Crayon

Crayon
Crayon
Deux bouts de crayon HB
Crayon biodégradable, dont le corps est entièrement constitué de papier recyclé.

Un crayon est un instrument d'écriture et de dessin. Il est constitué d'une petite baguette servant de gaine à une mine de la même longueur, la baguette étant parfois recouverte à un bout d'une gomme à effacer. Le crayon est un objet courant utilisé dans de nombreux domaines grâce à son maniement facile.

Sommaire

Synonymes

Le terme crayon se suffit à lui-même pour désigner l'instrument d'écriture constitué d'une mine dans sa gaine de bois. Toutefois, l'usage du mot s'étant étendu dans le langage courant en français pour désigner tout instrument d'écriture tel que stylo-bille, stylo-feutre, portemine, etc. il semble parfois nécessaire d'apporter une précision. Il n'existe pas de terminologie officielle et les désignations peuvent varier selon les zones géographiques ou culturelles : on parle de « crayon mine », de « crayon à papier ». Dans le nord et l'ouest de la France, il peut être appelé « crayon de bois », « crayon-bois » ou « crayon gris ». Dans l'Est de la France et en Suisse romande, c'est plutôt « crayon de papier », « crayon à papier » ou « crayon de mine ». Au Canada, il est souvent appelé « crayon de plomb » ou « crayon à mine », alors que « pousse mines » désigne les crayons (de plastique ou de métal) à mines rechargeables. En Belgique, on l'appelle généralement « crayon noir », « crayon ordinaire » ou simplement « crayon ».

Histoire

Le crayon de Gustave Doré (1854)

L'usage d'un stylet solide et sec, concurrentiellement à l'encre, remonte à l'Antiquité. La pointe de métal a été longtemps utilisée pour réaliser des dessins ou pour écrire rapidement, l'écriture destinée à être conservée se faisant à l'encre avec les outils appropriés. Les Romains utilisent un stylet de plomb, puis un alliage de plomb et d'étain. Cette pratique est à l'origine du terme mine de plomb, toujours en vigueur bien qu'il n'existe plus de véritable mine « en plomb » depuis le milieu du XIXe siècle. Le mot anglais pour mine est toujours lead (« plomb »). Au cours du Moyen Âge on expérimente divers expédients, des sortes de mines qu'on entoure de bois pour les protéger de la casse. Au XVIIe siècle, on découvre en Angleterre un important gisement d'un minerai noirâtre dont on pense alors que c'est une substance semblable au plomb, d'où le nom qu'on lui donne, plombagine. Il s'agit en fait de graphite.

Le crayon moderne a été mis au point indépendamment par l'inventeur autrichien Joseph Hardtmuth en 1792 (l'Allemagne disposait de gisements de graphite de qualité très inférieure) et par le chimiste français Nicolas-Jacques Conté en 1795 pour remplacer le graphite pur (la plombagine) dont l'importation d'Angleterre était interdite par le blocus.

Avant la généralisation de l'invention de Conté, le crayon était un tube métallique fendu et muni d'une petite bague coulissante pour maintenir la mine, ceci aux deux extrémités, ce qui permettait d'utiliser deux mines différentes (plombagine et craie blanche, sanguine, sépia, etc). Par la suite, pour le dessin technique ou de précision, le crayon a été remplacé par le portemine utilisant des mines aux diamètres calibrés de 0,3 - 0,5 - 0,7 ou 0,9 mm (pour les principaux formats), ou encore des mines de 2 mm ou 3,15 mm.

L'Angleterre vint donc plus tard que le continent à l'usage du crayon en bois. On continua à fabriquer des bâtons carrés de graphite pur. En 1838, Henry Bessemer invente une méthode pour comprimer la poudre de graphite et reconstituer des bâtons de graphite solide à partir des déchets de l'exploitation.

Aux États-Unis, des fabricants s'installent : le premier est William Munroe, en 1812. On doit à Ebenezer Wood le premier usage de la scie circulaire et le façonnage hexagonal des crayons. La fabrication intensive et la consommation de cèdre (Red cedar) pour le bois des crayons sont telles au début du XXe siècle qu'on en vient à récupérer le bois des menuiseries et des barrières, avant de recourir au Incense cedar (Calocedrus ou cèdre à encens, une variété proche du Thuya), un bois qui ressemble au cèdre mais qui provient de forêts gérées, et qui est actuellement majoritairement utilisé.

Le 30 mars 1858, Hymen Lipman dépose un brevet pour la gomme fixée à l'extrémité du crayon.

Dureté des mines

Des crayons avec différentes duretés

Le degré de dureté des mines de crayons est défini par l'échelle suivante :

9H 8H 7H 6H 5H 4H 3H 2H H F HB B 2B 3B 4B 5B 6B 7B 8B 9B
Dure Moyenne Tendre
  • H (hard) : dure (ou sèche);
  • B (black) : tendre (ou grasse) ;
  • HB (hard black) : moyenne ;
  • F (fine point) : fine. Il s'agit du milieu de l'échelle, HB étant un peu plus tendre.

Une mine dure est sèche, précise et durable, mais manque de noirceur ; une mine tendre est grasse et a une bonne noirceur, mais s'use rapidement.

L'utilisateur d'un crayon choisira le type de mine en fonction de l'usage auquel il le destine :

  • pour un dessin technique qui exige la clarté du tracé et la précision des traits, le choix se portera vers une mine sèche, voire très sèche (type 3H). Ce type de construction graphique nécessitera un encrage du support (calque ou polyester) pour permettre la reproduction. On utilise pour cela, de préférence, un portemine équipé de mines de diamètre très fin (0,3 mm) qui ont l'avantage de donner un trait de finesse constante.
  • pour un dessin aux instruments qui exige construction et précision avec une certaine sensibilité, la mine de dureté moyenne type HB sera particulièrement adaptée; en effet, elle permet un certain « repentir » (utilisation de la gomme) sans détruire la qualité du dessin initial.
  • pour un dessin artistique, croquis ou dessin à main levée, la mine 2B ou plus (portemine de 0,5 mm à 0,7 mm ou 1,2 mm de diamètre, ou crayon classique) permet l'exploitation de toutes les techniques d'expression graphiques, cependant l'utilisation du « repentir » (la gomme) peut empâter le dessin et est souvent proscrite. Dans un usage « artistique » le crayon permet de jouer avec la finesse du trait par la taille précise de la mine et l'usage de la pointe, ou d'en varier la texture et l'épaisseur en utilisant une mine plus émoussée, ou en inclinant le crayon de manière à avoir une surface de mine plus importante en contact avec le papier : se rapprochant ainsi des possibilités offertes par les mines de plomb, craies ou fusains qui sont dépourvus d'enveloppe comme le bois du crayon.

Les mines contiennent de l’argile et du graphite. Une mine tendre contient moins d'argile et une mine dure moins de graphite. Le graphite apporte le côté « gras » à la mine par son pouvoir lubrifiant, alors que l'argile est au contraire une charge maigre. Le modèle HB, le plus utilisé par les consommateurs, est en quelque sorte le modèle standard, les autres sont réservés aux artistes ou à des professionnels, comme les architectes.

L'échelle servant à classer la dureté des mines a été créée par Lothar von Faber vers 1839 ; elle est très courante en France. Il existe également une codification numérique utilisée dans de nombreux pays.

Fabrication

Les mines sont fabriquées sous forme de pâte par mélange des différents constituants (pour les mines classiques, poudre de graphite et kaolin, en proportions variables selon la dureté). La pâte est extrudée au travers d'une grille pour donner un cylindre de diamètre voulu, et est durcie par séchage. Le corps du crayon est fabriqué avec des plaquettes de bois, aujourd'hui majoritairement du cèdre à encens, pour sa texture homogène (fibres très bien alignées) et facile à tailler, qui sont rainurées : les mines sont collées dans les rainures, une seconde plaquette rainurée est collée sur la première. Les plaquettes sont ensuite découpées pour séparer les crayons, qui sont façonnés ensuite en cylindres ou en baguettes de section hexagonale. Ils reçoivent ensuite une ou plusieurs couches de peinture, l'impression de la marque, etc. Une extrémité est enfin taillée, et l'extrémité opposée reçoit un revêtement, la toque, ou éventuellement une petite gomme, plus rarement un embout métallique comportant ou non un anneau.

Si en Europe les crayons sont revêtus de couleurs différentes, aux États-Unis ils sont majoritairement jaunes, reprenant la couleur du Koh-i-Noor, introduit dans ce pays en 1890 par la firme austro-hongroise Hardmuth, qui était considéré comme le meilleur — et le plus cher — crayon au monde.

Types de crayons

Crayons de couleur

Article connexe : Crayon de couleur.
Montage en étoile de crayons de couleur.

Les crayons de couleur utilisent des mines faites de pigments mélangés à de l'argile et de la gomme ou de la résine. Ils sont apparus au début du XXe siècle et leur emploi s'est généralisé dans la seconde moitié du siècle. Les crayons de couleur de qualité sont largement utilisés par les professionnels de l'illustration. Ils présentent une large gamme de couleurs et de nuances. Les crayons de couleur sont généralement équipés de mines de type gras : selon les fabrications, il existe cependant divers degrés de dureté, mais qui ne sont pas indiqués, contrairement à leurs équivalents graphite.

Ils sont, le plus souvent, destinés à l'usage du coloriage à l'instar du stylo-feutre. Les crayons de couleurs font donc partie de la trousse de l'écolier et sont, à ce titre, souvent associés à la jeunesse et à l'école.

Pour les plus jeunes, par souci de sécurité, des crayons « sans bois », et des crayons de cire ont fait leur apparition. Ils permettent une meilleure prise en main (grâce à un format « large » adapté) et évitent les échardes. L'emploi de composés plastiques pour leurs mines les rend par contre moins aptes à restituer leurs couleurs.

Crayon à l'aniline

Jusqu'à la généralisation du stylo à bille, les crayons à l'aniline dits aussi « crayons à encre », permettaient d'obtenir un trait bleu intense et pratiquement indélébile. Il fallait pour cela mouiller la pointe de la mine, ce qui se faisait couramment avec la langue, pratique qui pouvait causer certains désagréments, l'aniline étant toxique.

Aujourd'hui il existe des crayons à l'aniline qui n'ont plus besoin d'être mouillés préalablement, et qui permettent d'écrire sur toutes sortes de surfaces, comme le verre, les plastiques. Certains crayons de charpentier sont conçus pour marquer les bois humides.

Crayon bicolore

Crayon bicolore dit crayon télévision

Longtemps utilisé par les écoliers et un large public, ce crayon, de dimensions légèrement supérieures au crayon classique, taillé à chaque extrémité, comporte deux mines, une rouge et une bleue. Il est connu en France sous l'appellation de crayon Télévision, marque déposée par le fabricant Conté pour son modèle 649 (à l’époque où la télévision connaissait son essor en France)[1]. La plupart des fabricants ont commercialisé des modèles équivalents.

Des crayons à deux mines différentes (noir / sépia, noir / sanguine, sanguine / blanc, etc) de dimensions standard, sont également fabriqués et commercialisés. D'autre part, il existe aussi des crayons fantaisie avec une mine unique, mais composée de quatre couleurs juxtaposées (bleu, rouge, jaune, vert). La couleur du trait varie selon que l'on fait tourner le crayon.

Crayon aquarelle

Article détaillé : crayon aquarellable.

Les crayons aquarelle sont des crayons de couleurs constitués de mines miscibles dans l'eau, ils sont utilisés secs ou dilués dans l'eau, seuls ou dans les techniques mixtes avec la gouache et l'aquarelle. Les traces de crayons allongés d'eau se diluent et donnent l'aspect de l'aquarelle.

Crayon pastel

Les crayons pastel ont une mine dont la constitution est celle du pastel sec mais rendue moins friables par l'adjonction d'une plus importante quantité de gomme arabique. Ils s'emploient seuls ou en complément de la technique du pastel sec et aussi dans des techniques mixtes, notamment avec la gouache.

Crayon fusain

Les crayons fusains sont constitués de mines en fusain aggloméré, comme pour les crayons graphites, ils sont plus ou moins tendres, leur dureté varie entre 4h et 4b. Ils permettent un travail plus précis que les bâtons de fusain.

Crayon sanguine

Article détaillé : sanguine.

Un crayon sanguine contient une mine à base d'argile ou de terre rouge naturelle. Apparenté aux pastels, il est employé particulièrement dans la technique dite des « trois crayons » avec la pierre noire et la craie blanche.

Crayon de charpentier

Crayon de charpentier de section rectangulaire.

Le crayon de charpentier (ou de menuisier) est destiné à tracer sur le bois les divers tracés nécessaires à son travail. Ils doivent être robustes : la section de la mine, d'assez grande taille, est rectangulaire ou ovale, comme la section du corps du crayon lui-même est également rectangulaire ou ovale, pour lui éviter de rouler lorsqu'il est posé. Il existe des mines graphite (généralement HB), ou des mines aniline destinées à marquer les bois humides.

Le crayon de charpentier est souvent vendu non taillé, en raison de sa forme peu adaptée aux systèmes de taille mécaniques (bien que des taille-crayons spéciaux existent). Il est donc taillé à la main avec un canif, un cutter ou un ciseau à bois (de 30 mm, que possédaient les charpentiers).

Le crayon de charpentier est utilisé par certains artistes pour obtenir des traits larges. La mine très large est parfois mise à profit pour la calligraphie et le tracé de caractères de types onciales, gothiques, etc.

Crayon de maçon et de tailleur de pierre

Destiné à marquer la pierre, le béton, etc. ce crayon présente une mine dure, de 4 à 6H, et certains peuvent aller jusqu'à 20H.

Crayon de maquillage

Des crayons bois sont utilisés pour le maquillage, les « mines » sont des produits de divers types, de consistance plus ou moins souple, pour le contour des lèvres, les contours des paupières, des sourcils, etc. Ils doivent être taillés à la main avec une lame bien coupante. Le premier crayon de maquillage fut mis au point en 1927 par la firme allemande Schwan[2].

Crayon de tailleur

Tailleurs ou couturières utilisent, pour marquer leurs tissus, des craies à base d'argile qui se présentent sous formes de rectangles de faible épaisseur. Il existe aussi des crayons à mine, en bois, et des mines longues à utiliser avec un porte-mine spécial. Certaines mines laissent des traces fluorescentes à la lumière ultraviolette.

Crayon à copier

Le crayon à copier ressemble extérieurement à un crayon graphite classique, mais sa mine, de couleur violet foncé (mais il existe d'autres couleurs) permet de copier par transparence, sur un papier spécial, tout document, et de reporter ensuite la copie sur une autre feuille en humidifiant le support. Ce procédé, mis au point vers 1800, a été utilisé avant la mise au point des systèmes de copie et reste en vigueur pour copier manuellement des documents qui ne supporteraient pas la lumière d'un scanner. Le crayon à copier est encore utilisé comme crayon indélébile[3].

Crayon lithographique

Article détaillé : Lithographie.

Le crayon lithographique est un crayon gras à base de graisse, de noir de fumée ou de copal, que l'on utilise pour dessiner sur la pierre lithographique. La graisse du crayon est absorbée par la pierre et retient l'encre lors de l'impression.

Crayon « en papier »

Dans le but d'économiser le bois, des essais sont faits régulièrement pour modifier la nature du support. Le papier a été utilisé : du papier enroulé autour de la mine assurait la tenue et la rigidité, et il suffisait de dérouler une bande de papier pour dégager une nouvelle portion de mine. Ce système évitait l'emploi du taille-crayon, mais obligeait quand même à un affûtage manuel de la mine. Aujourd'hui des crayons sont fabriqués avec du papier recyclé encollé de manière à lui donner une consistance qui permet l'usage du taille-crayon.

Crayon artistique

Article détaillé : Dessin.

Le crayon, sous sa forme ancienne ou moderne, est l'outil de base du dessin. Son aptitude à tracer rapidement et légèrement, à être effacé, lui permet de servir de base à toutes sortes de techniques. La richesse des rendus fait que le crayon peut se suffire à lui-même, entre croquis rapide et œuvre très élaborée. Le terme « dessin » désigne toute œuvre réalisée par ce moyen.

Technique des trois crayons

Exemple de technique aux trois crayons, études de jeune fille par Watteau

La technique des trois crayons consiste à dessiner avec trois crayons de tons et valeurs différents, la pierre noire de ton foncé, la sanguine de ton moyen et la craie blanche de ton clair, sur un papier teinté, en général gris-bleu ou brun. La pierre noire donne les lignes principales du dessin et les ombres, la sanguine donne les couleurs et la craie blanche sert à indiquer les zones de lumière. Cette technique fut prisée au XVIIIe siècle par des artistes comme François Boucher, ou Antoine Watteau.

Notes et références

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Crayon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • crayon — [ krɛjɔ̃ ] n. m. • 1704; créonXVIe; croion « sol crayeux » 1309; de craie 1 ♦ (1528 créon) Petit morceau de divers minerais (d abord la craie) propre à écrire, à dessiner. ⇒ charbon, fusain, graphite, 2. pastel, plombagine. Dessin aux deux… …   Encyclopédie Universelle

  • crayon — CRAYON. s. m. Petit morceau de pierre de mine, ou de quelque autre matière colorée, propre à marquer, à écrire, à tracer et à dessiner. Crayon blanc. Crayon de mine. Crayon de sanguine. Crayon de charbon. Crayon de pastel. Crayon rouge. Crayon… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • crayon — Crayon. s. m. Petit morceau de pierre de mine, ou de quelque autre chose propre à marquer, à escrire, à tracer, & à portraire. Gros crayon. petit crayon. crayon blanc. crayon de mine. crayon de sanguine. crayon de charbon. crayon de pastel.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Crayon — Cray on (kr? ?n), n. [F., a crayon, a lead pencil (crayon Cont[ e] Cont[ e] s pencil, i. e., one made a black compound invented by Cont[ e]), fr. craie chalk, L. creta; said to be, properly, Cretan earth, fr. Creta the island Crete. Cf.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Crayon —   [ kreɪən], Geoffrey, Pseudonym des amerikanischen Schriftstellers Washington Irving.   * * * Cra|yon [krɛ jõ:] usw.: ↑Krayon usw. Kray|on, Crayon [krɛ jõ:], der; s, s [frz. crayon, zu: craie = Kreide] (veraltet): 1. Bleistift. 2. Kreide[stift] …   Universal-Lexikon

  • Crayon — Cray on, v. t. [imp. & p. p. {Crayoned} ( ?nd); p. pr. & vb. n. {Crayoning}.] [Cf. F. crayonner.] To sketch, as with a crayon; to sketch or plan. [1913 Webster] He soon afterwards composed that discourse, conformably to the plan which he had… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • crayon — 1640s, from Fr. crayon pencil (16c.), originally chalk pencil, from craie chalk, from L. creta chalk, pipe clay, of unknown origin. Not now considered to mean Cretan earth, as once was believed …   Etymology dictionary

  • crayon — ► NOUN ▪ a stick of coloured chalk or wax, used for drawing. ► VERB ▪ draw with a crayon or crayons. ORIGIN French, from craie chalk …   English terms dictionary

  • Crayon — bezeichnet: einen Bleistift (auch Krayon) einen Wachsmalstift das markante Hochhaus in Lyon, das als Unternehmenszentrale des Crédit Lyonnais diente. Diese Seite ist eine …   Deutsch Wikipedia

  • Crayon — (fr., spr. Krajong), Stift (Bleistift, Silberstift, Rothstift, schwarze Kreide etc.), zum Zeichnen; daher Crayonirt, mit solchen Stiften gezeichnet. Die Crayonzeichnung, namentlich mit Silberstift auf Pergament, gestattet eine sehr zarte… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”