Carlo Ossola

Carlo Ossola
Carlo Ossola (2008)

Carlo Maria Ossola (né le 11 mars 1946, à Turin) est un philologue et critique littéraire italien.
Depuis 2000, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine.

Sommaire

Biographie

Après avoir fait ses études au lycée Massimo D'Azeglio, à Turin, puis à la Faculté de lettres de l'université de Turin, où il a ensuite été assistant, puis maître-assistant de 1972 à 1976, Carlo Ossola a enseigné la littérature italienne à l'université de Genève jusqu'en 1982, à l'université de Padoue jusqu'en 1988, puis il est revenu dans sa ville natale comme professeur de littérature italienne à la Faculté de lettres de l'université de Turin, où il a enseigné jusqu'en 1999[1].
Il est, depuis 2000, professeur au Collège de France, où a été créée pour lui la chaire de Littératures modernes de l'Europe néolatine. Il a néanmoins gardé une autre responsabilité pédagogique, celle d'un master spécialisé dans la conservation des biens culturels et l'histoire du livre à l'université de Lugano.

Il est, avec Jack Ralite, à l’origine des « Lundis du Collège de France », projet, mis en place depuis 2006 en partenariat avec France Culture[2], consistant à délocaliser en divers lieux de la commune d’Aubervilliers quelques-uns des enseignements du Collège du France. Le but de ces conférences, s'appuyant notamment sur de grands textes de la littérature mondiale, est d’ouvrir des espaces de partage sur des thèmes de portée universelle[3].

Critique cité dans de nombreux ouvrages, il a notamment collaboré avec Cesare Segre à l’édition d’une anthologie de poésie italienne, en trois volumes (1997-1999), dans la collection « Pléiade » des éditions Einaudi/Gallimard.

Responsabilités scientifiques

Carlo Ossola est directeur, avec Vittore Branca, de la revue Lettere Italiane, fondée en 1948 et publiée par l'éditeur Olschki (Florence), et directeur de ses deux collections d'essais : « Biblioteca » et « Saggi »[4].
Il co-dirige, avec Franco Bolgiani, Giorgio Cracco et Mario Rosa, la Rivista di storia e letteratura religiosa, fondée en 1965 et publiée également chez Olschki (Florence), et il est directeur de ses deux collections d'essais : « Testi e documenti » et « Studi ».
Il est membre du comité de direction de l'Archivio italiano per la storia della pietà, fondé en 1951 et publié par les Edizioni di storia e letteratura (Rome).
Il est aussi membre du comité de direction de la collection « European Cultures. Studies in the Literature and the Arts », publiée chez Walter de Gruyter (Berlin-New York).
Il est directeur des « Cours internationaux de civilisation » (« Corsi internazionali di alta cultura ») de la Fondation Giorgio Cini (Venise), dont les actes sont publiés chez Olschki (Florence).
Il est président de l'Association internationale pour les études de langue et littérature italienne (AISLLI), fondée en 1951, dont les Actes de colloques sont publiés chez Olschki (Florence).
Enfin, il est aussi président du Centre de recherches sur les écritures de l'industrie et des sciences (CRISIS), fondé en 1996, dont les volumes sont publiés chez Marsilio (Venise).

Honneurs et distinctions

Carlo Ossola est membre de
Il a également été honoré de divers prix
  • en 1975, prix Bonavera pour les Belles-Lettres, Accademia delle Scienze, Turin;
  • en 1979, prix Vallombrosa pour la critique et la poésie, Florence;
  • en 1991, prix Roncaglia pour les Belles-Lettres, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome;
  • en 1997, prix Antonio Feltrinelli pour la critique littéraire, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome.
  • en 2010, prix Cesare Pavese pour son ouvrage Il Continente interiore (Marsilio, 2010)

Publications

En italien
  • L’ambito della « letteratura religiosa » : « capriccio e moralita » ?, Florence, Olschki, 1971.
  • Autunno del Rinascimento : « Idea del Tempio » dell’arte nell’ultimo Cinquecento, Florence, Olschki, 1971.
  • « L’esperienza religiosa di Ungaretti : dall’"Allegria" al "sentimento del tempo" », Rivista di Storia e Letteratura religiosa, 8, 1972.
  • « Per una "persuasibile" retorica », Lettere italiane, 3, 1972, 1972.
  • Sospensione del tempo, in E. Castelli (éd.), Il Simbolismo del tempo, Padova, Cedam, 1973.
  • Tradizione e traduzione dell’« Evangelio di San Matteo » di Juan de Valdés, in Eresia e riforma nell'Italia del Cinquecento, Florence, Sansoni, 1974 (Biblioteca del Corpus Reformatorum Italicorum, Miscellanea I,), p. 7-68.
  • Giuseppe Ungaretti, Milan, Mursia, 1975; 2e édition augmentée, 1982.
  • « Apoteosi ed ossimoro : retorica della traslazione e retorica dell’unione nel viaggio mistico a Dio : testi italiani dei secoli 16e-17e », Rivista di storia e letteratura religiosa, 12, 1977, p. 47-103.
  • « Metrica e semantica in Giovanni Giudici : (nota su « Lo sfasamento ») », Metrica, I, 1, 1978, p. 240-259.
  • Edipo e ragion di stato : mitologie comparate, Florence, Olschki, 1982.
  • Lutero e Juan de Valdés : intorno alla formula Beneficio di Cristo, Vicenza, Accademia olimpica, 1983.
  • Nei labirinti del beneficio di Cristo, Florence, Olschki, 1984.
  • La rosa profunda, Florence, Olschki, 1984.
  • « Li summarii », « li beneficii » e una « sposizione » nicodemita : Castelvetro in contesto, Paris, Université de la Sorbonne nouvelle, 1985.
  • Figurazione retorica e interni letterari : salons e tableaux (secoli 16e-18e), Florence, Olschki, 1985.
  • Rassegna di testi e studi tra Manierismo e Barocco, Florence, Olschki, 1985.
  • Dal « Cortegiano » all’« Uomo di mondo » : storia di un libro e di un modello sociale, Turin, Einaudi, 1987.
  • Figurato e rimosso : icone e interni del testo, Bologne, Il Mulino, 1988.
  • Giacomo Zanella e la poesia della scienza, Vicenza, Accademia Olimpica, 1994.
  • Giovanni Giudici : « L’anima e il nome », introd. à Giovanni Giudici, I versi della vita, éd. par R. Zucco, Milan, Mondadori, 2000.
  • Dante, poeta del ’900, Edizioni de Il Sole 24 Ore, 2002.
  • Gli Angeli Custodi : storia e figure dell’ « Amico vero », Turin, Einaudi Editore, 2004.
  • Le antiche memorie del Nulla, troisième édition augmentée d’un chapitre, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2007.
  • Mistici italiani dell’età moderna, textes réunis par Giacomo Jori, Introduction et choix iconographique de C. Ossola, Turin, Einaudi, 2007.
  • Il Continente interiore, Venise, Marsilio, collection « I nodi », 2010 (prix Cesare Pavese 2010[5]).
En français
  • Miroirs sans visage : du courtisan à l’homme de la rue, traduit par Nicole Sels, Paris, Seuil, 1997.
  • L’Instrument subtil (trad. de Nadine Le Lirzin), préface à Roland Barthes, Le Plaisir du texte précédé de Variations sur l’écriture, Paris, Seuil, 2000.
  • Figures de la lecture, in Id. et al., L’Œuvre et son ombre : que peut la littérature secondaire ?, sous la direction de Michel Zink, Paris, Éditions de Fallois, 2002.
  • Éternel Présent (trad. de Nadine Le Lirzin), introduction à Waldemar Deonna, ΕΥΩΔΙΑ : l’odeur suave des dieux et des élus, Turin, Nino Aragno Editore, « Europa restituta », 2003.
  • L’Avenir de nos origines : le copiste et le prophète, traduit en partie par Nadine Le Lirzin, Grenoble, Jérôme Millon, 2004.
  • Pour un vocabulaire mystique au XVIIe siècle : séminaire du professeur Carlo Ossola [2000-2001], textes réunis par François Trémolières, Turin, Nino Aragno Editore, 2004.
  • Préface (trad. de Nadine Le Lirzin) à Jacques Bénigne Bossuet, Sermon sur les Anges Gardiens, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2005.
  • Dante, poète européen (XIXe et XXe siècles) (trad. de Nadine Le Lirzin), in Id. et al., De Florence à Venise : hommage à Christian Bec, en co-direction avec François Livi, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, « Jalons », 2006.
  • Psyché : de l’amour et de l’âme (trad. de Nadine Le Lirzin), préface à Apulée, Éros et Psyché, trad. de Nicolas Waquet, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2006.
  • Avant-propos et Présence de Pétrarque (trad. de Nadine Le Lirzin), in Id. et al., Pétrarque et l’Europe, sous la direction de C. Ossola, Grenoble, Jérôme Millon, « Nomina », 2006.
  • Augustin au XVIIe siècle, actes du colloque 2004 au Collège de France organisé par C. Ossola, Florence, Olschki, 2007.
  • Les Raisons « en blanc » du baroque italien (trad. de Nadine Le Lirzin), in Id. et al., République des Lettres - République des Arts, mélanges en l’honneur de Marc Fumaroli, éd. Par Christian Mouchel et Colette Nativel, Paris, Droz, « Travaux d’humanisme et Renaissance », n° 445, 2008.
  • Leopardi : préludes et passions (trad. de Nadine Le Lirzin), in Id. et al., La Conscience de soi de la poésie, sous la direction d’Yves Bonnefoy, Colloques de la fondation Hugot du Collège de France (1993-2004), Paris, Seuil, « Le Genre humain », n° 47, 2008.
  • Préface à Augustin, Confessions portatives, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2009.
  • « Il les laissa vêtus de sa beauté », postface à Max Milner, Poésie et vie mystique chez saint Jean de la Croix, préface de Jean Baruzi, Paris, Éditions du Félin, 2010
  • « Seul en communion » (trad. de Nadine Le Lirzin), préface à Dag Hammarskjöld, Jalons, trad. de Carl Gustaf Bjurström et Philippe Dumaine, Paris, Éditions du Félin, 2010.
  • En pure perte : le renoncement et le gratuit, trad. de Nadine Le Lirzin, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2011.

Sources

  • (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Carlo Ossola » (voir la liste des auteurs)
  • Carlo Ossola, Titres et Travaux, Florence, Leo S. Olschki, 1998, 40 p. (le volume contient « Publications », liste par genre très détaillée, « Bilan des travaux » et « Projet d'enseignement et de recherche »).

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Carlo Ossola de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Carlo Maria Ossola — Carlo Ossola Carlo Maria Ossola (né le 11 mars 1946, à Turin) est un philologue et critique littéraire italien contemporain. Depuis 2000, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe… …   Wikipédia en Français

  • Ossola — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Ossola est un nom de famille notamment porté par : Aldo Ossola (né en 1945), joueur de basket ball italien ; Carlo Ossola (né en 1946) …   Wikipédia en Français

  • Carlo Restallino — (1776 1864) was an Italian painter and engraver. He was born at Zornasco (Domo d Ossola). Early in life, he moved to Munich, and there studied engraving under J. Dorner and M. Klotz. After that he visited Dresden, Berlin, and Italy. In 1808 he… …   Wikipedia

  • Carlo Cadorna — Pour les articles homonymes, voir Cadorna (homonymie). Carlo Cadorna (né le 8 décembre 1809 à Pallanza, une frazione de la commune de Verbania, au Piémont et mort à Rome le 2 décembre 1891) est un homme politique italien du… …   Wikipédia en Français

  • Ossola, Carlo — (Torino 1946 ) filologo e critico letterario, condirettore di “Lettere Italiane” …   Dizionario biografico elementare del Novecento letterario italiano

  • Vanzone con San Carlo — Administration Pays  Italie Région …   Wikipédia en Français

  • Vanzone con san carlo — Ajouter une image Administration Pays  Italie Région …   Wikipédia en Français

  • Anzola d'Ossola — Anzola d’Ossola …   Deutsch Wikipedia

  • Vanzone con San Carlo — Vanzone con San Carlo …   Deutsch Wikipedia

  • Repubblica dell'Ossola — Domodossola …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”