My lai

My lai

Massacre de Mỹ Lai

Les nombreuses photographies prises lors du massacre de Mỹ Lai provoquèrent l'indignation à travers le monde entier.

Le massacre de Mỹ Lai, survenu pendant la guerre du Viêt Nam, est une tuerie menée le 16 mars 1968 par des soldats américains contre des civils vietnamiens, dont beaucoup de femmes et d'enfants, dans le hameau de Mỹ Lai. L'indignation que soulèvera ce massacre, lorsqu'il sera révélé un an et demi plus tard par un reportage du magazine Life, sera le point de départ d'un scandale international qui favorisera la montée du pacifisme aux États-Unis.

Sommaire

Déroulement des opérations

Durant l'offensive du Tết, en janvier 1968, le 48ème bataillon du l'armée du FNL (unité Việt Cộng) avait opéré dans la zone de Quảng Ngãi. Les services de renseignement militaire américain avaient estimé que des éléments de cette unité, battant retraite, s'étaient probablement repliés et avaient trouvé refuge à Mỹ Lai, un petit village côtier situé sur le golfe du Tonkin, au nord du Sud-Viêt Nam, pas très loin du Nord-Viêt Nam.

Une opération est donc décidée pour les éliminer : le 16 mars 1968, le lieutenant William Calley encercle Mỹ Lai. Les services de renseignement militaire américain l'ont prévenu que les villageois vont au marché ce jour là. Calley pense donc que ceux qui restent sont des Việt Cộng.[réf. nécessaire]

Il a ordre (comme il le dira plus tard à son procès) de nettoyer la zone, du vieillard au bébé. Il regroupe la population, fait incendier le village et donne l'ordre d’abattre toute la population : femmes, enfants, et vieillards.[réf. nécessaire] Avant d'être tuées certaines victimes ont été agressées sexuellement, violées, battues, torturées ou mutilées. Entre 350 et 500 civils sont ainsi exécutés (mitraillage d’enfants de 5 ans, groupe de vieillards tués à la grenade...).

Un pilote d'hélicoptère de l'armée américaine – Hugh C. Thompson, Jr. – et ses deux coéquipiers, qui survolent la zone par hasard tentent vainement d'intervenir pour mettre fin au massacre. Ils ne sauveront qu'une douzaine de villageois en les embarquant à bord de leur hélicoptère.

Un an plus tard, le soldat Ron Ridenhour, stupéfait par le témoignage d'un participant du massacre, révèle cette atrocité commise par les Américains au Viêt Nam.

Suites et condamnations

En 1971, une enquête suivie d’un procès a abouti à la condamnation du lieutenant William Calley à la prison à vie pour meurtres prémédités. Cependant, deux jours après son incarcération, une intervention du président Richard Nixon a ordonné son assignation à résidence dans l'attente du jugement en appel. Après celui-ci, Calley a passé trois ans et demi assigné à résidence au Fort Benning, en Georgie. J. Robert Elliott, juge fédéral, a ordonné sa libération le 25 février 1974 après l'invocation par Calley de l'Habeas Corpus pour contester sa mise aux arrêts. Calley a toujours proclamé qu'il avait suivi les ordres de son capitaine, Ernest Medina. Medina a nié avoir donné de tels ordres et a été acquitté dans un autre procès. La plupart des soldats impliqués dans le massacre ont quitté l'armée et, sur les 26 hommes initialement inculpés, seul le lieutenant Calley a été condamné.

Cette affaire a contribué pour une large part à la montée en puissance du mouvement pacifiste aux États-Unis. Il a été largement évoqué au cours des séances du Tribunal Russell.

Pour l'intellectuel américain Noam Chomsky, Mỹ Lai n'était qu'une « banalité », un épisode dans « une opération militaire appelée Wheeler Wallawa, qui était une énorme opération de génocide, au cours de laquelle les raids des B-52 ciblaient les villages »[1].

Quarante et un an après les faits qui continuent de hanter Willam Calley, celui-ci a exprimé en privé le mercredi 19 août 2009 des remords devant les membres du Club des Kiwanis de l'agglomération de Columbus (Géorgie du sud) : « Il ne se passe pas un jour sans que je ressente des remords pour ce qui s'est passé ce jour là à My Lai. J'éprouve des remords pour les Vietnamiens qui ont été tués, pour leurs familles, pour les soldats américains impliqués et pour leurs familles. Je suis profondément désolé »[2].

Au cinéma

Le cinéaste américain Oliver Stone envisageait de porter ce drame et son enquête à l'écran dans un film intitulé Pinkville, mais la grève des scénaristes aurait fortement compromis l'aboutissement du projet[3]. On retrouve par ailleurs une allusion explicite au massacre dans une scène de son film Platoon.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Kendrick Oliver, The My Lai massacre in American history and memory, Manchester University Press, 2006.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Viêt Nam Portail du Viêt Nam
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis

Ce document provient de « Massacre de M%E1%BB%B9 Lai ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article My lai de Wikipédia en français (auteurs)

Игры ⚽ Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lai Junchen — (Chinese: 來俊臣) (d. April 28, 697 [ [http://www.sinica.edu.tw/ftms bin/kiwi1/luso.sh?lstype=2 dyna=%AD%F0 king=%AAZ%A6Z reign=%AF%AB%A5%5C yy=1 ycanzi= mm=6 dd=3 dcanzi= 兩千年中西曆轉換 ] ] ) was a secret police official during the Chinese dynasty Tang… …   Wikipedia

  • LAI — Il s’agit originellement d’un genre poétique et musical, dérivant de chansons en latin vulgaire, mais surtout exploité par les harpeurs bretons, le texte étant alors soutenu par une mélodie syllabique. Dès le XIIe siècle, le genre se dédouble.… …   Encyclopédie Universelle

  • Lai Tak Tsuen — (zh t|t=勵德邨) is a housing estate at 2 38 Lai Tak Tsuen Road, Tai Hang, Eastern District, Hong Kong. Built in 1975, it is one of the first public housing developments in Hong Kong. It was the second self funded rental project of the Hong Kong… …   Wikipedia

  • Lai (poesie) — Lai (poésie) Pour les articles homonymes, voir lai. Tristan et Iseut Le lai est une forme fixe de la …   Wikipédia en Français

  • Lai Changxing — ( zh. 赖昌星) (born 1958) is a Chinese businessman and entrepreneur from Jinjiang, Fujian in the People s Republic of China. Lai was the head of the lucrative Yuanhua Group in the Special Economic Zone of Xiamen, which became implicated in a large… …   Wikipedia

  • Lai Ji — (來濟) (610 662) was an official of the Chinese dynasty Tang Dynasty, serving as a chancellor during the reign of Emperor Gaozong. He later offended Emperor Gaozong by opposing the ascension of Emperor Gaozong s second wife Empress Wu (later known… …   Wikipedia

  • Lai Tung Pai — (sometimes spelled Lai Tong Pai, also known as Poon Kuen or encircle fist) is a martial art of Chinese origin, coming from the Sil Lum (Mandarin Shaolin) tradition in the Guangdong providence of China. The art was developed at the Kwangtung… …   Wikipedia

  • Lai Haraoba — is the Merry Festival of the Deities in Manipur, India. Manipur is a land of deities with Atiya Shidaba as the Supreme God. Atiya Shidaba, Apanba and Asheeba are the three manifestations or incarnations of God as the creator, the preserver and… …   Wikipedia

  • Lai Chi Kok — (zh t|t=荔枝角) is an area in New Kowloon, Hong Kong. It locates east of Kwai Chung and west of Cheung Sha Wan. Mei Foo Sun Chuen is the largest housing estate in the area. Administratively it belongs to Sham Shui Po District.HistoryLai Chi Kok… …   Wikipedia

  • Lai Lung — von Westen Geographische Lage Riom Parsonz in Graubünden Abfluss Adont → Gelgia …   Deutsch Wikipedia

  • Lai Heng — (來恆) (d. November 18, 678 [ [http://www.sinica.edu.tw/ftms bin/kiwi1/luso.sh?lstype=2 dyna=%AD%F0 king=%B0%AA%A9v reign=%BB%F6%BB%F1 yy=3 ycanzi= mm=10 dd= dcanzi=%A4%D0%A4l 兩千年中西曆轉換 ] ] ) was an official of the Chinese dynasty Tang Dynasty,… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”