Camène

Camène

Camènes

Camènes est le nom donné aux nymphes des sources et des bois dans la religion romaine archaïque. On les assimile par la suite aux Muses grecques. Égérie et Carmenta sont des Camènes.

Voici l'article CAMENAE du Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, dir. Charles Victor Daremberg et Edmond Saglio (1877-1919) :

« Nymphes romaines, souvent identifiées par les poètes avec les Muses grecques.

Les Camènes font partie de ce groupe nombreux de divinités archaïques, esprits des montagnes, des bois, des eaux, que la religion latine avait disséminées, comme autant de moteurs invisibles, au sein de la nature. Parmi les divinités des eaux, celles qui présidaient aux fleuves étaient conçues comme des génies masculins, celles des sources comme des puissances féminines. La langue latine donnait à ces dernières le nom de « Lymphes » (Lymphae) qui ne put se maintenir à côté de son synonyme grec Νύμφαι (NYMPHAE).
Les Camènes n'exercent pas, comme Pontus ou comme Juturna, une sorte d'empire sur les sources en général ; leur culte, originaire du Latium, peut-être d'Aricia, était localisé, depuis l'époque de Numa, dans une région voisine de la porte Capène, près de l'endroit où Q. Fabius Verrucosus dédia à l'Honneur (233) un temple transformé par M. Marcellus, le vainqueur de Syracuse, en un temple double de l'Honneur et de la Vertu[1],[2].
Là, se trouvaient les sources des Camènes, groupées autour de la plus connue d'entre elles, Égérie. C'est là, disait-on, que Numa tenait ses colloques nocturnes avec les nymphes révélatrices[3],[4], et qu'il avait reçu dans ses mains le bouclier sacré envoyé du ciel, dont il confia la garde aux Saliens[5]. On disait que le vieux roi sabin y avait dédié aux Camènes un temple de bronze qui avait été transporté dans le temple de l'Honneur et de la Vertu et qu'Égérie avait quitté ces lieux pour Aricie après la mort de Numa. C'était encore à la fontaine d'Égérie ou des Camènes que les Vestales allaient puiser l'eau vive exigée par leur liturgie[6],[7],[8],[9].
Le nom et le rôle multiple des Camènes dans la légende s'expliquent par leur caractère de nymphes, mais il faut, pour saisir les associations d'idées créées par l'imagination populaire, rappeler une croyance commune aux religions de la Grèce et de l'Italie. Cette croyance, surabondamment constatée par l'histoire de la divination, est que l'eau possède un pouvoir magique, la propriété d'éveiller chez les êtres intelligents le sens prophétique. Aussi les nymphes passaient-elles pour douées de la faculté divinatoire, faculté qu'elles pouvaient même communiquer aux hommes, en suspendant chez eux l'exercice normal de l'intelligence.
Les Grecs appelaient « possédés des nymphes » (νυμφόληπτοι), et les Latins « lymphatiques » (lymphatici) ceux dont la raison égarée passait pour avoir cédé la place à la faculté prophétique.
C'est par cette idée qu'il faut expliquer les attributions mythologiques des Camènes. Et d'abord leur nom, Camenae[10] signifie déesses des incantations (carmina), des oracles ou formules magiques. L'esprit utilitaire des Romains ne séparait guère la divination de la magie et pensait que la science surnaturelle doit conduire à l'action surnaturelle, celle-ci appliquant les moyens découverts par celle-là. Prophétie et magie sont les attributs spéciaux de toutes ces divinités qui, engagées dans le même fonds de légendes, ne sauraient avoir de physionomie bien distincte ; Camesene ou Camasene, sœur ou femme de Janus et mère du Tibre[11]; Canens, fille de Janus et femme de Picus[12]; enfin Carmenta ou Carmentis, dont il sera question plus loin.
L'emploi que l'instinct le plus populaire assigne le plus volontiers à la puissance surnaturelle est la guérison des maladies. La source des Camènes partagea longtemps avec celles d'Egérie et de Juturna, la réputation de rendre la santé aux malades[13].
En leur qualité de prophétesses et de magiciennes, les nymphes pouvaient être doublement utiles lors des accouchements. On leur demandait de hâter la délivrance par leurs charmes et de fixer par leur science divinatoire la destinée de l'enfant. Les Camènes ont laissé ce rôle à Carmenta ou Carmentis, et à leur compagne Égérie. Elles n'intervenaient, s'il faut en croire une tradition un peu trop préoccupée d'étymologie, que dans l'éducation des enfants, pour leur apprendre à chanter[14]. Elles avaient joué le même rôle près de Rome naissante ; elles ne l'avaient pas vue naître, mais elles avaient coopéré à sa constitution religieuse, car l'œuvre de Numa avait été inspirée jusque dans ses moindres détails par Égérie et les Camènes[15].
L'inspiration poétique tient de si près à la divination que les nymphes « chantantes » devinrent naturellement les déesses de la poésie le jour où les Romains apprirent à distinguer entre les rythmes poétiques et les formules d'enchantement (carmina). Les Muses grecques, dont elles tinrent désormais la place dans la mythologie latine, étaient, comme elles, les nymphes des fontaines, attachées aux sources de l'Olympe, de l'Hélicon et du Parnasse[16].
Les Camènes durent leur nouvelle dignité littéraire au premier propagateur de l'art grec, Livius Andronicus de Tarente[17]. Moins d'un siècle après, les Camènes avaient déjà un temple bâti peut-être par le collège des poètes, et dans lequel ceux-ci s'élevaient des statues. Du moins on rapporte que le poète L. Attius y était représenté dans des proportions qui contrastaient singulièrement avec sa petite taille[18]. Plus tard, les poètes latins délaissent les nymphes indigènes et retournent aux Muses grecques. Le nom des Camènes revient encore de temps à autre sous leur plume, mais à titre de synonyme. La différence originelle s'efface si bien, qu'ils appellent parfois du nom de Camènes les Muses d'Hippocrène ou de Libéthra.
L'identification des Camènes avec les Muses dut modifier sensiblement le type primitif fourni par la religion nationale. Il n'était guère possible de les associer, comme par le passé, aux divinités souterraines, Tacita-Muta (la muette) ou Lala-Larunda (la bavarde), qu'une ancienne tradition identifiait avec les Camènes[19] et, d'autre part, la légende n'avait plus assez de vitalité pour se prêter aux retouches.
Quand on disait que les Camènes étaient filles de Jupiter[20] ou qu'Hyménée était fils d'une Camène[21], on ne pouvait penser aux compagnes d'Égérie.

De là, une adaptation incomplète qui laisse aux Camènes une physionomie indécise, copie manquée de la gracieuse et noble figure des Muses grecques. »

Notes et références

  1. Juvénal, Satires, Livre III, 10 et suivants
  2. Vicus Camenarum, ap. Orelli, 5
  3. Tite-Live, Histoire romaine, Livre I, 21
  4. Ovide, Les Métamorphoses, Livre XV, 482
  5. Plutarque, Les Vies parallèles, Numa, 13
  6. Plutarque, l. c.
  7. Propert. V, 4, 15
  8. Ovide, Fast., III, 12 et suivants
  9. Dion. Hal. I, 77
  10. Primitivement Casmenae pour Carmenae (Varr. l. l. VII, 27; Paul. p. 43, éd. Müller; cf. pour la question étymologique, l'art. CARMEN).
  11. Plut. Quaest. rom. 22; Serv. Aen. VIII 330; Demoph. ap. Athen. Deipnos XV, p. 692.
  12. Ovid, Met XIV, 335 sqq.
  13. Frontin. 1, 4; cf. H. Jordan, Topogr. der Stadt Rom, II, p. 48.
  14. August. Civ. Dei, IV, 11.
  15. Ovid. Met. XV, 482.
  16. Varr. ap. Serv. Ecl. VI, 21; P. Decharme, Les Muses, p. 33 et s.
  17. Liv. Andron. ap. Gell. XVIII, 9.
  18. Plin. XXXIV, 19.
  19. Plut. Numa, 8; Ovid. Fast II, 570.
  20. Schol. German. Arat. p. 36.
  21. Marc. Capella, I, 1.


Voir aussi

Articles connexes

Sources

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Cam%C3%A8nes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Camène de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Caméne Misera — Infobox Album | Name = Caméne Misera Type = demo Artist = Silentium Released = 1998 Recorded = 1997 1998. Genre = Gothic metal Length = 32:31 Label = Self Released Reviews = Last album = Illacrimó (1996) This album = Caméne Misera (1996) Next… …   Wikipedia

  • camănă — CÁMĂNĂ, camene, s.f. Odgon care se află la partea inferioară a năvoadelor sau a altor unelte de pescuit şi de care se pot prinde greutăţi de plumb. – Din sl. kamenĩ piatră . Trimis de valeriu, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  cámănă s. f., g. d. art.… …   Dicționar Român

  • Silentium — Infobox Musical artist Name = Silentium Img capt = From left to right: Sami Boman, Elias Kahila, Riina Rinkinen, Matti Aikio, Juha Lehtioksa, Jari Ojala and Toni Lahtinen Landscape = yes Background = group or band Origin = Jämsänkoski, Finland… …   Wikipedia

  • Illacrimó — Infobox Album | Name = Illacrimó Type = demo Artist = Silentium Released = 1996 Recorded = 1995 1996. Genre = Gothic metal Length = 17:24 Label = Self Released Reviews = Last album = This album = Illacrimó (1996) Next album = Caméne Misera… …   Wikipedia

  • Camènes — Les Camènes sont les nymphes des sources et des bois dans la religion romaine archaïque. On les assimile par la suite aux Muses grecques. Égérie et Carmenta sont des Camènes. Les Camènes[1] font partie de ce groupe nombreux de divinités… …   Wikipédia en Français

  • Silentium — Silentium(anteriormente llamado Funeral) es una banda finlandesa de estilo metal gótico fundada en 1995 en Jämsänkoski. Contenido 1 Historia 2 Miembros Actuales 2.1 Miembros Antiguos 3 …   Wikipedia Español

  • Altum (album) — Infobox Album | Name = Altum Type = Album Artist = Silentium Released = 2001 Recorded = 2000 2001 Genre = Gothic metal Length = 52:48 Label = Spikefarm Records Reviews = Last album = SI.VM E.T A.V.VM (2001) This album = Altum (2001) Next album =… …   Wikipedia

  • Seducia — Infobox Album | Name = Seducia Type = Album Artist = Silentium Released = 2006 Recorded = 2004 2006 Genre = Gothic metal Length = 48:52 Label = Dynamic Arts Records Reviews = Last album = Frostnight(Single) (2005) This album = Seducia (2006) Next …   Wikipedia

  • Dead Silent — Single by Silentium Released 12 September 2007 Recorded 2006 2007 …   Wikipedia

  • Shandra Schadt — (* 1982[1] in Pasing, München) ist eine deutsche Synchronsprecherin und Schauspielerin. Inhaltsverzeichnis 1 Werdegang 2 Filmografie 3 Synchronisation (Auswahl) …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”