Cour Martiale

Cour Martiale

Cour martiale

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir cour.

Une cour martiale, est une cour qui juge de la guerre. Son nom martiale provient de Mars, le dieu de la guerre dans la mythologie romaine. Si le nom de la cour peut varier selon les pays, il s'agit avant tout d'une cour militaire, qui ne juge en général que des militaires et qui n'est composée que de militaires. Il arrive qu'une cour martiale juge des civils dans certains pays et dans certains cas, principalement en temps de guerre mais pas toujours, pour des actes touchant la défense nationale.

Son but est en général de juger l'action de militaires nationaux lors des conflits (dans le respect des normes de guerre édictées par des textes internationaux tels que la Convention de Genève). Certaines juridictions militaires ont des compétences plus étendues, par exemple juger des militaires étrangers pour des actes violant le droit de la guerre, même lors de conflit extra-nationaux (doctrine dite de la compétence universelle).

Selon les pays

Toutefois, selon les États et les périodes, les codes de justice militaire présentent des réglementations différentes, propres à chaque pays.

En France

Il convient de faire la différence entre "cour martiale" et "conseil de guerre", ici le terme de "cour martiale" ne devant être employé que pour désigner des juridictions d'exception.

Les cours martiales virent le jour en France sous la Révolution française de 1789 après le renversement de la monarchie mais furent très vite remplacées par une instance juridique plus officielle : le Tribunal révolutionnaire.

Remises au goût du jour pendant la Guerre de 1870 après la défaite de Sedan, par un décret du 2 octobre 1870, elles permirent un jugement rapide des soldats inculpés, en comparution quasi immédiate, la sentence une fois rendue devenant exécutable sans possibilité de recours.

Ces cours martiales furent de nouveau organisées pendant la Première Guerre mondiale dès septembre 1914, avant d'être supprimées en 1917. Instituées par deux décrets du 2 août et du 6 septembre 1914, elles fonctionnaient alors sous l'appellation de « Conseils de guerre spéciaux », venant s'ajouter aux conseils de guerre ordinaires. En quatre ans, 2 400 « poilus » auront été condamnés à mort et 600 exécutés, les autres voyant leur peine commuée en travaux forcés. Très peu, environ une quarantaine sur les 600 Fusillés pour l'exemple, dont Félix Baudy et ses compagnons de malheur ont été rétablis dans leur honneur dans les années 1920 ou 1930.

La possibilité de cours martiales a été définitivement supprimée en France dans le code de justice militaire en 1928.

Voir aussi

  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Cour martiale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cour Martiale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cour martiale — ● Cour martiale tribunal militaire d exception dont la procédure est sommaire. (Ce terme fut employé sous l Ancien Régime, dans la Constitution de 1791 et notamment lors de la répression de l insurrection de la Commune.) …   Encyclopédie Universelle

  • cour martiale — COUR MARTIALE. s. f. Tribunal militaire, qui étoit établi pour appliquer les Lois pénales sur les crimes et délits militaires, après que les Jurés avoient prononcé sur le fait. (C. de 1791.) …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Cour martiale — Pour les articles homonymes, voir cour. Une cour martiale est une cour qui juge de la guerre. Son nom martiale provient de Mars, le dieu de la guerre dans la mythologie romaine. Une autre théorie sur la provenance de son nom serait à l effet que… …   Wikipédia en Français

  • Liste des 108 patriotes bas-canadiens traduits en cour martiale — entre le 6 décembre 1838 et le 1er mai 1839, suite de la suspension de l habeas corpus le 8 novembre 1838. Neuf détenus sont acquittés et 99 condamnés à mort. 12 patriotes sont pendus en public entre décembre 1838 et février 1839. 58 des 99… …   Wikipédia en Français

  • cour — [ kur ] n. f. • v. 1352; curt, cortXe; lat. pop. curtis, class. cohors, cohortis « cour de ferme » confondu avec lat. curia I ♦ Espace découvert, clos de murs ou de bâtiments et dépendant d une habitation. Cour d honneur d un château. La cour… …   Encyclopédie Universelle

  • Cour Suprême Du Canada —  Pour les autres articles nationaux, voir Cour suprême. Composition actuelle de la Cour Nom Titre Mandat Nommé par Beverley McLachlin juge en chef JP JC 1989 2000 2000 …   Wikipédia en Français

  • Cour Suprême du Canada —  Pour les autres articles nationaux, voir Cour suprême. Composition actuelle de la Cour Nom Titre Mandat Nommé par Beverley McLachlin juge en chef JP JC 1989 2000 2000 …   Wikipédia en Français

  • Cour supreme du Canada — Cour suprême du Canada  Pour les autres articles nationaux, voir Cour suprême. Composition actuelle de la Cour Nom Titre Mandat Nommé par Beverley McLachlin juge en chef JP JC 1989 2000 2000 …   Wikipédia en Français

  • Cour suprême du canada —  Pour les autres articles nationaux, voir Cour suprême. Composition actuelle de la Cour Nom Titre Mandat Nommé par Beverley McLachlin juge en chef JP JC 1989 2000 2000 …   Wikipédia en Français

  • martiale — ● martial, martiale, martiaux adjectif (latin martialis, relatif au dieu Mars) Littéraire. Qui manifeste une attitude belliqueuse : Discours martial. Se dit d une attitude résolue, décidée, qui cherche à en imposer : Un air martial. ● martial,… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”