Eminence grise

Eminence grise

Éminence grise

Éminence grise est une expression désignant un conseiller influent qui reste dans l'ombre d'une personnalité politique ou autre.

Cette expression fut pour la première fois employée pour Joseph François Leclerc du Tremblay dit aussi le Père Joseph (1577-1638) conseiller occulte de Richelieu, Premier ministre de Louis XIII. Parce qu'il était capucin, il portait une bure grise, parce qu'il fut créé cardinal peu avant sa mort, et qu'on le considérait aussi puissant que Richelieu, il eut droit au titre d'éminence. Il joua un rôle déterminant dans la dernière phase de la Guerre de Trente Ans, notamment par l'intervention de la Suède qu'il provoqua.

Plusieurs hommes politiques dans l'histoire furent ainsi qualifiés parce qu'ils exercèrent des responsabilités considérables dans l'ombre d'un homme d'État : le colonel House auprès du Président Woodrow Wilson, Harry Hopkins auprès du Président Franklin Delano Roosevelt, Jean Jardin auprès de Pierre Laval, Marie-France Garaud et Pierre Juillet auprès de Georges Pompidou, puis de Jacques Chirac, Alexandr Iakovlev auprès de Mikhaïl Gorbatchev, Martin Bormann auprès de Adolf Hitler....

Au XVe siècle, Tanneguy du Châtel, conseiller de Charles VII eut ce rôle.

Au XVIIIe siècle, Madame de Pompadour aurait pu avoir ce rôle vis-à-vis de Louis XV si elle était resté dans l'ombre.

Le plus célèbre d'entre eux, à l'époque contemporaine, fut certainement Henry Kissinger, conseiller du Président Richard Nixon, qui le fit sortir de l'ombre en le nommant Secrétaire d'État en 1973.

L'éminence grise se distingue d'un conseiller habituel par l'influence qu'il exerce largement au-delà de ses responsabilités officielles. Ce sont par exemple :

  • St. John Philby qui négocie, au nom d'Ibn-Séoud, la frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen en 1936/37,
  • Jean Jardin qui établit les premiers contacts avec le gouvernement d'Alger et les Américains avec l'accord de Pierre Laval en 1942/43,
  • Harry Hopkins qui incite Roosevelt à une politique d'intransigeance vis à vis du Reich pour conduire à l'entrée en guerre des États-Unis en 1941,
  • Egon Bahr qui mène l'Ostpolitik du Chancelier Willy Brandt en 1969/74,
  • Marie-France Garaud qui obtient le départ du Premier ministre du Président Georges Pompidou, Jacques Chaban-Delmas en 1972,
  • Henry Kissinger qui mène du début à la fin le rapprochement entre la Chine et les États-Unis en 1970/71,
  • Alexandr Iakovlev qui fait prendre conscience à Mikhaïl Gorbatchev de la faillite du système soviétique en 1986/89 et de la nécessité de la réunification allemande en 1989.

L'ambition, ou l'extrême médiatisation du pouvoir à l'époque contemporaine, fait parfois sortir l'éminence grise de l'ombre, pas toujours avec succès. Ainsi Henry Kissinger a connu la brillante carrière que l'on sait, mais Marie-France Garaud n'a pas pu utiliser sa notoriété ou son savoir-faire pour entamer une carrière politique.

Généralement, la vocation de ces personnages est de rester dans l'ombre.

Bibliographie

  • Henry d'Yvignac, L'Éminence grise (le père Joseph), Librairie du Dauphin, coll. « Les Grands hommes d'État catholiques », Paris, 1931, 164 p.
  • Georges Grente, L'Éminence grise, Gallimard, Paris, 1941, 219 p.
  • Aldous Huxley, Grey Eminence: A Study in Religion and Politics, Chatto and Windus, Londres, 1941, 288 p., (ISBN 978-0701108021). Ouvrage publié en trois éditions séparéées, en France, en 1945 :
    • L'Éminence grise : essais et notes (traduction de Jules Castier), Éditions universelles, coll. « Univers » no 1, Paris, 1945, 303 p.
    • L'Éminence grise : études de religion et de politique (traduction de Jules Castier), Éditions du Rocher, coll. « L'Hippocampe » no 6, Monaco, 1945, 391 p. – Seule édition ayant continué à être diffusée.
    • L'Éminence grise (traduction de Claire et Marthe Gauthier), éditions Charlot, coll. « Les cinq continents », Alger, 1945, 317 p.
  • Pierre Assouline, Une éminence grise : Jean Jardin, 1904-1976, Balland, Paris, 1986, 374 p., (ISBN 2-7158-0607-8).
  • Christine Fauvet-Mycia, Les Éminences grises, éditions Belfond, coll. « Documents », Paris, 1988, 225 p., (ISBN 2-7144-2112-1).
  • Roger Faligot et Rémi Kauffer, Éminences grises, Fayard, Paris, 1991, 432 p.-8 p. de planches illustrées, (ISBN 2-213-02956-3).
  • Yves Théorêt et André-A. Lafrance, Les Éminences grises : à l'ombre du pouvoir, Hurtubise HMH, coll. « Cahiers du Québec » no 146 et coll. « Communications et science politique », Montréal, 2006, II-325 p., (ISBN 2-89428-887-5).

Articles connexes

  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « %C3%89minence grise ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Eminence grise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • éminence grise — ► NOUN (pl. éminences grises pronunc. same) ▪ a person who exercises power or influence without holding an official position. ORIGIN French, grey eminence ; the term was originally applied to Cardinal Richelieu s grey cloaked private secretary,… …   English terms dictionary

  • éminence grise — [ā mē näns grēz′] n. [Fr, lit., gray eminence, nickname of François Leclerc du Tremblay (1577 1638), Fr monk and confidential agent of, and an assumed influence over, Richelieu: so named from the color of his habit] a person who wields great… …   English World dictionary

  • Éminence grise — Peinture de François Leclerc du Tremblay par Jean Léon Gérôme Éminence grise est une expression désignant un conseiller influent qui reste dans l ombre d une personnalité politique ou autre. Cette expression fut pour la première fois employée… …   Wikipédia en Français

  • Éminence grise — An éminence grise (French for grey eminence ) is a powerful advisor or decision maker who operates secretly or unofficially. This phrase originally referred to François Leclerc du Tremblay, the right hand man of Cardinal Richelieu. Leclerc was a… …   Wikipedia

  • eminence grise — em|i|nence grise [ˌemınɔns ˈgri:z US na:ns ] n plural eminences grises [Date: 1800 1900; : French; Origin: éminence grise gray eminence , originally used of Père Joseph, adviser of the French minister Cardinal Richelieu] someone who has… …   Dictionary of contemporary English

  • éminence grise — noun (plural éminences grises) Etymology: French, literally, gray eminence, nickname of Père Joseph (François du Tremblay) died 1638 French monk and diplomat, confidant of Cardinal Richelieu who was known as Éminence Rouge red eminence; from the… …   New Collegiate Dictionary

  • éminence grise — UK [ˌemɪnɒ̃s ˈɡriːz] / US [ˌeɪmɪnɑ̃s ˈɡrɪz] noun [countable] Word forms éminence grise : singular éminence grise plural éminences grises formal someone who secretly has power in a particular area of activity, because they can influence a powerful …   English dictionary

  • éminence grise —    (ay mee nahns GREEZ) [French: gray eminence] The power behind the throne; a person able to influence or manipulate those in high places, often in an unofficial capacity or in secret.    Cardinal Richelieu was the éminence grise during the… …   Dictionary of foreign words and phrases

  • Eminence grise — Als Graue Eminenz (französisch: éminence grise) wird eine einflussreiche Person verstanden, die nach außen nicht oder kaum in Erscheinung tritt. Meist ziehen diese Personen im Hintergrund die Fäden, indem sie Ratschläge geben und Meinungen bilden …   Deutsch Wikipedia

  • eminence grise — noun (French) a person who exercises power or influence in certain areas without holding an official position the President s wife is an eminence grise in matters of education • Usage Domain: ↑French • Hypernyms: ↑important person, ↑influential… …   Useful english dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”