Plan Calcul

Plan Calcul
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calcul.

Le Plan Calcul était un plan gouvernemental français lancé en 1966 par le général De Gaulle sur l'impulsion de Michel Debré et d'un groupe de hauts fonctionnaires et d'industriels, destiné à assurer l'indépendance du pays en matière de gros ordinateurs.

Sommaire

Historique et objectifs

Contrairement à une légende qui résiste à toutes les études sérieuses, ce plan ne faisait nullement suite au « refus américain de vendre un superordinateur Control Data au Commissariat à l'énergie atomique en 1965 ». Le CEA consacrait dès cette époque d'énormes budgets aux calculs de physique nucléaire et, depuis la fin des années 1950, était largement équipé en gros ordinateurs IBM. L'origine du Plan Calcul est en réalité l'Affaire Bull: la prise de contrôle de la firme française Bull par General Electric avait en 1964 affaibli, non « le seul concurrent d'IBM », mais seulement l'un des nombreux concurrents du leader mondial. C'est en réaction contre les difficultés de l'industrie électronique française que Général de Gaulle décida alors de lancer le Plan Calcul à la suite du rapport Ortoli. Ses objectifs étaient de développer une industrie nationale informatique et d'en faire un élément d'une future industrie informatique européenne. Le Plan Calcul prévoyait la création de l'IRIA, grand organisme public de recherche (devenu depuis l'INRIA), d'une grande compagnie d'informatique privée mais aidée par l'État : la Compagnie internationale pour l'informatique (CII) pilotée par Thomson et la Compagnie Générale d'Électricité (CGE). Contrairement à ce qu'on raconte, ce ne sont pas les applications militaires et scientifiques qui y furent privilégiées, mais les systèmes de gestion. La CII, d'abord très dépendante des technologies de son licencieur SDS, acquit progressivement une véritable autonomie technique et une aptitude à développer des matériels compétitifs, notamment des mini-ordinateurs et des disques magnétiques.

Le Plan Calcul comportait d'autres volets :

- Un Plan Composants visait à accélérer le développement de l'industrie française des circuits intégrés. Il obtint des résultats, mais servit trop souvent de béquille financière aux grands groupes industriels (CGE, Thomson) et fut malencontreusement dilué dans un « Plan Electronique civile ».

- Un vaste effort de formation à l'informatique, à la fois dans l'Education nationale et dans divers organismes publics ou privés[1]. Moins spectaculaire que la politique du « champion national » CII, cet aspect du Plan Calcul est sans doute celui qui a été le plus efficace, avec la création d'un ensemble de diplômes, la reconnaissance de l'informatique comme discipline scientifique et l'opération des « 58 lycées » à partir de 1972.

En 1971 la CII lança un projet européen qui devait devenir Unidata (CII, Philips, Siemens), destiné à permettre dans les années 1970 l'émergence d'une grande industrie informatique européenne à l'identique d'Airbus dans l'aéronautique. Chacun des trois participants se chargeait de développer une partie de la nouvelle gamme d'ordinateurs compatibles. Le succès d'Unidata supposait des aides publiques importantes et une stratégie industrielle claire, conditions qui n'étaient pas réunies.

Valéry Giscard d'Estaing, élu président en 1974, mit fin au projet en 1975 : la France dénonça unilatéralement l'accord Unidata et CII fusionna avec Honeywell-Bull.

La dotation budgétaire de Plan Calcul est restée stable à environ 300 millions de francs (MF) dans les années 1968 à 1974. À partir de 1975, la réorganisation autour de Bull a obligé à faire passer le budget à 2 milliards de francs par an. L'essentiel des subventions publiques à Bull a été versé dans les années 1975 à 1977. À partir de 1978, il a été possible d'orienter les aides publiques vers divers plans de croissance en péri-informatique (avec des industriels comme Logabax, Sagem, CSEE, Intertechnique/IER, Benson) et dans le domaine des logiciels, des bases de données et des usages de l'informatique[2].

Plus tard, le Plan informatique pour tous connut lui aussi un échec sévère[3], et fut le dernier projet ambitieux du gouvernement français en informatique.

Dates clefs

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • 1966 : La France lance le plan Calcul, un documentaire d'Amélie Meffre et Anne Franchini, puis entretien entre Pierre-Éric Mounier-Kuhn et Emmanuel Laurentin (émission « La fabrique de l'histoire » du 26 septembre 2006, sur France culture).
  • J.-P. Brulé, L’Informatique malade de l’État, Paris, Les Belles-Lettres, 1993.
  • P. Mounier-Kuhn, L’Informatique en France, de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul. L’émergence d’une science, Paris, PUPS, 2010.

Notes et références

  1. P. Mounier-Kuhn, L’Informatique en France, de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul. L’émergence d’une science, Paris, PUPS, 2010, ch. 6.
  2. French ordinateurs, J. Jublin et J.-M. Quatrepoint, éd. Moreau, 1985
  3. J.-P. Brulé, L’Informatique malade de l’État, Paris, Les Belles-Lettres, 1993.
  4. Presésentation de l'IRIS 80 sur le site FEB-patrimoine : [1]

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plan Calcul de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Plan calcul — Pour les articles homonymes, voir Calcul. Le Plan Calcul était un plan gouvernemental français lancé en 1967 par le général De Gaulle sur l impulsion de Michel Debré, destiné à assurer l indépendance du pays en matière de gros ordinateurs.… …   Wikipédia en Français

  • Plan Calcul — ● np. m. ►HISTO Plan gouvernemental français (datant de 1967) destiné à assurer l indépendance du pays en matière de gros ordinateurs, suite au refus américain de vendre un mainframe Control Data à l armée française (en 1963). Il fallait faire… …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • plan — 1. plan, plane [ plɑ̃, plan ] adj. • 1520; lat. planus 1 ♦ Sans aspérité ni inégalité, qui ne présente de courbure en aucun de ses points (surface). ⇒ 1. plat, uni; 2. plan, planéité. Rendre plan : aplanir, niveler. Miroir plan. On définit « la… …   Encyclopédie Universelle

  • Calcul — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Calcul », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) …   Wikipédia en Français

  • Plan gouvernemental — Liste de plans gouvernementaux Sommaire 1 Belgique 1.1 Plan gouvernemental Verhofstadt Onkelinx (Octobre 2005) 2 Canada 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Plan perinatalite 2005-2007 — Liste de plans gouvernementaux Sommaire 1 Belgique 1.1 Plan gouvernemental Verhofstadt Onkelinx (Octobre 2005) 2 Canada 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Plan périnatalité 2005-2007 — Liste de plans gouvernementaux Sommaire 1 Belgique 1.1 Plan gouvernemental Verhofstadt Onkelinx (Octobre 2005) 2 Canada 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Plan informatique pour tous — Le plan informatique pour tous (IPT) était un programme du gouvernement français qui devait permettre d initier les 11 millions d élèves du pays à l outil informatique et de soutenir l industrie nationale. Le plan a été présenté à la presse, le… …   Wikipédia en Français

  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire — L’expression «calcul infinitésimal» désigne habituellement l’ensemble des notations et des méthodes fondamentales du calcul différentiel, du calcul intégral et du calcul des variations, tel qu’il a été mis au point au cours des XVIIe et XVIIIe… …   Encyclopédie Universelle

  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à plusieurs variables — Le calcul infinitésimal des fonctions de plusieurs variables a eu un développement plus tardif que celui des fonctions d’un seul argument. Inauguré avec un siècle de retard, il ne parvient à établir solidement ses fondements qu’au début du XXe… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”