La Curee

La Curee

La Curée

La Curée

Illustration de La Curée


Auteur Émile Zola
Genre Roman naturaliste
Pays d'origine France
Date de parution 1872
Série Les Rougon-Macquart
Chronologie
La Fortune des Rougon
Le Ventre de Paris

La Curée est un roman d'Émile Zola paru en 1872, deuxième volume de la série Les Rougon-Macquart.

Sommaire

Personnages

  • Aristide Rougon/Saccard : Fils de Pierre et Félicité Rougon, il est le frère cadet de Eugène Rougon, qu'il admire. Déja apparu dans La Fortune des Rougon, il y joue dans le premier roman de la série des Rougon-Macquart le rôle du journaliste républicain de province. Opportuniste, il change de camp au moment du coup d'Etat et soutient le parti de ses parents, assistant sans intervenir au meurtre par un gendarme de son cousin, jeune insurgé politique idéaliste. Aristide Rougon change de nom pour Saccard à son arrivée à Paris, en partie pour ne pas compromettre son frère en cas de découverte de ses malversations et, en partie car "il y a de l'argent dans ce nom là; on dirait que l'on compte les pièces de cent sous"[1]. Profondément cupide et fin stratège, son frère lui trouve une place à l'Hôtel de ville, ce qui lui permet de prendre part à la Curée, via des spéculations relatives à la vente d'immeubles et de terrains parisiens à l'occasion de la réalisation des projets d'aménagement du baron Haussmann. De son premier mariage avec Angèle Sicardot, il a deux enfants, Clotilde et Maxime. Après la mort, bienvenue, de son épouse, il se remarie par l'entremise de sa soeur, Mme Sidonie, avec Renée Béraud du Châtel, riche héritière à qui il volera discrètement son argent et ses biens. Devenu une grande fortune de Paris, malgré des risques sérieux de banqueroute, il survit à sa seconde épouse à la fin du roman, plus complice de son fils et du régime que jamais. Il réapparait par la suite dans L'Argent.
  • Renée Saccard : Née Béraud du Châtel, fille d'un ancien magistrat mis à l'écart après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Alors qu'elle sortait d'un couvent, elle se fait violer par un homme d'une cinquantaine d'années et tombe enceinte. Elle révéla à son père sa grossesse, mais non son viol, avec la complicité de sa tante. A la recherche d'un homme acceptant de se faire passer pour le père de l'enfant, elle trouve, via Mme Sidonie, pour jouer ce rôle et l'épouser Aristide Saccard. L'enfant ne voit pas le jour, Renée fait une fausse couche, permettant à Aristide de cumuler les avantages dans le monde que constituent une belle épouse, un grand nom, une grande fortune et de belles propriétés sans avoir l'inconvénient de les partager avec un héritier. Personne amorale, ponctuellement dévorée de remords liés à son éducation de grande bourgeoise classique, elle mène une vie de luxe insolent et de succès mondains, cherchant à satisfaire son désir de vices et de plaisirs. A l'arrivée au foyer familial de Maxime, elle le traite comme son enfant, rapidement comme son ami avant de former le projet de le séduire et d'en faire, avec succès, son amant. Lorsque Maxime la quitte pour se marier à Louise et que son mari lui vole ses biens, elle sombre dans le chagrin, le jeux, et finit par mourir d'une méningite.
  • Maxime Rougon/Saccard : Fils de Aristide et Angèle Saccard, il passe les quinze premières années de sa vie à Plassans élevé par sa grand-mère, Félicité Rougon (La Fortune des Rougon). Arrivé à Paris après la mort de sa mère, son physique androgyne et sa malice lui ouvrent les faveurs des hautes bourgeoises parisiennes. Archétype de l'homme-femme, symbole de la décadence de la haute société impériale, il représente également le "petit crevé", fils de parvenu parisien du second Empire vivant des rentes de ses parents.
  • Angèle Rougon/Saccard : Née Sicardot, calme et douce, folle de nourriture et de maquillage, elle est la première femme d'Aristide Rougon. Elle découvre le secret de la Curée lorsque son mari, ivre, lui révèle les plans secrets du baron Haussmann. A sa mort, des suites d'une maladie foudroyante, elle comprend les plans de remariage de son mari, mais semble dans son dernier regard lui pardonner cette cruauté.
  • Clotilde Rougon/Saccard : Fille de Aristide et Angèle Rougon/Saccard, après la mort de sa mère elle part vivre chez son oncle Pascal à Plassans. Elle réapparait dans Le Docteur Pascal.
  • Louise Du Mareuil : Fille de bourgeois, très riche héritière, elle est une des premières à découvrir l'inceste entre Maxime et Renée. Fiancée de Maxime elle reste placide cependant et l'épouse. Atteinte d'une grave maladie, bossue et pleine d'esprit, elle finit sa vie en Italie avec son jeune mari dans la première année de son mariage.

Trame de l'œuvre

Le personnage principal est Aristide Rougon, dit Saccard, qui va faire une rapide fortune en spéculant sur les futurs terrains à bâtir à l'époque des grands travaux menés à Paris par le baron Haussmann.

L'action se déroule à Paris. Eugène Rougon a fait carrière en politique grâce à son soutien à Napoléon III: il est ministre. Son frère Aristide commence en bas de l'échelle par un modeste emploi. Sa femme s'appelle Angèle. Ils ont une fille ( Clotilde ) et un garçon (Maxime), ce-dernier vivant encore à Plassans chez ses grand-parents.Ils vivent dans un modeste appartement deux pièces. Eugène aide son frère à obtenir un emploi à la mairie de Paris, ce qui permet à ce dernier d'avoir accès à tous les plans des travaux d'Haussmann. Sa femme meurt. Il envoie sa fille chez Pascal, un de ses frères et se marie à une jeune fille nommée Renée Béraud du Châtel, par intérêt. Ayant pris le nom d'Aristide Saccard, il peut participer à la curée, le dépeçage de Paris par les spéculateurs, tâche dont il s'acquitte à merveille. Il accumule rapidement une grande fortune en achetant à bas prix des immeubles entiers dont il sait qu'ils seront bientot rachetés a prix d'or par la ville, qui souhaite les détruire afin de construire les futurs grands boulevards de la capitale. Pourtant, Aristide a un train de vie faramineux et il ne refuse aucune dépense à ses proches. Ayant besoin de toujours plus d'argent, et alors qu'il accumule les échecs spéculatifs, il escroque sa propre femme Renée, qui possède un important capital immobilier, sans aucun scrupule.

Le roman comporte également une intrigue amoureuse. Devenu veuf, Saccard a épousé Renée Béraud du Châtel, dont la fortune lui avait permis de se lancer dans la spéculation. Le couple est libre, chacun des deux époux ayant de nombreux amants sans que cela gêne l'autre le moins du monde. Jusqu'au jour ou Renée, nouvelle Phèdre, tombe amoureuse de Maxime, fils que Saccard a eu de son premier mariage. La relation semi-incestueuse entre Renée et Maxime est finalement connue de Saccard, sans que celui-ci en soit vraiment affecté. Le roman se clôt sur une Renée abandonnée par Maxime, dépossédée de sa fortune par Aristide, et qui sombre dans la folie avant de mourir d'une méningite.

Voir aussi

Étude littéraire sur un extrait de la Curée

Notes et références

  1. Edition folio classique, chapitre II, page 87

Bibliographie

  • Giuseppina Agostino, « Éléments chronotopiques dans l'écriture d'Émile Zola : La Fortune des Rougon, La Curée, La Conquête de Plassans », Annali Istituto Universitario Orientale, Napoli, Sezione Romanza, Juil. 1997, no 39 (2), p. 433-52
  • (en) Edward J. Ahearn, « Monceau, Camondo, La Curée, L'Argent: History, Art, Evil », French Review: Journal of the American Association of Teachers of French, May 2000, no 73 (6), p. 1100-15
  • Clayton Alcorn, « La Curée : Les Deux Renée Saccard », Cahiers Naturalistes, 1977, no 51, p. 49-55
  • (en) John C. Allan, « Narcissism and the Double in La Curée », Stanford French Review, Winter 1981, no 5 (3), p. 295-312
  • (es) Encarnación Medina Arjona, « Organización temporal del enunciado narrativo: Estudio de La Curée de Émile Zola », Cuadernos de Aldeeu, Nov 1993, no 9 (2), p. 227-38
  • Joseph-Marc Bailbé, « Une Fin de fête: Le Bal travesti chez Saccard (La Curée) », Fin de siècle: Terme-évolution-révolution?, Éd. Gwenhaël Ponnau, Toulouse, PU du Mirail, 1989, p. 281-89
  • (en) Aurélie Barjonet, « Celebration and Power: Zola's Representation of the Ball », Romance Studies, juil. 2005, no 23 (2), p. 91-103
  • Colette Becker, « Dossier: Repères bibliographiques pour l'étude de La Curée », Romantisme : Revue du Dix-Neuvième Siècle, 1986, no 16 (52), p. 113-117
  • Colette Becker, « Les 'Machines à pièces de cent sous' des Rougon », Romantisme: Revue du Dix-Neuvième Siècle, 1983, no 13 (40), p. 141-152
  • André Benhaim, « De René à Renée », Cahiers Naturalistes, 1999, no 73, p. 151-66
  • Michel Berta, « Une Pièce dans un roman d’Émile Zola : Les Amours du Beau Narcisse et de la Nymphe Écho », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 1996, no 8, p. 8-16
  • Janice Best, « Espace de la perversion et perversion de l'espace: La Génération du récit dans La Curée », Les Cahiers Naturalistes, 1989, no 63, p. 109-115
  • Roland Bourneut, « Retour et variation des formes dans La Curée. », Revue d'Histoire Littéraire de la France, 1969, no 69, p. 993-1008
  • Jean-Louis Cabane, « Le Corps sensible et l'espace romanesque dans La Curée », Litteratures, Fall 1986, no 15, p. 143-154
  • Aude Campmas, « Les Fleurs de serres: Entre science et littérature à la fin du dix-neuvième siècle », Visions/Revisions: Essays on Nineteenth-Century French Culture, Éd. et intro. Nigel Harkness, Paul Rowe, Tim Unwin, Jennifer Yee, Oxford, Peter Lang, 2003, p. 49-61
  • Sarah Capitanio, « Les Mécanismes métaphoriques dans La Curée », Les Cahiers Naturalistes, 1987; 61: 181-193. (journal article)
  • Sarah Capitanio, « L'Hypertextualité chez Zola : Le Cas de La Curée », Les Cahiers Naturalistes, 1994, no 68, p. 49-62
  • Patricia Carles, « Les Images de l'espace haussmannien dans La Curée et dans Le Ventre de Paris, Entre représentation et répression », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, Fall 1993, no 2, p. 25-33
  • (en) Milton Chaikin, « The Composition of George Moore's A Modern Lover », Comparative Literature, Summer 1955, no 7 (3), p. 259-64
  • Florence de Chalonge, « Espace, regard et perspectives: La Promenade au bois de Boulogne dans 'La Curée' d'Émile Zola », Littérature, Fév. 1987, no 65, p. 58-69
  • (en) Russell Cousins, « Revisiting Decadence: Vadim's Version of Zola's La Curée », Literature Film Quarterly, 2004, no 32 (4), p. 265-71
  • Charles Elkabas, « Système des personnages secondaires et satire sociale dans La Curée », Nineteenth-Century French Studies, Printemps-Été 1993, no 21 (3-4), p. 366-83
  • (en) Albert S. Gérard, « Renée's Tangled Ancestry: Zola's La Curée and Racine's Phèdre », Narrative Ironies, Éd. Et intro. Raymond A. Prier, Gerald Gillespie, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 207-22
  • (en) Elliott M. Grant, « The Composition of La Curée », Romanic Review, 1954, no 45, p. 29-44
  • (en) Susan Harrow, « Exposing the Imperial Cultural Fabric: Critical Description in Zola's La Curée », French Studies: A Quarterly Review, Oct 2000, no 54 (4), p. 439-52
  • (en) Susan Harrow, « Myopia and the Model: The Making and Unmaking of Renée in Zola's La Curée », L'Écriture du féminin chez Zola et dans la fiction naturaliste/Writing the Feminine in Zola and Naturalist Fiction, Éd. et intro. Anna Gural-Migdal, Bern, Peter Lang, 2003, p. 251-70
  • Bernard Joly, « Le Chaud et le froid dans La Curée », Cahiers Naturalistes, 1977, no 51, p. 56-79
  • La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, 201 p.
    • Jean-Pierre Leduc-Adine, « Architecture et écriture dans La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 129-139
    • David Baguley, « La Curée: La Bête et la belle », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 141-147
    • Colette Becker, « Illusion et réalité: La Métaphore du théâtre dans La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 119-128
    • Anne Belgrand, « Le Jeu des oppositions dans La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 23-41
    • Philippe Berthier, « Hôtel Saccard: État des lieux », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 107-118
    • Maarten van Buuren, « La Curée, roman du feu », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 155-160
    • Yves Chevrel, « La Curée: Un Roman d'étrange éducation? », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 63-76
    • Anne-Marie Desfougères, « La Curée: Roman et dramaturgie classique », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 5-14
    • A. Dezalay, « Destruction et sacrilège chez Zola », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 195-201
    • A. Fernandez-Zoïla, « Renée, la déchirée... », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 179-193
    • Gina Gourdin-Servenière, « La Curée et les travaux de rénovation d’Haussman », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 77-84 IN:
    • Robert D. Lethbridge, « Zola et Haussmann: Une Expropriation littéraire », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 85-96
    • Jean de Palacio, « La Curée: Histoire naturelle et sociale, ou agglomérat de mythes? », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 170-177
    • Alain Plessis, « La Curée et l'haussmannisation de Paris », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 97-105
    • Axel Preiss, « Les Couleurs de La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 149-153
    • M. Rochecouste, « Isotopie camamorphe: Un Paragraphe de La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 43-51
    • Halina Suwala, « Le Discours attributif La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 53-61
    • Anthony Zielonka, « Renée et le problème du mal : Explication d'une page de La Curée », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 161-170
    • Luigia Zilli, « Du temps romanesque au temps théâtral: Raison d'un échec », La Curée de Zola ou ‘la vie à outrance’, Paris, SEDES, 1987, p. 15-21
  • (en) Elisabeth Rogers Lanois, « Women and Space in Three Novels by Émile Zola », Dissertation Abstracts International, Thèse de l’Université du Wisconsin à Madison, 1994
  • Dominique Laporte, « Une Réécriture de La Curée: Les Hors nature (1897) de Rachilde », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 2001, no 14 (1-2), p. 255-66
  • Robert D. Lethbridge, « Du Nouveau sur la genèse de La Curée. », Les Cahiers Naturalistes, 1973, no 45, p. 23-30
  • Robert D. Lethbridge, « La Préparation de “La Curée’ : Mise au point d'une chronologie », Cahiers Naturalistes, 1977, n° 51, p. 37-48
  • Robert D. Lethbridge, « Une ‘Conspiration du silence’ autour de la publication de La Curée ? », Les Lettres Romanes, 1977, n° 31, p. 203-19. (journal article)
  • (en) Robert D. Lethbridge, « Zola's La Curée: Genesis of a Title », New Zealand Journal of French Studies, Apr. 1985, n° 6 (1), p. 23-37
  • Maryse Adam-Maillet, « Renée, poupée dans La Curée », Les Cahiers Naturalistes, 1995, n° 41 (69), p. 49-68
  • Georges Matoré, « Le Vocabulaire des sensations dans La Curée », L'Information Grammaticale, Oct. 1986, n° 31, p. 21-26
  • Andrew McQueen », « Les Bals costumés des Rougon-Macquart », Sur quel pied danser? Danse et littérature, Éd. et préface Edward Nye, Amsterdam, Rodopi, 2005, p. 191-200
  • Atsuko Nakai, « Statique et dynamique de l'hôtel Saccard dans La Curée », Études de Langue et Litterature Françaises, Mar. 1996, no 68, p. 116-29
  • (en) Brian Nelson, « Speculation and Dissipation: A Reading of Zola's La Curée », Essays in French Literature, 1977, no 14, p. 1-33
  • (en) Brian Nelson, « Zola's Metaphorical Language: A Paragraph from La Curée », Modern Languages: Journal of the Modern Language Association, 1978, no 59, p. 61-64
  • Jacques Noiray, « La Symbolique de l'espace dans La Curée », L'Information Littéraire, 1987, no 39 (1), p. 16-20
  • Jacques Noiray, « Une 'Mise en abyme' de La Curée: 'Les Amours du beau Narcisse et de la nymphe Écho' », Littératures, Printemps 1987, no 16, p. 69-77
  • (en) Tullio Pagano, « Allegorizing La Curée », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 1995, no 6-7, p. 166-76
  • Priscilla Parkhurst-Ferguson, « Mobilité et modernité : Le Paris de La Curée », Les Cahiers Naturalistes, 1993, no 67, p. 73-81
  • (en) Jorge Eduardo Pedraza, « Money, Desire and Value in the Late Nineteenth-Century Novel: Flaubert, Zola and James », These de l’Université Yale, 1993
  • Anne-Marie Perrin-Naffakh, « L'Heure de la Curée ardente: Commentaire stylistique d'un extrait de Zola La Curée », L'Information Grammaticale, Jan. 1987, no 32, p. 23-25
  • (en) Sandy Petrey, « Stylistics and Society in La Curée », MLN, May 1974, no 89 (4), p. 626-40
  • (it) Etienne Rabaté, « Le metafore di Parigi in La Curée di Émile Zola », Quaderni del Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere Moderne, Università di Genova, 1990, no 4, p. 93-106
  • Jolanta Rachwalska von Rejchwald, « L'Univers du clair-obscur dans La Curée de Zola : Dispositif et métaphore », Frankofoni (Ankara, Turkey), 2004, no 16, p. 147-59
  • Jacques-Philippe Saint-Gerand, « La Serre dans La Curée de Zola », L'Information Grammaticale, Oct. 1986, no 31, p. 27-33
  • (en) Isabelle Schaffner, « The City as Matter in Movement in La Curée and The Pit », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 2000, no 13, p. 133-42
  • Isabelle Tournier, « La Revanche du romanesque dans La Curée », Littératures, Automne 1986, no 15, p. 131-141
  • (en) Oswaldo Voysest, « Fashion and Characterization in Mercedes Cabello's Blanca Sol and Émile Zola's La Curée: Tailored Differences », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 1997, no 10, p. 112-29
  • (en) Holly Woodson Waddell, « The Naked Truth: Renée and the Myth of Phaedra in La Curée », Excavatio: Émile Zola and Naturalism, 2003, no 18 (1-2), p. 143-56
  • (en) Lawrence Watson, « Rimbaud and Auguste Barbier », French Studies Bulletin: A Quarterly Supplement, Summer 1987, no 23, p. 12-14
  • (en) Janell Watson, « The Gendered Political Economy of Zola's La Curée », Nineteenth-Century French Studies, Fall 1996 - Winter 1997, no 25 (1-2), p. 119-30
  • (de) Friedrich Wolfzettel, « Vertikale Symbolik in Émile Zola’s ‘La Curée’. », Germanisch-Romanische Monatsschrift, 1969, no 19, p.

Liens externes


  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « La Cur%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Curee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • curée — [ kyre ] n. f. • XVe; cuirée v. 1360; de cuir « peau (du cerf) » 1 ♦ Vén. Portion de la bête que l on donne aux chiens de chasse après qu elle est prise. Donner la curée aux chiens. ♢ Par ext. Le fait de donner la curée; le moment où on la donne …   Encyclopédie Universelle

  • curée — CURÉE. substant. fémin. Pâture qu on donne aux chiens de chasse, en leur faisant manger la bête qu ils ont prise. Faire curée. Donner la curée aux chiens. Curée de lièvre. Curée de cerf. sonner la curée. Il se trouva à la curée. f♛/b] On dit,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • curée — Curée. s. f. Pasture que l on donne aux chiens de chasse, de la beste qu ils ont prise. Faire curée. donner la curée aux chiens. curée de lievre. curée de cerf. sonner la curée. il se trouva à la curée. Defendre la curée, C est empescher les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • curée — Curée, aucunesfois est adjectif, comme, La fosse est curée, Expurgata, Euacuata: aucunesfois est substantif, et est un terme de venerie, qui signifie la part de la beste, prinse et desfaitte, qu on donne aux chiens de chasse, pour laquelle curée… …   Thresor de la langue françoyse

  • Curée aux flambeaux — ● Curée aux flambeaux curée froide, d apparat, qui se fait dans une cour d honneur à titre de spectacle, à la lueur des torches et au son des trompes …   Encyclopédie Universelle

  • Curée machen — (v. fr.), den erlegten Hirsch theilen, s. u. Parforcejagd …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Curée — (franz., spr. kürē ), das, was den Hunden von dem erlegten Wild vorgeworfen wird, dann das kunstgemäße Aufbrechen und Zerwirken des bei der Parforcejagd (s.d.) erbeuteten Edelhirsches. Das C. machen geschieht im Beisein der ganzen… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Curée chaude — ● Curée chaude celle qui se fait sur le lieu même de la prise et aussitôt après …   Encyclopédie Universelle

  • Curée froide — ● Curée froide celle que l on donne en rentrant au logis …   Encyclopédie Universelle

  • curée — (ku rée) s. f. 1°   Terme de vénerie. Portion de la bête que l on donne aux chiens après qu elle est prise. Curée chaude, morceau de la bête qu on donne aux chiens aussitôt qu ils l ont prise. Curée froide, celle qu on leur prépare ailleurs et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CURÉE — s. f. T. de Vénerie. Pâture qu on donne aux chiens de chasse, en leur faisant manger quelque partie de la bête qu ils ont prise. Faire curée. Donner la curée aux chiens. Curée de lièvre. Curée de cerf. Sonner la curée. Il se trouva à la curée. Un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”