Clementine Autain

Clementine Autain

Clémentine Autain

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Autain.
Clémentine Autain
Clémentine Autain à son bureau de la mairie de Paris, mars 2006
Clémentine Autain à son bureau de la mairie de Paris, mars 2006

Naissance 26 mai 1973
Saint-Cloud, Hauts-de-Seine, France
Nationalité France Française
Profession(s) Femme politique et Féministe
Formation Études supérieures en histoire

Clémentine Autain est une femme politique et une féministe, née le 26 mai 1973 à Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine. Elle est également codirectrice du mensuel Regards avec Roger Martelli et cosecrétaire de la fondation Copernic.

Elle fut conseillère de Paris (apparentée PCF) au maire de Paris, chargée de la jeunesse, de 2001 à 2008 et membre du conseil d'administration de l'OPAC, l'organisme chargé de la gestion des logements à loyers modérés de Paris.

Sommaire

État civil

Clémentine Autain est la fille de la comédienne Dominique Laffin et du chanteur Yvan Dautin.

Son oncle paternel François Autain est sénateur du Parti de gauche de Loire-Atlantique, ancien député et ancien secrétaire d'État chargé des immigrés, puis de la défense sous la présidence de François Mitterrand. Son grand-père André Laffin, vétéran de la Guerre d'Indochine, a brièvement été élu de droite (UNR) dans l'Yonne.

Elle est mariée et mère d'un enfant.

Enfance et jeunesse

À l'âge de 10 ans, Clémentine Autain voulait être chanteuse comme son père, Yvan Dautin. Au sein de la comédie musicale Abbacadabra, elle reprenait des chansons du groupe Abba sur les plateaux de télévision. Elle enchaîna disques, concerts et un feuilleton. Parallèlement, elle baignait aussi dans la politique grâce aux relations de ses parents avec Jack Ralite et Alain Krivine. Son père est alors un militant mi-anarchiste, mi-LCR.

En 1985, elle n'a que 12 ans lorsque sa mère meurt d'une crise cardiaque.

À dix-sept ans, elle quitte le domicile familial, puis, le baccalauréat en poche, s'engage dans des études supérieures en histoire. Clémentine Autain est titulaire d'une maîtrise d'histoire consacrée à l'Algérie coloniale et d'un DEA intitulé « Mouvement social, féminisme et législation à travers l'exemple du corps des femmes (1967-1982) » sur le MLF.

Le militantisme

Dans une biographie, elle dévoile avoir été violée à 23 ans sous la menace d'une arme blanche aux abords de l'Université de Paris VIII[1]. Elle dévoile ce drame en pleine pré-campagne présidentielle comme « une manière de porter la question des violences dans le débat ». Au sujet de ce live, elle déclare notamment : « Je ne livre pas de confidences sur ce que j’ai ressenti, je n’ai pas envie de m’étaler sur les conséquences de ce viol dans ma vie privée. […] Cette part de l’intime m’appartient, elle restera à moi. […] Mais en parler, c’est être fidèle à mon engagement. Car se taire, c’est faire le jeu des violeurs. […] Mon exemple révèle à quel point le viol reste un sujet tabou. Mon violeur était multirécidiviste, il a avoué entre vingt et trente viols, mais seules trois plaintes ont été déposées. Le viol reste un phénomène d’une ampleur et d’une gravité considérables, largement passé sous silence. »

Ce viol a marqué, pour elle, le fondement de son engagement féministe. Elle milite alors à l'Union des étudiants communistes. Elle se rapproche du Collectif contre le viol et s'implique dans le mouvement féministe. Elle fera du MLF le sujet de mémoire de son DEA d'histoire. En 1997, elle décide de créer un nouveau mouvement féministe, appelé Mix-Cité, dont elle devient coprésidente. L'association se fait connaître en protestant contre l'utilisation de mannequins vivants dans les vitrines des Galeries Lafayette.

En 1997, elle participe aux élections législatives en tant que suppléante d'Anny Poursinoff, candidate des Verts contre Christine Boutin (UMP)[2]. Grâce à son oncle François Autain, elle est recrutée comme collaboratrice parlementaire par Georges Mazars[3], sénateur du Tarn. Elle devient ensuite collaboratrice de Cécile Silhouette, conseillère de Paris, élue d'Ensemble pour une gauche alternative et écologiste. Selon Le Monde, elle aurait également été proche de la Gauche socialiste, tendance Jean-Luc Mélenchon[4].

Elle participe à la Fondation Copernic, un club de réflexion de la gauche radicale et à différentes initiatives à gauche : le RAP avec Jacques Kergoat, SELS (Sensibilité Écologiste Libertaire et radicalement Sociale-démocrate) ou l'expérience dite de Ramulaud. Elle écrit dans L'Humanité.

Carrière politique

En 2001, le parti communiste lui propose de prendre la tête de liste dans le XVIIe arrondissement contre Françoise de Panafieu, qu'elle décrit comme une « grande bourge » d'un « mépris de classe effroyable »[4]. Battue (35% des voix), elle est nommée par le nouveau maire de Paris, Bertrand Delanoë, adjointe chargée de la jeunesse.

En tant que représentante de la mairie de Paris, elle se rend en 2001 aux Universités d’été euroméditerranéennes des homosexualités, où elle s'inquiète d'une possible discrimination envers les militants bisexuels dans le monde associatif homosexuel : « la bi-phobie »[5].

Elle prend en 2003 la défense des lesbiennes contre les tendances phallocratiques de certains gays des milieux associatifs. Elle dénonce le risque que le centre d'archives gay-lesbiennes de la mairie de Paris puisse négliger l'identité lesbienne[6].

En 2005, elle est signataire de l'Appel des indigènes de la République, avant de finalement retirer sa signature quand Tariq Ramadan y ajoute la sienne[7]. Elle participe à cette époque aux événements organisés par le Conseil représentatif des associations noires de France, le CRAN.

Au sein des collectifs du 29 mai, elle fait campagne contre le Traité constitutionnel européen lors du référendum français.

Très présente sur les plateaux de télévision, Clémentine Autain apparait en 2006 comme une candidate possible pour une union de la gauche antilibérale[8]. Elle se déclare prête à être candidate à l'élection présidentielle de 2007 lors de la réunion du collectif national d’initiative pour un rassemblement anti-libéral de gauche et des candidatures communes où étaient présents nombre de collectifs locaux, le 10 septembre 2006, estimant qu'elle répondait à l'exigence d'une partie des militants de ne représenter aucun parti. Elle se proposait d'être la candidate anti-libérale à l'élection présidentielle, persuadée d'être mieux placée que Marie-George Buffet, Olivier Besancenot, Patrick Braouezec, Yves Salesse ou encore José Bové « pour faire la synthèse » des sensibilités.

Son bilan à la Mairie de Paris

En tant qu'adjointe à la jeunesse au maire de Paris de 2001 à 2007, Clémentine Autain développe les conseils de la Jeunesse de Paris, structures chargées d’offrir aux jeunes la possibilité de dialoguer avec leurs élus, de donner leur avis sur les grands enjeux qui animent la ville (les transports, l’environnement, le logement, etc.) et de monter des projets à l’échelle parisienne. Ces structures disposent d’un budget de 200 000 euros pour les conseils d’arrondissement et de 80 000 pour le Conseil parisien de la jeunesse.

Grâce à une augmentation de 50% du budget consacré aux jeunes, Clementine Autain met en place différentes actions : Paris Jeunes Talents, Paris Jeunes Vacances, Paris Jeunes Aventures, Paris Jeunes Solidarité [9].

La réflexion

Après l'échec du projet d'une candidature unitaire anti-libérale, Clémentine Autain refuse de s'engager dans la campagne désunie qui s'instaure :

« J’ai fait du combat pour notre rassemblement la pierre de touche de mon engagement, la clé de mon identification. C’est pour la rendre possible que je m’étais déclarée candidate en septembre. M’engager dans le soutien à ce qui sera de fait un segment, nécessaire mais un segment quand même, de l’antilibéralisme ne serait pas conforme à ce que j’ai fait, dit et à ce que je veux être.[…] Il n’est pas facile, quand le militantisme tient aux tripes, de rester à l’écart d’une campagne. Ce n’est pas enthousiasmant et on ne s’y fait pas que des amis… Mais, en politique, il n’est rien de plus important que la cohérence, sur la durée. Je préfère aussi ne pas faire semblant et rester en phase avec ma conviction profonde. Je respecte les choix de chacun. Le mien est de rester fidèle à ce que j’ai dit et fait jusqu’à ce jour: la convergence la plus large de la gauche de transformation sociale est ma seule boussole. Elle ne nous guide pas aujourd’hui, pour la présidentielle. Nous la retrouverons demain.[10] »

La polémique à Montreuil

En mai 2007, Clémentine Autain quitte le XVIIe arrondissement de Paris pour Montreuil, en Seine-Saint-Denis en revendant son appartement de 52m2 acheté quelques années auparavant [11]. Quelques mois plus tard, Clémentine Autain confirme son intention de ne pas être candidate à Paris aux élections municipales de 2008[12], exprimant alors ses craintes d'une alliance de Bertrand Delanoë avec le MoDem à Paris au second tour des municipales.

Elle s'installe à Montreuil pour « apprendre la banlieue »[13]. Avant même que Clémentine Autain ne déménage, il se murmure qu'elle pourrait venir en renfort de la liste conduite par le maire sortant Jean-Pierre Brard[14], apparenté communiste comme elle. En réalité il n'en est rien, le déménagement à Montreuil correspondant avant tout à un choix personnel et économique. Sur son blog, Clémentine Autain affirme « qu'[elle] n'a rien demandé de la sorte et que rien ne [lui] a été promis »[15]. Brard, qui sera finalement battu par Dominique Voynet, réaffirme son opposition de principe.

En partie motivée par le désir de lutter contre la « gentrification » de Montreuil[15], l'arrivée de Clémentine Autain s'inscrit paradoxalement dans un contexte de changement social fort[16] de cette commune autrefois plus populaire[17].

Installée à Montreuil début 2008[18], elle co-anime un espace politique de réflexion : "paroles de gauche" et s'engage auprès des militants sans papiers en grève.

Le parti anticapitaliste

Au cours de l'année 2008, elle se rapproche du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) en gestation, lancé par la ligue communiste révolutionnaire[19].

Présente à la rencontre nationale de l'appel de Politis[20], elle plaide pour « un passage à l'acte », faisant référence à la nécessaire création d'une nouvelle force politique. Néanmoins ce rapprochement ne se concrétise pas, Clémetine Autain regrettant qu'Olivier Besancenot et le NPA ne cherchent pas à construire de majorités politiques et ni à travailler et s’allier avec d’autres tels que Jean-Luc Mélenchon[21].

Ouvrages

  • Alter égaux, Robert Laffont, octobre 2001. (ISBN 2221093151)
  • Les Droits des femmes : l'inégalité en question, Milan, février 2003. (ISBN 2745908383)
  • Banlieue, lendemains de révolte, ouvrage collectif, La Dispute, février 2006. (ISBN 284303129X)
  • Salauds de jeunes, avec Mikael Garnier-Lavalley, Robert Laffont, avril 2006. (ISBN 2221107063)
  • Les machos expliqués à mon frère, Seuil, octobre 2008. (ISBN 202097004X)
  • Transformer, à Gauche, Le Seuil, Paris, Octobre 2009 (ISBN 978-2020992299) 
  • Postcapitalisme, Éditions Au Diable Vauvert, Vauvert, France, A paraître 

Notes et références

  1. Anne Delabre, Clémentine Autain. Portrait, biographie (Danger public, novembre 2006). ISBN 235123118X
  2. Résultats des élections législatives de 1997, 10e circonscription des Yvelines
  3. Anne Delabre, Clémentine Autain. Portrait, biographie (Danger public, novembre 2006). ISBN 235123118X, page 64
  4. a  et b « Clémentine Autain : une certaine idée de soi », Le Monde, 5 octobre 2006 ; Clémentine Autain a réagi à ce portrait sur son blog : « Je vous réponds (2) ».
  5. La chronique de Clémentine Autain Sous le soleil ; Clémentine Autin ; L'Humanité ; 30 août 2006 (article en ligne)
  6. Archives Lesbiennes sur Archiveshomo.info
  7. Les Indigènes s’invitent dans le débat, l'Humanité, 21 mars 2005
  8. « Le ralliement d’Arnaud Montebourg à Ségolène Royal relance le désir d’une candidature de Clémentine Autain pour incarner la gauche anti-libérale » sur Page 2007.
  9. "Nous voulons aider les jeunes à accéder à l'autonomie", Interview sur linternaute.com, 21 juin 2006.
  10. « La cohérence, sur la durée », Le blog de Clémentine Autain.
  11. Clémentine Autain, « Je vous réponds ! »
  12. Sylvia Zappi, « Municipales : Clémentine Autain quitte Paris pour Montreuil », 21 octobre 2007, Le Monde
  13. Clémentine Autain, « Pour en finir avec la polémique montreuilloise… », 23 octobre 2007
  14. Municipales à Montreuil: Brard renvoie Clémentine Autain dans les cordes, 22 octobre 2007, AFP
  15. a  et b Clémentine Autain, « Je m'engage à Montreuil ! », Blog de Clémentine Autain
  16. En banlieue, le PS se prépare à larguer le PC, 29 octobre 2007, Marianne2
  17. L'Adieu à Paris de Clémentine, 25 octobre 2007
  18. Autain: "Brard m'a dézinguée", 26 janvier 2008, Le JDD
  19. Michel Onfray, Boltansky, Clémentine Autain, etc. interpellent positivement le NPA
  20. appel de Politis
  21. Interview de Clémentine Autain, 10 décembre 2008, Libération

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Anne Delabre, Clémentine Autain. Portrait, Danger public, novembre 2006. (ISBN 235123118X)

Liens externes


  • Portail des femmes Portail des femmes
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Cl%C3%A9mentine Autain ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Clementine Autain de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем сделать НИР

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Clémentine Autain — Born May 26, 1973 Saint Cloud, Hauts de Seine, France Nationality French …   Wikipedia

  • Clémentine Autain — en 2006 Consejero por París 25 de marzo de 2001 – 22 de octubre de 2008 …   Wikipedia Español

  • Clémentine Autain — (26 de mayo de 1973 ), política francesa. Nació en Saint Cloud (Altos del Sena). Hija de la actriz Dominique Laffin y el cantante de variedades Yvan Dautin, sobrina de un ex senador y ex ministro de François Mitterrand. Tras un diplomado en… …   Enciclopedia Universal

  • Clémentine Autain — Pour les articles homonymes, voir Autain. Clémentine Autain …   Wikipédia en Français

  • Clementine (homonymie) — Clémentine (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Clémentine (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Autain — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La famille Autain comporte plusieurs personnalités connues : Yvan Dautin, chanteur français né Yvan Autain Clémentine Autain, personnalité politique… …   Wikipédia en Français

  • Clémentine (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Clémentine (homonymie) », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Clémentine est un prénom… …   Wikipédia en Français

  • Francois Autain — François Autain Pour les articles homonymes, voir Autain. François Autain Parlementaire français …   Wikipédia en Français

  • François Autain — Pour les articles homonymes, voir Autain. François Autain Parlementaire français Date de naissance 16 juin 1935 (1935 06 16) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”