La Dame À La Licorne

La Dame À La Licorne

La Dame à la licorne

La dame à la licorne - La vue , XVe siècle, laine et soie
La salle où les tapisseries sont conservées

La Dame à la licorne est une série de six tapisseries datant de la fin du XVe siècle, que l'on peut voir au musée national du Moyen Âge (Thermes et hôtel de Cluny, à Paris).

Sommaire

Description

Toutes les tapisseries reprennent les mêmes éléments : sur une sorte d'île, on voit une femme entourée d'une licorne à droite et d'un lion à gauche, parfois d'une suivante et d'autres animaux.

Cinq de ces représentations illustrent un sens :

  • le goût : la dame prend une dragée que lui tend sa servante ;
  • l'ouïe : la dame joue de l'orgue ;
  • la vue : la licorne se contemple dans un miroir tenu par la dame ;
  • l'odorat : pendant que la dame fabrique une couronne de fleurs, un singe respire le parfum d'une fleur dont il s'est emparé ;
  • le toucher : la dame tient la corne de la licorne ainsi que le mât d'un étendard.

La sixième tapisserie, sur laquelle on peut lire la formule « A mon seul désir » sur une tente, est plus difficile à interpréter[1]. Selon André Arnaud, cartonnier à Aubusson, ces tapisseries auraient été réalisées à partir de cartons du peintre Jean Perréal, dit Jehan de Paris. Selon le catalogue d'une exposition consacrée aux Primitifs français au Louvre en 2004, ce serait plutôt le style du Maître d'Anne de Bretagne (Jean d'Ypres, mort en 1508, ou son frère Louis, tous deux issus d'une lignée de peintres) qui aurait inspiré les cartons des tapisseries[2].

Selon Marie-Elisabeth Bruel, docteur ès Lettres, Attachée de Conservation du Patrimoine, responsable de l’Inventaire au Conseil Général de l’Allier (Auvergne), les six tentures traditionnellement identifiées comme les cinq sens et "A mon seul désir" représenteraient six des Vertus allégoriques courtoises du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris[3], soit respectivement : Oiseuse (la Vue), Richesse (le Toucher), Franchise (le Goût), Liesse (l'Ouïe), Beauté (l'Odorat), Largesse (A mon seul désir).

Origines

Inspirées d'une légende allemande du XVe siècle, les tapisseries dites de « La Dame à la licorne » furent tissées dans les Flandres entre 1484 et 1500. Elles avaient été commandées par Jean Le Viste, président de la Cour des Aides de Lyon. À la suite d'héritages successifs, elles passèrent des Le Viste aux Robertet, aux La Roche-Aymon, puis aux Rilhac, qui les firent transporter dans le courant du XVIIIe siècle dans leur château de Boussac. En 1833, le château fut vendu à la municipalité de Boussac par leur lointaine héritière, la comtesse de Ribeyreix (née Carbonnières); il devint en 1838 le siège de la sous-préfecture de l'arrondissement.

Les tapisseries y avaient été laissées, et nombreux furent ceux qui eurent l'occasion de les admirer et d'échafauder les hypothèses les plus invraisemblables sur leur origine. C'est ainsi que l'on attribua leur réalisation au prince ottoman, Djem, malheureux rival de son frère le sultan Bajazet II, qui, pour échapper à la mort que lui promettait ce dernier, s'était réfugié chez les chevaliers de Rhodes. Ceux-ci l'envoyèrent en France, dans les châteaux de la famille du grand maître Pierre d'Aubusson, et il fut notamment enfermé en dans la tour Zizim construite à son intention à Bourganeuf. On a pensé qu'il avait pu séjourner aussi dans celui de Boussac (ce qui n'a jamais été établi). Pour tromper son ennui, il les aurait confectionnées avec l'aide de sa suite. Le nom turc de Djem a été francisé en "Zizim". Suivant d'autres sources, tout aussi fantaisistes, ces tapisseries auraient été réalisées à Aubusson : on sait qu'il n'en est rien.

Entre 1835 et 1840, l'écrivain George Sand, la « voisine de Nohant », figurait parmi les familiers de la sous-préfecture de Boussac et vit plusieurs fois ces tapisseries au château de Boussac, où elles étaient exposées dans les appartements et le bureau du sous-préfet. Elle en parle dans plusieurs de ses ouvrages[4] et dans un article publié en 1847[5]. Dans cet article, George Sand cite huit tapisseries (alors que six seulement nous sont connues). Les commentaires qu'elle ajoute à propos de ces tapisseries et de leur relation avec le séjour du prince turc "Zizim" (Djem) à Bourganeuf relèvent toutefois de l'imagination la plus fertile.</ref>. Et c'est elle, très vraisemblablement, qui en signala l'existence à son éphémère amant, Prosper Mérimée, inspecteur des monuments historiques, qui visita la région en 1841 et les fit classer au titre des monuments historiques.

La correspondance de Mérimée apporte une précision intéressante à propos des tapisseries : il y en existait d'autres "plus belles, me dit le maire, mais l'ex propriétaire du château - il appartient aujourd'hui à la ville - un comte de Carbonière [sic] les découpa pour en couvrir des charrettes et en faire des tapis"[6]. Reste à savoir si les tapisseries découpées faisaient partie de la suite de la Dame à la licorne, ou s'il s'agissait d'autres tapisseries.

En 1882, la municipalité de Boussac vendit les six tapisseries pour une somme de 25000 francs-or au conservateur de l'actuel Musée national du Moyen Âge, Edmond du Sommerard, mandaté par l'État.

La Dame à la licorne dans la culture populaire

Cette tapisserie a inspiré les auteurs de divers œuvres littéraires, notamment Les Dames à la licorne de René Barjavel et Olenka De Veer ; La Belle à la Licorne, de Franck Senninger ; À mon seul désir, de Yannick Haenel et La Dame à la Licorne de Tracy Chevalier. Dans ce dernier roman, paru en 1998, Chevalier retrace l'histoire imaginaire de Nicolas des Innocents, miniaturiste à la cour de Charles VIII, choisi par Jean Le Viste pour réaliser les cartons de la suite des tapisseries. À la fin du roman, Tracy Chevalier a ajouté, avec beaucoup d'honnêteté, deux pages précisant ses sources avec quelques notes (non exemptes d'erreurs) sur les origines et l'histoire de ces tapisseries[7].

Dans les films adaptés des romans Harry Potter, plusieurs tapisseries de la série ornent les murs de la salle commune des élèves de la maison Gryffondor[8].

Notes et références

  1. La thèse d'André Arnaud, exposée dans la Revue de l'Art n° 209 d’octobre 1981, numéro spécial Magie de la tapisserie, soutient que la mystérieuse Dame à la Licorne du musée de Cluny serait Mary Tudor, troisième épouse de Louis XII et sœur d’Henry VIII, qui fut reine de France d’août à décembre 1514. La suivante de Marie sur la tapisserie serait Claude de France, épouse de François 1er. Elle est développée et soumise à discussion sur un site perso : http://perso.orange.fr/dame.licorne/
  2. Musée du Louvre, Catalogue de l'exposition Primitifs français, Paris, 27 février 2004-17 mai 2004)
  3. Marie-Elisabeth Bruel, "La tapisserie de la Dame à la Licorne, une représentation des vertus allégoriques du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris", Gazette des Beaux-Arts, décembre 2000, p. 215-232.
  4. Jeanne (1844), Autour de la Table (1862), Journal d’un voyageur pendant la guerre (1871)
  5. Voir notamment L'Illustration, 3 juillet 1847 (cité dans George Sand, Promenades dans le Berry, éd. Complexe, 1992 (préface de Georges Lubin), pp. 94-101)
  6. Prosper Mérimée, Correspondance, Paris, Le Divan, 1943 (édition Parturier), tome III, année 1841, p. 94
  7. Voir (en) T. Chevalier
  8. Anecdotes et références pour Harry Potter à l'école des sorciers - SciFi-Universe.Com [SFU]

Bibliographie

  • Bruel (Marie-Elisabeth), "La tapisserie de la Dame à la Licorne, une représentation des vertus allégoriques du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris", Gazette des Beaux-Arts, décembre 2000, p. 215-232.
  • Erlande-Brandebourg (Alain), La Dame à la licorne, Paris, éd. des Musées nationaux, 1989, 83 p., bibliogr.
  • Erlande-Brandebourg (Alain), La Dame à la licorne, (nouvelle édition revue et augmentée), avec des photos de Caroline Rose, Paris, Aveline, 1993, 226 p., bibliogr.
  • Sutherland Lyall, La Dame et la Licorne, Parkstone Press, Londres, 2000, (ISBN 1-85995-514-2).
  • Pierre Lassalle, "Les Mystères de la Dame à la Licorne", 2008, éd. Terra Lucida, (ISBN 978-2-9532110-0-9).
  • Emmanuel-Yves Monin, "Le Message des Tapisseries de la Dame à la Licorne", 1979 (3e édition 1990). Point d'Eau. Ce livre est en français d'un côté et de l'autre en anglais.
  • Georges Sauvé Le sourire retrouvé de la Dame à la Licorne "Les débuts d'un jeune fonctionnaire sous la république des Ducs". Édition du Hameau 2005.
  • La Dame à la Licorne et au Lion : pièce de théâtre (1979) http://e.y.monin.free.fr/pages%20livres/theatre/licorne.html

Voir aussi

  • Copie de Maurice Sand de quelques scènes des Tapisseries découvertes par sa mère George Sand: in "L'Illustration", Mars à Août 1847 ; Tome 9, page 276.

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail du monde équestre Portail du monde équestre
  • Portail des arts Portail des arts
Ce document provient de « La Dame %C3%A0 la licorne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Dame À La Licorne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Dame à la licorne — La vue , XVe siècle, laine et soie …   Wikipédia en Français

  • La Dame a la licorne — La Dame à la licorne La dame à la licorne La vue , XVe siècle, laine et soie …   Wikipédia en Français

  • La dame a la licorne — La Dame à la licorne La dame à la licorne La vue , XVe siècle, laine et soie …   Wikipédia en Français

  • La dame à la licorne — La vue , XVe siècle, laine et soie …   Wikipédia en Français

  • La Dame à la Licorne — Artiste Raphaël Année 1505 1506 Technique Technique Huile sur bois transposé sur toile …   Wikipédia en Français

  • LICORNE — La licorne est un animal légendaire une sorte de gazelle à corne frontale unique , porteur de symbolismes et de fantasmes divers, qui a hanté l’imagination d’écrivains et de peintres depuis l’Antiquité tardive jusqu’à la Renaissance et même au… …   Encyclopédie Universelle

  • Licorne — Pour les articles homonymes, voir Licorne (homonymie). Domenico Zampieri, Jeune fille vierge et licorne (détail), fresque, 1604 – 1605 …   Wikipédia en Français

  • Licorne (Donjons et dragons) —  Cet article traite des licornes spécifiques à Donjons et dragons. Pour l article général, voir licorne Licorne au galop Dans le jeu de rôle médiéval fantastique …   Wikipédia en Français

  • Licorne rose invisible — Pour les articles homonymes, voir LRI. Représentation de la Licorne rose invisible La Licorne rose invisible (en anglais …   Wikipédia en Français

  • Licorne (héraldique) — Armoiries du Canada, licorne en support La licorne est une figure héraldique imaginaire féminine qui, selon la tradition, ressemble au cheval, a des sabots fourchus de cervidé et une barbiche sous la gueule. On la trouve surtout dans les… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”