Plateforme Google

Plateforme Google

Google exige de grandes ressources informatiques afin de fournir ses services. Cet article décrit l'infrastructure technologique derrière les sites Web de Google, comme présenté dans les annonces publiques de la compagnie.

Sommaire

Topologie du réseau

En 2008, Google exploitait 34 datacenters dans le monde, dont 19 aux États-Unis (dont 2 en construction), 11 en Europe, 3 en Asie et 1 au Brésil[1]. Bien que les chiffres ne soient pas publiés, certains estiment que Google maintient près de 2 millions de serveurs, situés dans plusieurs villes autour du monde, avec les centres importants dans les Mountain View (Californie), Council Bluffs (Iowa), Herndon (Virginie), Lenoir (Caroline du Nord), Atlanta (Georgie); Dublin, Irlande ; Saint-Ghislain, Belgique ; Groningen aux Pays-Bas[2]; Zurich, Suisse ; São Paulo au Brésil; Tokyo, Japon ; Pékin, Chine ;[3],[4]

Quand une tentative de se relier à Google est faite, les serveurs de DNS font pointer www.google.com à des adresses IP multiples, qui agit en tant que premier niveau pour un équilibrage de la charge en dirigeant les clients vers différents faisceaux de Google. Chaque faisceau de Google a des milliers de serveurs, et lors du raccordement au faisceau un autre équilibrage de la charge est exécuté afin d'envoyer les requêtes au serveur web le moins chargé. Ceci fait de Google l'un des réseaux les plus grands et plus complexes.

Les supports sont faits sur commande et contiennent 40 à 80 serveurs 1U des serveurs (20 à 40 de chaque côté), alors que les nouveaux serveurs sont les systèmes 2U Rackmount. Chaque support a un commutateur. Des serveurs sont reliés par l'intermédiaire d'un lien d'Ethernet de 100 Mbits/s au commutateur local. Des commutateurs sont reliés au commutateur de gigabit de noyau utilisant un ou deux liaisons montantes de gigabit.

Les centres de données sont implantés en priorité là où l'électricité n'est pas trop chère (par exemple à proximité de centrales hydro-électriques), en particulier sur la côte nord-ouest des États-Unis, la facture énergétique étant un des centres de coûts les plus importants: les spécialistes estiment que l'électricité consommée par un serveur sur sa durée de vie coûte plus cher que le matériel lui-même[5].

Index principal

Les requêtes étant composées de mots, un index inversé des documents est alors nécessaire. Un tel index laisse obtenir une liste de documents pour un même mot dans une question. L'index est très grand dû au nombre de documents stockés dans les serveurs.

Serveur matériel et logiciel

Un serveur Google exposé à San Francisco en 2008

En octobre 2008, Google aurait compté 2 millions de serveurs[6]. De par la quantité de matériel utilisé et la nature intensive des applications exécutées par ses serveurs, Google publie des statistiques intéressantes sur les défaillances du matériel : disques durs[7] et mémoire DRAM[8].

Google est connu pour utiliser de simples PC modifiés spécialement pour exécuter ses algorithmes au lieu de serveurs onéreux spécifiquement conçus pour ce travail, notamment en termes de puissance de calcul et de fiabilité. Le détail des modifications apportées à ces machines est resté secret pendant longtemps, jusqu'au 1er avril 2009[9]. La principale particularité de ses PC est l'ajout à chacun d'eux d'une batterie de 12 volts pour fournir du courant en cas de problème avec la source principale d'électricité, ce qui d'après Google coûte moins cher qu'acheter une alimentation sans interruption couvrant les besoins de l'ensemble d'un data center et permet d'avoir une meilleure efficacité énergétique.

Une autre caractéristique intéressante est que les data centers sont composés depuis 2005 de conteneurs standard contenant 1 160 PC serveurs avec une consommation électrique pouvant atteindre 250 kilowatts. Sun Microsystems et Windows Azure sont aussi connus pour utiliser des conteneurs, mais depuis moins longtemps.

L'utilisation de nombreux PC non fiables a nécessité la création d'algorithmes et d'implémentations adaptés. Les algorithmes devaient être parallèles, distribués (ou répartis), tolérants aux pannes. Ceci inclut [10] :

Références

Compléments

Article connexe

Google (moteur de recherche)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plateforme Google de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Google.be — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google.ch — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google.co.ma — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google.com — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google.es — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google.fr — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

  • Google Foundation — Google  Cet article concerne l entreprise Google Inc. Pour le moteur de recherche, voir Google (moteur de recherche). Pour les autres significations, voir Google (homonymie). Logo de Google …   Wikipédia en Français

  • Google Inc — Google  Cet article concerne l entreprise Google Inc. Pour le moteur de recherche, voir Google (moteur de recherche). Pour les autres significations, voir Google (homonymie). Logo de Google …   Wikipédia en Français

  • Google Inc. — Google  Cet article concerne l entreprise Google Inc. Pour le moteur de recherche, voir Google (moteur de recherche). Pour les autres significations, voir Google (homonymie). Logo de Google …   Wikipédia en Français

  • Google Whack — Google (moteur de recherche) Logo de Google URL google.com Commercial oui …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”