Pierre-Joseph de Clorivière

Pierre-Joseph de Clorivière
Pierre-Joseph de Clorivière
Defaut.svg
Naissance 1735
Décès 1820
Nationalité Blason France moderne.svg Français
Profession Ecclésiastique
Essayiste

Pierre-Joseph de Clorivière (ou: Pierre-Joseph Picot de Clorivière) né le 29 juin 1735 à Saint-Malo, Ille-et-Vilaine (France), et mort le 9 janvier 1820 à Paris était un prêtre jésuite et écrivain spirituel français. Il fut chargé de réorganiser la Compagnie de Jésus en France lorsqu'elle fut universellement restaurée (1814).

Sommaire

Biographie

Jeunesse et Formation

D’une ancienne famille noble bretonne Clorivière fait ses études chez les Bénédictins anglais de Douai. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1756, et se trouvait être professeur au collège de Compiègne lorsque les jésuites furent expulsés de France (1762) par décision du parlement de Paris. Il continue sa formation de théologie au séminaire anglais de Liège où il est ordonné prêtre en 1763.

Apostolat et carrière

Il passe quelques années en Angleterre (sous le nom de ‘Pierre Picot’), mais revient en 1767 à Gand (Belgique) où il s’occupe de la formation des jeunes jésuites français en exil. Il prononce ses derniers vœux (engagement définitif dans la Compagnie de Jésus) la veille du jour où elle est supprimée par Clément XIV (15 août 1773). Clorivière rentre à Saint-Malo comme simple ‘prêtre séculier’ et est d’abord chapelain de religieuses avant de se voir confier la cure de Paramé près de Saint-Malo. Il y écrit son premier ouvrage, une vie de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort. En 1786 il est supérieur du collège de Dinan.

Fondateur de congrégations religieuses

Profondément inquiet à la vue des ravages causés par l’esprit anti-religieux des lois révolutionnaires, il quitte la direction du collège en 1790 et se consacre à l’organisation de groupes de vie religieuse adaptés aux circonstances révolutionnaires de son époque. Ce seront des ‘religieux dans le monde’ ne vivant pas en communauté et ne portant pas d’habit distinctif. Ainsi, avec quelques prêtres, il forme la Société du Cœur de Jésus, ou Prêtres du Cœur‎ de Jésus et, avec la collaboration de Adélaïde-Marie Champion de Cicé, il fonde la Société du Cœur de Marie, ou Filles du Coeur de Marie en 1790. Il en écrit les constitutions. Pour marquer la continuité jésuite du groupe, les prêtres de l’Institut du cœur de Jésus’ prononcent leurs vœux dans la chapelle de Montmartre (Paris), là même où Ignace de Loyola et ses premiers compagnons firent vœu de pauvreté et chasteté en 1534. Invité à Baltimore par John Carroll, premier évêque américain, Clorivière préfère rester en France, malgré les grands dangers, car le pays a ‘besoin de prêtres fidèles’. Durant la Terreur (1792-1794) et le Directoire (1795-1799) il vit caché à Paris, portant l’aide des sacrements et de l’eucharistie à des groupes de chrétiens clandestins.

Arrestation et prison

De 1802 à 1804 il parcourt la France donnant missions villageoises et retraites spirituelles. En 1804 Clorivière est arrêté, soupçonné d’avoir participé au complot (dit 'de la machine infernale') contre le premier consul Napoléon (dans lequel son neveu semble avoir trempé). Il passe plusieurs années à la prison du Temple. Ecrivain dans l’âme il y passe son temps à achever des livres de commentaires bibliques. En 1809, il recouvre la liberté.

Restauration de la Compagnie de Jésus

Dès 1805, ayant appris que Pie VI avait approuvé la présence des jésuites en Russie, il avait demandé et obtenu son affiliation au groupe russe. À sa sortie de prison, il prépare les membres de son institut à entrer dans la Compagnie de Jésus. Lorsque celle-ci est officiellement rétablie ‘partout dans le monde’ (en 1814), le supérieur général Brzozowski charge Clorivière de rassembler et regrouper les anciens membres encore vivants en France et d’y rétablir l’ordre : il est nommé supérieur et maître des novices. A la fin de 1814 il se trouve déjà à la tête de 80 jésuites. Plusieurs maisons sont ouvertes ou rouvertes, telles le petit séminaire de Saint-Acheul et le noviciat de Montrouge (Paris) en 1816. Âgé de 81 ans et physiquement fort diminué - il est presque aveugle - Clorivière demande à être relevé de sa charge. Il se retire alors à Montrouge. Il reste très recherché comme guide spirituel et continue à écrire sur divers sujets théologiques et spirituels, ce qu’il fit, en fait, même durant les années les plus mouvementées de sa vie. Clorivière meurt le 9 janvier 1820.

Thèses

Il est tenant de la thèse de la conspiration maçonnique durant la révolution française[1].

Œuvres principales

Clorivière est un auteur spirituel prolifique, mais la plupart de ses œuvres sont restées à l'état de manuscrits. Parmi les œuvres publiées celles-ci sont mieux connues:

  • Notes spirituelles et retraites, 1763-1773.
  • Traité des devoirs d'une abbesse, 1774.
  • Le modèle des pasteurs (Mgr de Sernin), Paris, 1775.
  • La vie de Louis-Marie Grignion de Montfort, Paris, 1785.
  • Directoire des Hermites du Mont-Valérien, 1778.
  • Les Excellences de Marie (divers écrits), 1776-1809.
  • Les doctrines de la Déclaration des droits de l'homme, 1793 (= Études sur la révolution, republié par René Bazin en 1926 sous le titre de Pierre de Clorivière, contemporain et juge de la révolution)
  • Commentaire moral de l'Apocapypse, 1793-1794.
  • Le serment de la liberté et de l'égalité.
  • Plan abrégé de la société du coeur de Marie, 1806.
  • Explications des épitres de Saint Pierre, 1809.
  • Considérations de sur l'exercice la Prière et de l'Oraison écrit pour les ermites du Mont Valérien, 1802.

Bibliographie

  • Henri MONIER-VINARD: Article Clorivière dans le Dictionnaire de Spiritualité, Vol.II,1, colonnes 974-979.
  • René BAZIN: Pierre de Clorivière, contemporain et juge de la révolution, Paris, 1926.
  • M.-E. F. de BELLEVUE: Le père de Clorivière et sa mission, Watteren, 1933.
  • André RAYEZ: Formes modernes de vie consacrée: Adélaide de Cicé et P. de Clorivière, Paris, 1966.
  • F. MORLOT: Pierre de Clorivière (1735-1820), Paris, 1990.

Notes et références

  1. Pierre-Joseph de Clorivière, Etudes sur la Révolution

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pierre-Joseph de Clorivière de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierre-Joseph de Clorivière — Saltar a navegación, búsqueda El padre Pierre Joseph Picot de Clorivière nacido en 1735 a Saint Malo y fallecido en 1820 fue un religioso jesuita y escritor francés. Acusó la masonería de conspiración en la Revolución Francesa.[1] Estuvo en… …   Wikipedia Español

  • Pierre de Clorivière — Pierre Joseph de Clorivière Pierre Joseph de Clorivière (ou: Pierre Joseph Picot de Clorivière) né le 29 juin 1735 à Saint Malo, Ille et Vilaine (France), et mort le 9 janvier 1820 à Paris était un prêtre jésuite et écrivain spirituel français.… …   Wikipédia en Français

  • CLORIVIÈRE (P. J. PICOT de LA) — CLORIVIÈRE PIERRE JOSEPH PICOT DE LA (1735 1820) Jésuite français, lié à la Compagnie quelques jours avant sa dissolution par Clément XIV (1773), Clorivière connaît l’exil, puis la clandestinité et la prison entre 1793 et 1809, à cause de ses… …   Encyclopédie Universelle

  • Teorías de la conspiración masónica en la revolución francesa — Declaración de los Derechos del Hombre y del Ciudadano de 1789 con el símbolo del Ojo que todo lo ve . Las Teorías de la conspiración masónica en la revolución francesa atribuyen a la francmasonería un papel protagonista de mayor importancía en… …   Wikipedia Español

  • Théories du complot maçonnique dans la Révolution française — Déclaration des droits de l homme et du citoyen de 1789 surplombée du symbole de l œil de la providence …   Wikipédia en Français

  • Illuminati — Saltar a navegación, búsqueda Illuminati es el nombre por el que se conoce mayormente la Orden de los Perfectibilistas o Iluminados de Baviera. La pirámide truncada con el ojo que todo lo ve y el lema Novus Ordo Seclorum, del Gran Sello de los… …   Wikipedia Español

  • 1814 — Années : 1811 1812 1813  1814  1815 1816 1817 Décennies : 1780 1790 1800  1810  1820 1830 1840 Siècles : XVIIIe siècle  XIXe …   Wikipédia en Français

  • Oraison silencieuse — Un homme en prière silencieuse L’oraison silencieuse (oraison de recueillement, oraison du cœur, oraison de quiétude) est une forme de prière silencieuse (non vocale). Cette manière de prier existe dans le christianisme depuis les origines, même… …   Wikipédia en Français

  • Picot — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « picot », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Society of the Sacred Heart of Jesus (Paccanarists) —     Society of the Sacred Heart of Jesus     † Catholic Encyclopedia ► Society of the Sacred Heart of Jesus     (PACCANARISTS).     This society was founded by two young seminarists of Saint Sulpice who had emigrated to Belgium during the French… …   Catholic encyclopedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”