Friedrich von Hardenberg

Friedrich von Hardenberg

Novalis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Novalis (homonymie).
Novalis

Novalis, de son vrai nom Friedrich Leopold, Freiherr von Hardenberg (2 mai 1772 à Oberwiederstedt en Saxe25 mars 1801 à Weißenfels), est un poète et romancier allemand.

Sommaire

Vie

Friedrich von Hardenberg (1772-1801) est le deuxième garçon d'une famille de onze enfants, né de Heinrich Ulrich Erasmus Freiherr von Hardenberg (1738 - 1814) et d'Auguste Bernhardine Freifrau von Hardenberg, née von Bölzig (1749 - 1818)

Novalis est un pseudonyme que choisit le jeune homme en 1798 pour sa première publication importante, Blüthenstaub, (Grains de pollen), ensemble de fragments poétiques et philosophiques parus dans la revue des frères Schlegel, L'Athenäum. Ce pseudonyme se réfère au nom d'un domaine familial ancestral (de novale), il désigne également en latin le terrain en friche. Novalis est né sur le domaine de son père à Oberwiederstedt en Saxe prussienne. Ses parents étaient affiliés à l'église Moravienne (Herrnhuter) et son éducation religieuse stricte se retrouve largement dans ses travaux littéraires.

Du gymnasium d'Eisleben (équivalent du lycée), il passa en 1790 à l'Université d'Iéna, en tant qu'étudiant en philosophie, où il se lia d'amitié avec Friedrich von Schiller. Puis il étudia le droit à Leipzig, où il devint l'ami de Friedrich Schlegel en 1792, puis à Wittenberg, où, en 1794, il obtint sa licence. Le jeune Novalis rencontre en 1795 le philosophe Fichte chez Niethammer, en compagnie d'Hölderlin, autre grande figure de poète philosophe de l'époque. L'œuvre de Fichte, La Doctrine de la Science (Die Wissenschatslehre), consacrée au Moi libre et créateur, a exalté et fasciné la jeune génération. Le cousin du père de Novalis, le ministre prussien Hardenberg, offrit à Novalis un poste gouvernemental à Berlin ; mais son père, craignant l'influence des hommes d'État dépravés, l'envoya apprendre l'aspect pratique de sa profession sous la direction du Kreisamtmann (administrateur du district) de Tennstedt, près de Langensalza.

La maison de Novalis à Weißenfels

À Tennstedt, Novalis rencontre la jeune Sophie von Kühn (alors âgée de 12 ans), avec laquelle il se fiance secrètement en 1795. La mort prématurée de la jeune Sophie, survenue en 1797, bouleversa Novalis qui vécut cette disparition comme une authentique expérience mystique, philosophique et poétique. Dans le bref et bouleversant Journal qu'il tient après la mort de Sophie, Novalis rapporte à la date du 13 mai 1797 la vision transfiguratrice qui est à l'origine d'un des plus grands textes lyriques du Romantisme, les Hymnen an die Nacht (Hymnes à la Nuit, première publication en 1800 dans l' Athenäum). Quelques mois après la disparition de Sophie, il entra aux mines de Freiberg pour suivre une formation d'ingénieur très complète. C'est là qu'il apprend le calcul différentiel, la chimie et surtout la géologie, sous la direction d'Abraham Gottlob Werner (1750-1817), qu'il immortalisa sous les traits du « Maître » (Meister) dans le texte Die Lehrlinge zu Sais (Les disciples à Saïs). Il se fiança de nouveau en 1798, avec Julie von Charpentier. Les trois dernières années de sa brève existence furent extrêmement fructueuses en termes de création poétique et de spéculation philosophique. À l'automne 1799, il lut à Iéna devant un cercle admiratif de jeunes poètes romantiques ses Geistliche Lieder, dont certains, comme Wenn alle untreu werden, Wenn ich ihn nur hab ou Unter tausend frohen Stunden sont aujourd'hui encore très populaires et utilisés en tant qu'hymnes religieux. En 1800, il fut nommé Amtshauptmann (magistrat local) à Thuringe, et se préparait à se marier avec Julie von Charpentier lorsqu'il contracta une phtisie. Il mourut l'année suivante à Weißenfels (son ami Friedrich Schlegel assista à ses dernières heures).

Dès 1802, ses premières œuvres allemandes furent publiées en deux volumes par ses amis Ludwig Tieck et Friedrich Schlegel. L'édition allemande historique et critique de référence des Novalis Schriften fut établie dans les années 1960 par Paul Kluckhohn et Richard Samuel.

Œuvre

L'œuvre de Novalis est aussi bien littéraire, poétique que philosophique. Ayant très peu publié de son vivant, Novalis est notamment l'auteur de milliers de notes théoriques, alliant science naturelle, poésie, religion, politique et philosophie. L'essentiel de ces notes, prises entre 1798 et 1799, font partie d'un ensemble intitulé Das allgemeine Brouillon (Le Brouillon général). L'esprit encyclopédique de ce premier romantisme, également présent chez Friedrich Schlegel qui projetait une Encyclopédie littéraire, rapproche d'une certaine façon ce romantisme de la philosophie systématique de l'idéalisme allemand.

Ce courant désigne les principaux philosophes (Fichte, Schelling, Hegel) qui ont cherché, après Kant, et en partie contre lui, a réaliser un système complet du savoir humain. Novalis imagine dans son Brouillon général une forme spécifique de savoir total dont l'art, et surtout la poésie, est la clef de voûte. Il a écrit que « la poésie est la religion originaire de l'humanité[1]. » Au cœur de la réflexion de Novalis, se trouve la recherche d'un idéalisme magique qui combine puissance spirituelle et création littéraire. Cet idéalisme a pour but de synthétiser des formes différentes (comme le sujet et l'objet), mais aussi de faire advenir grâce à l'imagination créatrice une harmonie globale que Novalis appelle, après les néoplatoniciens, l'Âge d'or.

Finalement, c'est dans l'écriture que Novalis s'est efforcé de réaliser son rêve d'unité suprême, notamment avec des textes poétiques majeurs comme les Hymnes à la nuit, les Chants spirituels, ou encore avec son récit en prose, les Disciples à Saïs. Son chef d'œuvre est sans doute son grand roman inachevé, Henri d'Ofterdingen, situé dans un univers médiéval mythique, qui sera publié après sa mort par son ami Ludwig Tieck. C'est dans ce dernier ouvrage qu'apparaît l'expression devenue célèbre de Fleur bleue (Die blaue Blume). Chez Novalis, cette fleur symbolise l'amour absolu qu'Henri porte à Mathilde mais aussi l'union du rêve et du monde réel, qui était un des grands objectifs du romantisme. Ce roman complexe et inachevé porte l'idéal poétique très élevé du romantisme, exprimé par le fragment 116 de la revue L'Athenaeum, consacré à la poésie romantique "universelle progressive".

Œuvres complètes

  • Novalis Schriften : l'édition originale de référence, historique et critique, a paru en 6 volumes, édités par Richard Samuel et Paul Kluckhohn en collaboration avec Hans-Joachim Mähl et Gerhard Schulz, Stuttgart, Verlag W. Kohlhammer, 1960-2006.

Traductions françaises

  • Art et Utopie. Les derniers fragments, 1799-1800, trad. Olivier Schefer, Paris, École Normale Supérieure,collection Aesthetica, 2005.
  • Semences, trad. Olivier Schefer, Paris, Allia, 2004.
  • Le Monde doit être romantisé, trad. Olivier Schefer, Paris, Allia, 2002.
  • Le Brouillon général, trad. Olivier Schefer, Paris, Allia, 2000.
  • Journal intime (précédés de Clarisse), trad. Armel Guerne, Éditions Mercure de France, 1997.
  • Hymnes à la nuit et Cantiques spirituels, trad. Raymond Voyat, Éditions Orphée/La Différence.
  • Lettres de la vie et de la mort (1793-1800), trad. Catherine Perret, Éditions du Rocher, 1993.
  • Les Fragments (précédés des Disciples à Saïs), trad. Maurice Maeterlinck, Paris, José Corti, 1992 (dernière édition).
  • Les Fragments (collection bilingue), trad. Armel Guerne, Paris, Aubier Éditions Montaigne, 1973.
  • Œuvres Complètes, trad. Armel Guerne, 2 volumes, Paris, Gallimard, 1975.
  • L'encyclopédie, trad. Maurice de Gandillac, Paris, Minuit, 1966 (1991, dernière édition).
  • Henri d'Ofterdingen / Heinrich von Ofterdingen (collection bilingue), trad. Marcel Camus, Aubier Éditions Montaigne,1988

Œuvres sur Novalis

  • Système minéralogique et cosmologie chez Novalis, ou les plis de la Terre, Laurent Margantin, Paris, L'Harmattan, 1999.
  • Depuis Novalis, Fernand Ouellette, Éditions du Noroît, 1999
  • Novalis, Pierre Garnier, Editions Pierre Seghers, 1962
  • Novalis et la pensée mystique, Maurice Besset, Aubier Éditions Montaigne, 1947

Ouvrages sur le romantisme

  • Résonances du romantisme, Olivier Schefer, Bruxelles, La Lettre volée, 2005.
  • La Forme poétique du monde. Anthologie du romantisme allemand, traduite et commentée par Charles Le Blanc, Laurent Margantin et Olivier Schefer, Paris, José Corti, 2003.
  • Le Défi romantique, Michel Le Bris, Paris, Flammarion, 2002 (réed).
  • Poésie de l'infini. Novalis et la question esthétique, Olivier Schefer, Bruxelles, La Lettre volée, 2001.
  • Le premier romantisme allemand, Ernst Behler, trad. Elisabeth Décultot et Christian Helmreich, Paris, Puf, 1996.
  • Le concept de critique esthétique dans le premier romantisme allemand, Walter Benjamin, trad. Philippe-Lacoue Labarthe et Ane-Marie Lang, Paris, Flammarion, 1986.
  • Les romantiques allemands, Daniel Wilhem, Paris, Seuil, 1980.
  • L'Absolu littéraire. Théorie de la littérature du premier romantisme allemand, trad. Philippe Lacoue-Labarthe, Jean-Luc Nancy (avec la collaboration d'Anne-Marie Lang), Paris, Le Seuil, 1978.
  • La Genèse du romantisme allemand, Roger Ayrault, Paris, Aubier, 4 volumes, 1961-1976.
  • L'âme romantique et le rêve, Albert Béguin, Paris, José Corti, 1939.

Liens externes

Commons-logo.svg

Sources et références

  1. Cité par Michel Camus, dans Adonis le visionnaire, Éditions du Rocher, mai 2000, (ISBN 2268035913) p.15.
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Novalis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Friedrich von Hardenberg de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Friedrich von Hardenberg — Novalis (* 2. Mai 1772 auf Schloss Oberwiederstedt; † 25. März 1801 in Weißenfels), eigentlich Georg Friedrich Philipp Freiherr von Hardenberg, war ein deutscher Schriftsteller der Frühromantik, Philosoph und Bergbauingenieur. Novalis, nach einem …   Deutsch Wikipedia

  • Novalis, Friedrich von Hardenberg, llamado — ► (1772 1801) Poeta y pensador alemán. Autor de Himnos a la noche (1800) y Enrique de Ofterdingen (1798 1801) …   Enciclopedia Universal

  • Friedrich von Schlegel — (1790) Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel (* 10. März 1772 in Hannover; † 12. Januar 1829 in Dresden) war ein deutscher Kulturphilosoph, Philosoph, Kritiker, Literaturhistoriker und …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich Freiherr von Hardenberg — Novalis (* 2. Mai 1772 auf Schloss Oberwiederstedt; † 25. März 1801 in Weißenfels), eigentlich Georg Friedrich Philipp Freiherr von Hardenberg, war ein deutscher Schriftsteller der Frühromantik, Philosoph und Bergbauingenieur. Novalis, nach einem …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich Leopold Freiherr von Hardenberg — Novalis (* 2. Mai 1772 auf Schloss Oberwiederstedt; † 25. März 1801 in Weißenfels), eigentlich Georg Friedrich Philipp Freiherr von Hardenberg, war ein deutscher Schriftsteller der Frühromantik, Philosoph und Bergbauingenieur. Novalis, nach einem …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich Karl von Hardenberg — (* 6. Januar 1696 auf Schloss Hardenberg; † 24. Mai 1763) war ein hannoverscher Diplomat, Kriegspräsident und Gartenarchitekt. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Quellen 3 Literatur …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich August von Hardenberg — (* 30. Oktober 1700 in Oberwiederstedt; † 15. September 1768 in Hannover) war ein deutscher Politiker, Staatsmann und Minister. Leben Friedrich August von Hardenberg entstammt dem niedersächsischen Adelsgeschlecht derer von Hardenberg. Sein Vater …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich von Schuckmann — (Quelle: Stadtmuseum Berlin) (Kaspar) Friedrich von Schuckmann, ab 1834 Freiherr von Schuckmann (* 25. Dezember 1755 in Mölln; † 17. September 1834 in Berlin) war königlich preußischer Staatsminister ( …   Deutsch Wikipedia

  • Friedrich von Raumer — Friedrich Ludwig Georg von Raumer (* 14. Mai 1781 in Wörlitz; † 14. Juni 1873 in Berlin) war ein deutscher Historiker und Politiker. Friedrich von Raumer Inhaltsver …   Deutsch Wikipedia

  • Hardenberg, Friedrich von — Hardenberg, Friedrich von, Friedrich von, siehe Novalis …   Damen Conversations Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”