France Telecom Câble

France Telecom Câble

Numericable

NC-FondNoir-Baseline.jpg

Logo de Numericable
Dates clés 1985 : création par le groupe Lyonnaise des eaux de la société « Paris Câble »

1996 : Création du groupe Lyonnaise Communications
2005 : Fusion FTC, NC numericable
2006 : Rachat de UPC-Noos par Ypso Holding
2007 : Numericable devient la marque unique et Estvideo.com devient Estvideo-Numericable
2009 : Estvidéo devient Numericable

Forme juridique SAS
Slogan(s) « Montez en puissance »
Siège social Champs-sur-Marne
Drapeau de la France France
Direction Pierre Danon, PDG
Activité(s) Opérateur de télécommunications
Produit(s) Télévision par câble, Internet, Téléphonie, Téléphonie mobile, ADSL
Site Web http://www.numericable.fr/corporate/
Chiffre d'affaires 1,3 milliard d'euros (2008)

Numericable, entreprise détenue à 100 % par Ypso France groupe d'investissement d'origine britannique (Cinven), américaine (Groupe Carlyle) et en partie luxembourgeoise (Altice) est le principal câblo-opérateur de télévision et fournisseur d'accès à Internet par câble en France. L'entreprise est née en juillet 2007, de la fusion des réseaux historiques concurrents Noos et NC Numericable.

Bien que la marque du groupe soit désormais « Numericable », la gestion reste juridiquement administrée par deux sociétés distinctes : Numericable SAS et NC Numericable SA (ex Noos).

Sommaire

Historique

  • 6 juin 1985 : création par le groupe Lyonnaise des eaux de la société « Paris TV Câble » (future Lyonnaise Câble, Noos et Numericable)[1]
  • 1996 : La fusion de seize opérateurs permet de consolider le réseau Lyonnaise Communications pour développer des activités dans le domaine de la télévision.
  • novembre 1998 : 100 000 foyers sont abonnés à l'offre de télévision numérique.
  • mai 2000 : Noos devient la marque commerciale de Lyonnaise Communications.
  • octobre 2000 : Noos remporte le contrat du Sipperec pour le câblage de trente-huit communes de Paris et de la région parisienne.
  • novembre 2001 : Noos reprend les actifs de la filiale française du groupe NTL.
  • mars 2002 : Noos annonce 100 000 abonnés internet haut débit.
  • décembre 2003 : Noos rétablit l'équilibre financier en atteignant un Ebitda positif (excédant brut d'exploitation).
  • mars 2004 : le groupe Suez signe un accord de vente avec UGC Europe (United Global Communication) qui commercialise les réseaux étrangers Chello et UPC (United Pan-Europe Communications).
  • avril 2005: groupe Suez cède 100 % de ses parts à UGC, qui fusionne en juin 2005 avec sa maison mère américaine pour devenir Liberty Global, leader mondial à cette période.
  • À partir de 2006 : l'opérateur Noos est attaqué par des centaines de clients pour délit de vente forcée, défaut de service clientèle, refus de procéder au désabonnement de clients et diverses soustractions frauduleuses[2].
  • juin 2006 : Ypso holding (Cinven et Altice) rachète UPC France, quelques mois après l'acquisition de Numericable, fusion des marques Semnet, France Télécom Câble, TDF Câble et NC Numericable. Numericable était avant la fusion le deuxième câblo-opérateur français, en termes de prises raccordées. Ce groupe était issu de la fusion de France Télécom Câble et de NC Numericable en 2005, après rachat par Ypso Holding.
  • octobre 2006 : UPC-Noos et Numericable communiquent désormais avec la marque unifiée : Numericable Noos.
  • 12 juillet 2007 : les marques Noos et Numericable s'unissent et deviennent Numericable. Un nouveau logo et une campagne publicitaire démarre en août 2007.
  • août 2007 : Numericable devient la marque unique rassemblant les anciens réseaux France Télécom Câble, NC Numericable, TDF Câble, UPC et Noos. Estvideo.com devient Estvideo-Numericable sur l'Alsace et conserve son offre spécifique.
  • Septembre 2007 : Completel devient société soeur de Numericable
  • 13 septembre 2007, Numericable lance le service Numericable News.
  • 23 mai 2008, Numericable lance une offre de téléphonie mobile.
  • 10 juin 2008, Numericable renouvelle ses offres ADSL et ADSL-Cable grâce au réseau Completel.
  • 18 juin 2008, Numericable lance un portail personnalisable My Numericable et la nouvelle interface Webmail.
  • 1er septembre 2008, Pierre Danon est nommé président de Numericable.
  • Octobre 2008 : Signature d'un partenariat de distribution commerciale avec Darty pour lancer une offre en fibre optique
  • 16 décembre 2008, Numericable revoit ses services de gestion, assistance et relation clientèle.
  • Février 2009 : Numericable lance « NumeriSpace », service de télévision personnelle, disponible sur un canal dédié et via Internet.
  • 1er juillet 2009 : dès cette date, la marque Estvidéo disparaît et est remplacée par le sigle Numericable[3].

Réseau national

En 2009, Numericable contrôle la quasi totalité des réseaux câblés de France, ce qui représente « 9,5 millions de logements » potentiels (prises raccordées) soit près de 40% des foyers français, avec 3,5 millions d'abonnés à la télévision, 1 000 000 pour Internet et 740 000 pour la téléphonie[4]. Les données chiffrées rendues publiques par l'opérateur sont sujettes à caution du fait qu'il y a souvent confusion entre les services collectifs (ex-« service antenne ») avec les abonnés individuels à une offre payante. De plus, le taux de désabonnement n'est pas rendu public.

Capital

  • Numericable, SAS au capital de 16 849 995 euros - RCS Paris 379 229 529
  • NC Numericable, SA au capital de 968 852 361,63 euros - RCS Meaux B 400 461 950

Numericable SAS et NC Numericable SA sont des filiales à 100 % du groupe Ypso.

En décembre 2007, Carlyle et Cinven ont signé un accord visant à la vente d'actions dans l'ensemble Ypso. La nouvelle structure du capital serait donc :

  • Cinven : 35 %
  • Carlyle : 35 %
  • Altice : 30 %

Logos

Offre télévisuelle

Régulièrement modifiée, la liste des chaînes diffusées par Numericable comprend à la fois les chaînes nationales, locales et internationales ainsi que des programmes thématiques (cinéma, sport, jeunesse, fiction, divertissement, information, découverte…).

Plan de redéploiement

Après une procédure judiciaire contrainte par la DGCCRF (Répression des fraudes) en 2007, Numericable entend communiquer qu'il « repart à l’attaque » et annonce son objectif stratégique : raccorder à son réseau fibre optique « 7,5 millions de foyers à la fin 2009 ». À cet effet, Numericable prévoit d’investir « 250 millions d’euros par an »[5]. Avec « 10 000 raccordements par jour » annoncés, l’opérateur souhaite disposer d'une avance dans le déploiement de la fibre optique par rapport à ses concurrents, en remplaçant de l'ancienne infrastructure de son réseau (câble coaxial)[5], à condition toutefois, de réaliser les considérables et coûteux travaux pour cette réhabilitation. Ainsi, En mars 2009, l'opérateur estime à environ 4 millions de foyers éligibles, pouvant potentiellement avoir accès au réseau en fibre optique et bénéficier d'un débit à 100Mbits/s.[réf. souhaitée]

Dans le même domaine, France Télécom investit 270 millions d'euros jusqu'en 2009, le groupe Iliad un milliard d'euros jusqu'en 2013 et Neuf Cegetel 300 millions d'euros jusqu'en 2010.[réf. souhaitée]

Dans le même temps, le 5 novembre 2007, Numericable lance la commercialisation de son offre triple play (internet jusqu’à 100 Mbit/s+TV+téléphone illimité vers France et 45 destinations internationales)[6]. Numericable propose également une offre de TVHD « par le câble et/ou la fibre optique, permettant de dédier un débit spécifique à la diffusion des chaînes », à la différence de l'xDSL via le réseau téléphonique[7].

Grâce à cette rénovation et avec un modem compatible, l'opérateur déclare qu'un abonné peut être en mesure d'accéder à Internet jusqu'à 100 Mbit/s, aux chaînes TV en HD sur un nombre théoriquement illimité de téléviseurs à condition d'équiper chaque écran d'un terminal câble, au service de vidéo à la demande ainsi qu'à un forfait de téléphonie « illimitée ». L'opérateur commercialise également une offre de base comprenant uniquement Internet (jusqu'à 100 Mbit/s) et une offre « triple Play » (téléphonie, télévision et Internet).[réf. souhaitée]

Pratiques commerciales contestées

À la suite d'un nombre croissant de plaintes d'usagers de Noos concernant des difficultés à la fois commerciales, techniques et de communication avec l'opérateur, l'association loi de 1901 « Les déçus du câble » a été créée. Cette dernière a déposé plainte le 2 février 2007 contre Noos-Numericable pour « publicité mensongère, abus de biens sociaux, tromperie »[8][9]. À la suite à cette action en justice, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a décidé de placer Noos Numericable « sous surveillance »[10].

Dans son communiqué de presse la DGCCRF (Répression des fraudes) précise que les principaux points sur lesquels, elle porte son attention sur les dysfonctionnement concernant :

  • la qualité et la performance du service technique apporté aux clients ;
  • la facturation et la gestion des dépôts de garantie ;
  • les difficultés de traitement des réclamations et des demandes de résiliation ;
  • les difficultés à joindre un interlocuteur.

Cependant, après avoir observé « une diminution notable » des plaintes et des appels vers les hotlines et avoir « salué les efforts faits par la société dans la mobilisation de moyens nouveaux (…) pour consolider une approche améliorée de la relation avec la clientèle », la DGCCRF lève son dispositif de surveillance de Numericable, début juillet 2007 car à cette période, « la situation de crise observée en début d’année 2007 est en bonne partie résorbée »[11].

Le 15 septembre 2008, le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) a condamné la société Noos-Numericable pour « publicité mensongère, tromperie, vente forcée » ainsi que pour plusieurs entorses à la réglementation de la vente à domicile et à distance[12]. L'opérateur a exploité une publicité mensongère concernant « le prix des prestations téléphoniques, le prix et la composition de la TV numérique et la portée des engagements » exploités entre 2005 et 2007. Le câblo-opérateur a été condamné à 150 000 euros d'amende. Son président de 2006 jusqu'à la mi-2008 a été condamné à 25 000 euros d'amende pour « tromperie » ainsi que plusieurs « infractions au code de la consommation » : lors des démarchages, absence de contrat et de formulaires de rétractation, défaut d'information sur les tarifs, confirmation tardive de contrat en vente à distance.

Plusieurs associations et groupements d'abonnés à Numericable se sont formés afin de protester contre certaines pratiques du câblo-opérateur et pour intervenir auprès de la presse et des organismes publics pour défendre les usagers raccordés à l'opérateur Numericable :

  • « Les déçus du câble » ;
  • « Miséricable »[13] ;
  • « Les câblés »[14] ;
  • l'Association des clients du câble et usagers de la fibre (ACCUF)[15].

Le 29 juillet 2008, une pétition est organisée par les sites d'usagers Cable-info.net et Les-cables.fr pour dénoncer l'augmentation de 2 euros imposée le 1er septembre 2008 à tous les abonnés[16].

Notes et références

  1. Renseignements juridiques de la société Paris Câble, societe.com.
  2. (fr) Gilles Cordillot « Les victimes de Noos demandent réparation », Le Parisien, 27 mai 2008
  3. (fr) « Est Vidéo disparaît » sur le site www.e-alsace.net, 26 mai 2009
  4. Thomas Pagbe, Numericable (ex Noos) remonte-t-il en puissance ?, Silicon.fr, 28 août 2007.
  5. a  et b Numericable repart à l'attaque, La Tribune, 29 août 2007.
  6. Bruno C., Numericable : nouvelle offre triple-play à venir, Generation-net.com, 30 octobre 2007.
  7. Numericable complète son offre TV HD Numericable FAI, Échos du Net, 21 novembre 2007.
  8. P.B. avec AFP, « Les déçus du câble » passent à l’action contre Noos, 20 minutes
  9. (fr) « Les déçus du câble » portent plainte contre Noos-Numericable sur 01net.com, 9 février 2007
  10. La direction de la concurrence place Noos « sous surveillance », Le Monde, 16 février 2007.
  11. La DGCCRF met fin à la surveillance de Numericable, Le Nouvel Observateur, 6 septembre 2007.
  12. « Noos condamné pour publicité mensongère », Le Figaro, 15 septembre 2008.
  13. (fr) « Les Déçus du Câble, Miséricable & SOS Internautes maintiennent la pression sur Numericable-Noos » sur Zone HD, 4 mars 2007
  14. (fr) « Les abonnés de Numericable protestent contre l’augmentation des tarifs » sur zdnet, 30 juillet 2008
  15. (fr) « Les 5 problèmes les plus fréquents », 20 minutes, 26 janvier 2007
  16. (fr) « Les abonnés à Numericable pétitionnent contre la hausse de l'abonnement », Le Monde Informatique, 29 juillet 2008

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail des entreprises Portail des entreprises
  • Portail de la télévision Portail de la télévision
Ce document provient de « Numericable ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article France Telecom Câble de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • France Télécom Câble — Numericable Logo de Numericable Dates clés 1985 : création par le groupe Lyonnaise des eaux de la société « Paris Câble » 1996 : Création du groupe Lyonnaise Communications …   Wikipédia en Français

  • France télécom Cable — Numericable Logo de Numericable Dates clés 1985 : création par le groupe Lyonnaise des eaux de la société « Paris Câble » 1996 : Création du groupe Lyonnaise Communications …   Wikipédia en Français

  • France-Télécom — Logo de France Télécom SA Création 1988 Dates clés 1988 Séparation des …   Wikipédia en Français

  • France Telecom — France Télécom Logo de France Télécom SA Création 1988 Dates clés 1988 Séparation des …   Wikipédia en Français

  • France telecom — France Télécom Logo de France Télécom SA Création 1988 Dates clés 1988 Séparation des …   Wikipédia en Français

  • France télécom — Logo de France Télécom SA Création 1988 Dates clés 1988 Séparation des …   Wikipédia en Français

  • France Télécom — Création 1988 Dates clés 1988 : séparation des PTT 1990 : transformation en exploitant de droit public 1996 : transformation en SA 1997&# …   Wikipédia en Français

  • France Telecom R&D — Orange Labs Bâtiment d Orange Labs, Rennes Orange Labs (dénommé également France Télécom R D avant janvier 2007[1]) est la division recherche et développement du groupe France Télécom. Cette division était issue de d …   Wikipédia en Français

  • France Télécom R&D — Orange Labs Bâtiment d Orange Labs, Rennes Orange Labs (dénommé également France Télécom R D avant janvier 2007[1]) est la division recherche et développement du groupe France Télécom. Cette division était issue de d …   Wikipédia en Français

  • France telecom e-commerce — Alapage Logo de Alapage Dates clés   Personnages clés Christophe LASSERRE (PDG) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”