Jean françois marie goupilleau de fontenay

Jean françois marie goupilleau de fontenay

Jean François Marie Goupilleau de Fontenay

Jean François Marie Goupilleau, dit Goupilleau de Fontenay, né à Apremont-sur-Vie le 25 juillet 1753, mort à Montaigu (Vendée) le 11 octobre 1823, est un notaire et un député français. Il est le cousin germain de Philippe Charles Aimé Goupilleau de Montaigu.

Sous la Révolution

Issu d'une vieille famille bourgeoise du Bas-Poitou, dixième de douze enfants, il s'engage en 1776 dans un régiment de dragons, ce qui lui vaut le surnom de « Dragon », puis passe, quatre ans plus tard, dans le régiment de Lauzun, avant de quitter le service vers 1780 et de s'établir comme notaire à Montaigu. En 1789 Jean François Goupilleau de Fontenay rédige le cahier de doléances du tiers état de Montaigu et assiste comme électeur à la réunion des trois ordres à Poitiers pour les élections aux États généraux. Le 16 mars, il est élu député par la sénéchaussée du Poitou aux États généraux, où il siège parmi les députés patriotes. Malade au moment de la séance du Jeu de paume, il se fait porter dans un fauteuil pour prêter le serment et figure au premier plan du tableau de Jacques-Louis David. Lors de la nuit du 4 août, il se fait remarquer par son enthousiasme. Secrétaire de l'Assemblée le 11 septembre, membre du comité des rapports, il dénonce un arrêt du Parlement de Grenoble, défend la liberté du droit de pétition, ainsi que le transfert du chef-lieu de Vendée à La Roche-sur-Yon (septembre 1790), fait rejeter, le 15 février 1791, la requête du marquis de Favras, qui a demandé le nom de son accusateur, et s'oppose au cens électoral. Par ailleurs, il se montre hostile à l'égard des prêtres, des nobles et des émigrés.

À la séparation de la l'Assemblée constituante, il exerce la profession d'avoué, mais, la sujétion de cet étant lui semblant trop cruelle, il obtient d'être nommé greffier du tribunal criminel de la Vendée à Fontenay, d'où son surnom. De même, il se fait élire, en novembre 1791 président de la « Société ambulante des amis de la Constitution de Vendée » au club des Herbiers, pour diffuser l'esprit révolutionnaire dans le département, et, en décembre, colonel des gardes nationales et volontaires de la ville et du district.

Le 3 septembre 1792, la Vendée l'élit, le 1er sur 9 avec 254 voix sur 360 votants, député à la Convention, où il siège sur les bancs de la Montagne, mais est plus souvent en mission. Envoyé dans le Var en janvier 1793, il ne se prononce, lors du procès de Louis XVI, qu'au 3e appel nominal, au cours duquel il se déclare en même temps pour la culpabilité, contre l'appel, pour la mort et contre le sursis. De retour, ensuite, dans le Var, il est envoyé ensuite dans le Loir-et-Cher, l' Indre-et-Loire pour le recrutement des 300 000 hommes décrété par l'Assemblée (11 mars), en Vendée (6 avril), à l' Armée des côtes de La Rochelle (30 avril), dans l'Allier, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, la Corrèze, le Cantal, la Creuse pour une levée extraordinaire de cavalerie (8 octobre). Lors de sa mission dans l'Ouest, il accuse Westermann de pillages inutiles et destitue Rossignol. Ce dernier en ayant appelé à la Convention, il est défendu le 28 août par Bourbotte qui accuse Goupilleau « d'avoir sacrifié les intérêts de la République aux considérations de localité ». Rossignol est maintenu dans ses fonctions et Goupilleau rappelé. N'ayant pu se justifier, il voue dès lors une haine aux Jacobins et se prononce contre Robespierre le 9-Thermidor.

Immédiatement après, il entre au Comité de sûreté générale et fait libérer nombre de prisonniers, tout en demandant, le 1er fructidor (18 août 1794), le maintien du gouvernement révolutionnaire. Il fait également emprisonner Rossignol. À Goupilleau de Montaigu, Rovère écrit le 9 brumaire an III (30 octobre 1794): « Son entrée au comité de sûreté générale lui avait tourné la tête; il était devenu brusque, hautain, indécis entre les hommes de sang et ceux qui pensent comme toi et moi. »

Le 18 brumaire an III (8 novembre 1794), il est envoyé auprès de l'Armée des Pyrénées-Orientales et joue un rôle dans la négociation de paix avec l'Espagne. À son retour à Paris, il demande des lois répressives contre la presse le 3 vendémiaire an IV (25 septembre 1795) et est adjoint à Paul Barras pour défendre l'Assemblée lors de l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire (5 octobre 1795).

Le 21 vendémiaire (13 octobre), il est élu député de Vendée au Conseil des Anciens par 76 voix sur 98 votants et choisi comme secrétaire le 2 frimaire (23 novembre). Il fait voter un dégrèvement de contributions en faveur des départements de l'Ouest ayant souffert de la guerre civile.

Non réélu en germinal an V (1797), étant sans ressources, il obtient une place d'administrateur du Mont de Piété à Paris, qu'il conserve jusqu'à la Restauration.

Ayant adhéré à l'Acte additionnel durant les Cent-Jours, il est frappé par la loi contre les régicides du 12 janvier 1816 et se réfugie à Bruxelles. Mis en résidence à Liège, il obtient l'autorisation de revenir en France en 1819 et s'installe auprès de son cousin à Montaigu, où il s'occupe de botanique et de la culture des tulipes. Touché par le décès de son parent, le 1er juillet 1823, il meurt à son tour le 11 octobre.

Source

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de la Vendée Portail de la Vendée
Ce document provient de « Jean Fran%C3%A7ois Marie Goupilleau de Fontenay ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean françois marie goupilleau de fontenay de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Francois Marie Goupilleau de Fontenay — Jean François Marie Goupilleau de Fontenay Jean François Marie Goupilleau, dit Goupilleau de Fontenay, né à Apremont sur Vie le 25 juillet 1753, mort à Montaigu (Vendée) le 11 octobre 1823, est un notaire et un député français …   Wikipédia en Français

  • Jean François Marie Goupilleau De Fontenay — Jean François Marie Goupilleau, dit Goupilleau de Fontenay, né à Apremont sur Vie le 25 juillet 1753, mort à Montaigu (Vendée) le 11 octobre 1823, est un notaire et un député français. Il est le cousin germain de Philippe… …   Wikipédia en Français

  • Jean François Marie Goupilleau de Fontenay — Jean François Marie Goupilleau, dit Goupilleau de Fontenay, né à Apremont sur Vie le 25 juillet 1753, mort à Montaigu (Vendée) le 11 octobre 1823, est un notaire et un député français. Il est le cousin germain de Philippe… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Marie Collot d'Herbois — Gravure anonyme, XVIIIe siècle. Nom de naissance Jean Marie Collot Sur …   Wikipédia en Français

  • François Pichard du Page — Pour les articles homonymes, voir Pichard. François Jean Pichard du Page, né à Fontenay le Comte le 9 octobre 1749, guillotiné à Paris le 6 mai 1794, est un homme politique français. Biographie Fils d un secrétaire du roi[1 …   Wikipédia en Français

  • Philippe Charles Aimé Goupilleau de Montaigu — Pour les articles homonymes, voir Montaigu. Philippe Charles Aimé Goupilleau, dit Goupilleau de Montaigu, né à Montaigu le 19 novembre 1749, mort à Montaigu le 1er juillet 1823, est un homme politique français. Il est le… …   Wikipédia en Français

  • Philippe Charles Aime Goupilleau de Montaigu — Philippe Charles Aimé Goupilleau de Montaigu Pour les articles homonymes, voir Montaigu. Philippe Charles Aimé Goupilleau, dit Goupilleau de Montaigu, né à Montaigu le 19 novembre 1749, mort à Montaigu le 1er juillet 1823, est …   Wikipédia en Français

  • Philippe charles aimé goupilleau de montaigu — Pour les articles homonymes, voir Montaigu. Philippe Charles Aimé Goupilleau, dit Goupilleau de Montaigu, né à Montaigu le 19 novembre 1749, mort à Montaigu le 1er juillet 1823, est un homme politique français. Il est le… …   Wikipédia en Français

  • Joseph-Marie Gaudin — Pour les articles homonymes, voir Gaudin. Joseph Marie Jacques François Gaudin, dit Gaudin de Vendée[1] (né le 15 janvier 1754 aux Sables d Olonne, mort le 21 août 1818 dans la même ville), est un négociant et un homme… …   Wikipédia en Français

  • Élections législatives françaises de 1792 — L élection des députés de la Convention a lieu du 2 au 6 septembre 1792, après l élection des collèges électoraux par les assemblées primaires le 26 août. Elle se déroule juste après la journée du 10 août et la suspension de Louis XVI,… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”