Antoni Henryk Radziwiłł

Antoni Henryk Radziwiłł
Le prince Anton Radziwill (vers 1810)

Le prince Antoni Henryk Radziwiłł, XIIe duc de Nieśwież puis (à compter de 1813) XIe duc d’Ołyka (né le 13 juin 1775 à Vilnius; † 7 avril 1833 à Berlin), est un homme d'État et junker prusso-polonais, ainsi qu'un compositeur.

Sommaire

Années de jeunesse

Anton est un rejeton de la lignée des Radziwiłł, la famille noble la plus riche et la plus influente de la première république de Pologne, comptant au nombre des neuf familles qui étaient titulaires du titre de prince impérial depuis au moins 1515 et qui seule continuait à porter ce titre en Pologne depuis 1569. Il étudia avec son frère à l'université de Göttingen de 1792 à 1794 et fut ensuite invité à la cour de Frédéric-Guillaume II. Au cours de la visite des souverains de Prusse, Frédéric-Guillaume II et Louise, au domaine des Radziwill à Nieborów (non loin de Varsovie) en 1795 (après la troisième partition de la Pologne, qui vit Varsovie devenir ville prussienne), Anton fit la connaissance d'une nièce de Frédéric II et sœur du prince Louis-Ferdinand, la princesse Louise-Frédérique de Prusse, en tomba amoureux et, après de longs pourparlers avec la famille régnante de Prusse, obtint sa main le 17 mars 1796.

Débuts dans la politique

La princesse Frédérique-Louise de Prusse, pastel d’Élisabeth Vigée-Lebrun (1801).

Anton Radziwill partageait sa vie entre Berlin, Posen, Varsovie, Nieborów et Saint-Pétersbourg, toujours préoccupé de relever la Pologne, du moins une Pologne sous union personnelle avec le royaume de Prusse, vision largement incomprise et peu partagée des Polonais. Tant que la Prusse-Méridionale et sa capitale Varsovie demeura prussienne, ses projets n'eurent d'autre visée que de faire renaître un royaume de Pologne qui serait gouverné par le roi de Prusse. De 1802 à 1805, le prince Poniatowski apporta son soutien à ces idées. En 1806, Frédéric-Guillaume III se décida enfin à faire siennes les conceptions de Radziwill et le chargea de rédiger une constitution pour la Pologne prussienne, qui devait redevenir « royaume de Pologne », avec son propre gouvernement et sa propre armée, dont Radziwill lui-même serait le vice-roi et Tadeusz Kościuszko le gouverneur militaire. Mais les défaites d'Iéna et d’Auerstadt réduisirent à néant tous ces projets.

Une décision cruciale

À partir de 1812, l'avenir de la Pologne ne dépendait plus que du seul tsar Alexandre Ier ; or pour le prince Radziwiłł l'enjeu ne se limitait pas au destin de la Pologne, mais aussi au devenir du gigantesque héritage de la branche aînée des Radziwiłł en Biélorussie (qu'on appelait alors encore la « Lithuanie ») et en Ukraine : les majorats de Nieśwież, d’Olyka et de Mir. Leur propriétaire du moment, son cousin Dominik Radziwiłł, avait été tué au cours de la campagne d'Allemagne en décembre 1813 et sa veuve essaya de capter les terres qui devaient échoir à sa fille, la princesse Stéphanie zu Sayn-Wittgenstein. Mais finalement Alexandre Ier décida en 1814 d'attribuer les deux principaux fiefs au prince Anton, la terre allodiale de Mir en Lithuanie restant seule propriété de la princesse zu Sayn-Wittgenstein. La dernière héritière de ce fief de plus de 18 000 km² (une superficie supérieure par exemple à celle de la Franche-Comté), fut une fille de Stéphanie, la princesse Marie von Hohenlohe (1829 † 1897), épouse du chancelier Chlodwig zu Hohenlohe-Schillingsfürst. La princesse Marie du vendre ces terres à la fin du XIXe siècle car les lois impériales de cette époque interdirent aux étrangers de posséder des terres en Russie ; en revanche, les majorats des descendants d'Anton Radziwill restèrent leur propriété jusqu'en 1939.

Propriétaire terrien

En 1815, la situation du prince Anton changea radicalement. Il vivait dans son palais rococo du n°77 de la Wilhelmstraße à Berlin. Il ne possédait que peu de biens en Prusse : le majorat de Przygodzice avec, non loin d’Ostrowo en Posnanie, le pavillon de chasse Antonin que Karl Friedrich Schinkel avait faît bâtir entre 1822 et 1824, et la forêt de Ruhberg (sur le Kowary dans les Monts des Géants), acquis en 1824. Dans le Royaume du Congrès, il conservait la jouissance des terres de Nieborow et d’Arkadia avec le château familial de Nieborow près de Łowicz, et le somptueux Palais-Radziwill dans le centre de Varsovie. La plus grande partie de ses terres, les deux grands majorats, se trouvaient désormais entièrement en Russie, ou plus précisément dans les régions de Pologne annexées par la Russie lors des 2e et 3e partitions de la Pologne. Le château de Nieśwież (comptant près de 350 pièces), abandonné et devenu insalubre, ne devait retrouver sa splendeur passée qu'avec les travaux entrepris par un des neveux d'Anton, Friedrich Wilhelm Anton (né en 1833). D'autres possessions dévastées étaient celles de Galicie, sous occupation autrichienne. À l'issue du Congrès de Vienne, auquel Radzwiłł assista en qualité de conseiller du tsar, le prince rentra à Berlin, fermement décidé à rester désormais quoi qu'il arrive sujet prussien, alors qu'il avait envisagé deux années plus tôt de déménager en Russie. Ses liens avec la famille régnante de Prusse l'aidèrent énormément à conserver la propriété de ses terres en Russie.

Gouverneur de Posen

Fichier:Antoni Radziwill.jpg
Le prince Radziwill gouverneur.

Conséquence du Congrès de Vienne, la région de Posen échut à la Prusse avec le statut de Grand-duché de Posen, la population à majorité polonaise y conservant une large autonomie. Au printemps 1815, le prince Anton fut nommé lieutenant-général et gouverneur du Grand-duché désormais prussien, et par la suite rejoignit en tant que membre le Conseil d'État de Prusse. Il fut décoré chevalier de l’Ordre de l'Aigle noir. Le 20 juillet 1815, il arrivait à Posen et fixa sa résidence administrative dans l’ancien collège jésuite, un imposant édifice baroque. Le 3 août de la même année il reçut les 700 députés de la noblesse, du clergé, des fonctionnaires et des paysans. Il considérait qu'il était de son devoir de réconcilier la Pologne (dont il était un éminent aristocrate) avec la Prusse et de l'attacher à la dynastie régnante, alors que les Polonais ne rêvaient que d’indépendance.

En tant que gouverneur, il n'exerçait que des fonctions de représentation et de conseil : il présidait les deux chambres régionales de Bromberg, et opposait son veto contre tous les arrêts concernant la nationalité des sujets polonais, le roi de Prusse pouvant seul juger en dernier ressort. S'il parvint à établir des relations cordiales avec le premier président de la province, Joseph von Zerboni di Sposetti, il se fit du général von Röder, commandant les forces d'occupation prussiennes du grand-duché, un ennemi déclaré. Radziwill fit beaucoup pour les Polonais : il leur réserva les postes dans l'administration et le clergé, appuya les pétitions au roi de la chambre régionale de Posen et aida financièrement les élites polonaises. Tous louaient sa culture, sa courtoisie et ses talents de diplomate. Sa femme, la princesse Louise, était elle-même très populaire par ses actions de bienfaisance. Ses liens privilégiés avec la cour de Berlin et le chancelier von Hardenberg, avec lequel elle correspondit pendant des années, empêchèrent l'adoption de mesures anti-polonaises proposées par les fonctionnaires prussiens.

La carrière politique d’Anton Radziwiłł (déjà ternie par les négociations de mariage avortées de sa fille Elisa Radziwill avec le prince Guillaume entre 1822 et 1826) se trouva définitivement ruinée en 1830 avec l’Insurrection de novembre 1830 qui bouleversa le Royaume du Congrès, notamment par le rôle qu'y joua son frère Michel, le dernier chef de l'armée des insurgés. En février 1831, Frédéric-Guillaume III supprima la charge de gouverneur du grand-duché de Posen. Le 27 janvier 1833, Radziwill fut démis de toutes ses charges gouvernementales. Il partagea ses dernières années entre son domaine de Ruhberg à Teplitz en Bohême et Berlin.

Anton Radziwiłł mourut à Berlin en 1833 et fut inhumé dans la cathédrale de Poznań. Son épouse mourut à son tour trois ans plus tard. Les majorats furent partagés entre ses fils, ne laissant subsister que deux lignées ducales : les ducs de Nieśwież (aujourd'hui Niasvij en Biélorussie) et d’Olyka en Volhynie dans l'actuelle Ukraine. Il faudra attendre 1960 (soit la sixième génération de la descendance d'Anton) pour que les deux titres soient de jure réunifiés en la personne du prince Ferdinand Radziwill (né en 1935 à Olyka, † 1992 à Varsovie où il était médecin), qui toutefois ne possédait plus aucun des fiefs de la famille.

Le compositeur

Radziwill était un chanteur de talent et un violoncelliste virtuose qui signa quelques compositions remarquées des connaisseurs. Sa partition la plus remarquable est celle qu'il composa pour le Faust de Goethe (1811–1830), à qui Carl Friedrich Zelter l'avait présenté. Goethe fit part au prince polonais de ses idées et de ses aspirations. Une représentation des premières scènes du Faust se déroulèrent à l'occasion du 50e anniversaire de son épouse Louise le 24 mai 1820 au palais familial à Berlin ; une nouvelle représentation eut lieu quinze jours plus tard au château de Monbijou. Toutefois l'œuvre ne devait être terminée que trois ans avant la mort de Radzwill ; jusqu'en 1860, l'Académie de Chant de Berlin, dont le prince était membre et où il se produisait régulièrement, en donna chaque année une interprétation. Le 25 octobre 2005, l’Académie de chant donna une nouvelle représentation de l'œuvre, les archives de la Chorale, que l'on croyait perdues depuis des décennies, ayant été retrouvées en Ukraine et restituées à Berlin[1]. Radziwill composa quelques airs pour piano et plusieurs chants sur des paroles en français, polonais et allemand.

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Anton_Radziwiłł » (voir la liste des auteurs)
  • Almanach de Gotha, Perthes, Gotha
    • 77e année. (1840)
    • 124e année (1887)
  • Ingvar Holm: Industrialismens scen. Ur revolutionernas och varumässormas teaterhistoria, Gebers, Stockholm 1979, ISBN 91-2006030-0
  • Comte B. von Hutten-Czapski: Sechzig Jahre Politik und Gesellschaft, Mittler, Berlin 1936 (2 Bde.)
  • Szymon Konarski: Armorial de la noblesse polonaise titrée, Selbstverlag, Paris 1957
  • Tadeusz Nowakowski: Die Radziwills. Die Geschichte einer großen europäischen Familie, dtv, München 1975, ISBN 3-423-01102-5
  • Thekla von Schober: Unter fünf Königen und drei Kaisern. Unpolitische Erinnerungen einer alten Frau, Flemming, Glogau 1891

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoni Henryk Radziwiłł de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Antoni Radziwiłł — Saltar a navegación, búsqueda Antoni Radziwiłł, en 1810. El príncipe Antoni Henryk Radziwiłł, duque de Nieśwież (hoy en Bielorrusia) y Olyka (Ołyka) (hoy en Ucrania), (Vilna, 13 de junio de 1775 Berlín, 7 de abril de 1833) f …   Wikipedia Español

  • Radziwiłł — in Polish, ( lt. Radvila; de. Radziwill; be. Радзівіл, Radzivił; la. Radvil) is a family of high nobility which has been powerful and important for centuries, first in the Grand Duchy of Lithuania and later in the Polish Lithuanian Commonwealth.… …   Wikipedia

  • Antoni Radziwiłł — Infobox Szlachcic name=Antoni Henryk Radziwiłł caption=1890 portrait by Jan Jaroszyński family=Radziwiłł CoA=Trąby (var. Radziwiłł) father=Michał Hieronim Radziwiłł mother=Helena Przeździecka consorts=Louise of Prussia children=Fryderyk Wilhelm… …   Wikipedia

  • Radziwiłł — est le nom d une des plus anciennes et des plus riches maisons lituano polonaises. Elle commence à figurer dans l histoire au XIVe siècle, et porte depuis 1518 le titre de prince du Saint Empire romain germanique. Sommaire 1 Membres… …   Wikipédia en Français

  • Radziwiłł —   [ra dʑiviu̯], eingedeutscht Rạdziwill, litauisch Rạdvila, polnisches Magnatengeschlecht ursprünglich litauischer Herkunft, das seit dem 15. Jahrhundert in Politik, Verwaltung und Armee einflussreich war. Der Stammvater, Mikołaj Radziwiłł(*… …   Universal-Lexikon

  • Anton Radziwill — Fürst Anton Radziwill (um 1810) Fürst Anton Heinrich (Antoni Henryk) Radziwiłł, 12. Herzog von Nieśwież und (seit 1813) 11. von Ołyka (* 13. Juni 1775 in Vilnius; † 7. April 1833 in Berlin), war ein polnischer und preu …   Deutsch Wikipedia

  • Fürst Anton Radziwill — (um 1810) Fürst Anton Heinrich (Antoni Henryk) Radziwiłł, 12. Herzog von Nieśwież und (seit 1813) 11. von Ołyka (* 13. Juni 1775 in Vilnius; † 7. April 1833 in Berlin), war ein polnischer und preu …   Deutsch Wikipedia

  • Michał Hieronim Radziwiłł — by Anton Graff Born October 10, 1744(1744 10 10) Krakow …   Wikipedia

  • Anton Radziwiłł — Fürst Anton Radziwill Fürst Anton Heinrich (Antoni Henryk) Radziwiłł, 12. Herzog von Nieśwież und (seit 1813) 11. von Ołyka (* 13. Juni 1775 in Vilnius …   Deutsch Wikipedia

  • Mikołaj Krzysztof "the Orphan" Radziwiłł — For other people with the name of Mikolaj Radziwiłł, see Mikołaj Radziwiłł (disambiguation). Mikołaj Krzysztof Radziwiłł Mikolaj Krzysztof Sierotka Radziwill Born August 2, 1549 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”