Coq de bruyère

Coq de bruyère

Grand Tétras

Comment lire une taxobox
Grand Tétras
 Tetrao urogallus
Tetrao urogallus
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Tetrao
Nom binominal
Tetrao urogallus
(Linnaeus, 1758)
Statut de conservation IUCN :

LC  : Préoccupation mineure
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le Grand Tétras (Tetrao urogallus), ou Grand coq de bruyère, est un gros gallinacé habitant les forêts de conifères de montagnes.

Cette espèce appartient à l'ancienne famille des Tetraonidae actuellement incluse dans celle, plus vaste, des Phasianidae[1].


Sommaire

Identification

Il s'agit du plus gros Gallinacé d'Europe.

  • Mâle (ou coq) : Sombre. Cou gris, menton noir, caroncules rouges, bec blanc, plastron verdâtre (voir aussi bleuté) ; dos brun-gris, ailes marron (tache blanche à l’épaule) ; ventre sombre, flancs noirs, puis blancs vers l’arrière, croupion noir et blanc ; sus-caudales grises à pointes blanches, rectrices noires à taches blanches (dont la densité varie selon les régions), sous-caudales à pointes blanches. Taille : 74 à 90 cm ; Envergure : jusqu’à 125 cm ; Poids : jusqu’à 5 kg.
  • Femelle (ou poule) : Rousse barrée de noir et de blanc. Poitrine rousse, caroncules rouges (peu visibles), bec gris ; dos et ailes marron barrés de noir et de blanc ; ventre et flancs blancs tachetés de roux et de noir. Queue rousse, barrée de noir. Taille : 54 à 63 cm.

Alimentation

Cet oiseau se nourrit de bourgeons, de pousses de conifères, de baies, d'herbacées, d'insectes et d'aiguilles de conifères (surtout sapins et pins) en hiver.

Répartition et milieu biologique

Le Grand Tétras habite en Europe les forêts de conifères des montagnes (Abies alba, Picea excelsa, Pinus spp.) parsemées de feuillus (avec sous-bois riche en arbustes à baies et myrtilliers); en Asie et Scandinavie, ce milieu se retrouve aussi en plaine (Taïga).

Reproduction

Mâle en parade (Allemagne)

Cette espèce polygame se retrouve chaque année au printemps sur des lieux dits « places de chant ».

Les coqs paradent (queue déployée, ailes pendantes, cou et tête redressés, barbe hérissée, cou plus ou moins gonflé), chantent (séries de « te-lep » rapides, env. 6 ou 7 secondes, accéléré à la fin, puis « pokfok » semblable à un bruit de bouchon et « djedzje », bruit semblable à un bruit de scie répété 3 ou 4 fois). Les poules vagabondent ici et là sur les places de chant et chacune choisit le coq avec lequel elle s'accouplera (toujours le coq dominant).

La femelle pond et couve ensuite au sol, à l'abri dans un fourré ; les petits sont nidifuges et restent avec leur mère jusqu'à l'automne.


Classification

Blason du village d'Aubure : D'argent à un coq de bruyère au naturel posé sur un mont de trois coupeaux de sinople'.

C’est Linné, en 1758, qui le premier a décrit cette espèce, sous le nom de Tetrao urogallus.

Il existe neuf sous-espèces, dont deux sont isolées :

  • T. u. cantabricus dans les Monts Cantabriques
  • T. u. aquitanicus dans les Pyrénées
  • T. u. major en Europe centrale
  • T. u. rudolfi dans le sud des Balkans
  • T. u. urogallus en Scandinavie et dans le Nord de la Russie
  • T. u. uralensis
  • T. u. volgensis dans la partie du Sud-Ouest de la Russie
  • T. u. taczanowskii
  • T. u. kureikensis dans la partie la plus orientale de l’aire.

Préservation

En France, le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire a lancé en 2009 une stratégie nationale de conservation du Grand Tétras.

C'est un groupement constitué de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), de l’Office national des forêts (ONF), du Groupe tétras France[2] et du réseau des réserves naturelles de France qui sera responsable de la mise en place de ce plan de sauvegarde dans l'Hexagone. Les chasseurs devraient également être pleinement associés au projet qui devrait être finalisée à la fin de l’année 2009.

Voir aussi

Bibliographie

Olivier Duriez, Bernard Leclercq, Norbert Lefranc, Emmanuel Ménoni, Christian Nappée et Françoise Preiss, « Le Grand Tétras Tetrao urogallus en France : biologie, écologie et systématique ; statut actuel de l'espèce dans les Vosges, le Jura et les Pyrénées ; disparition dans les Alpes ; réintroduction dans les Cévennes », dans Ornithos, vol. 15, no 4, 2008, p. 233-293 (ISSN 1254-2962.) 

Maxime Metzmacher, « Oiseaux des Hautes-Fagnes. Histoire et géographie des oiseaux nicheurs. », dans Eole, 2004, p. 253-254. (ISSN 2-87186-100-5) 

Références taxonomiques

Liens externes

Notes et références

  1. Monroe B.L. & Sibley C.G. (1993) A World Checklist of Birds. Yale University Press, New Haven, 393 p.
  2. Groupe Tétras - Association pour la sauvegarde des tétraonidés et de leurs habitats.
  • Portail de la montagne Portail de la montagne
  • Portail de l’ornithologie Portail de l’ornithologie
Ce document provient de « Grand T%C3%A9tras ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Coq de bruyère de Wikipédia en français (auteurs)

Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Coq de bruyère — ● Coq de bruyère nom usuel du tétras …   Encyclopédie Universelle

  • Le Coq de bruyère —  Cette page d’homonymie répertorie les différentes œuvres portant le même titre. Le Coq de bruyère est une pièce de théâtre inachevée de Jules Verne (1848 1849). Le Coq de bruyère est un recueil de nouvelles de Michel Tournier (1978). Voir… …   Wikipédia en Français

  • Le Coq de bruyère (théâtre) — Pour les articles homonymes, voir Le Coq de bruyère. Le Coq de bruyère est une esquisse très courte de Jules Verne et fait partie des textes élaborés en 1848 ou 1849, plutôt cette dernière année pour ce texte, c est à dire à l époque où Jules… …   Wikipédia en Français

  • Petit coq de bruyère — Tétras lyre Tétras lyre …   Wikipédia en Français

  • Le Coq de bruyère (nouvelles) — Pour les articles homonymes, voir Le Coq de bruyère. Le Coq de bruyère est un recueil de contes et de courts récits publié par Michel Tournier en 1978. Portail de la littérat …   Wikipédia en Français

  • BRUYÈRE — À peu près passées sous silence par les médecins de l’Antiquité (qui citaient surtout les Erica méditerranéens), les bruyères furent, à la Renaissance, jugées capables de fragmenter et de chasser les calculs urinaires. Rarement citée diurétique,… …   Encyclopédie Universelle

  • coq — 1. (kok ; le q se fait toujours entendre, excepté dans coq d Inde qui se prononce : ko din d ; dans plusieurs provinces, au pluriel, on prononce non pas des kok, mais des kô, qui est une prononciation ancienne) s. m. 1°   Le mâle de la poule.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • coq — COQ. s. m. (On pron. le Q.) Sorte d oiseau domestique qui est le mâle de la poule. Bon coq. Un jeune coq. Un vieux coq. Crête de coq. Faire battre, faire jouter des coqs. Un combat de coqs. Le chant du coq. Au premier chant du coq. Plumes de coq …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • coq — COQ. s. m. Sorte d oiseau domestique qui est le masle de la poule. Bon coq. un jeune coq. un vieux coq. creste de coq. faire battre, faire jouster des coqs. le chant du coq. au premier chant du coq. un peu avant le point du jour on entend le coq… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • coq — 1. coq [ kɔk ] n. m. • v. 1125; onomat. d apr. le cri du coq; a éliminé l a. fr. jal, lat. gallus 1 ♦ Oiseau de basse cour, mâle de la poule (gallinacés). Le coq et les poules. La crête du coq; crête de coq. Les barbillons du coq. ⇒ caroncule.… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”