Cours universitaires de Davos

Cours universitaires de Davos
Cours universitaires de Davos
Création août 1927
Dissolution janvier 1933
Type Rencontres académiques
Siège Davos
Drapeau de Suisse Suisse
Langue(s) Français, Allemand, Anglais
Dirigeant(s) Gottfried Salomon
Personne(s) clé(s) Albert Einstein, Martin Heidegger, Léon Brunschvicg, Ernst Cassirer

Les Cours universitaires de Davos, appelés Davoser Hochschulkurse en allemand, sont un projet de création d'une université internationale à Davos (Suisse, canton des Grisons) entre 1928 et 1931.

Sommaire

Origines

Les cours universitaires de Davos doivent leur création à deux dynamiques complémentaires, une locale et une internationale :

L'initiative locale

Davos en 1932. Avec les cours universitaires, les compétitions sportives témoignent de la volonté locale de se diversifier économiquement en se distançant de la réputation médicale de la station.

Constatant le nombre important d'étudiants parmi les tuberculeux présents à Davos[1], ville de montagne qui doit son cosmopolitisme à son statut de luxueux lieu de cure[2], un comité se met en place autour de médecins de la station pour formuler un projet d'édification d'une université à Davos entre 1926 et 1927.

La dynamique internationale

Le projet davosien coïncide avec une dynamique de réchauffement des relations internationales[3], particulièrement entre France et République de Weimar (Allemagne), suite au Pacte de Locarno de 1925[4]. Alors que les milieux intellectuels français participent pleinement aux projets de la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI, organe de la Société des Nations), les milieux allemands, qui sont exclus de l'organisme international suite au Traité de Versailles se fédèrent au sein de la "Deutsch-französische Gesellschaft" (DFG)[5]. Désireux de participer à des rencontres internationales, ce sont des intellectuels issus de cette dernière qui approcheront les initiants davosiens et redéfiniront avec eux le projet d'université sous la forme congrès annuels.

Organisation

Un comité, composé d'universitaires locaux et étrangers et rassemblés sous la direction du Dr Paul Müller[6], du sociologue Gottfried Salomon (1892-1964), président de la DFG francfortoise, et de Erhard Branger (1881-1958), maire de Davos, se donne pour mission d'inviter les élites intellectuelles européennes à des semaines de travail et d'échange. Ce comité est secondé dès 1929 par trois comités nationaux, allemands, français et suisses.

Réalisations

Quatre années de suite, de 1928 à 1931, ce comité va convoquer un nombre important d'intellectuels[7], particulièrement allemands et français, à des cycles de conférences (dans les deux langues) se déroulant sur trois semaines, en fin d'hiver. Ces universitaires seront accompagnés d'étudiants prometteurs pour lesquels un programme de communautés de travail est prévu, en plus des conférences, pour faire connaissance avec les homologues d'autres nationalités.

Quatre rencontres

1928

Albert Einstein (photo de 1931), dont la présence assure la notoriété du premier cours universitaire de Davos.

Le premier Cours Universitaire de Davos est ouvert par Erhard Branger (maire de Davos), Lucien Lévy-Bruhl (philosophe et sociologue français), Hans Driesch (philosophe allemand) et Albert Einstein[8].

Conférenciers
  • Eberhard Grisebach (Allemagne)
  • Paul Häberlin (Suisse)
  • Henri Hauser (France)
  • Friedrich Hertz (Autriche)
  • Paul Kluckhohn (Allemagne)
  • Lucien Lévy-Bruhl (France)
  • Hans Lewald (Allemagne)
  • Arthur Liebert (Allemagne)
  • Theodor Litt (Allemagne)
  • Marcel Mauss (France)
  • Fritz Medicus (Suisse)

1929

Le deuxième cours universitaire (1929) est principalement documenté dans la littérature philosophique en raison de la présence d'Ernst Cassirer (ci-dessus) et Martin Heidegger[9].

Le deuxième Cours Universitaire de Davos est ouvert par Giuseppe Motta (conseiller fédéral). Il sera marqué par la Dispute de Davos entre Martin Heidegger et Ernst Cassirer[10].

Conférenciers
Etudiants

1930

Le troisième cours universitaire de Davos est ouvert par le conseiller fédéral Heinrich Häberlin[11] et est marqué par l'introduction de quelques conférences en anglais.

Conférenciers

1931

Conférenciers
André Honnorat, dont la conférence lors du cours universitaire de 1931 sur la Cité internationale universitaire de Paris a beaucoup intéressé le comité davosien en raison de ses buts proches.

Le quatrième cours universitaire de Davos accueille Carl Heinrich Becker (ancien ministre de la culture de Prusse) pour la cérémonie d'ouverture[12].

Arrêt des cours

Un cours est prévu en 1932 mais n'aura pas lieu en raison de la crise économique. L'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir le 30 janvier 1933 entraîne l'exil de nombreux intellectuels allemands et met un terme aux relations scientifiques franco-allemandes, rendant dès lors impossibles les cours universitaires de Davos[13].

Notes et références

  1. Message du Dr. Kollarits in Davoser Revue, 15 avril 1926, n°7
  2. JOST, Christian, Der Einfluss des Fremdenverkehrs auf Wirtschaft und Bevölkerung in der Landschaft Davos, Davos : Buchdrückerei Davos, 1951, 175 p.
  3. BOCK, Hans Manfred, Entre Locarno et Vichy : les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris : CNRS éditions, 1993, 2 vol.
  4. BAECHLER, Christian, Gustave Stresemann (1878-1929) De l’impérialisme à la sécurité collective, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 1996, 926 p.
  5. BOCK, Hans Manfred, « Die Deutsch-Französische Gesellschaft 1926 bis 1934, Ein Beitrag zur Sozialgeschichte der deutsch-französischen Beziehungen der Zwischenkriegszeit », Francia, 17/3, 1990, pp. 57-102.
  6. Instigateur de la coupe Spengler en 1923
  7. Source des listes de conférenciers : Davoser Blätter, hebdomadaire de Davos, 1928-1931 consultable uniquement à la Bibliothèque Nationale Suisse, Berne (référence 7q107)
  8. Source : Davoser Blätter, numéros février-mars 1928
  9. Lire par exemple GORDON, Peter Eli, Continental divide : Heidegger, Cassirer, Davos, Cambridge : Harvard University Press, 2010, 426 p. et FRIEDMANN, Michael, A Parting of the Ways. Carnap, Cassirer, and Heidegger, Chicago : Open Court, 2000 , 175 p.
  10. Source : Davoser Blätter, numéros février-mars 1929
  11. Source : Davoser Blätter, numéros février-avril 1930
  12. Source : Davoser Blätter, numéros février-avril 1931
  13. RICHARD, Lionel, « Aspects des relations intellectuelles et universitaires entre la France et l’Allemagne dans les années vingt », in BARIETY, J. et alii, La France et l’Allemagne entre deux guerres mondiales, Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1987, pp. 112-124.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cours universitaires de Davos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Davos — Vue d ensemble de la commune. Administration Pays Suisse …   Wikipédia en Français

  • Forum de Davos — Forum économique mondial Forum économique mondial Création 1971 Type Fondation, Organisation à but non lucratif Siège 91 93, route de la Capite 1223 Cologny …   Wikipédia en Français

  • Albert Thibaudet — (* 1. April 1874 in Tornus, Département Saône et Loire; † 1936 in Genf) war ein französischer Literaturkritiker und Schriftsteller. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Ehrungen 3 Werke (Auswahl) …   Deutsch Wikipedia

  • Erich Przywara — Erich Przywara, né le 12 octobre 1889 à Katowice et mort le 28 septembre 1973 à Hagen, était un philosophe et théologien allemand de la compagnie de Jésus. Sommaire 1 Biographie 2 Publications 3 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Jean Piaget — Pour les articles homonymes, voir Piaget. Jean Piaget Sculpture représentant Jean Piaget, à Genève …   Wikipédia en Français

  • Marcel Mauss — Pour les articles homonymes, voir Mauss. Marcel Mauss, né à Épinal le 10 mai 1872 et décédé à Paris le 1er février 1950, est généralement considéré comme le « père de l anthropologie française[1] » …   Wikipédia en Français

  • Henri Piéron — Henri Louis Charles Piéron, né à Paris le 18 juillet 1881 et mort à Paris en septembre 1964, est un psychologue français. Il est l un des fondateurs en France de la psychologie scientifique. Sommaire 1 Éléments biographiques 2 Titres des leçons… …   Wikipédia en Français

  • Lucien Febvre — Pour les articles homonymes, voir Febvre. Lucien Paul Victor Febvre Nom de naissance Febvre Naissance 22 juillet 1878 Nancy (Meurthe et Moselle) Décès 26 septembre 1956 (à 78 ans) Saint Amour (Jura) …   Wikipédia en Français

  • Célestin Bouglé —  Ne doit pas être confondu avec Céleste Bouglé. Célestin Bouglé Naissance 1870 Saint Brieuc (Côtes du Nord,actuellement Côtes d Armor) Décès 1940 (à 70 ans) Paris Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Albert Thibaudet — Né à Tournus (Saône et Loire) le 1er avril 1874 et décédé à Genève en 1936, Albert Thibaudet fut un critique littéraire français très apprécié de l entre deux guerres, qui écrit pour La Nouvelle Revue française de 1912 à sa mort. Ancien… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”