Corps expéditionnaire français en Scandinavie

Corps expéditionnaire français en Scandinavie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corps expéditionnaire.
Corps expéditionnaire français en Scandinavie
Période 28 février 1940juin 1940
Pays Drapeau de France France
Composée de 13e DBMLE
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Narvik
Commandant historique Général Béthouart

Le corps expéditionnaire français en Scandinavie (CEFS) est une force armée française envoyée en Norvège durant la Seconde Guerre mondiale afin de combattre l'invasion allemande.

Sommaire

Historique

Le corps expéditionnaire en Scandinavie, aux ordres du colonel Béthouart, est créé le 28 février 1940 afin de porter secours à la Finlande agressée par l'URSS depuis le 30 novembre 1939 (Cf. article Guerre d'Hiver). Le CEFS, qui doit être associé à un corps de troupe anglais, comprend alors la brigade de haute montagne (BHM) constituée de deux demi-brigades de chasseurs alpins, la 13e DBMLE, une brigade polonaise, la 342e CACC et une batterie d'artillerie.

De son côté, la marine comprend la Force Z ainsi que des navires de transport de troupes et de matériels réquisitionnés.

La signature du traité de Moscou le 12 mars, met un terme au projet d'intervention du corps expéditionnaire franco-anglais qui s'apprêtait à partir. Le CEFS est néanmoins maintenu et est à nouveau activé le 23 mars 1940 en prévision cette fois d'une agression allemande en Norvège.

Alors que l'Allemagne débarquent ses troupes en 6 zones côtières (Narvik, Trondheim, Bergen, Kristiansand, Oslo et Egersund) les 8 et 9 avril 1940 (Cf. opération Weserübung), la marine anglaise tente de s'opposer, notamment dans la région de Narvik où les 10 et 13 avril se déroule une violente bataille navale.

Les troupes anglaises sont engagées à partir du 17 avril dans la région de Åndalsnes, le CEFS intervient principalement dans deux zones : à partir du 19 avril, la 5e DBCA à Namsos en soutien des troupes britanniques, mais surtout à Narvik où sont engagée la 27e DBCA le 30 avril et la 13e DBMLE, la 342e CACC et la brigade polonaise le 13 mai dans les région Bjerkvik - Meby.

Les troupes françaises vont combattre les allemands aux côtés des norvégiens jusqu'au 8 juin, date à laquelle elles ré-embarquent pour combattre sur le territoire français. Les pertes françaises et polonaises durant ces combats sont de 350 hommes[1].

Encadrement

  • Commandant du CEFS : général Audet.
  • Commandants des unités subordonnées :
    • général Bohusz-Szyszko (brigade polonaise),
    • lieutenant colonel Magrin Verneret (13e DBLE),
    • général Bethouart (commandant la 1re DLCH),
    • colonel Durand (2e DLCH),
    • général Duchemin (1re DLI).
  • Commandant des forces navals
    • contre-amiral Derrien

Composition

La composition donnée ci-dessous est la composition théorique du CEFS[2]. En fait, les évènements de mai et juin 40 sur le territoire français vont précipiter le retour des premiers éléments et le détournement des unités de renfort vers le front français.

Forces terrestres

Éléments organiques du CEFS
  • 11e groupe autonome d'artillerie de montagne (11e GAAM),
  • une batterie du 404e RADCA,
  • génie : section 100/1 et échelon mobile 100/21,
  • transmission : détachements 885/1 et 885/2,
  • train : compagnie 802/49,
  • intendance : détachements de munition et de dépôt d'essence,
  • santé : ambulances 90 (médicale) et 271 (chirurgicale).
Brigade autonome de chasseurs de Podhale (*)
  • 1re demi-brigade
    • bataillon n° 1,
    • bataillon n° 2,
  • 2e demi-brigade
    • bataillon n° 3,
    • bataillon n° 4.
13e demi-brigade de marche de la Légion étrangère (13e DBMLE) (*)
  • 1er bataillon (I/13e DBMLE),
  • 2e bataillon (II/13e DBMLE).
1re division légère de chasseurs (1re DLCH) (*)
  • 342e compagnie autonome de chars de combat (342e CACC),
  • 31e compagnie d'éclaireurs skieurs du 13e BCA,
  • 6e compagnie anti-chars du 13e BCA.
  • Artillerie :
    • 2e groupe autonome d'artillerie coloniale 10e RACTT,
    • batterie du 404e RADCA (artillerie anti aérienne).
2e division légère de chasseurs (2e DLCH) (**)
  • 343e compagnie autonome de chars de combat (343e CACC),
  • 6e compagnie anti-chars du 9e BCA,
  • 3e groupe autonome d'artillerie coloniale 10e RACTT,
  • batterie du 404e RADCA (artillerie anti aérienne),
  • génie (Cie 196/1), transmission (Cie 196/84), train (Cie 843/2) et intendance (GED 196/18).

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Corps expéditionnaire français en Scandinavie de Wikipédia en français (auteurs)

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Corps expéditionnaire — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Un corps expéditionnaire est une troupe militaire constituée par un pays afin d intervenir hors de ses frontières. Au cours de l histoire, différents… …   Wikipédia en Français

  • Armée française en 1940 — Casque de général d armée français …   Wikipédia en Français

  • Armee francaise en 1940 — Armée française en 1940 Char Somua S 35 dans un musée …   Wikipédia en Français

  • Armée Française En 1940 — Char Somua S 35 dans un musée …   Wikipédia en Français

  • Abréviations militaires (France) — Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées par l armée française. Histoire du jargon militaire Pendant longtemps le jargon militaire a été très abondant en France. Il reste aussi …   Wikipédia en Français

  • Abreviations militaires (France) — Abréviations militaires (France) Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées couramment par l armée française. Sommaire 1 A 2 B …   Wikipédia en Français

  • Abréviations Militaires (France) — Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées couramment par l armée française. Sommaire 1 A 2 B …   Wikipédia en Français

  • Abréviations militaires (france) — Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées couramment par l armée française. Sommaire 1 A 2 B …   Wikipédia en Français

  • DIRCAM — Abréviations militaires (France) Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées couramment par l armée française. Sommaire 1 A 2 B …   Wikipédia en Français

  • DirCAM — Abréviations militaires (France) Pour les articles homonymes, voir Abréviations militaires. Cette page présente quelques abréviations utilisées couramment par l armée française. Sommaire 1 A 2 B …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”