Réservoir de biodiversité

Réservoir de biodiversité

Les « réservoirs de biodiversité » (parfois dénommés « cœurs d'habitat » ou « noyaux de biodiversité ») sont en France l'une des quatre composantes majeures de la la trame verte et bleue dans le cadre de laquelle ils doivent être cartographiées ou sont encore à cartographier (les trois autres grands éléments, complémentaires, étant à prendre en compte et cartographier étant les Corridors biologiques, les zones-tampon et la matrice, dans laquelle peuvent s'intégrer des Les « Espaces naturels relais »[1])
Les « réservoirs de biodiversité » sont en quelque sorte les « Point chaud de biodiversité » (« Hot-spot ») existant ou à restaurer aux échelles régionales.

Ces réservoirs de biodiversité sont souvent mieux appréhendés à l'échelle des « sous-trames », mais plusieurs sous-trames peuvent se superposer dans un même réservoir (par exemple la sous-trame des milieux forestiers et la sous-trame zones humides dans le cadre d'une forêt alluviale inondée.
Ces réservoirs représentent sur les cartes de la Trame verte et bleue par exemple des forêts, des dunes, landes, coteaux calcaires, des cours d'eau ou parties de cours d'eau, des zones humides importants voire vitaux pour la préservation et/ou restauration de la biodiversité, ou l'association de deux ou plus de ces milieux.

Ces réservoirs sont reliés entre eux soit par des corridors écologiques et plus ou moins connectés à des « espaces naturels relais » et à la « matrice écopaysagère ». Ils fonctionnent en réseaux de réservoirs, ces réseaux étant plus ou moins fermés/ouverts et interconnectés ou physiquement reliés ; c'est-à-dire directement ou physiquement ou fonctionnellement reliés entre eux pour certains mais pas nécessairement pour tous.

Leur caractérisation et l'établissement de leurs périmètres est en cours dans le cadre des SRCE (pour les régions qui ne l'ont pas encore fait) ; Il peut et doit profiter des inventaires naturalistes (dont ZICO, inventaire national du patrimoine naturel et inventaires ZNIEFF réactiualisés, parfois dits « ZNIEFFs nouvelle génération » qui intègrent une dimension fonctionnelle, permettant, au moins pour partie de réintroduire l'importance fonctionnelle de la biodiversité ordinaire (celle qui régresse le plus), par rapport à la biodiversité dite remarquable (stabilisée ou en moindre régression grâce aux mesures de protections mises en œuvre depuis les années 1970 surtout).
Pour établir les périmètres des réservoirs de biodiversité, les écologues se basent aussi sur les listes rouges de l'UICN, l'inventaire national de la biodiversité, des travaux des observatoires régionaux de la biodiversité, des listes d'espèces endémiques ou protégées (nationale, régionale) des listes d'espèces déterminantes (régionales)...

Sommaire

Histoire de la notion et de son application

Cette notion est issue du corpus théorique et pratique de l'écologie du paysage.
Elle s'est diffusée suite au Grenelle de l'environnement, aux Lois Grenelle (Grenelle 1, Grenelle 2) et à la stratégie paneuropéenne pour la protection de la diversité biologique et paysagère[2].

La caractérisation et l'établissement de leurs périmètres, en vue de leur cartographie à échelle nationale, sous l'égide du Muséum national d'histoire naturelle de Paris est en cours dans le cadre des SRCE (Schémas régionaux de cohérence écologique), pour les régions qui ne l'ont pas encore fait ;

Éléments de définitions

Un 'réservoir de biodiversité est un espace (parfois dit « cœur de nature ») où, dans une matrice paysagère, la biodiversité est plus marquée, mieux représentée et plus représentative de l'écopotentialité locale et régionale. Les espèces présentes ou potentiellement présentes y trouvent plus facilement les conditions vitales à leur maintien et au fonctionnement des écosystèmes.
Les espèces typiques des milieux qui y sont présentes peuvent s'y épanouir durant toutes les phases normales de leur cycle de vie (cf. espèces migratrices qui effectuent une partie de leur cycle de vie ailleurs) ; naissance, métamorphose le cas échéant, alimentation, reproduction, repos, hivernage, halte migratoire, et interactions normales avec les autres espèces dans le cas des symbioses, commensalisme, mutualisme, relations prédateur-proies, parasitoses, pollinisation, etc.).

Ce sont souvent des milieux qui abritent des « espèces-parapluie », et/ou patrimoniales à sauvegarder et qui donc incluent fréquemment déjà des périmètres réglementaires d'aires protégées (dont par exemple Sites Natura 2000, réserve naturelle, Arrêté préfectoral de biotope, Réserve naturelle régionale, etc.

On distingue généralement :

  1. des réservoirs biologiques qui sont des entités écologiques jouant un important rôle de noyaux de dispersion ;
  2. des espaces rassemblant des milieux de grand intérêt ;
  3. des espaces pouvant aussi accueillir des individus d'espèces venant d’autres réservoirs de biodiversité.
  4. une zone d'extension, autour du réservoir, pouvant parfois aussi jouer le rôle de zone-tampon[3].

Paramètres de définition

Les paramètres étudiés pour les définir et caractériser sont au moins :

  • leur taille (superficie),
  • leur forme, et la Compacité de cette forme (qui a une importance pour leur écotone et la taille de leur "cœur")
  • leur histoire
  • leur naturalité, à évaluer par rapport à l'écopotentialité du territoire considéré
  • leur connectivité écologique
  • leur éventuelle fragmentation
  • leur densité de maillage (par exemple dans le cas d'un bocage, ou d'un complexe de zones humides et réseau hydrographique.

L'analyse de ces critères, avec une approche écosystémique et avec des outils spécifiques (en partie sur SIG) permettent d'évaluer un Potentiel de Réservoir de Biodiversité (PRB)[3].

Voir aussi

Bibliographie

  • Bonnin Marie, « Les corridors, vecteur d’un aménagement durable de l’espace favorable à la protection des espèces », Natures Sciences Sociétés, n° 14, pp. S67-S69, 2006.
  • Bonnin Marie, Les corridors écologiques, Vers un troisième temps du droit de la conservation de la nature, collection Droit du patrimoine culturel et naturel, L’Harmattan, 270 pages, 2008. (ISBN 978-2296055810)

Guides, sites et documents d'aide et conseil

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Références

  1. HENDOUX, F., 2006. - Atlas régional de la Trame verte et bleue. Cahier méthodologique. Pour le Conseil régional Nord-Pas de Calais, Centre régional de phytosociologie / Conservatoire botanique national de Bailleul, 74 p. + annexes.
  2. Informations sur la stratégie paneuropéenne pour la protection de la diversité biologique et paysagère (PEEN pour les anglophones)
  3. a et b Présentation Biotope, Les Trame Vertes et Bleues: un outil au service de la conservation de la biodiversité, Atelier Urbanisme – DDTM 33 11 mars 2011

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Réservoir de biodiversité de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Biodiversite — Biodiversité Diverses espèces épiphytes dans une forêt humide en Amérique centrale. Les écosystèmes de la zone intertropicale hébergent la plus grande partie de la biodiversité mondiale actuelle. La biodiversité désigne la diversité des… …   Wikipédia en Français

  • Biodiversité — Diverses espèces épiphytes dans une forêt humide en Amérique centrale. Les écosystèmes de la zone intertropicale hébergent la plus grande partie de la biodiversité mondiale actuelle …   Wikipédia en Français

  • Biodiversité du sol — Outre sa fonction de support de production, le sol remplit de nombreuses fonctions environnementales, comme celle de filtre et de lieu de stockage de l eau et des polluants. La fertilité des sols, la qualité des productions alimentaires, la… …   Wikipédia en Français

  • Biodiversité marine — La biodiversié marine est l ensemble de la diversité biologique propre aux océans ou en dépendant très directement. Elle est en forte régression (du point de vue de la richesse trophique notamment) depuis plus de 50 ans, incontestablement du fait …   Wikipédia en Français

  • Réservoir biologique — Dans le domaine de l écologie ou de la biogéographie, la notion de « réservoir biologique » correspond généralement à celles de noyaux de biodiversité ou de cœurs d Habitat utilisées, de manière plus ou moins précise par les écologues… …   Wikipédia en Français

  • Conservation de la biodiversité — Biodiversité Diverses espèces épiphytes dans une forêt humide en Amérique centrale. Les écosystèmes de la zone intertropicale hébergent la plus grande partie de la biodiversité mondiale actuelle. La biodiversité désigne la diversité des… …   Wikipédia en Français

  • Réserve de biodiversité de la Météorite — Catégorie UICN III (monument naturel) Pays  Canada Province …   Wikipédia en Français

  • Reserves de biodiversite du Quebec — Réserves de biodiversité du Québec Une réserve de biodiversité[1] est une aire protégée constituée dans le but de favoriser le maintien de la biodiversité en milieu terrestre et plus spécialement de la représentativité des différentes régions… …   Wikipédia en Français

  • Réserve de biodiversité — Réserves de biodiversité du Québec Une réserve de biodiversité[1] est une aire protégée constituée dans le but de favoriser le maintien de la biodiversité en milieu terrestre et plus spécialement de la représentativité des différentes régions… …   Wikipédia en Français

  • Réserve de biodiversité du Québec — Réserves de biodiversité du Québec Une réserve de biodiversité[1] est une aire protégée constituée dans le but de favoriser le maintien de la biodiversité en milieu terrestre et plus spécialement de la représentativité des différentes régions… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”