Yolande de Polastron

Yolande de Polastron
Madame de Polignac
Libelle contre la duchesse de Polignac, imprimée en 1789

Yolande Martine Gabrielle de Polastron, comtesse puis duchesse de Polignac, marquise de Mancini, née le 8 septembre 1749 et morte le 9 décembre 1793 à Vienne, est l'un des personnages les plus emblématiques de la cour de France sous Louis XVI, amie et confidente de la reine Marie-Antoinette.

Sommaire

Biographie

Elle est la fille de Jean François Gabriel, comte de Polastron († 1794), seigneur de Noueilles, Venerque et Grépiac, et de Jeanne Charlotte Hérault (1726-1756).

Elle épouse en 1767, à 18 ans, le comte Jules de Polignac (1746 - 1817), marquis de Mancini, capitaine du Régiment de Royal-Dragons, fils d'Héracle-Louis, Vicomte de Polignac (1717 - 1802), et de Diane de Mazarin (1690 - 1755).

En 1775, elle rencontre à Versailles la reine Marie-Antoinette qui conçoit pour elle une vive amitié. Elle supplante bientôt la princesse de Lamballe, comme meilleure amie et confidente de la jeune reine, charmée par son naturel enjoué et son esprit.

La duchesse de Polignac obtiendra vite, du roi comme de la reine, des faveurs pour les siens. En 1779, Louis XVI dote sa fille, Aglaé, à hauteur de 800 000 livres, somme colossale équivalente à 6,4 millions d'euros 2006[réf. souhaitée]. Le Trésor royal éponge également les dettes du couple Polignac (400 000 livres soit 3,2 millions d'euros 2006), tandis que le reste de la famille et les proches profitent aussi de la manne, comme Diane de Polignac, ou Vaudreuil.

Madame de Polignac sera élevée au rang de duchesse et, en 1782, elle obtient la charge de gouvernante des enfants royaux. S'il faut en croire Mme de Mackau, elle ne remplit cette tâche qu'au strict minimum, avec beaucoup d'agrément et peu d'assujettissement[1]. D'autres observateurs signalent qu'au contraire, elle se donne entièrement à sa charge, oubliant sa paresse et son indolence naturelle[2]. Mmes de Guéménée, de Brionne, de Marsan, d'Oberkirch attestent que Marie-Antoinette n'aurait pu faire choix plus satisfaisant pour assumer cette responsabilité[3]. Un bémol[précision nécessaire] dans ce concert de louanges : Mme de Polignac exempte les Enfants de France d'assister quotidiennement à la messe[4]. Il arrivera aussi que Mme de Polignac fasse venir un médecin auprès du dauphin, à l'insu de sa mère pour lui épargner de l'inquiétude. Injustement traitée en cette occasion par la reine[précision nécessaire][5], elle veut remettre au roi sa démission à laquelle Louis XVI la supplie à genoux de renoncer[6].

Ce n'est pas tout, le beau-fils est gratifié d'un brevet de capitaine et un an plus tard d'une propriété qui rapporte 70 000 ducats de rentes. On accorde une pension au père et le mari obtient le titre de duc ainsi que le privilège des postes, très lucratif pour l'époque. Sa sœur Diane devient dame d'honneur à la cour. Enfin, le père, en plus de sa pension, est nommé ambassadeur. Le total coûte pour l'État un demi million de livres par an.

Des rumeurs et des libelles courent au sujet de la nature de ses relations avec la reine[7]. Surtout, les Polignac, ainsi que les autres favoris, comme le baron de Besenval, se mêlent de politique. On les appelle « le parti de la reine », ce qui nuit encore à la réputation de cette dernière.

Quand la Révolution française éclate, pensant que Mme de Polignac, violemment insultée depuis des années, pouvait courir un danger, les souverains lui demandent avec insistance de prendre la route de l’exil. Le 16 juillet, après la prise de la Bastille, dans un désordre indescriptible, la famille de Polignac quitte Versailles, avec une bourse de 500 louis, donnée par la Reine. Comme il n'y avait que peu de place dans la berline, on n'emmena pas de bagages et chaque voyageur n'avait que quelques chemises et mouchoirs. Elle partira donc avec les siens, rongée de chagrin. « Adieu la plus tendre des amies ; le mot est affreux, mais il le faut ; je n'ai que la force de vous embrasser. » écrit Marie Antoinette à Mme de Polignac.

La famille de Polignac commença une vie errante, allant de pays en pays, en Suisse, en Italie, à Turin, à Rome et, à chaque fois, Mme de Polignac écrivait à la Reine et recevait des missives de la Reine ou du Roi montrant leur attachement. En mars 1790, la famille partit pour Venise, et Yolande maria son fils Armand. En juillet 1791, ils se réfugièrent à Vienne. Mme de Polignac était tellement éprouvée qu'elle n'avait le goût à rien et ne cessait de pleurer. Elle dépérissait. Le dernier coup lui fut porté lorsqu'elle apprit en 1793, que la Reine était morte le 16 octobre. Alors commença l'agonie de la duchesse.

Dévorée de douleur et de chagrin, rongée par le cancer, elle décèdera dans la nuit du 4 au 5 décembre 1793[8]. On l'enterra à Vienne, et on grava sur la pierre tombale son nom suivi de la mention « Morte de douleur ». Elle n'avait que 44 ans. Son père sera guillotiné en juin 1794.

Elle est la mère de Jules de Polignac, le ministre de Charles X. Elle est aussi l’ancêtre de l'actuel Prince de Monaco, Albert II[9].

Notes et références

  1. Journal de Bombelles
  2. Mémoires de Diane de Polignac
  3. Mémoires de Mmes de Créquy et d'Oberkirch
  4. Journal de Jacob Nicolas Moreau
  5. Mémoires de Saint-Priest
  6. Mémoires de Mme Vigée Le Brun
  7. Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, par Mme Campan, lectrice de Mesdames et première femme de chambre de la Reine
  8. Correspondance des comtes de Vaudreuil et d'Artois
  9. Yolande de Polastron (1749-1793), duchesse de Polignac, quadrisaïeule de Pierre de Polignac (1894-1964, le grand-père paternel du prince Albert

Sources

  • Diane de Polignac, Journal d'Italie et de Suisse, Paris, L'Amateur d'Autographes, 1899 (consultable sur Gallica)
  • Campan, (Henriette Genet), "Mémoires de madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette", Mercure de France, 1999 (consultable sur Gallica - "Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre", Baudouin Frères, 1823)
  • Marie-Antoinette (STefan Zweig) 1938 Ed Grasset.

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Yolande de Polastron de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Yolande de Polastron — Condesa y Duquesa de Polignac Nombre real Yolande Martine Gabrielle de Polastron Nacimiento 8 de septiembre de 1749 …   Wikipedia Español

  • Yolande de Polastron — Duchesse de Polignac Born 8 September 1749(1749 09 08) Switzerland Died 9 December 1793 …   Wikipedia

  • Yolande de polastron — Madame de Polignac Yolande Martine Gabrielle de Polastron, comtesse puis duchesse de Polignac, était la fille de Jean François Gabriel, comte de Polastron († 1794), seigneur de Noueilles, Venerque et Grépiac, et de Jeanne Charlott …   Wikipédia en Français

  • Yolande de Polastron, duchesse de Polignac — Yolande de Polastron Madame de Polignac Yolande Martine Gabrielle de Polastron, comtesse puis duchesse de Polignac, était la fille de Jean François Gabriel, comte de Polastron († 1794), seigneur de Noueilles, Venerque et Grépiac, et de Jeanne… …   Wikipédia en Français

  • Yolande Martine Gabrielle de Polastron, duchesse de Polignac — Gemälde der Herzogin von Polignac vor ihrem Cembalo und mit Noten in der Hand, um 1783, von Élisabeth Vigée Lebrun, Öl auf Leinwand, 98,5 x 71 cm, heute im Besitz des National Trust zu Waddesdon Manor, Aylesbury, Buckinghamshire …   Deutsch Wikipedia

  • Polastron (Gers) — Pour les articles homonymes, voir Polastron. 43° 31′ 56″ N 0° 50′ 44″ E …   Wikipédia en Français

  • Yolande — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Yolande est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom 1.1 Variantes linguistiques …   Wikipédia en Français

  • Yolande Martine Gabrielle de Polastron — Gemälde der Herzogin von Polignac vor ihrem Cembalo und mit Noten in der Hand, um 1783, von Élisabeth Vigée Lebrun, Öl auf Leinwand, 98,5 x 71 cm, heute im Besitz des National Trust zu Waddesdon Manor, Aylesb …   Deutsch Wikipedia

  • Yolande — Jolante, Jolanthe, Jolande, Jolanda, Iolanda, Jolanta, Jolantha oder Jolanthe ist ein weiblicher Vorname. Der Name stammt aus dem Griechischen und bedeutet „Veilchenblüte“. Seit dem Lustspiel „Krach um Jolanthe“ von August Hinrichs (1930), in dem …   Deutsch Wikipedia

  • Famille De Polastron — La famille de Polastron est une famille noble française qui possédait le château de Noueilles.Terminé en 1668 ce château fut celui des comtes Polastron La Hillière, nobles et seigneurs de Grépiac, de Venerque et de Noueilles. Grand ensemble de… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”