Jean-Luc Romero

Jean-Luc Romero
Jean-Luc Romero
Romero1.jpeg

Nom de naissance Jean-Luc Romero
Naissance 30 juin 1959
Béthune
Nationalité Française
Profession Conseiller régional d'Île-de-France
Homme politique Apparenté PS

Jean-Luc Romero (né le 30 juin 1959 à Béthune) est un homme politique et un militant associatif français. Il est responsable d'ONG et écrivain. Il est le premier homme politique en France à avoir révélé sa séropositivité au VIH, en mai 2002[1],[2].

Il a de nombreuses responsabilités dans la lutte contre le sida (Élus locaux contre le sida, CRIPS-Île-de-France, membre du Conseil national du SIDA, membre du Comité directeur de VIH en Europe, membre du COREVIH de Paris-Centre, membre du Conseil d'administration de Sida Info Service) et dans le combat pour la légalisation de l'euthanasie où il a des responsabilités nationale (Association pour le droit de mourir dans la dignité) et internationale (World Federation of right to die societies).

Il siège au groupe PS du Conseil régional d'Ile-de-France en qualité d'apparenté.

Sommaire

Biographie

Jean-Luc Romero est né à Béthune[3] le 30 juin 1959 d'un père espagnol et d'une mère d'origine espagnole mais naturalisée française[4]. En 1983, il obtient un DEA de droit public à l'Université Paris II puis un DEA de sciences politiques en 1984.

Il est assistant parlementaire de Pierre-Rémy Houssin (de 1986 à 1997), Jean-Marie Demange (1997) et Guy Drut (de 1997 à 2000). Depuis 2001, il est directeur des solidarités à la mairie de Vigneux-sur-Seine (Essonne).

Candidat aux primaires UMP Paris pour les élections municipales de Paris en 2008. Il se désiste suite à un nombre de parrainage d'élus insuffisants. Suite à la nomination de Jean de Gaulle à la Cour des comptes, il demande le soutien de l'UMP pour sa candidature à l'élection législative de 2007 dans la huitième circonscription de Paris. En janvier 2007, son mouvement Aujourd'hui, autrement l'investit pour l'élection législative dans le 12e arrondissement de Paris (8e circonscription) ; il renonce à demander le soutien de l'UMP.

Il annonce son ralliement à une liste du Parti Socialiste le 4 décembre 2009[5] et est réélu conseiller régional d'Île-de-France sur la liste parisienne conduite par Anne Hidalgo dans le cadre de la campagne de Jean-Paul Huchon.

Animateur du magazine « Fréquence Midi » puis directeur des relations extérieures bénévole de Fréquence Gaie, radio associative LGBT de 1982 à 1983

Carrière politique et mandats électifs

Jean-Luc Romero (1er à gauche) à la Paris Gay Pride, le 25 juin 2005.
  • Ancien secrétaire national de l'UMP de février 2003 à juillet 2004[6]
  • Ancien président du parti Aujourd'hui, autrement de sa création en août 2004, à sa démission en avril 2008[7]
  • Conseiller municipal :
    • de mars 1989 à mars 2001 : conseiller municipal de Bobigny - président du Groupe d'élus Bobigny Renouveau

Dans la lutte contre le sida

  • Président-fondateur d'ELCS (Élus locaux contre le sida) depuis 1995
  • Président du CRIPS Centre régional d'information et de prévention du sida Île-de-France. Il a été élu à la tête du CRIPS-Ile-de-France, à l'unanimité, le vendredi 25 juin 2010 succédant à Anne Hidalgo la 1ère adjointe au maire de Paris. Il est le 1er président du CRIPS séropositif et a souhaité, à l'occasion de son élection, que les personnes vivant avec le VIH soient plus impliquées au CRIPS. Il était vice-président depuis 1998.
  • Membre du Conseil national du sida depuis 2005 nomme par le Premier ministre Dominique de Villepin puis renommé en 2009 par le Premier ministre François Fillon.

En 2004, il obtient du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, que le sida soit déclaré grande cause nationale et devient le président du collectif chargé de gérer cette année.

Depuis 2006, Jean-Luc Romero a initié une campagne médiatique offensive de sensibilisation sur la liberté de circulation des personnes vivant avec le VIH/sida

En 2008, enfin, il a saisi le Conseil national du sida contre l'interdiction des soins de conservation pour les personnes mortes du sida arguant du fait qu’exécuter des soins de conservation sur une personne décédée séropositive n’est pas dangereux pour les personnes pratiquant ces soins, les précautions universelles étant largement suffisantes. Le Conseil national du sida a rendu le 20 mars 2009 un avis demandant «l’annulation de l’article 2 de l’arrêté du 20 juillet 1998 en tant qu’il mentionne l’infection à VIH dans la liste des maladies faisant obstacle à la pratique de soins de conservation sur les corps».

En 2006, il lance avec ELCS un grand mouvement contre les interdictions de circuler et de s'installer imposées par de nombreux États des Nations Unies aux personnes vivant avec le SIDA. Son combat obtient un premier succès, en juillet 2008, avec la levée des interdictions aux USA signées par le président Bush auquel il avait adressé une lettre ouverte en novembre 2006. La mise en œuvre concrète de cette mesure a été retardée par des négociations entre les départements de la sécurité et de la santé des États-Unis et elle est devenue effective seulement en janvier 2010. Cette évolution peut faire effet « boule de neige ». Ainsi, la Chine a, en mai 2010, annoncé un changement rapide de la législation qui interdit toujours à une personne touchées par le VIH/sida de poser le pied sur son territoire.

Son combat pour l'euthanasie

  • Président de l'ADMD depuis le 2 juin 2007, réélu en septembre 2009. L'ADMD regroupe presque 50000 adhérents.
  • Vice-président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité depuis 2005 jusqu'en 2007 .
  • Directeur au bureau de la World Federation of right to die societies depuis septembre 2006

En février 2008, il répond à l'appel lancé par Chantal Sébire qui lui demandait de la soutenir, en sa qualité de président de l'ADMD.

Anciens mandats

  • Ancien Président du collectif Sida, grande cause nationale 2005
  • Président de l'Association française des collaborateurs parlementaires de 1988 à 1998
  • Ancien Secrétaire national de l'UMP
  • Ancien Secrétaire national du Parti radical valoisien (associé à l'UMP) chargé de la lutte contre les discriminations
  • Président-fondateur du parti politique "Aujourd'hui, autrement" de 2004 à 2008
  • Président d'honneur de l'AFCP (Association française des collaborateurs parlementaires)

Soutien à Florence Cassez

Jean-Luc Romero est président du comité de soutien de Florence Cassez, une jeune femme originaire de Béthune emprisonnée au Mexique.

En août 2008, à Mexico, Jean-Luc Romero rencontre à deux reprises Florence Cassez. Depuis son retour en France, il essaie de sensibiliser médias et autorités à la situation de cette femme[8]. Il préside le comité de soutien « Libérez Florence Cassez »[9].

Autres prises de position médiatisées

Il choisit le 10 avril 2007 d'apporter son soutien pour l'élection présidentielle à l'UDF François Bayrou. Jean-Luc Romero fait le constat, dans un communiqué, « qu'il n'est pas parvenu à peser significativement sur les positions de l'UMP » et déplore « la droitisation constante de l'UMP au cours de cette campagne ».

Le 3 mars 2008, il annonce qu'il votera pour Corinne Lepage au premier tour de l'élection municipale de 2008 et pour Bertrand Delanoë au second tour[10]

En juillet 2008, il saisit dès la mi-juillet la Halde et le CNS afin que ces institutions se prononcent sur le fichier Edvige. Il s'associe ensuite au recours devant le Conseil d'État de Corinne Lepage.

Il mène depuis des années un combat contre l'interdiction faite aux gays de donner leur sang et a saisi la Halde à cet effet. Cette instance rend sa délibération le 6 février 2006 et affirme que « la décision d’exclusion définitive du don du sang d’une personne paraît devoir être prise sur la base des risques liés à son comportement » (et non sur la base de son orientation sexuelle). Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, déclare donc le 11 juillet 2006 au journal Le Monde : « La contre-indication permanente actuelle visant les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes ne me semblait pas satisfaisante, car elle stigmatisait de facto une population et non des pratiques. Elle va donc disparaître ». Cette prise de position, réitérée à plusieurs reprises par Roselyne Bachelot, successeur de Xavier Bertrand au ministère de la Santé, n'a toutefois donné lieu à aucune mesure effective en ce sens.

Ouvrages

  • Homo Politicus : Politique et homosexualité de 1960 à nos jours, Paris, Éditions Florent-Massot, 2011.
  • Les voleurs de liberté : une loi de liberté sur la fin de vie pour tous les Français !, Paris, Éditions Florent-Massot, septembre 2009 
  • La Nuit des petits couteaux : qui gagnera la bataille de Paris ?, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, février 2006
  • Je n'ai jamais connu Amsterdam au printemps, Ramsay, septembre 2004
  • Contribution à Addictions et toxicomanie, éditions Frison Roche, septembre 2004
  • Lettre à une droite maladroite, Ramsay, mars 2003
  • Virus de vie, Éditions Florent-Massot, Présente, mai 2002
  • On m'a volé ma vérité, Le Seuil, juin 2001
  • Contribution à Homosexualités et politique en Europe, dans le Bulletin d'histoire politique de l'UQAM (Québec - Canada).
  • Contribution à Le Cadrage politique de la drogue, éditions Pepper, avril 2004
  • Contribution à Dans le secret des drogues et des virus, éditions Frison Roche, mai 2002
  • Éditorial du Petit Futé France Gay et Lesbien, octobre 2002 et juin 2008
  • Contributions aux actes d'Élus locaux contre le sida (1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 et 2009)
  • Contribution au Manifeste pour le PaCS, éditions l'écart, mars 1999

Distinctions

Références

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Site personnel


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Luc Romero de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Luc Roméro — Jean Luc Romero Jean Luc Romero Nom de naissance Jean Luc Romero Naissance 30 juin 1959 Béthune Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Jean-luc romero — Nom de naissance Jean Luc Romero Naissance 30 juin 1959 Béthune Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Jean-Luc Dehaene — Prime Minister of Belgium In office 7 March 1992 – 12 July 1999 Monarch Baudouin Albert II …   Wikipedia

  • Romero — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Romero (romarin en espagnol) est un nom d origine hispanique. Il s agit du dix huitième patronyme le plus répandu en Espagne[1]. Patronyme Romero est un… …   Wikipédia en Français

  • Jean-claude caron — Pour les articles homonymes, voir Caron. Jean Claude Caron (né le 21 juin 1955) est un historien français. Sommaire 1 Biographie 2 Publications …   Wikipédia en Français

  • Jean-Claude Caron (historien) — Pour les articles homonymes, voir Caron. Jean Claude Caron (né le 21 juin 1955) est un historien français. Sommaire 1 Biographie 2 Publications …   Wikipédia en Français

  • Jean-Baptiste Thoret — est un enseignant, historien et critique cinématographique français né en 1969, spécialiste du Nouvel Hollywood, du cinéma italien des années 70 et des réalisateurs de genre comme John Carpenter, Dario Argento, Tobe Hooper et George A. Romero.… …   Wikipédia en Français

  • Jean-baptiste thoret — est un enseignant, historien et critique cinématographique français né en 1969, spécialiste du Nouvel Hollywood, du cinéma italien des années 70 et des réalisateurs de genre comme John Carpenter, Dario Argento, Tobe Hooper et George A. Romero.… …   Wikipédia en Français

  • Jean Baptiste Thoret — est un enseignant, historien et critique cinématographique français né en 1969, spécialiste du Nouvel Hollywood, du cinéma italien des années 70 et des réalisateurs de genre comme John Carpenter, Dario Argento, Tobe Hooper et George A. Romero.… …   Wikipédia en Français

  • Cristóbal Montoro Romero — in 2008 Cristobal Montoro Romero (born on 28 July 1950 in Jaén) is a Spanish politician and Member of the European Parliament with the People s Party, part of the European People s Party and sits on the European Parliament s Committee on Economic …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”