Ramon Muntaner

Ramon Muntaner
Page du manuscrit de Crònica

Ramon Muntaner (1265-1336) était un capitaine et un chroniqueur catalan, auteur de l'une des quatre grandes chroniques catalanes.

Sommaire

Biographie

Il est né à Peralada (Catalogne, à côté de Figueres) où aujourd'hui un beau musée lui est consacré. Sa vie active commence très tôt.

À l'âge de onze ans, il accompagne à Paris deux frères qui seront bientôt couronnés : Pierre III, roi de Barcelone, d'Aragon et de Valence, et Jacques II, roi de Mallorca.

En 1282, commence l'aventure extraordinaire de la Compagnie des Almogavres en Méditerranée. Il sera capitaine de cette Compagnie avec, comme il l'a écrit lui-même « trente-deux combats sur terre ou sur mer : des emprisonnements et des fatigues à supporter... ». Pour lui, on ne peut échapper à tant de périls sans l'aide de Dieu et de Sainte Marie.

"Què us diré ?". Alors qu'il a dépassé la soixantaine, il rédige en trois ans ses fameuses chroniques. Il y décrit avec verve, humour et passion, les conquêtes catalanes en Méditerranée : Sicile, Grèce et Turquie (d'aujourd'hui). Durant cette vie intense, sa femme l'accompagnait : il a eu deux fils et une fille. En 1332, il est chambellan du roi de Majorque. Il quitte ce monde dans l'île d'Eivissa en 1336, à l'âge de 71 ans.

Sa Crònica a été traduite en castillan, en français, en allemand, en anglais, en italien.

Une aventure extraordinaire : l'escorte de Jaume

Lorsque Jaume naît à Catane, en Sicile, le 5 avril 1315, son père Ferran (Ferdinand) a trente-sept ans et sa mère Isabelle de Sabran un peu plus de dix-huit. Ferran est le frère de Sanche, le roi de Majorque. Le roi de Sicile, Frédéric II, qui a reçu l’appui militaire de Ferran son cousin, décrète huit jours de fêtes à Catane ; le bébé est baptisé à l’église Sainte-Agathe.

Malheureusement, le bonheur est de courte durée, car la jeune maman est prise de fièvres ; informé de la maladie de sa femme, Ferran galope toute une journée ; Isabelle meurt dans ses bras. Elle laisse un bébé de trente-deux jours. Dans son testament, elle lègue à son mari tous ses biens, notamment ses droits sur le duché de Morée, en Grèce. Ferran, armé par Frédéric, part donc en expédition militaire pour prendre possession de son territoire. Qui va s’occuper du jeune enfant ? Pourquoi pas son frère Sanche, roi de Majorque ?

Ferran fait le tour des hommes de confiance, capables d’amener le bébé sain et sauf à Perpignan, capitale du royaume de Majorque. Cet homme, ce sera le fameux Ramon Muntaner, le célèbre chroniqueur, ex-capitaine almogavre, il a cinquante ans. Muntaner affirme que Jacques II de Majorque « répétait souvent que lui, Ramon, était la personne que Ferran aimait le plus après son père ».

Et voilà donc notre Ramon en cet été 1315, recherchant un bateau sûr pour le voyage ; il choisit celui d’un Barcelonais P. Des Munt actuellement à Messine. Spécialiste des expéditions militaires, Ramon est un homme très organisé. Après le bateau, il lui faut trouver une femme d’expérience pour s’occuper du nourrisson ; ce sera Agnès d’Adri, une veuve originaire de l’Empordà qui avait eu vingt-deux enfants ! Femme d’expérience, c’est sûr et de plus « molt devota e bona ». Puis, Ramon part à la recherche d’une nourrice capable de donner le sein au bébé ; il en trouve une à Catane « ben complexionada ». Mais toujours précautionneux, Ramon embarque deux autres nourrices, de telle façon, dit-il, que « per ço que si l’una fallia, que les altres fossen aparellades »; pour la traversée, chacune est accompagnée de ses propres enfants. Dans le même temps, Ramon désigne cent vingt hommes en armes, tous de bonne naissance, pour protéger et veiller sur le jeune Jaume, nuit et jour.

Alors que s’organisent tous ces préparatifs, arrive une nouvelle réjouissante qui fait le tour de l’île : Ferran a remporté la victoire de Clarence en Grèce. Voilà donc Ferran, prince de Morée. Un heureux présage pour le bébé.

Le temps est enfin venu de lever les voiles. Ramon Muntaner quitte Messine et jette l’ancre à Catane pour récupérer le petit Jaume. Nous voilà à l’intérieur du château d’Ursino que Frédéric II avait donné en fief à Ferran. Le noble Ot de Novelles, gouverneur catalan du château, se tient prêt à remettre l’enfant à Ramon. Il y a dans l’immense salle tous les chevaliers catalans, soit de Catalogne, soit du royaume de Majorque, quelques Aragonais et les notables de Catane. Et chacun y va de son commentaire. Puis, Ot de Novelles prend le bébé dans ses bras. Aussitôt, un silence religieux emplit la salle. Même tout au fond, chacun entend la question, trois fois répétée :

« Est-ce bien le jeune Jaume, fils de Ferran et d’Isabelle ? » Tous ceux qui avaient déjà vu l’enfant lors du baptême répondent en chœur « Oui ! » Un notaire rédige un acte officiel et Ot de Novelles remet délicatement le bébé dans les bras vigoureux de Ramon Muntaner, le solide almogavre. L’enfant porte un beau costume : il est habillé de riches draps d’or et de peaux à deux couleurs offerts par le roi Frederic. Emporté par son lyrisme coutumier, Ramon décrit le bébé comme étant un enfant jamais vu « d’ençà de cinc-cents anys ». Puis, il se dirige vers le port qui est tout proche, escorté par une foule de mille personnes, débordant d’une ferveur attendrissante.

Et, en cette fin août 1315, le bateau lève l’ancre et quitte Catane. Cependant, lors d’une escale à Trapani, Ramon Muntaner apprend que Robert, roi de Naples, a donné des ordres pour s’emparer de l’enfant ; aussitôt, Ramon engage d’autres hommes d’armes. Et, c’est le départ. Mais une violente tempête les oblige à rester à l’abri plusieurs jours dans l’île Saint-Pierre, à quelques encablures de la Sardaigne. Le temps clément se fait attendre. Enfin, le calme revient, et Ramon Muntaner se joint à un convoi de vingt-quatre vaisseaux catalans et génois.

Après un voyage interminable, le bateau accoste enfin à Salou, au sud de Barcelone, le jour de Toussaint. Ramon Muntaner raconte les préparatifs : « J’avais fait faire une litière sur laquelle étaient placés l’infant et sa nourrice ; cette litière était couverte d’un drap enduit de cire pour se protéger de la pluie, et par-dessus d’une étoffe de velours rouge; et vingt hommes, à l’aide de courroies, la portaient à leur cou ». En traversant Barcelone, le roi Jacques II de Catalogne-Aragon vient à leur rencontre. « Là nous trouvâmes le seigneur roi, qui fit un très gracieux accueil au seigneur bébé Jacques ; il voulut le voir, et il le baisa et il le bénit. Nous partîmes avec la pluie et le vent, et par un fort mauvais temps… Pour aller de Tarragona à Perpignan, il nous fallut, vingt-quatre bons jours. »

Une fois les Alberes franchies, Guillem de Saguàrdia, seigneur de Canet, accompagné de dix chevaliers et de quatre huissiers, se place à la tête du cortège. « Au lieu dit El Voló, poursuit Ramon Muntaner, quand nous fûmes près de passer l’eau du Tec, tous les gens d’El Voló sortirent de chez eux; et les plus notables prirent la litière à leur cou et firent passer ainsi la rivière au jeune Jaume. Cette nuit même les cònsols et un grand nombre de prohomens de Perpinyà, et tout ce qui se trouvait de chevaliers dans cette ville, vinrent au-devant de nous ; et il y en aurait eu bien plus encore si le roi Sanche n’eût pas été en France à ce moment. Nous fîmes ainsi notre entrée à travers la ville de Perpignan, au milieu de grands honneurs et nous nous dirigeâmes vers le château où se trouvaient madame la reine Esclarmunda - mère de Ferran et de Sanche - et madame la reine Maria - épouse de Sanche - et quand elles virent que nous montions au château, elles descendirent à la chapelle... Que Dieu nous accorde autant de joie qu’en éprouva madame la bonne reine quand elle vit Jaume, si bien portant et si gracieux, avec sa petite figure riante et belle, vêtu d’un manteau à la catalane et d’un paletot de drap d’or, et la tête recouverte d’une barretina (petit bonnet typiquement catalan) du même drap… Et la reine voulut le prendre dans ses bras… »

Mais, Ramon Muntaner refuse tout net ; il faut que les choses soient ordonnées suivant les règles. On convoque tous les hauts responsables qui se trouvent à Perpignan : ceux du Conseil royal, les cònsols, les chevaliers ; puis, les nourrices ; on appelle un notaire ; enfin, tout ce beau monde s’installe dans la cour d’honneur du château royal. Écoutons l’incomparable Ramon Muntaner s’adresser à l’assemblée :

« Cet enfant que je tiens dans mes bras, le reconnaissez-vous bien tous comme étant l’infant Jacques, premier né du seigneur Ferran de Majorque et fils de madame Isabelle sa femme ? Et tous répondirent que oui. Et je répétais la même demande trois fois, et à chaque fois ils répondirent que oui… Alors, la reine-mère prit l’infant Jacques et le baisa plus de dix fois et puis madame la reine jeune le baisa aussi plus de dix fois… Que vous dirai-je ? Durant quinze jours, je restai à Perpignan… ». Enfin, Ramon Muntaner retourne dans la ville de València où était son hôtel particulier.

Quand le roi Sanche retrouve Perpignan, quels sont ses sentiments en découvrant le jeune Jaume ? Si je voulais paraphraser notre célèbre chroniqueur, j’écrirais : « Que vous dirai-je ? vous l’imaginez vous-même ! ». Le bébé illumine le château royal et il reçoit toute l’affection et tous les soins des uns et des autres. Sanche compte bien l’éduquer suivant son rang, très honorablement.

Malheureusement, l’année suivante, arrive une terrible nouvelle ; on apprend que Ferran a été tué en juillet 1316, lors d’une bataille en Morée, alors qu’il défendait ses terres. Voilà donc le jeune Jacques orphelin de père et mère. Est-ce à cette époque-là que germe une idée dans la tête de Sanche ? « Puisque je n’ai pas d’enfant légitime avec ma femme Maria, pourquoi Jaume, fils de mon frère, ne serait-il pas mon successeur ? »

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ramon Muntaner de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ramon Muntaner — Saltar a navegación, búsqueda Música: Ramon Muntaner i Torruella, cantante de la Nova Cançó Historia de Cataluña: Ramón Muntaner, autor de Crónica de Ramon Muntaner. Crónica de Ramon Muntaner, la más larga de las Cuatro grandes crónicas.… …   Wikipedia Español

  • Ramón Muntaner — (Perelada, 1265 Ibiza, 1336) fue un soldado y escritor catalán. Escribió la Crónica, que comprende desde la concepción de Jaime I el Conquistador (1207) hasta la coronación de Alfonso IV de Aragón (1328). Perteneció a la Compañía Catalana,… …   Enciclopedia Universal

  • Ramon Muntaner — Manuscript of the Crònica by Ramon Muntaner. Ramon Muntaner (Catalan pronunciation: [rəˈmom muntəˈne]) (c. 1270 – 1336 ) was a Catalan soldier and writer who wrote the Crònica, a chronicle of his life, including his adventures as a commander …   Wikipedia

  • Ramon Muntaner de Sesfàbregues — Saltar a navegación, búsqueda Crónica de Ramón Muntaner Ramón Muntaner (Peralada, Corona de Aragón 1265 Ibiza, Reino de Mallorca, 1336) fue un caballero y escritor …   Wikipedia Español

  • Ramon Muntaner i Torruella — Saltar a navegación, búsqueda Ramon Muntaner i Torruella (Cornellá de Llobregat, Barcelona 1950), es el director de la SGAE y fue uno de los cantautores en lengua catalana del movimiento de la Nova Cançó, conocido con el nombre artístico de Ramon …   Wikipedia Español

  • Instituto Ramón Muntaner — El Instituto Ramón Muntaner en la actualidad IES Ramón Muntaner es un instituto de enseñanza secundaria ubicado en la ciudad de Figueras, fundado en 1839 por el padre Julián González de Soto; es el instituto más antiguo de… …   Wikipedia Español

  • Chronique de Ramon Muntaner — Portrait de Jacques Ier dans l édition de 1557 de la chronique de Muntaner. La chronique de Muntaner est la plus longue des quatre grandes chroniques en catalan. Elle couvre la période qui va de la conception de Jacques Ier le Conquérant (1207)… …   Wikipédia en Français

  • Premio Ramón Muntaner de literatura juvenil — Saltar a navegación, búsqueda El premio Ramón Muntaner de literatura juvenil es un galardón que desde 1986 concede anualmente la Fundació Prudenci Bertrana de Gerona. Consiste en una dotación de 7.500 € y la publicación de la obra por la… …   Wikipedia Español

  • Holiday home Ramon Muntaner I L' Escala — (Ла Эскала,Испания) Категория отеля: Адрес: 17130 Ла Эск …   Каталог отелей

  • Ramon Sauló — Saltar a navegación, búsqueda Ramon Sauló. Ramon Sauló es hijo de Sardañola del Vallés, donde abrió los ojos – grandes y considerablemente sorprendidos, de seguro el 12 de febrero de 1954. Y fue la villa de Sardañola la destinataria de la primera …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”