Christofle

Christofle
Logo-v16-Noir-Blanc.png

Logo de Christofle
Création 1830
Fondateurs Charles Christofle
Forme juridique SAS
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Thierry Oriez, Président
Activité Maison de Luxe
Produits Arts de la table, Bijoux, Orfèvrerie.
Effectif 600 (2009)
Site web www.christofle.com

Christofle est une marque d'orfèvrerie française, fondée en 1830 par Charles Christofle.

Sommaire

Historique

Origines

Charles Christofle, 1805-1863

L’entreprise Christofle a été fondée en 1830 par Charles Christofle (1805-1863). Issu d’une famille d’industriels spécialisés dans le travail du métal précieux, ce dernier est âgé de 15 ans lorsqu’il entre en apprentissage chez son beau-frère Hugues Calmette, un fabricant de « bijoux de province ». En 1830, il reprend à son compte l’affaire familiale et dépose en 1832 son poinçon de maître à la Garantie de Paris, pour fabriquer des bijoux en or. Très en avance sur son temps[réf. souhaitée], il axe fortement son développement sur l’exportation, notamment en Amérique du Sud. C’est ainsi qu’une décennie plus tard, il se retrouve à la tête d’une des plus importantes bijouteries de son pays[réf. nécessaire].

Dans une volonté de développer ses affaires, Charles Christofle va changer son entreprise en se tournant vers l’orfèvrerie. Il acquiert des brevets qui vont lui permettre de pratiquer à l’échelle industrielle la dorure et l’argenture par électrolyse, jusqu’alors pratiquées de manière artisanale. Ses poinçons de maître-orfèvre sont déposés en 1845, date de la première manufacture « d’orfèvrerie argentée ». A la fin du XIXe siècle, la maison Christofle produit désormais des objets en métal argenté. « Le Christofle » devient même un nom générique pour désigner le métal argenté[réf. nécessaire].

Développement au XIXe siècle

Succédant au roi Louis-Philippe Ier, l’empereur Napoléon III commande, dès 1851, tous les services de table officiels de l'Empire à Christofle[réf. souhaitée]. Ses titres d’« Orfèvre du Roi » et de « Fournisseur de l’Empereur » vont permettre à la maison devenue célèbre d’être sollicitée par les souverains étrangers comme l'Empereur du Mexique ou le Tsar de Russie[réf. nécessaire]. Charles Christofle va donc conquérir avec succès des marchés étrangers : l’Allemagne du Kaiser, l’Empire austro-hongrois et l’Empire Ottoman[réf. nécessaire].

Dès la seconde moitié du XIXe siècle, Christofle devient aussi le fournisseur des ministères, des ambassades, des parlements du monde entier, mais aussi de l'hôtellerie de luxe, des compagnies maritimes et ferroviaires, tant françaises qu'étrangères.[réf. souhaitée] Aujourd’hui, la marque qui perpétue ses commandes prestigieuses, est aussi fournisseur du Palais de l’Elysée à Paris[réf. nécessaire]. Comme toutes les grandes marques de luxe historiques, elle a su conserver sa renommée dans le monde entier en s’ouvrant à de nouveaux marchés[évasif].

Savoir faire

Gravure d'une timbale.

Les ateliers Christofle se trouvent à Yainville, en Normandie.

Christofle va au fil du temps influencer le style et les techniques liées à l’argent, les modes de production et de diffusion de l’orfèvrerie et des Arts décoratifs[réf. souhaitée].

Christofle se distingue entre autres par la mise au point de l’usage industriel du procédé de la galvanoplastie[réf. nécessaire]. Cette technique permet de reproduire un objet quelconque de manière rigoureusement identique et autant de fois que souhaité à partir d’un moule réalisé en caoutchouc. Elle consiste à déposer un métal par voie électrolytique sur le moulage de l’objet rendu conducteur.

Cette amélioration des procédés de dorure et d’argenture va permettre à Christofle de non seulement produire en série des objets en argent mais aussi de s’engager avec succès dans la réalisation de décors monumentaux[réf. souhaitée]. Cette technique offre en effet à Christofle la perspective de nouveaux projets tels que la décoration de la voiture du train pontifical du pape Pie IX (1858), ou encore la réalisation des statues de la toiture de l’Opéra de Paris (1868) ou celle de l’église Notre-Dame de la Garde à Marseille (1869), la plus grande galvanoplastie du monde[réf. nécessaire][réf. souhaitée].

Tradition d'orfèvrerie

Création

A l’instar de la haute couture, Christofle perpétue la tradition de la « Haute Orfèvrerie[réf. nécessaire] ». Cette activité lui permet de rééditer des pièces de prestige qui font partie du patrimoine historique de la maison, mais surtout de créer des objets uniques ou sur mesure dont la réalisation constitue un défi technique et esthétique[non neutre].

Installés depuis 2006 sur le site de production de Christofle, à Yainville en Normandie, les ateliers poursuivent une fabrication entièrement réalisée à la main suivant des techniques ancestrales (le tournage-repoussage, le planage, le ciselage, la gravure,…). Toutes ces pièces, en séries limitées numérotées, sont de véritables œuvres d’art[réf. souhaitée][non neutre], très prisées du fait de leur unicité par les collectionneurs du monde entier[non neutre].

Association a des créateurs

Christofle a toujours vu son nom associé aux grands courants de création[réf. nécessaire], à des artistes célèbres tels Man Ray[réf. nécessaire] ou Jean Cocteau[réf. nécessaire], à des architectes avant-gardistes tels Gio Ponti[1], à des orfèvres modernistes tels Lino Sabattini et Christian Fjerdingstad[réf. nécessaire], jusqu’aux designers d’aujourd’hui comme Andrée Putman, Martin Szekely, le célèbre orfèvre parisien Antoine Perrin (AP)et plus récemment Richard Hutten, Karim Rachid, Ora-ïto[réf. nécessaire] ou Marcel Wanders[2].

Bijouterie

Depuis 2005, Christofle renoue son activité première de bijouterie en argent massif, avec l'aide de créateurs comme Adeline Cacheux, Ora-ïto, Peggy Huyn Kinh, Andrée Putman, Arik Levy[1]... La maison compte aujourd’hui une vingtaine de collections.

Bibliographie

  • Marc de Ferrière le Vayer, Christofle, deux siècles d’aventure industrielle 1793-1993, Paris, Le Monde Éditions, 1995.
  • Dossier de l’art, numéro 2, juillet-août 1991.
  • Henri Bouilhet, L’Orfèvrerie française aux XVIIIe et XIXe siècles, 3 tomes, Paris, 1908-1912.
  • Paris/Grand-Palais, L’Art en France sous le Second Empire, Exposition 11 mai-13 août 1979.
  • Annelies Krekel-Aalberse, Argenterie Art Nouveau et Art Déco, Paris, 1990.
  • Françoise Cachin (dir.), L’Art du XIXe siècle 1850-1905, Paris, 1990.
  • Loches/Catalogue, Christofle, 150 ans d’orfèvrerie, introduction par Marc de Ferrière le Vayer, exposition 15 juin - 15 septembre 1991.
  • Pierre Kjellberg, Les Bronzes du XIXe siècle, Paris, 1987.

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Christofle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Christofle — Type SAS Founded 1830 Founder(s) Charles Christofle Headquarters Paris, France 9 rue ROYALE 79008 PARIS Area served …   Wikipedia

  • Christofle — (spr. óffl), Charles, Industrieller, geb. 1805 zu Paris, gest. 13. Dez. 1863 zu Brunoy (Dep. Seine et Marne), gründete 1842 die Firma Christofle & Co. zu Paris und Karlsruhe, verdient um die Galvanotechnik; nach ihm benannt das Christoflemetall… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Christofle — (spr. stóffl ), Charles, Industrieller, geb. 1805 in Paris, gest. 13. Dez. 1863 in Brunoy (Seineet Marne), war Leiter eines Gold und Silberwarengeschäfts und begründete später in Paris und Karlsruhe Etablissements, in denen er die galvanische… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Christofle — 48.8677777777782.3225 Koordinaten: 48° 52′ 4″ N, 2° 19′ 21″ O …   Deutsch Wikipedia

  • christofle — chri·sto·fle s.m.inv. ES fr. {{wmetafile0}} TS metall. lega di alpacca argentata molto usata per posaterie e vasellame {{line}} {{/line}} DATA: 1887. ETIMO: da Christofle, nome dell industriale francese Ch. Christofle che inventò tale lega …   Dizionario italiano

  • Christofle — This interesting surname is of early medieval English origin, and is an aphetic form of the given name Christopher. This name was made popular by St. Christopher, who was a Lycian martyred under the Roman Emperor Decius in 250 A.D. According to… …   Surnames reference

  • Christofle De Beaujeu — est un poète français de la fin du XVIe siècle. C était un homme de guerre, originaire du Beaujolais semble t il. Il publia en 1589 des Amours, ouvrage de poésie baroque où il cultive l obscurité. Son œuvre ne fut redécouverte qu à la fin du …   Wikipédia en Français

  • Christofle de beaujeu — est un poète français de la fin du XVIe siècle. C était un homme de guerre, originaire du Beaujolais semble t il. Il publia en 1589 des Amours, ouvrage de poésie baroque où il cultive l obscurité. Son œuvre ne fut redécouverte qu à la fin du …   Wikipédia en Français

  • Christofle de Beaujeu — est un poète français de la fin du XVIe siècle (il est né en 1550[1]). C était un homme de guerre, originaire du Beaujolais semble t il. Il publia en 1589 des Amours, ouvrage de poésie baroque où il cultive l obscurité. Son œuvre ne fut… …   Wikipédia en Français

  • Musée de l'orfèvrerie Bouilhet-Christofle — Christofle, fournisseur officiel de l empereur Napoléon …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”