Dioécie

Dioécie

Diécie

La diécie (par opposition à monoécie) est l'arrangement des organes reproducteurs des plantes dioïques dont les individus sont strictement monosexués, ou monogames, c'est-à-dire que chaque pied ne porte que des fleurs soit mâles (staminées), soit femelles (pistillées).

On distingue 3 variantes de diécie :

  • l'androdiécie où coexistent des pieds à fleurs mâles et des pieds à fleurs hermaphrodites,
  • la gynodiécie où coexistent des pieds à fleurs femelles et des pieds à fleurs hermaphrodites,
  • la triécie où coexistent des pieds à fleurs femelles, des pieds à fleurs mâles et des pieds à fleurs hermaphrodites.

Sommaire

Étymologie

Diécie vient du latin botanique dioecia, formé à partir du grec ancien di, deux, et oikia, maison.

Avantages/inconvénients

La monoécie a comme avantage une reproduction plus facile, vu qu'elle peut se faire entre deux sujets quelconques géographiquement proches. Voire même au sein d'un même sujet s'il relève d'une espèce comportant des fleurs mâles et des fleurs femelles sur le même plant.

Cependant, elle a comme inconvénient un risque d'appauvrissement du patrimoine génétique si la reproduction se fait trop souvent au sein d'une population limitée.

A l'inverse, la diécie présente comme inconvénient une reproduction plus difficile, vu qu'elle requiert obligatoirement un contact entre deux sujets de sexe différent. Cependant, elle a l'avantage de favoriser la diversification du patrimoine génétique.

Bien qu'on observe la diécie sur des plantes très anciennes (Ginkgo biloba, Cycas revoluta…), on ne peut pas dire que ce soit une propriété archaïque vu qu'on l'observe au moins sur quelques espèces de plantes à fleurs récentes.

Quelques exemples

Les Gymnospermes et plus particulièrement les Conifères sont pratiquement tous monoïques, à l'exclusion :

La plupart des Angiospermes sont monoïques ou hermaphrodites, portant généralement des fleurs elles-mêmes hermaphrodites, plus rarement des fleurs unisexuées, mâles et femelles, sur le même pied.

Seuls 4 % sont dioïques. En voici quelques unes :

Concernant les espèces cultivées pour leur production de fruits (Palmier-dattier, Actinide…), la diécie conduit à planter une très forte majorité (95 à 99 %) de plants femelles pour augmenter la production. Mais en intercalant judicieusement les plants mâles.


Remarque : il est important de noter que le Ginkgo biloba et les Cycas, n'appartiennent pas aux gymnospermes dans certaines classifications, mais sont regroupés dans l'embranchement des Préspermaphytes, ceci à cause du fait qu'ils ne produisent pas encore de graines à proprement parler mais simplement des ovules. Néanmoins la ressemblance quasi parfaite de l'ovule, de par son tégument épais, avec une graine amène à tolérer le fait que ces espèces puisse être rattachés aux Spermaphytes, dans le sous embranchement des Gymnospermes.

Voir aussi

  • Portail de la botanique Portail de la botanique
Ce document provient de « Di%C3%A9cie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dioécie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DIOECIE — s. f. T. de Botan. Classe du système de Linné, qui renferme les plantes dont les fleurs mâles sont sur un pied et les fleurs femelles sur un autre. La mercuriale, le chanvre, le saule, appartiennent à la dioecie …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • dioecie — (di è sie) s. f. Terme de botanique. Classe du système de Linné, qui renferme les plantes dont les fleurs mâles sont sur un pied et les fleurs femelles sur un autre. ÉTYMOLOGIE    Termes grecs signifiant deux et maison …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Phillyrea — Pour les articles homonymes, voir Filaire. Phillyrea …   Wikipédia en Français

  • Phillyrea angustifolia — Pour les articles homonymes, voir Filaire. Phillyrea …   Wikipédia en Français

  • EUPHORBIALES — L’ordre des Tricoques, plus communément appelés Euphorbiales, est essentiellement constitué par la famille des Euphorbiacées qui comporte 300 genres et 8 000 espèces. Elle est très répandue dans toutes les régions chaudes, beaucoup moins ailleurs …   Encyclopédie Universelle

  • URTICALES — Les Urticales forment un ordre de plantes dicotylédones apétales qui possèdent des fleurs petites, généralement unisexuées, dépourvues de corolle et ayant un nombre d’étamines épisépales égal à celui des pièces du calice. L’ovaire supère,… …   Encyclopédie Universelle

  • monœcie — [ mɔnesi ] n. f. • 1787; lat. sc. monœcia, gr. monos « seul » et oikia « maison » ♦ Bot. État d une plante monoïque. ● monœcie nom féminin (latin scientifique monœcia, du grec monos, seul, et oikia, maison) État d une plante monoïque. ● monœcie… …   Encyclopédie Universelle

  • monoécie — ⇒MONOECIE, subst. fém. BOTANIQUE A. Caractère d une plante ou d un arbre dont chaque individu produit à la fois des fleurs à étamines et des fleurs à pistils. Il les divise [la vingt et unième et la vingt deuxième classe] en monoecie et en… …   Encyclopédie Universelle

  • dioecique — (di è si k ) adj. Appartenant à la dioecie ; ayant rapport à la dioecie. Plante dioecique …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DIOÏQUE — adj. des deux genres (Les voyelles IO font deux syllabes, dans ce mot et dans les suivants.) T. de Botan. Il se dit Des plantes qui appartiennent à la dioecie. Plantes dioïques …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”