Caracazo

Caracazo

Le Caracazo ou sacudòn’ est l’ensemble de manifestations et d’émeutes survenues le 27 février 1989 à Caracas, la capitale du Venezuela, et dans les villes alentours. Ces émeutes, les pires de l’histoire du Venezuela, causèrent la mort, selon les estimations, de 300 à 3 000 personnes, en majorité du fait des forces de l’ordre.

Le mot caracazo est formé du nom de la ville plus le suffixe -azo, qui indique la magnitude, la force. On pourrait le traduire par « le grand coup de Caracas ». Sacudon’ vient de sacudir, secouer, et sert à désigner les journées qui ont secoué le pays.

En espagnol, les mots se prononcent respectivement /kaɾa'kaso/ (espagnol d’Amérique) ou /kaɾa'kaθo/ (espagnol d’Europe) et IPA: /saku'ðon/.

Sommaire

Contexte social, économique et politique

Pour mettre fin à la crise économique dans laquelle le Venezuela était plongé depuis le début des années 1980, le président Carlos Andrés Pérez propose au début de son deuxième mandat (1989-1993) l’adoption de réformes aboutissant à une libéralisation du marché, suivant ainsi les recommandations du FMI. En outre, il propose la fin d'un tarif réglementé pour les biens de première consommation, l'augmentation des prix du téléphone, de l'eau, de l'électricité et du gaz, l'augmentation des prix des biens issus du pétrole, l'augmentation des prix des transports de 30%, la réduction du déficit budgétaire à moins de 4% du PIB. Bien que certains soient ravis de ces réformes, la plus grande partie de l’électorat populaire se sent trahie, car Pérez avait été élu sur la base d’un programme de gouvernement social-démocrate. Pérez était le candidat du parti AD (Action démocratique), de tendance social-démocrate. Les réformes de Pérez incluaient la privatisation des sociétés appartenant à l’État, une réforme fiscale, la réduction des tarifs douaniers, et la réduction de l’intervention de l’État dans l’économie (subvention et protection des entreprises privées). Celle de ces réformes draconiennes qui mit le feu aux poudres est l’augmentation du prix des transports en commun de 30%, devant être suivie d'une augmentation de 100% trois mois plus tard. Les étudiants ne pouvant plus payer leur transport manifestent et se révoltent : le Caracazo débute.

Manifestations et émeutes

Les manifestations commencent à Guarenas (dans l’État de Miranda), à trente km à l’est de Caracas, le matin du 27 février 1989. Elles gagnent rapidement la capitale et d’autres villes du pays. L’après-midi, des troubles éclatent dans tous les quartiers de Caracas, les commerces ferment et les transports en commun s'arrêtent.

Les jours suivants, les médias montrent les images des pillages et des dégâts causés. Pendant des mois, on discuta pour éclaircir les raisons de révoltes si violentes au Venezuela.

Dépassé par les pillages, le gouvernement déclare l’état d’urgence, place la ville sous la loi martiale, et l’armée écrase la révolte avec une violence inouïe. Quelques personnes utilisent des armes à feu pour se défendre, pour attaquer d’autres civils ou les forces de l’ordre. La répression est particulièrement féroce dans les cerros, les banlieues pauvres de la capitale.

L’Assemblée nationale suspend les droits constitutionnels, et pendant plusieurs jours, la ville est plongée dans le chaos, avec restrictions alimentaires, militarisation, et la persécution et le meurtre de civils innocents.

Le bilan officiel initial avança le chiffre de 279 morts ; mais par la suite, on découvrit des charniers où le gouvernement avait fait enterrer des civils, non comptabilisés dans le premier bilan. Des bilans non officiels vont jusqu'à 3000 morts.

Conséquences

Outre le bilan en vies humaines immédiat, la conséquence la plus manifeste est l’instabilité politique qui a suivi. Le programme de réformes libérales est tout d’abord modifié. Deux tentatives de coups d’État eurent lieu en février et en novembre 1992. Carlos Andrés Pérez est accusé de corruption, et quitte la présidence. Hugo Chavez, l’instigateur d’un des coups d’État, est condamné pour sédition et emprisonné, mais amnistié par le successeur de Pérez, Rafael Caldera, et est élu président par la suite.

Dans son jugement du 29 août 2002, la Cour interaméricaine des droits de l'homme qualifie les faits du Caracazo d'atteintes aux droits de l'homme et condamne l'État du Venezuela[1], qui, du fait du jugement, indemnisera partiellement les victimes[2].

Œuvres

En 2005, le film Caracazo sort sur les écrans, et retrace les événements survenus en février 1989.

Références

Bibliographie

  • Margarita López Maya, The Venezuelan Caracazo of 1989: Popular Protest and Institutional Weakness", in Journal of Latin American Studies, vol. 35, No.1 (2003), pp. 117–37.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Caracazo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Caracazo — Saltar a navegación, búsqueda Este artículo trata sobre al hecho histórico. Para la película de Román Chalbaud, véase El Caracazo. El Caracazo o Sacudón fue una serie de fuertes protestas y disturbios durante el gobierno de Carlos Andrés Pérez,… …   Wikipedia Español

  • Caracazo — Other uses: El Caracazo (film).The caracazo or sacudón is the name given to the wave of protests, riots and looting that occurred on 27 February 1989 in the Venezuelan capital Caracas and surrounding towns. The riots mdash; the worst in… …   Wikipedia

  • Caracazo — Als Caracazo [kaɾaˈkaso in Lateinamerika; kaɾa kaθo in Spanien] oder sacudón [saku ðon] werden die mehrtägigen Volksaufstände in der venezolanischen Hauptstadt Caracas und anderen Städten bezeichnet, die am 27. Februar 1989 begannen. Nach… …   Deutsch Wikipedia

  • Caracazo — El caracazo o sacudón fue una fuerte ola de protestas y saqueos ocurridos el 27 de febrero de 1989 en la ciudad de Caracas y otras ciudades de los alrededores. El nombre proviene del lugar donde acontecieron los hechos …   Enciclopedia Universal

  • El Caracazo — Saltar a navegación, búsqueda Caracazo Título El Caracazo Ficha técnica Dirección Román Chalbaud Producción Román Chalbaud Reparto …   Wikipedia Español

  • Italo del Valle Alliegro — Italo Augusto del Valle Alliegro Ministro de la Defensa …   Wikipedia Español

  • Hugo Chávez — This name uses Spanish naming customs; the first or paternal family name is Chávez and the second or maternal family name is Frías. Hugo Chávez …   Wikipedia

  • Carlos Andrés Pérez — Saltar a navegación, búsqueda Carlos Andrés Pérez …   Wikipedia Español

  • Military career of Hugo Chávez — The military career of Hugo Chávez spans the seventeen years (1975–1992) that the current President of Venezuela spent in the Venezuelan army. Leader of the Bolivarian Revolution , Chávez is known for his professed and self proclaimed democratic… …   Wikipedia

  • Carlos Andrés Pérez — Pour les articles homonymes, voir Perez. Carlos Andrés Pérez Le président vénézuélien Carlos Andrés Pérez durant une visite à Washington, a …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”