Pardes (Kabbale)

Pardes (Kabbale)

Pardès (Kabbale)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pardès.

Le Pardès, littéralement "le verger", qui donnera ensuite le paradis, désigne, dans la tradition de la Kabbale juive, un lieu où l'étudiant de la Torah peut atteindre un état de béatitude. Ce terme est tiré d'une anecdote philosophique et mystique qui trouve une explication dans le Pardes Rimonim du Rav Moshe Cordovero. Celui-ci prend l'image de quatre rabbis (Elisha ben Abouya, [Rabbi] Shimon ben Azzaï, [Rabbi] Shimon ben Zoma et rabbi Akiva) pénétrant un verger mais dont les "niveaux" respectifs de pénétration du sens des Écritures ne sont pas équivalents. Des références à cet « incident » se retrouvent dans le Talmud (Haguiga 14b, où Ben Azaï et Ben Zoma n'ont pas le titre de Rabbi), le Zohar (I, 26b) et le Tikkounei Zohar (Tikun 40).

Or, dans la Kabbale - tradition mystique et ésotérique du judaïsme - l'étudiant de la Loi (la Torah) progresse en conscience à mesure qu'il étudie en profondeur les Ecritures. Le Pardès en illustre donc, de manière imagée, le cheminement intellectuel et spirituel.

Sommaire

Explication kabbalistique

Dans la terminologie de la Kabbale, qui considère notamment le sens mystique de chacune des lettres composants les mots de la Torah, le Pardès est composé de quatre lettres (PRDS) invitant, chacune, à considérer un degré de lecture tant des Écritures que de l'œuvre du divin.

Si le Pardès apparaît comme un endroit physique (le mot lui-même signifiant verger), l'endroit où les quatre sages entrent ressemble peu à un verger, selon le Talmud. Ainsi, le texte ne dit pas que les quatre sages s'élevèrent mais que le Pardès leur était apparu comme s'ils s'étaient élevés. Ainsi, l'interprétation donnée du Pardès est qu'il n'est pas un lieu physique mais spirituel qui ne peut être pénétré qu'en passant d'un état de conscience à un autre plus élevé. Ici, les Rabbi utilisèrent la Kabbale comme moyen de s'élever.

Il s'agit donc du domaine réservé de la Connaissance ésotérique de la Torah. Les quatre lettres de ce mot - , reish, daleth et sameck - sont chacune l'initiale d'un terme hébreu qui indique les quatre niveaux d'étude des Écritures :

  • PESHAT, c'est-à-dire le sens littéral du texte qui ne traite que du monde sensible ;
  • REMEZ, c'est-à-dire l'allusion / insinuation qui consiste en un niveau plus élevé de l'étude ;
  • DERASH, c'est-à-dire l'interprétation figurée, qui est la parabole, la légende, le proverbe ;
  • SOD, c'est-à-dire le Secret, qui consiste en le niveau ésotérique traitant de la métaphysique et de la révélation des réalités surnaturelles, secrètes et mystérieuses.

Par conséquent, le Pardès est un concept permettant de faire référence aux quatre niveaux de compréhension possible de la Torah (la Loi) et aux quatre branches de l'enseignement de la Torah (c'est-à-dire respectivement : la Miqra (versets), la Mishna (enseignement légaux), le Talmud (enseignements élaborés de la Mishna) et la Kabbale (explication ésotérique de la Torah)).

Ces quatre niveaux de l'étude de la Torah correspondent, dans la logique mystique de la Kabbale, aux quatre niveaux de l'âme (Nefesh, Ruach, Neshamah et Hayah). Ainsi, le voyage vers la Torah est un voyage en soi, du monde extérieur du physique vers le monde intérieur de la spiritualité. Entrer dans le monde de la Torah est un procédé pour entrer dans le Pardès qui est un procédé de dévoilement du message de la Torah. Ceci donne le moyen de s'élever des mondes inférieurs vers les mondes supérieurs. La découverte de Sod (le Secret) n'est donc rien d'autre que la découverte de son soi le plus intime mais également, dans la cosmogonie de la Kabbale, de la rectification (Tikkoun) de la création.

Point de vue

L'ésotériste Virya adopte un point de vue plus spécifique sur l'histoire dite des "Quatre qui pénétrèrent dans le Paradis (Pardès)".

Citation : « Ce texte veut nous dire qu'avant d'atteindre le Sod une préparation graduée est nécessaire. Il faut savoir que pour pénétrer le Sod tous les problèmes psychologiques de la nature humaine doivent être réglés définitivement. On peut considérer PESHAT et REMEZ comme une psychothérapie, DERASH étant une sorte de psychanalyse ésotérique. Akiva put pénétrer le Sod du Pardés parce qu'il était H'ackam - Sage -, il avait réalisé les 7° degrés de la spéculation mystique, nombre qui est aussi la guématrie (valeur numérique) du SOD (60 6 4 = 70). Sur le terme PARDES, H'ayim Vital précise: "le sens de l 'Ecriture est littéral, analogique et mystique. Celui-là sera obligé de se réincarner tant qu'il n'aura pas accompli toute cette tache." Ainsi, Pardès ne représente pas uniquement des niveaux d'études mais de conscience, c'est le chemin qui mène vers la réalisation de l'Etre divin » (Virya)

Voir aussi

Liens externes

Pour plus de détails, accompagnés des extraits des textes de la tradition de la Kabbale traitant de la question du Pardès, on peut notamment consulter le site Kabbale en Ligne.

Ce document provient de « Pard%C3%A8s (Kabbale) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pardes (Kabbale) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pardès (Kabbale) — Pour les articles homonymes, voir Pardès. Le Pardès, littéralement le verger , qui donnera ensuite le paradis, désigne, dans la tradition de la Kabbale juive, un lieu où l étudiant de la Torah peut atteindre un état de béatitude. Ce terme est… …   Wikipédia en Français

  • PaRDeS — Pardès (Kabbale) Pour les articles homonymes, voir Pardès. Le Pardès, littéralement le verger , qui donnera ensuite le paradis, désigne, dans la tradition de la Kabbale juive, un lieu où l étudiant de la Torah peut atteindre un état de béatitude …   Wikipédia en Français

  • Kabbale juive — Kabbale  Pour l’article homophone, voir cabale …   Wikipédia en Français

  • KABBALE — Le terme kabbala , littéralement « tradition », désignait à l’origine toute tradition doctrinale, même biblique à l’exclusion du Pentateuque, et plus particulièrement la transmission, d’abord orale, ensuite écrite, d’enseignements concernant la… …   Encyclopédie Universelle

  • Kabbale —  Pour les articles homophones, voir cabale et Kabale. une version médiévale de L arbre de la vie La Kabbale (de l hébreu קבלה Qabalah « réception ») …   Wikipédia en Français

  • Pardès — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pardès peut avoir plusieurs sens suivant le contexte: Kabbale Pardès désigne, dans la tradition de la Kabbale juive, un lieu où l étudiant de la Torah… …   Wikipédia en Français

  • Sephiroth (Kabbale) — Pour les articles homonymes, voir Sephiroth. Les Sephiroth sont dix puissances créatrices énumérées par la Kabbale dans son approche mystique du mystère de la Création. Chaque Sephira est l émanation d une énergie du Dieu Créateur des Juifs. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Sod (kabbale) — Sod est d abord un mot hébreu, signifiant le Secret. Dans la Kabbale, il nomme le sens ésotérique du Tanakh. Par notarikon initial, il est le sameck c est à dire le S de pardès. Mais c est aussi le nom d une méthode de construction dont le… …   Wikipédia en Français

  • Anges de la Kabbale — La Kabbale est une mystique juive. Sommaire 1 Classification des anges 2 Noms des anges 2.1 Hayoth ha qodesh 2.2 Ofanim …   Wikipédia en Français

  • Sod (Kabbale) — Sod est d abord un mot hébreu, signifiant le Secret. Dans la Kabbale, il nomme le sens ésotérique du Tanakh. Par notarikon initial, il est le sameck c est à dire le S de pardès. Mais c est aussi le nom d une méthode de construction dont le… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”