Publius Cornelius Scipio Africanus

Publius Cornelius Scipio Africanus

Scipion l'Africain

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scipions et Scipion l'Africain (film).
Scipion l'Africain
Chevalière de Capoue à l'effigie de Scipion l'Africain

Scipion l'Africain (Publius Cornelius Scipio Africanus) est un général et homme d'État Romain, né en 235 av. J.-C., et mort en 183 av. J.-C., à Liternum en Campanie.

Il appartenait à la famille des Scipions, branche de la gens Cornelia. Il est le fils de Publius Cornelius Scipio consul de 218 av. J.-C..

Sommaire

Ses débuts

Au cours de la deuxième guerre punique Scipion très jeune prend part, comme tribun militaire de la seconde légion, à la bataille de Cannes (Apulie), près de l'actuelle Canossa en 216 av. J.-C.. Cette bataille fut une défaite cuisante contre le carthaginois Hannibal Barca. En 215 av. J.-C. son père et son oncle Gnaeus Cornelius Scipio Calvus sont envoyés en Hispanie pour combattre les armées Carthaginoises dirigées par Hasdrubal Barca. En 211 av. J.-C., tous deux sont tués par les carthaginois et les armées Romaines subissent deux sérieuses défaites.

Scipion en Hispanie

Lorsqu'à Rome il s'agit de trouver un général qui puisse remplacer les deux Scipion tués par les Carthaginois, personne ne se propose. Seul Publius Cornelius Scipio, malgré son jeune âge, se présente pour mener la guerre d'Espagne à la place de son père et de son oncle. Il est alors déclaré Proconsul en Espagne, en 211 av. J.-C., à 24 ans. Là, il rassemble les restes des armées romaines et avec les recrues amenées avec lui, il se lance à la reconquête de l'Espagne.

Après des escarmouches contre les Carthaginois, il prend la Nouvelle Carthage (Carthagène), en 209 av. J.-C.. Cette victoire lui permet de mettre la main sur un riche butin, en or, en provisions et en armes. Il libère les otages des diverses tribus espagnoles gardées par Hasdrubal pour s'assurer de la fidélité de ces tribus. Grâce à cela il rallie les Celtibères (voir l'épisode du chef ibère Allutius qui a donné lieu au thème de La Continence de Scipion, sujet de plusieurs tableaux). De là, il mène ses troupes contre les armées Carthaginoises et en 208 av. J.-C. il triomphe d'Hasdrubal à Bécula, en Andalousie, alors que celui-ci quittait l'Espagne pour rejoindre son frère Hannibal en Italie. Après plusieurs batailles victorieuses, il conquiert toute l'Andalousie, en 207 av. J.-C..

Dans le même temps il traite avec le roi numide Syphax. En 206 av. J.-C., il doit faire face à une mutinerie d'une partie de son armée, qui réclamait sa solde et croyait Scipion, alors malade, aux portes de la mort. Il rétablit la situation et punit de mort les meneurs. Il doit aussi affronter le soulèvement de tribus ibériques qu'il vainc à l'automne 206. Afin de montrer sa bonne volonté et de pacifier l'Espagne, il ne sévit pas contre les vaincus et exige seulement un tribut, pour payer la solde de ses soldats. Après la soumission de Gadès (Cadix) et l'alliance avec Massinissa, il rentre à Rome à l'automne 206 av. J.-C., couvert d'une gloire immense.

Scipion en Afrique

Consul en 204 av. J.-C., il reçoit la Sicile comme province. Son but affiché est de porter la guerre en Afrique afin d'amener Hannibal à quitter l'Italie pour protéger sa patrie. Avant de partir pour l'Afrique, il pacifie la Sicile où des habitants de Syracuse se plaignaient d'être spoliés par des Italiens. Il passe ensuite le détroit et s'empare de la ville de Locres, qui s'était ralliée aux Carthaginois. Les exactions commises par le légat Pleminius qu'il avait laissé dans la ville alors qu'il était retourné à Messine, le mettent un peu en difficulté, mais il est rapidement innocenté des crimes commis par Pleminius. Il quitte alors la Sicile avec 50 vaisseaux de guerre et 400 navires de transport et passe en Afrique. Les historiens romains faisaient varier le nombre de soldats de 12 000 à 35 000 soldats.

En 204 av. J.-C. Scipion est donc en Afrique. Massinissa, qui a été chassé de son trône, par Syphax, le rejoint avec une troupe Numide. Les débuts de la guerre sont favorables aux Romains mais devant Utique, Scipion échoue. Il prend alors ses quartiers d'hiver. Lorsque la guerre reprend en 203 av. J.-C. Scipion est proconsul, son commandement est prorogé jusqu'à sa victoire contre Carthage. Il réussit à vaincre le général Carthaginois Hannon. La même année il défait le roi Numide Syphax et les troupes Carthaginoises commandées par Hasdrubal Gisco lors de la bataille des Grandes Plaines, près de Cirta. Syphax est capturé peu après et c'est Massinissa, allié de Scipion qui est le maître de la Numidie. Scipion s'empare de Tunis qu'il occupe en 203 av. J.-C..

L'année suivante, en 202 av. J.-C., il vainc définitivement les Carthaginois. Le sénat de Carthage craint que Scipion ne mette le siège à la cité. Il rappelle alors Hannibal qui était installé dans le Bruttium en Italie. Des pourparlers de paix entre les deux généraux laissent un bref moment entrevoir un arrangement qui pourrait déboucher sur un traité de paix, mais ni l'un ni l'autre ne désirent vraiment cela. C'est sur le champ de bataille que se décidera le sort de la guerre. La bataille de Zama, en octobre 202 av. J.-C., qui oppose d'un côté les Romains, les alliés Latins et les Numides et de l'autre les Carthaginois et des mercenaires de Gaule, d'Italie et d'Espagne est une bataille féroce qui se conclut par la victoire romaine. Les Carhaginois sont obligés d'accepter les conditions de la paix imposée par les Romains.

Scipion reçoit alors le surnom d'Africain (Africanus), celui qui a vaincu les Africains. On précise parfois Africanus major pour le distinguer de Scipion Émilien qui reçut aussi le surnom d'Africain.

Le retour à Rome

En 199 av. J.-C. il est censeur en compagnie de Publius Aelius Paetus. Il est consul pour la deuxième fois en 194 av. J.-C. sans que ce consulat soit remarquable. Il prend part à la guerre avec son frère Scipion l'Asiatique contre Antiochos III de Syrie (193 av. J.-C. - 190 av. J.-C.). En 189 av. J.-C. il est pour la troisième fois, prince du sénat. La fin de sa vie est obscure car les sources se contredisent. Il est poursuivi pour avoir subtilisé de l'argent gagné lors des batailles en Asie par deux tribuns du peuple, les frères Quintus Pétilius. Scipion se retire dans sa propriété de Literne et refuse de se présenter au procès, alléguant des problèmes de santé. Les tribuns veulent exiger son retour à Rome mais le tribun Tibérius Sempronius Gracchus, pourtant ennemi personnel de Scipion, s'y oppose invoquant la valeur de Scipion durant la seconde guerre punique. Les charges sont alors abandonnées. Il meurt à Literne. L’épitaphe de son tombeau, situé en territoire non romain, disait : « Ingrate patrie, tu n’auras pas mes os »[1]. D'ailleurs, les sources sont contradictoires sur les noms des accusateurs, des défenseurs, sur les liens entre Scipion et Tibérius Sempronius Gracchus, etc.

Philosophie

Cicéron, dans la sixième partie de La République (55 av. J.-C.), partie appelée "Le songe de Scipion", lui attribue une pensée pythagoricienne. Il professerait une théorie de l'immortalité astrale, qui est fictive mais reflète la mentalité de l'époque de Cicéron et sans doute des convictions propres à Scipion.

Sources

Notes et références

  1. C'est de manière impropre que l'on nomme "Tombeau de Scipion" un mausolée antique conservé près la ville de Colonia Nerviana Augusta Martialis Veteranorum Sitifensium (Sitifis), capitale de la Numidie Sétifienne, dite aujourd'hui Sétif, dans l'Est Algérien
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail des Phéniciens et du monde punique Portail des Phéniciens et du monde punique

Ce document provient de « Scipion l%27Africain ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Publius Cornelius Scipio Africanus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Publius Cornelius Scipio Africanus — Scipio Büste aus Pompeji; heute im Archäologischen Nationalmuseum Neapel Publius Cornelius Scipio Africanus (* 235 v. Chr. in Rom; † 183 v. Chr.) war Feldherr im Zweiten Punischen Krieg und Staatsmann der Römischen Republik. Er wurde bekannt… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio Africanus Minor — Publius Cornelius Scipio P.f. P.n. Africanus[1] (v. 211/205 av. J. C. 170 av. J. C.) est le fils aîné de Scipion l Africain et le père adoptif de son cousin germain Scipion Émilien. Il occupe les postes de flamen dialis et d augure. Articles… …   Wikipédia en Français

  • Publius Cornelius Scipio Africanus Maior — Dieser Artikel oder Abschnitt ist nicht hinreichend mit Belegen (Literatur, Webseiten oder Einzelnachweisen) versehen. Die fraglichen Angaben werden daher möglicherweise demnächst gelöscht. Hilf Wikipedia, indem du die Angaben recherchierst und… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio Africanus Major — Dieser Artikel oder Abschnitt ist nicht hinreichend mit Belegen (Literatur, Webseiten oder Einzelnachweisen) versehen. Die fraglichen Angaben werden daher möglicherweise demnächst gelöscht. Hilf Wikipedia, indem du die Angaben recherchierst und… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio Africanus Major — noun Roman general who commanded the invasion of Carthage in the second Punic War and defeated Hannibal at Zama (circa 237 183 BC) • Syn: ↑Scipio, ↑Scipio Africanus, ↑Scipio Africanus Major, ↑Publius Cornelius Scipio, ↑Scipio the Elder • Instance …   Useful english dictionary

  • Publius Cornelius Scipio — ist der Name folgender Personen. Publius Cornelius Scipio (Konsulartribun), römischer Priester, Rhetor und Historiker, Konsulartribun 395 und 394 v. Chr. Publius Cornelius Scipio (Konsul 218 v. Chr.) († 211 v. Chr.), römischer Feldherr und… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio (Konsul 218 v. Chr.) — Publius Cornelius Scipio († 211 v. Chr.) war einer der führenden Feldherren und Staatsmänner der römischen Republik während der ersten Phase des Zweiten Punischen Krieges. Er entstammte der Familie der Scipionen, einem Zweig des bedeutenden… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio (Feldherr) — Publius Cornelius Scipio († 211 v. Chr.) war ein Feldherr und Staatsmann des römischen Reiches. Scipio war Konsul der römischen Republik im Jahr 218 v. Chr., dem ersten Jahr des Zweiten Punischen Krieges. An der Spitze einer römischen Flotte… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio (Augur) — Publius Cornelius Scipio vom Zweig der Scipionen aus der Gens der Cornelier war ein römischer Priester, Rhetor und Historiker. Publius Cornelius Scipio war der älteste Sohn von Publius Cornelius Scipio Africanus und Bruder von Lucius Cornelius… …   Deutsch Wikipedia

  • Publius Cornelius Scipio (disambiguation) — The name Publius Cornelius Scipio was commonly given by the Scipio branch of the gens Cornelia to the eldest son in each generation, although this was not always obeyed. At first most of the Scipios who became consuls were not named Publius,… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”