Élections générales espagnoles de 1933

Élections générales espagnoles de 1933

Les élections générales du 19 novembre 1933 en Espagne sont les deuxièmes élections générales de la Seconde République espagnole, et les premières du pays se tenant au suffrage universel féminin. Elles donnent la majorité aux partis de droite et marquent le début du bienio noir (1933-1935), avec des Cortes dominées par une coalition du Parti républicain radical (PRR) et de la Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA).

Sommaire

Résultats par parti

Les résultats par parti sont[1] :

Partido Sièges % sièges. Dif.
Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA) 115 24,3 -
Parti républicain radical (PRR) 102 21,6 +12
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) 59 12,5 -56
Parti agraire espagnol (PAE) 30 6,3 +15
Lliga Regionalista 24 5,1 +22
Communion traditionaliste (CT) 20 4,2 +16
Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) 17 3,6 -12
Parti républicain conservateur (PRC) 17 3,6 -
Rénovation espagnole (RE) 14 3,0 -
Parti national basque (PNV) 11 2,3 +4
Parti républicain libéral démocrate (PRLD) 9 1,9 +5
Parti républicain galicien (PRG) 6 1,3 -9
Action Républicaine (AR) 5 1,1 -21
Parti républicain démocratique fédéral (PRDF) 4 0,8 -12
Parti républicain radical socialiste indépendant (PRRSI) 3 0,6 -
Parti républicain progressiste (PRP) 3 0,6 -
Union socialiste de Catalogne (USC) 3 0,6 -1
Parti républicain de centre 2 0,4 =
Parti communiste espagnol (PCE) 1 0,2 +1
Parti républicain radical socialiste (PRRS) 1 0,2 -60
Parti nationaliste espagnol (PNE) 1 0,4 -
Phalange espagnole (FE) 1 0,4 -
Union de Rabassaires 1 0,4 +1
Parti régionaliste de Majorque (PRM) 1 0,4 -
Indépendants de droite 18 3,8 +9
Républicains centristes indépendants 5 1,1 -3
TOTAL 473 100,00 +3

La victoire de la droite est claire : sur 8 535 200 votes exprimés, 3 365 700 vont à la droite, 2 051 500 votes vont aux partis du centre et 3 118 000 à la gauche[2]. La répartition des sièges n'est cependant pas représentative de la distribution des votes, en raison de la loi électorale de la Seconde République, l'élection se faisant selon un mode de scrutin majoritaire plurinominal favorisant particulièrement le parti ayant reçu le plus de votes. Par exemple, selon Hugh Thomas, les socialistes obtiennent 1 722 000 votes et 58 sièges, tandis que les radicaux, avec seulement 700 000 votes en obtiennent 104. Le même déséquilibre se produit de nouveau aux élections générales de 1936 bien que dans une moindre mesure, cette fois à l’avantage de la gauche, celle-ci obtenant 60% des sièges avec à peine 50% des voies.

Les Cortes sont dissoutes de façon anticipée, et sont remplacées lors des nouvelles élections de 1936.

Résultats par circonscription

Catalogne

  • Ville de Barcelone (19 sièges)
    • Lluís Companys i Jover (ERC)
    • Josep Mestre i Puig (ERC)
    • Marià Rubió i Tudurí (ERC)
    • Josep Sunyol i Garriga (ERC)
    • Abel Velilla Sarasola (PRDF)
    • Francesc Cambó i Batlle (Lliga Catalana)
    • Joan Ventosa i Calvell (Lliga Catalana)
    • Pere Rahola i Molinas (Lliga Catalana)
    • Lluís Puig de la Bellacasa i Deu (Lliga Catalana)
    • Joaquim Pellicena i Camacho (Lliga Catalana)
    • Felip de Solà i Cañizares (Lliga Catalana)
    • Joaquim Maria de Nadal i Ferrer (Lliga Catalana)
    • Francesc Pons i Pla (Lliga Catalana)
    • Antoni Gabarró i Torres (Lliga Catalana)
    • Alexandre Gallart i Folch (Lliga Catalana)
    • Francesc Bastos i Ansart (Lliga Catalana)
    • Vicent Solé de Sojo (Lliga Catalana)
    • Josep Ayats Surribas (CEDA)
    • Joaquim Reig i Rodríguez (indép. dans la Lliga Catalana)
  • Province de Barcelone (15 sièges)
    • Jaume Aiguader i Miró (ERC)
    • Amadeu Aragay i Davi (ERC)
    • Domènec Palet i Barba (ERC)
    • Josep Grau i Jassans (ERC)
    • Joan Ferret i Navarro (PRDF dans les listes d'ERC)
    • Josep Antoni Trabal i Sans (ERC)
    • Josep Tomàs i Piera (ERC)
    • Joan Ventosa i Roig (ERC)
    • Francesc Senyal i Ferrer (ERC)
    • Felip Barjau i Riera (USC)
    • Jaume Comas i Jo (USC)
    • Josep Calvet i Móra (Union de Rabassaires)
    • Francesc Salvans i Armengol (Lliga Catalana)
    • Josep Maria Trias de Bes i Giró (Lliga Catalana)
    • Miquel Vidal i Guardiola (Lliga Catalana)
  • Lérida (6 sièges)
    • Manuel Florensa i Farré (Lliga Catalana)
    • Lluís Massot i Balaguer (Lliga Catalana)
    • Lluís G. Pinyol i Agulló (Lliga Catalana)
    • Casimir de Sangenís i Bertrand (Communion traditionaliste))
    • Epifani Bellí i Castiel (ERC)
    • Luis Bello Trompeta (Acció Republicana)
  • Gérone (7 sièges)
    • Josep Mascort i Ribot (ERC)
    • Miquel Santaló i Parvorell (ERC)
    • Josep Sagrera i Corominas (ERC)
    • Joan Estelrich i Artigues (Lliga Catalana)
    • Melcior Marial i Mundet (PRDF dans les listes d'ERC)
    • Manuel Serra Moret (USC)
    • Carles Badia i Malagrida (Lliga Catalana)
  • Tarragone (7 sièges)
    • Josep Maria Casabò i Torras (Lliga Catalana)
    • Josep Mullerat i Soldevila (Lliga Catalana)
    • Gaietà Vilella i Puig (indépendant dans les listes de la Lliga)
    • Joaquim Bau i Nolla (Communion traditionaliste)
    • Amós Ruiz Lecina (PSOE),
    • Joan Palau i Mayor (Parti républicain radical)
    • Daniel Mangrené i Escardó (PRDF)

Îles Baléares

Région valencienne

  • Castellón (6 sièges)
    • José Morelló del Pozo (PURA)
    • Vicente Cantos Figuerola (PURA)
    • Álvaro Pascual-Leone Forner (PURA)
    • Ignasi Villalonga i Villalba (CEDA)
    • Antonio Martí Olucha (CEDA)
    • Juan Granell Pascual (Communion traditionaliste)
  • Ville de Valence (7 sièges)
    • Lluís Lúcia i Lúcia (CEDA)
    • Alejandro Lerroux (PURA)
    • Sigfrido Blasco-Ibáñez Blasco (PURA)
    • Ricardo Samper e Ibáñez (PURA)
    • Vicent Marco Miranda (PURA)
    • Pascual Martínez Sala (PURA)
    • Joaquín Manglano y Cucaló de Montull (Communion traditionaliste)
  • Province de Valence (13 sièges)
    • Ramón Cantos Saiz de Carlos (PURA)
    • Juli Just Jimeno (PURA)
    • Vicente Lambies Grancha (PURA)
    • Juan Chabret Bru (PURA)
    • Faustí Valentín i Torrejón (PURA)
    • Gerardo Carreres Bayarri (PURA)
    • José García-Berlanga Pardo (PURA)
    • Ángel Puig Puig (PURA)
    • Vicente de Roig Ibáñez (PURA)
    • Eduardo Molero Massa (PRC)
    • Francisco Javier Bosch Marín (CEDA)
    • Luis García Guijarro (CEDA)
    • Fernando Oria de Rueda y Fontán (CEDA)
  • Alicante (11 sièges)

Pays basque et Navarre

  • Àlaba (2 sièges)
    • Francisco Javier Landáburu Fernández de Betoño (PNB)
    • José Luis de Oriol y Urigüen (Communion traditionaliste)
  • Biscaye (3 sièges)
    • Marcelino Oreja Elósegui (Acción Católica)
    • José Antonio Aguirre Lekube (PNB)
    • Eliodoro de la Torre y Larrinaga (PNB)
  • Bilbao (6 sièges)
    • Indalecio Prieto Tuero (PSOE)
    • Manuel Azaña (Acció Republicana)
    • José Horn Areilza (PNB)
    • Manuel Robles Aranguiz (PNB)
    • Juan Antonio de Careaga y Andueza (PNB)
    • Ramón de Vicuña y Epalza (PNB)

Guipuscoa (6 sièges)

    • Rafael Picavea Leguía (indépendant dans les listes du PNV)
    • Jesús María de Leizaola Sánchez (PNB)
    • Manuel de Irujo (PNB)
    • Telesforo de Monzón (PNB)
    • Juan Antonio Irazusta Muñoa (PNB)
    • Ramiro de Maeztu (Rénovation espagnole)
  • Navarre (7 sièges) Tous les sièges sont remportés par le Bloc de droites
    • Tomás Domínguez Arévalo, comte de Rodezno (Communion traditionaliste)
    • Esteban de Bilbao Eguía (Communion traditionaliste)
    • Javier Martínez de Morentín (Communion traditionaliste)
    • Luis Arellano Dihinx (Communion traditionaliste)
    • Rafael Aizpún Santafé (CEDA)
    • José Gafo (indépendant)
    • Raimundo García García (indépendant)

Galice

Notes et références

Article connexe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Élections générales espagnoles de 1933 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Élections générales espagnoles de 2011 — Les élections générales espagnoles de 2011 (Elecciones Generales de España de 2011) se sont tenues le dimanche 20 novembre 2011[1], afin d élire les trois cent cinquante députés et deux cent huit sénateurs de la dixième législature des… …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 2008 — Sur les autres projets Wikimedia : « Élections générales espagnoles de 2008 », sur Wikinews (actualités libres) …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1979 — Les élections générales espagnoles de 1979 (Elecciones generales de España de 1979) se sont tenues le 1er mars 1979, afin d élire les trois cent cinquante députés et les deux cent sept sénateurs de la première législature espagnole.… …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1982 — Les élections générales espagnoles de 1982 (Elecciones generales de España de 1982) se sont tenues le 28 octobre 1982, afin d élire les trois cent cinquante députés et les deux cent huit sénateurs de la deuxième législature espagnole.… …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1977 — Les élections générales espagnoles de 1977 (Elecciones generales de España de 1977) se sont tenues le 15 juin 1977, afin d élire les trois cent cinquante députés et les deux cent six sénateurs de la législature constituante espagnole.… …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1996 — Les 7es élections générales espagnoles se sont tenues le 3 mars 1996. Catégories Nombre Diff.  % Diff. Inscrits 32 531 833 +1 501 322 100% n/a Votants 25 173 132 +1 453 410 77,38% +0,94 Abstention 7 358 701 +47 912 22,62% 0,94 …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1986 — Les 4es élections générales espagnoles ont eu lieu le 22 juin 1986. Catégories Nombre Diff.  % Diff. Inscrits 29 117 613 +2 270 673 100% n/a Votants 20 525 005 944 493 70,49% 9,48 Abstention 8 592 068 +3 215 166 29,51% +9,48 …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1989 — Les 5es élections générales espagnoles se sont tenues le 29 octobre 1989. Catégories Nombre Diff.  % Diff. Inscrits 29 604 055 +486 442 100% n/a Votants 20 645 868 +120 863 69,74% 0,75 Abstention 8 958 187 +365 579 30,26% +0,75 …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 1993 — Les 6es élections générales espagnoles se sont tenues le 6 juin 1993. Catégories Nombre Diff.  % Diff. Inscrits 31 030 511 +1 426 456 100% n/a Votants 23 719 723 +3 073 855 76,44% +6,70 Abstention 7 310 788 1 647 399 23,56% 6,70 …   Wikipédia en Français

  • Élections générales espagnoles de 2000 — Les 8e élections générales espagnoles se sont tenues le 12 mars 2000. Catégories Nombre Diff.  % Diff. Inscrits 33 969 640 +1 437 807 100% n/a Votants 23 340 540 1 832 593 68,71% 8,67 Abstention 10 629 100 +3 270 400 31,29% +8,67 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”