jeune militant du Néo-Destour, emprisonné par les Français au centre de détention de Zaarour en 1952, jouit en 1956, date de l'indépendance, du prestige nécessaire pour aider Ben Ali à rejoindre les rangs de la jeune armée tunisienne. Le parti est à l'époque en train de préparer une liste de candidats sélectionnés pour une formation militaire en France. C'est dans ce cadre qu'il est diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr puis de l'École d'application de l'artillerie de Châlons-sur-Marne. Il gagne ensuite les États-Unis où il suit les cours de la Senior Intelligence School de Fort Holabird (Maryland) et de la School for Field and Anti-Aircraft de Fort Bliss (Texas). Il devient également ingénieur en électronique.

De retour en Tunisie, il est affecté au service du général Kefi[5]. Une zone d'ombre entoure les circonstances de sa rencontre avec sa fille Naïma qu'il épouse en 1964, année où il se voit confier la création de la direction de la sécurité militaire qu'il dirige durant dix ans. Il devient ensuite attaché militaire au Maroc en 1974[4], puis en Espagne. Alors que Mohamed Mzali se voit confier le ministère de la Défense, il fait appel à lui et l'affecte à son cabinet. En janvier 1978, à l'occasion de la crise du « Jeudi noir », le Premier ministre Hédi Nouira le nomme à la tête de la sûreté générale[4]. Il quitte la dite direction en avril 1980, après les événements de Gafsa, et occupe le poste d'ambassadeur de Tunisie en Pologne[4].

Il est rappelé à Tunis après les émeutes sanglantes de janvier 1984 et se retrouve promu, le 29 octobre, comme patron de la sûreté nationale[4]. Le 23 octobre 1985, le président Bourguiba crée un ministère dédié à la sûreté nationale et Ben Ali est chargé de ce portefeuille. Il devient ministre de l'Intérieur le 28 avril 1986 tout en gardant la tutelle de la sûreté nationale. Il intègre deux mois plus tard le bureau politique du Parti socialiste destourien (PSD) dont il devient secrétaire général adjoint. Après le départ de Mzali en juillet de la même année, il garde ses fonctions au sein du gouvernement de Rachid Sfar. En mai 1987, Ben Ali est d'abord promu ministre d'État chargé de l'intérieur puis Premier ministre le 2 octobre[4], tout en conservant le portefeuille de l'intérieur. Il devient secrétaire général du PSD et se confirme ainsi comme possible dauphin de Bourguiba affaibli par la maladie et la vieillesse.

Prise du pouvoir

Au matin du 7 novembre, Ben Ali fait jouer l'article 57 de la constitution tunisienne et, sur la foi d'un rapport médical signé par sept médecins attestant de l'incapacité du président Habib Bourguiba d'assumer ses fonctions, le dépose pour sénilité. Il devient, en tant que successeur constitutionnel, président et chef suprême des forces armées. Dans une déclaration faite à la radio nationale, il annonce sa prise de pouvoir et déclare que « l'époque que nous vivons ne peut plus souffrir ni présidence à vie ni succession automatique à la tête de l'État desquels le peuple se trouve exclu. Notre peuple est digne d'une vie politique évoluée et institutionnalisée, fondée réellement sur le multipartisme et la pluralité des organisations de masse »[6].

L'action sera par la suite justifiée par le fait que des mouvements intégristes préparaient un coup d'État et détenaient une liste de personnalités à assassiner[7]. De plus, le rapport médical venait confirmer l'incapacité de Bourguiba à continuer à assumer les plus hautes charges de l'État, ce que Mezri Haddad résume ainsi :

« Officiellement âgé de 84 ans, Bourguiba s'endort quand il reçoit un hôte étranger ; sous l'influence de ceux qui guignent la présidence, il chasse le lendemain le ministre qu'il a nommé la veille, il admet le remaniement ministériel proposé par son Premier ministre pour se rétracter quelques heures après... pire que tout, il exige la révision du procès de l'intégriste Rached Ghannouchi (et la condamnation à mort de ce dernier) : « Je veux cinquante têtes [...] Je veux trente têtes [...] Je veux Ghannouchi »[8]. »

Pour Mezri Haddad, ce fut simplement « un acte de salubrité publique »[8]. Pourtant, dans leur livre Notre ami Ben Ali, les journalistes Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi donnent une autre version des événements :

« Sept médecins dont deux militaires, sont convoqués en pleine nuit, non pas au chevet du malade [Bourguiba] mais, là encore, au ministère de l'Intérieur. Parmi eux se trouve l'actuel médecin du président, le cardiologue et général Mohamed Gueddiche. Ben Ali somme les représentants de la faculté d'établir un avis médical d'incapacité du président. « Je n'ai pas vu Bourguiba depuis deux ans » proteste un des médecins. « Cela ne fait rien ! Signe ! » tranche le général [Ben Ali][9]. »

Présidence

Action politique

Il prend dès lors en main le PSD, en renforce la cohésion et le transforme en Rassemblement constitutionnel démocratique. À la tête de l'État, il en commence la restructuration : la constitution amendée supprime la présidence à vie et limite le nombre de mandats présidentiels à trois, disposition qu'il fera abroger en 2002. Une loi sur les partis politiques est adoptée et de nouveaux partis sont reconnus alors que les tribunaux d'exception et la fonction de procureur général sont supprimés. Le nouveau président cherche à apaiser le climat politique, notamment en assurant une ouverture vers les associations, dont la Ligue tunisienne des droits de l'homme, et en établissant des contacts avec les partis de l'opposition. Un pacte national rassemblant les différentes formations politiques et sociales du pays à l'exception des islamistes est signé le 7 novembre 1988 et engage ses signataires au respect de l'égalité entre les citoyens des deux sexes, des acquis du Code du statut personnel, des principes républicains et du refus d'utiliser l'islam à des fins politiques.

Aux élections législatives du 2 avril 1989, les candidats de l'opposition, notamment les islamistes inscrits comme indépendants, obtiennent environ 14 % des suffrages voire 30 % dans certains quartiers populaires de Tunis[10]. Lors de la présidentielle tenue le même jour, étant le seul candidat, Ben Ali est élu avec 99,27 % des voix. Rapidement, des incidents dans le quartier de Bab Souika, en plein centre de Tunis, sont attribués aux islamistes du parti Ennahda. L'éditorialiste américaine Georgie Anne Geyer rapporte ces faits de la manière suivante :

« Vers 1990, les islamistes provoquèrent de nouveaux affrontements pendant que Saddam Hussein envahissait le Koweït et que l'ensemble du monde arabe vacillait. En 1991 [...] les islamistes manifestèrent en force, avec des grèves et des affrontements violents avec la police dans les universités. La terreur gagna alors les campus de Tunis, de Sousse et de Kairouan. Puis, le 17 février 1991, à quatre heures du matin, alors qu'il faisait encore nuit, un groupe d'islamistes occupa un bâtiment public de Tunis qui symbolisait le gouvernement et y mit le feu [...] Les islamistes avaient abandonné deux gardiens de nuit, pieds et poings liés, dans le bâtiment en flammes. Ceux-ci furent horriblement brûlés dans l'incendie et l'un d'entre eux succomba à ses blessures. Pour la grande majorité des Tunisiens modérés et respectables, cet événement marqua un tournant inexorable. Ce printemps-là, alors que de nouveaux affrontements se produisaient, les Tunisiens découvraient avec stupéfaction que les islamistes avaient abondamment infiltré l'armée, la garde nationale et la police[11]. »

Le 28 septembre 1991, les autorités annoncent la découverte d'un « plan islamiste visant à la prise du pouvoir » et organisent des procès durant l'été 1992. Des ONG accusent alors la justice tunisienne de ne pas respecter tous les droits des condamnés pendant que les autorités invoquent le devoir du gouvernement de garantir la paix et la sécurité des personnes et de leurs biens et d'assurer la paix sociale et la stabilité des institutions nécessaires à la bonne conduite de tout processus démocratique. Accusé de s'opposer ouvertement au principe d'un État républicain en préconisant un État islamique, et à des lois tunisiennes comme le Code du statut personnel, le parti islamiste n'est pas reconnu et, accusé d'enfreindre le code des partis politiques, tombe dans la clandestinité.

Le processus de démocratisation et de normalisation de la vie politique ralentit sans être ouvertement abandonné : un Conseil constitutionnel voit le jour et le Code électoral est révisé à plusieurs reprises « pour garantir la transparence des scrutins et accroître la participation des citoyens, ainsi que la représentativité des partis politiques »[12]. Afin d'accroître la représentation parlementaire de l'opposition légale, un quota minimum de 20 % des sièges de la Chambre des députés lui est réservé[13]. Le 20 mars 1994, Ben Ali est candidat unique à sa propre succession et est réélu avec 99,91 % des voix. Dans un souci officiel de consacrer le pluralisme politique, un amendement constitutionnel spécial exempte les candidats à la présidence de l'obligation constitutionnelle de parrainage par des élus.

Le 24 octobre 1999, la première élection présidentielle pluraliste est organisée avec les candidatures de Ben Ali et de deux autres concurrents, Mohamed Belhaj Amor et Abderrahmane Tlili, qui parviennent à se présenter, ce qui n'empêche pas le président sortant d'être à nouveau réélu avec 99,45 % des voix contre 0,31 % pour Belhaj Amor et 0,23 % pour Tlili. À l'initiative du président, la moitié des articles de la constitution sont amendés en 2002 afin, selon son initiateur, de faire évoluer le système politique vers une république plus moderne appelée « République de demain ». La réforme supprime pourtant la limite des mandats présidentiels introduite en 1988 et allonge l'âge maximal pour se porter candidat à 75 ans[14]. Validée avec un score de 99,52 %[15],[16], au cours du premier référendum de l'histoire du pays tenu le 26 mai, elle permet au président Ben Ali de pouvoir se représenter à deux reprises pour terminer son mandat en 2014. La révision introduit également le bicamérisme en créant la Chambre des conseillers et élargit les prérogatives du Conseil constitutionnel en matière électorale. Toutefois, contrairement à la Chambre des députés, aucun mécanisme n'est prévu pour représenter l'opposition dans la nouvelle chambre législative, ce qui explique pourquoi le RCD reste le seul parti représenté dans cette enceinte en plus des organisations professionnelles. En outre, le président peut toujours nommer sept des neuf membres du Conseil constitutionnel, qui doit veiller à la validité des candidatures à l’élection présidentielle, les deux autres étant nommés par le président de la Chambre des députés[17], lui-même membre du RCD.

Rencontre entre Ben Ali et Condoleezza Rice le 6 septembre 2008 à Tunis

Aux élections du 24 octobre 2004, trois opposants (Mohamed Bouchiha, Mohamed Ali Halouani et Mounir Béji) se présentent à la suite d'un amendement constitutionnel les exemptant de la condition de parrainage. Au cours d'un scrutin présenté comme un simulacre de démocratie par des ONG comme Human Rights Watch[18] ou Amnesty International[19], plusieurs partis tunisiens de l'opposition décident de la boycotter. Des restrictions sévères sont imposées à l'expression de l'opposition car une loi d'août 2003, modifiant le Code électoral, interdit l'utilisation d'une radio ou d'une télévision privée ou émettant à l'étranger dans le but d'inciter à voter ou à s'abstenir de voter pour un candidat ou une liste de candidats, ce qui n'empêche pas le président sortant d'être omniprésent dans les médias nationaux, en raison de l'exercice de ses fonctions[20]. À l'issue de ce scrutin, Ben Ali est à nouveau réélu avec 94,49 % des suffrages contre 3,78 % pour Bouchiha, 0,95 % pour Halouani et 0,79 % pour Béji.

Wikinews-logo.svg

Wikinews propose des actualités concernant « la cinquième candidature du président Ben Ali ».

En septembre 2005, une loi accorde l'immunité permanente au chef de l'État pour tout acte lié à ses obligations professionnelles[21]. Dès la fin 2006, diverses organisations proches du pouvoir lancent des appels au président afin qu'il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2009, ce qu'il fait le 30 juillet 2008 à l'occasion d'un discours pour l'ouverture du cinquième congrès ordinaire du Rassemblement constitutionnel démocratique.

Action économique

Ben Ali lance une politique de privatisations qui concernent surtout le tourisme, les matériaux de construction, les textiles, l'industrie agroalimentaire et la pêche, la mécanique et l'électrotechnique[22]. Alliée à l'encouragement à l'investissement et l'introduction d'une flexibilité législative et fiscale, elle relance l'économie après un début des années 1990 marqué par le repli dû à la crise du tourisme liée à la guerre du Golfe. Cette crise se reproduit en 2002-2003 après l'attentat de la Ghriba à Djerba. Malgré ces périodes de difficulté, les investisseurs étrangers s'installent progressivement et le produit intérieur brut croît à un taux oscillant entre 5 et 5,5 %. Le gouvernement encourage même l'industrie manufacturière produisant uniquement pour l'exportation en lui donnant la possibilité de s'implanter partout dans le pays tout en travaillant sous le règlement des zones de libre-échange.

Un accord d'association, signé avec l'Union européenne le 17 juillet 1995 et entré en vigueur le 1er mars 1998, engendre dès 1996 le démantèlement progressif des barrières douanières jusqu'au 1er janvier 2008[23]. Dans ce contexte, l'État entreprend de diversifier l'économie en augmentant la part de l'industrie tout en renforçant les secteurs traditionnels de l'agriculture et du tourisme. Une politique d'encouragement à la création d'entreprises est mise en place et une action est menée pour la multiplication des micro-entreprises et l'extension des technologies de l'information.

La nature de la politique d'ouverture, dirigée par l'État tunisien, permet à ce dernier de conserver une capacité d'intervention importante et de développer de nouveaux secteurs dont celui de l'industrie mécanique et des nouvelles technologies où les ingénieurs tunisiens bénéficient, à compétences égales, d'un salaire moindre que leurs collègues européens. Pourtant, un rapport de la Banque mondiale de juin 2004 épingle les « interventions discrétionnaires du gouvernement » et le « pouvoir des initiés » qui affaiblissent, selon elle, le climat des affaires et les éventuelles prises de risque des investisseurs étrangers[24]. Par ailleurs, le chômage continue de menacer le développement économique et se trouve aggravé par une population active grandissante. Il ne touche pas que les populations les plus vulnérables : le taux de chômage des diplômés de l'enseignement supérieur est ainsi en augmentation depuis plusieurs années. Alors qu'il était de 4 % en 1997 et de 0,7 % en 1984[25], il atteint 20 % contre une moyenne nationale de 14 %, voire près de 60 % dans certaines filières selon une enquête de la Banque mondiale[26].

Accusations de dictature

Diverses organisations de défense des droits de l'homme et des libertés ainsi que de nombreux médias étrangers accusent régulièrement le président Ben Ali d'être un dictateur[27],[28],[29], le régime tunisien étant régulièrement accusé de violer les droits de l'homme[30],[31],[32] et de réprimer la liberté d'expression[33],[30],[31],[34],[35],[36].

Le président est listé depuis 1998 comme l'un des « 10 pires ennemis de la presse » par le Comité pour la protection des journalistes. Reporters sans frontières le désigne également comme un « prédateur de la liberté de la presse »[37].

Des prisonniers politiques seraient fréquemment torturés[38],[39] et des défenseurs des droits humains, notamment les avocats, seraient victimes de manœuvres d'intimidation et de harcèlement sans que leurs plaintes soient acceptées par la justice tunisienne[30],[31]. Certains prisonniers politiques seraient soumis à des difficiles conditions de détention et à des mauvais traitements, notamment le maintien à l'isolement pendant de longues périodes[40]. La loi antiterroriste votée en 2003 serait devenue l'occasion de procès inéquitables[30],[31] comme en témoigne l'affaire des étudiants internautes de Zarzis emprisonnés en 2004 pour avoir recherché de la documentation sur Internet avec leur professeur. Accusés de préparer un attentat et de se servir d'Internet comme outil de communication[41], ils sont libérés en février 2006.

Vie privée

Zine el-Abidine Ben Ali épouse en premières noces Naïma Kefi, en 1964, avec qui il a trois filles[42],[5] :

  • Ghazoua : mariée à l'homme d'affaires Slim Zarrouk ;
  • Dorsaf : mariée à Slim Chiboub ;
  • Cyrine : mariée en 1996 à l'homme d'affaires Marouane Mabrouk.

Il rencontre Leïla Trabelsi au milieu des années 1980, alors qu'il est ministre de l'Intérieur[5]. Divorcé en 1988, il se remarie en secondes noces en 1992. Le couple a deux filles et un fils[5] :

Il est issu d'une fratrie de 11 enfants. Son frère Habib, alias Moncef, est condamné par contumace, dans le cadre de l'affaire dite de la couscous connection, le 30 novembre 1992, à 10 ans de prison et à l'interdiction définitive d'accès au territoire français par la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Il lui est reproché d'avoir transporté de l'argent provenant d'un trafic international d'héroïne et de cocaïne entre les Pays-Bas, la France et la Tunisie alors que son avocat, Me Jean-Yves Leborgne, dénonce une « manipulation politique ». Il est décédé en 1996 sans avoir purgé cette peine.

Références

  1. (fr) « Habib Bourguiba. Le combattant déchu », Midi 2, Antenne 2, 7 novembre 1987
  2. « Le remplacement du vieux Bourguiba par le jeune Ben Ali a permis à la classe dirigeante de prévenir une issue violente à la crise profonde qui divisait la Tunisie en 1987, du fait du développement et de la répression du mouvement islamiste. Le changement de leadership a pu stopper, ou du moins suspendre une évolution imprévisible et chaotique de la situation. De ce fait, bien qu'intervenant dans un climat de crise, le changement a été généralement bien accueilli par une population partagée entre « le soulagement et le regret » (Camau 1987). »

    — Momar Coumba Diop et Mamadou Diouf [sous la dir. de], « La succession de Bourguiba », Les figures du politique en Afrique. Des pouvoirs hérités aux pouvoirs élus, coll. Bibliothèque du Codesria, éd. Karthala, Paris, 1999, p. 219

  3. (en) Africa Competitiveness Report 2007 (Forum économique mondial)
  4. a , b , c , d , e  et f (fr) Jean-Pierre Tuquoi, « Ben Ali l'inconnu », Le Monde, 25 mai 2002
  5. a , b , c , d , e  et f (fr) Khaled A. Nasri, « Ben Ali, de Naima Kéfi à Leïla Trabelsi », Afrik.com, 30 juillet 2008
  6. (ar) Discours du 7 novembre 1987 suivi de sa traduction en français
  7. Michael Collins Dunn, Renaissance or radicalism ? Political islam. The case of Tunisia's al-Nahda, éd. International Estimate, Washington D.C., 1992
  8. a  et b Mezri Haddad, Non Delenda Carthago, Carthage ne sera pas détruite. Autopsie de la campagne antitunisienne, éd. du Rocher, Paris, 2002
  9. Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, Notre ami Ben Ali, éd. La Découverte, Paris, 1999
  10. Sadri Khiari, Tunisie : le délitement de la cité : coercition, consentement, résistance, éd. Karthala, Paris, 2003, p. 42 (ISBN 2845864019)
  11. Georgie Anne Geyer, Tunisia. A Journey Through a Country That Works, éd. Stacey International Publishers, Londres, 2004
  12. Philippe Tourel, « Une démocratie en chantier », Le Nouvel Afrique Asie, décembre 2006
  13. Ce minimum est porté à 25 % en 2008 à la suite d'un nouvel amendement de la loi électorale.
  14. Jean-Pierre Tuquoi, « En Tunisie, un référendum constitutionnel ouvre la voie à la réélection de M. Ben Ali », Le Monde, 16 mai 2002
  15. « L'exemple tunisien », Le Monde, 29 mai 2002
  16. Selon Le Canard enchaîné n°4581 (« Carthage de ses artères », 13 août 2008, p. 8), le pourcentage de « oui » est de 99,61 %
  17. (fr) Article 75 de la constitution tunisienne (Jurisite Tunisie)
  18. (fr) Rapport mondial 2005 (Human Rights Watch)
  19. (fr) Rapport 2005 (Amnesty International)
  20. (fr) « Chronique de Giulia Fois », Arrêt sur images, France 5, 24 octobre 2004
  21. (fr) [pdf] Loi du 27 septembre 2005 relative aux avantages alloués aux présidents de la République dès la cessation de leurs fonctions, Journal officiel de la République tunisienne, n°78, 30 septembre 2005, p. 2557
  22. Emma Murphy, Economic and political change in Tunisia. From Bourguiba to Ben Ali, éd. Macmillan Press, Londres, 1999
  23. Abdelaziz Barrouhi, « Pour 500 millions de consommateurs de plus », Jeune Afrique, 23 mars 2008, pp. 56-58
  24. Michel Camau et Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, éd. Presses de Sciences Po, Paris, 2003
  25. (fr) Défis de la Tunisie (PNUD)
  26. (fr) Nadia Hachimi Alaoui, « En Tunisie, le malaise de la génération Ben Ali », Libération, 28 avril 2008
  27. (fr) Bruno Callies de Salies, « Les deux visages de la dictature en Tunisie », Le Monde diplomatique, octobre 1999
  28. (fr) Monique Mas, « Zine Ben Ali : l'élu des Occidentaux », Radio France Internationale, 23 octobre 2004
  29. (fr) « Tunisie : Chirac choisit la dictature de Ben Ali », Fédération internationale des droits de l'homme - Ligue des droits de l'homme, 4 décembre 2003
  30. a , b , c  et d (fr) Rapport mondial 2007 (Human Rights Watch)
  31. a , b , c  et d (fr) Rapport 2008 (Amnesty International)
  32. (en) Country Reports on Human Rights Practices 2007 (Département d'État des États-Unis)
  33. (fr) Rapport annuel 2007 (Reporters sans frontières)
  34. (fr) Agressions de journalistes : Paris interpelle la Tunisie (Le Nouvel Observateur)
  35. (fr) Vincent Geisser et Chokri Hamrouni, « Ben Ali. L'information torturée », Libération, 17 novembre 2005
  36. (fr) Vincent Geisser, « Les chiens de garde de Ben Ali agissent « sous la protection » de la police française », Oumma.com, 22 juin 2004
  37. (fr) Prédateurs de la liberté de la presse (Reporters sans frontières)
  38. (fr) « La torture en Tunisie. L'envers du décor », Fédération internationale des droits de l'homme, 16 novembre 1998
  39. (fr) Marco Gregori, « Une association se bat contre l'impunité des tortionnaires », Le Courrier, 30 janvier 2001
  40. (fr) Rapport 2009 (Amnesty International)
  41. (fr) Hélène Bailly, « Le drame des internautes de Zarzis », Afrik.com, 9 mars 2005
  42. a , b  et c (fr) Samir Gharbi et Sonia Mabrouk, « Vingt ans, vingt dates », Jeune Afrique, 22 octobre 2007
  43. [image] Halima (gauche) et Leïla (droite) à Radès le 7 novembre 2007

Bibliographie

  • Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, Notre ami Ben Ali, éd. La Découverte, Paris, 1999
  • Sadok Chaâbane, Ben Ali et la voie pluraliste en Tunisie, éd. Cérès, Tunis, 1998
  • Mezri Haddad, Non Delenda Carthago, Carthage ne sera pas détruite. Autopsie de la campagne antitunisienne, éd. du Rocher, Paris, 2002
  • Moncef Guitouni, Tunisie. Le destin recouvré, éd. Eska, Paris, 1997
  • Valentin Mbougueng, Institutions politiques et vie constitutionnelle en Tunisie de l'indépendance à nos jours, éd. Médiane, Paris, 2006

Compléments

Articles connexes

Commons-logo.svg

Lien externe

  • Portail de la Tunisie Portail de la Tunisie
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Zine el-Abidine Ben Ali ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Zine El Abidine Ben Ali de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Zine el-Abidine Ben Ali — (2002) Zine el Abidine Ben Ali (arabisch ‏زين العابدين بن علي‎ Zain al Abidin ibn Ali, DMG Zayn al ʿĀbidīn b. ʿAlī; * 3 …   Deutsch Wikipedia

  • Zine El-Abidine Ben Ali — زين العابدين بن علي 2e président de la République tunisienne …   Wikipédia en Français

  • Zine el-abidine ben ali — زين العابدين بن علي 2e président de la République tunisienne …   Wikipédia en Français

  • Zine el Abidine Ben Ali — زين العابدين بن علي 2e président de la République tunisienne …   Wikipédia en Français

  • Zine El Abidine Ben Ali — 2. º presidente de Túnez …   Wikipedia Español

  • Zine El Abidine Ben Ali — Zine El Abidine Ben Ali. (زين العابدين بن علي) (Susa, 3 de septiembre de 1936). Político, es Presidente de Túnez desde 1987. Tras estudiar ingeniería electrónica, dedico sus esfuerzos a la carrera militar, siendo nombrado Director General de… …   Enciclopedia Universal

  • Zine el-Abidine Ben Ali — « Révolution au jasmin » redirige ici. Pour la Révolution de jasmin, voir Révolution tunisienne de 2010 2011. Zine el Abidine Ben Ali زين العابدين بن علي …   Wikipédia en Français

  • Zine El Abidine Ben Ali — Präsident Ben Ali Zine El Abidine Ben Ali (arabisch ‏زين العابدين بن علي‎ Zain al ʿĀbidīn ibn ʿAlī, DMG Zayn al ʿAbidīn b. ʿAlī) (* 3. September 1936 in Sousse) ist seit 1987 Präsident …   Deutsch Wikipedia

  • Zine el-Abidine ben Ali — Präsident Ben Ali Zine El Abidine Ben Ali (arabisch ‏زين العابدين بن علي‎ Zain al ʿĀbidīn ibn ʿAlī, DMG Zayn al ʿAbidīn b. ʿAlī) (* 3. September 1936 in Sousse) ist seit 1987 Präsident …   Deutsch Wikipedia

  • Zine El Abidine Ben Ali — Infobox President name = Zine El Abidine Ben Ali زين العابدين بن علي office = President of Tunisia primeminister = Hédi Baccouche Hamed Karoui Mohamed Ghannouchi vicepresident = term start = 07 November 1987 predecessor = Habib Bourguiba… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”