Mike Brant

Mike Brant
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brand et Brant.
Mike Brant
Beit lessin's mike.jpg
Représentation de Mike Brant sur la devanture du théatre Beit lessin

Nom Moshé Michaël Brand
Naissance 1er février 1947
Famagouste, Drapeau de Chypre Chypre
Décès 25 avril 1975 (à 28 ans)
Paris, Drapeau de France France
Activité principale crooner
Genre musical Variété, pop
Années d'activité 1969 - 1975
Labels CBS
WIP/Polydor
Sonopresse
Site officiel www.mikebrant.com

Mike Brant, né Moshé Michaël Brand, le 1er février 1947 à Famagouste à Chypre et mort le 25 avril 1975 à Paris en France, est un crooner polono-israélien de langue française.

Sommaire

Biographie

Origine

Il est le fils de Bronia Rosenberg, originaire de Lodz en Pologne, rescapée d'Auschwitz, et de Fichel Brand, résistant polonais originaire de Bilgoraj, de vingt-et-un ans son aîné. Ses parents se marient à la sortie de la guerre puis essaient d'émigrer en Palestine mandataire, mais seront refoulés par les Britanniques dans un camp d'accueil à Famagouste à Chypre. C'est dans ce camp que naît Mike Brant. La famille Brand parvient finalement à débarquer en Israël à Haïfa fin septembre 1947 et y vit de l'agriculture dans un kibboutz en Galilée. Mike Brant ne parle qu'à l'âge de quatre ans[réf. nécessaire] et affirme très tôt à son entourage « Plus tard, je serai vedette… ou clochard ! ». Il rentre à l'âge de onze ans dans la chorale de son école.

Ses débuts

À seize ans et demi, il est choisi pour animer le réveillon de la Saint-Sylvestre dans un grand hôtel d'Haïfa, et, à dix-sept ans, il devient un artiste reconnu dans les grands hôtels israéliens, à la tête de son groupe « Les Chocolate's ». Il interprète pour la clientèle internationale des hits américains de ses chanteurs préférés : Tom Jones, Elvis Presley, Frank Sinatra, Aretha Franklin, les Platters.

Son père décède en 1967 et Mike Brant en est très affecté. Désormais, il commencera chacune de ses prestations par interpréter, en son honneur, la chanson préférée de son père. Peu après, à l'âge de vingt ans, il entre comme chanteur dans la célèbre troupe du grand music-hall d'Israël, Lakat Karmon et pendant deux ans, il fait connaître en Afrique, en Australie et aux États-Unis des airs du folklore israélien. Puis, il est embauché dans un night-club (Le Baccara) à Téhéran en Iran, et est remarqué par Sylvie Vartan et Carlos, qui l'invitent en France, bien qu'il ne parle pas le français et à peine l'anglais.

En France

C’est en 1969 qu’il arrive à Paris, et se produit grâce à Carlos au club Bistingo. Carlos lui fait également rencontrer Jean Renard, l’un des compositeurs de Sylvie Vartan et Johnny Hallyday qui lui écrit aussitôt Laisse-moi t’aimer. Il passera deux mois à travailler la chanson dans les studios, en réécrivant phonétiquement les paroles en hébreu. Grâce à son travail acharné, la chanson devient rapidement un énorme succès et il est invité dans les émissions de télévision qui le font connaître. Il vendra plus d’un million de disques de son premier hit.

Le 28 octobre 1970, il interprète Mais dans la lumière et remporte le Grand Prix RTL international, référence de l’époque. Le 14 février 1971, il est victime d’un accident de la route à Bourg-en-Bresse. Son producteur Jean Renard en profite pour en faire un coup de publicité, en ajoutant bandages et tuyaux sur un Mike hilare. Les photos sont vendues à la presse pour être publiées dès le lendemain. La légende que Mike a subi un traumatisme crânien perdurera longtemps comme une des explications pour ses « suicides ». En novembre 1971, Dalida lui propose de participer à son prochain spectacle à l’Olympia de Paris, qui dure soixante-trois jours. À cette époque, il part en tournée avec Esther Galil, avec qui il noue une grande amitié.

En 1972, il chante Qui saura, reprise de Che sarà (chanson écrite en 1971 par le compositeur italien Jimmy Fontana pour le festival de San Remo en Italie) , qui devient rapidement numéro un des hits et dépasse Claude François en popularité. Puis, c'est au tour de C'est ma prière et, en 1973, viennent trois autres succès : Rien qu’une larme, Tout donné, tout repris et Viens ce soir. Il enchaîne tournée sur tournée et soixante-dix galas pendant l’été. En 1974, d’autres succès voient le jour : C’est comme ça que je t’aime, Serre les poings et bats-toi, On se retrouve par hasard et Qui pourra te dire ?. Il est classé dans les « chanteurs à minettes »[1], comme Patrick Juvet, Christian Delagrange, Dave, Frédéric François.

Une tentative de suicide, un suicide réussi

Épuisé par sa vie trépidante et très affecté psychologiquement par le cambriolage de son appartement et par la guerre dans son pays (il s'est rendu sur place pour soutenir les soldats et en est sorti changé et traumatisé), il fait une première tentative de suicide le 22 novembre 1974, en se jetant du cinquième étage de l'hôtel de La Paix, à Genève. Les journaux de l'époque, en manque de sensationnel, titrent « il est bloqué aux rambardes du troisième étage : il en est quitte pour un nouveau traumatisme crânien et deux fractures des jambes ».

On sait aujourd'hui, grâce aux confidences que Mike Brant a faites à Dalida et au témoignage du concierge de l'hôtel de La Paix, Hermann Mitterer, que Mike, excédé et dépressif à cause de son nouveau producteur qui ne lui offrait ni les redevances, ni la carrière internationale pour lesquels il avait signé un contrat le 1er juin 1974, aurait menacé Simon Wajntrob de se jeter par la fenêtre plutôt que de continuer avec lui. Simon Wajntrob aurait ouvert la fenêtre et lui aurait dit « Tu veux sauter ? Et bien, saute ! » Mike aurait repéré un balcon sous-celui de la chambre de Wajntrob, par un mouvement du corps (Mike n'avait pas peur du vide), il aurait sauté sur le balcon juste en aplomb dessous[réf. nécessaire]. Son producteur aurait préféré « maquiller » l'affaire en se disant sous la douche, pour dégager sa responsabilité.

Le vendredi 25 avril 1975, à 11 h 3 du matin, Mike Brant tombe du sixième étage d'un immeuble situé au numéro 6 de la rue Erlanger, à Paris. La chute lui est fatale : Mike Brant avait vingt-huit ans. Plusieurs thèses ont été mises en avant pour expliquer sa mort prématurée. Certains ont parlé d'assassinat, de sa difficulté grandissante à assumer les conséquences de son succès (vie désorganisée, harcèlement des fans), tandis que d'autres ont défendu la version du traumatisme psychologique qui touche les enfants de déportés. Parmi les autres versions qui firent également les gros titres des magazines à sensation : une implication dans un trafic d'œuvres d'art, une obscure histoire d'espionnage avec le Mossad (les services secrets israéliens) en toile de fond, ou bien encore une dispute avec Simon Wajntrob (son dernier producteur qui sera retrouvé mort, quelques années plus tard, dans le bois de Boulogne) qui aurait tourné à la tragédie. Il faut néanmoins employer le conditionnel tant les raisons expliquant sa disparition demeurent matière à controverse. Aucune autopsie du corps ne sera faite. Comme pour toute vedette morte de façon tragique, une sorte de légende entoure sa mort.

Mike Brant a été enterré dans le cimetière Camp David de Haïfa en Israël le 7 mai 1975. La stèle est revêtue de la seule inscription « Mike Brand », réunissant ainsi son nom de famille et son prénom d'artiste dans sa dernière demeure.

Principaux succès

  • 1970 : Laisse moi t'aimer
  • 1970 : Mais dans la lumière
  • 1970 : Parce que je t'aime plus que moi
  • 1971 : À corps perdu
  • 1972 : Qui saura ?
  • 1972 : C'est ma prière
  • 1972 : Sans amis
  • 1973 : Rien qu'une larme
  • 1973 : Toi, mon enfant
  • 1973 : Tout donné, tout repris
  • 1973 : Viens ce soir
  • 1974 : Serre les poings et bats-toi
  • 1974 : Qui pourra te dire ?
  • 1974 : C'est comme ça que je t'aime
  • 1974 : Toutes les couleurs
  • 1975 : Dis-lui (musique de Loulou Gasté)

Filmographie

  • 2002 : Laisse-moi t'aimer d'Erez Laufer

Divers

Dans son spectacle Waïka, Dany Boon le parodie sur sa fameuse chanson Laisse-moi t'aimer, tout en étant suspendu dans les airs grâce à un câble, faisant référence au suicide du jeune chanteur[réf. nécessaire].

Le producteur et rappeur américain Dr. Dre a « samplé » la chanson Mais dans la lumière pour le fameux titre Crack a Bottle avec Eminem, 50 Cent et lui-même. Mais le célèbre titre de Mike Brant avait déjà été repris, toujours par un rappeur, Havoc du groupe Mobb Deep, pour son titre Live It Up, ainsi que par RZA du Wu-Tang Clan.

Bibliographie

Livres consacrés à Mike Brant

  • Alain-Guy Aknin, Mike Brant : Le chant du désespoir, Monaco (Alphée), 2010.
  • Yona Brant, Mike Brant [avec CD], juin 1997.
  • Michel Jourdan, Mike Brant. Il n’a pas eu le temps…, Paris (TF1 Musique), 1995.
  • Olivier Lebleu, Mike Brant. La voix du sacrifice. Biographie, Paris (Publibook), 2002.
  • Fabien Lecœuvre, Mike Brant. L’idole foudroyée, Paris (La Lagune), 2005.
  • Fabien Lecœuvre et Gilles Lhote, Mike Brant inédit, Neuilly-sur-Seine (Michel Lafon), 2000.
  • Armelle Leroy, Mike Brant. Biographie, s.l. (Flammarion), 2005.
  • Mike Brant, nov. 2000.
  • Mike Brant. Le prix de la gloire, Alef [= livre en hébreu].
  • Jacques Pessis, Mike Brant, Paris (Vade Retro), 2001 (Les lumières du music-hall).
  • Fabienne Roche , Mike Brant. Le prix de la gloire.

Livres partiellement consacrés à Mike Brant

  • Fabien Lecœuvre et Gilles Lhote, Génération 70. 70 idoles des années 70, Neuilly-sur-Seine (Michel Lafon), 2001.
  • Jacques Mazeau, Les Destins brisés de la chanson, s.l. (France-Loisirs), 1997.
  • Jean Renard, Que je t’aime… la vie, éd. Le Marque pages.

Notes et références

  1. Le terme n'étant pas péjoratif à l'époque.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mike Brant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mike Brant — Background information Born February 1, 1947(1947 02 01), Cyprus Origin …   Wikipedia

  • Mike Brant — Chartplatzierungen Erklärung der Daten Singles [1] Mais dans la lumière   DE …   Deutsch Wikipedia

  • Mike Brand — Mike Brant Pour les articles homonymes, voir Brand et Brant. Mike Brant Nom Moshé Michaël Brand Naissance 1er février 1947 Famagouste …   Wikipédia en Français

  • Brant — ist der Familienname folgender Personen: Berle Brant (* 1989), estnische Fußballspielerin Beth Brant (* 1941), kanadische Schriftstellerin Henry Brant (1913–2008), US amerikanischer Komponist Joseph Brant (1742–1807; Geburtsname Thayendanegea),… …   Deutsch Wikipedia

  • Brant — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour les articles homophones, voir Brandt et Brand. Sur les autres projets Wikimedia  …   Wikipédia en Français

  • Mike — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Ce prénom, diminutif de l anglo saxon Mickaël (et de ce fait fêté le 29 septembre), est notamment porté par : Sommaire 1 Personnalités …   Wikipédia en Français

  • Brant Bjork — Naissance 19 mars 1973 (1973 03 19) (38 ans) Palm Desert, Californie …   Wikipédia en Français

  • Mike Royko — Born September 19, 1932 Chicago, Illinois Died April 29, 1997(1997 04 29) (aged 64) Chicago, Illinois …   Wikipedia

  • Mike Hancock (Canadian politician) — Mike Hancock was the previous mayor of the city of Brantford, Ontario, Canada.[1] He was elected to the position in the 2003 municipal elections, defeating three term incumbent Chris Friel by 11668 votes to 11653. He did not stand for re election …   Wikipedia

  • Mike Hollis — Date of birth: May 22, 1972 (1972 05 22) (age 39) Place of birth: Kellogg, Idaho Career information Position(s) …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”