Lucifer

Lucifer
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucifer (homonymie).
Statue de Lucifer dans la cathédrale Saint-Paul de Liège, par Guillaume Geefs

Lucifer est un nom propre qui signifie "Porteur de lumière" (étymologie latine : Lux « lumière » – Fero, du latin « porter »). À l'origine, c'est l'un des noms que les Romains donnaient à l'« étoile du matin », autrement dit la planète Vénus (qui était appelée Vesper quand elle devenait « étoile du soir »). C'est aussi un personnage des mythologies romaine et grecque, dieu de lumière et de connaissance.

Non mentionné dans le texte biblique, le nom Lucifer est utilisé dans la Vulgate pour traduire le « porteur de lumière » du Livre d'Isaïe, un roi de Babylone raillé pour sa volonté de s'élever au-dessus de sa condition d'homme et de dépasser Dieu. Associé à l'orgueil, Lucifer est alors progressivement assimilé par la tradition chrétienne à Satan, présenté dans le Livre d'Hénoch comme un puissant archange déchu à l'origine des temps pour avoir défié Dieu et ayant entraîné les autres anges rebelles dans sa chute.

Sommaire

Dans la mythologie romaine

Lucifer vient du latin lux, lucis : lumière, et ferre : porter.

Lucifer, celui qui apporte la clarté, les "lumières", la connaissance et la révolte, a une parenté avec le titan Prométhée qui, dans la mythologie grecque, a désobéi à Zeus et donné le feu aux hommes.

Le William Smith’s Smaller Classical Dictionary note que Lucifer (Latin) et Phosphoros (Grec) sont deux épithètes données à la planète Vénus dans l'Antiquité, parmi d'autres désignations comme Hesperus, Vesperugo, Vesper, Noctifer et Nocturnus quand elle apparaît dans le ciel du soir plutôt que celui du matin, elle introduit alors l'obscurité plutôt que la lumière du jour.

La planète Vénus est le troisième objet le plus brillant du ciel avec une magnitude apparente de -4,6, après le Soleil (-26,73) et la Lune (-12,6). Comme Vénus est sur une orbite plus petite que celle de la Terre, elle ne semble jamais loin du soleil. D'où son nom d'étoile du matin quand elle précède de peu le lever du Soleil.

La Lune et Vénus au-dessus de l'observatoire du Paranal au Chili

Il apparaît notamment à la fin du deuxième chant de l'Énéide de Virgile comme porteur de l'aurore au lendemain de la chute de Troie :

« Iamque iugis summae surgebat Lucifer Idae ducebatque diem, Danaique obsessa tenebant limina portarum, nec spes opis ulla dabatur. »

« Déjà sur les crêtes du haut Ida se levait Lucifer, amenant le jour avec lui ; les Danaens tenaient assiégées les portes de la ville, et aucun espoir de secours ne restait. » [1].

Lucifer est aussi employé dans la mythologie romaine pour désigner plusieurs déesses de la lumière comme Artémis, Aurore et Hécate.

Origine hébraïque et évolutions dans le christianisme

Dans la Bible hébraïque

La chute de Lucifer, illustration de Gustave Doré pour Le Paradis perdu de John Milton

Le « Porteur de Lumière  » apparaît uniquement dans le Livre d'Isaïe (14.12) Il s'agit du roi de Babylone, dont on chante la complainte (Esaie 14.4) : « Tu commenceras ce chant sur le roi de Babylone, et tu diras : Comment a fini le tyran, comment a fini l'oppression? »

HYLL (ou HYLYL dans l'un des manuscrits de la mer Morte) vient de la racine HLL (« briller »). Les auteurs Brown, Driver et Briggs, ainsi que Koehler et Baumgartner le traduisent en shining one (« celle qui brille »), qu'ils traduisent par « étoile du matin »[2].

Dans la Septante, on lit ὁ ἑωσφόρος ὁ πρωὶ ἀνατέλλων, qui signifie « le porteur d'aurore, celui qui se lève le matin ».

Dans la Bible, le « Porteur de Lumière » n'est jamais identifié à Satan et est considéré comme une entité distincte.

Le Messie, une autre étoile du matin ?

Transposé dans la tradition du christianisme, Lucifer est le nom attribué dans les premiers temps du christianisme à Jésus[3].

Dans le Nouveau Testament, il y a une mention de φωσφόρος, « porteur de lumière », en 2 Pierre 1.19, qui a une consonance positive.

2 Pierre 1:19 "Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin (Lucifer) se lève dans vos cœurs;

Dans l'Apocalypse 22.16, Jésus se décrit comme ὁ ἀστὴρ ὁ λαμπρὸς ὁ πρωϊνός, « l'étoile du matin ».

On peut trouver un écho de cet usage dans l'Exultet, le chant liturgique par lequel l'Église catholique, durant la veillée pascale du Samedi saint, proclame l'irruption de la lumière dans les ténèbres, symbolisée par celle du cierge pascal qui vient d'être allumé:

Qu'il brûle encore quand se lèvera l'astre du matin,

celui qui ne connaît pas de couchant,

le Christ ton Fils ressuscité qui, revenu des enfers,

répand sur les hommes sa lumière et sa paix.

Flammas eius lucifer matutinus inveniat:

ille, inquam, lucifer, qui nescit occasum,

Christus Filius tuus qui, regressus ab inferis,

humano generi serenus illuxit.


Comme le « lion », terme qui peut aussi bien s'appliquer au Messie qu'à Satan, l'étoile du matin est une parabole qui peut s'appliquer différemment.

Dans le Coran, la sourate 86 Al Tariq parle également de l'étoile du matin, et pourrait évoquer le Messie[4], Al Tariq signifiant à la fois l'étoile du matin et celui qui vient dans la nuit[5].

Le terme Lucifer a une connotation positive et est porté par des chrétiens : voir Saint Lucifer

Transcription dans la Vulgate

C'est saint Jérôme qui, vers 408[6], utilise le terme « Lucifer » pour traduire l'hébreu HYLL du passage d'Isaïe dans sa Vulgate.

Jérôme était à cette époque en conflit avec l'évêque Lucifer de Cagliari, contre lequel il rédigea en 379 Liber contra Luciferianos.

Le nom Lucifer a donc comme origine une erreur d'interprétation du texte, on parle alors du roi de Babylone, puissance terrestre qui veut s'élever plus haut que Dieu[7], et non pas d'un ange qui serait tombé du ciel[8].

L'ange déchu et l'assimilation à Satan

Azazel, représentation moderne tirée du Dictionnaire infernal de Collin de Plancy (Paris, 1825)

Le mythe des anges déchus n'a au départ pas de rapport avec le « porteur de lumière » du livre d'Isaïe. C'est le livre d'Hénoch, apocryphe du IIe siècle, qui le crée[9]. Le chef de ces anges déchus est Azazel :

« Azazel apprit aux hommes à fabriquer des épées, des armes, des boucliers, des cuirasses. choses enseignées par les anges. Il leur montra les métaux et la manière de les travailler, ainsi que les bracelets, les parures, l'antimoine, le fard des paupières, toutes les sortes de pierres précieuses et les teintures. Il en résulta une grande impiété. Les hommes se débauchèrent, s'égarèrent et se perdirent dans toutes les voies. »[10]
« Tu vois tout ce qu'a fait Azazel : c'est lui qui a enseigné tous les forfaits commis sur la terre et qui a révélé les mystères éternels gardés dans le ciel, et les hommes mettent en pratique ce qu'ils ont appris. »[11]
« Il dit à Raphaël : Enchaine Azazel par les pieds et par les mains, jette-le dans les ténèbres, ouvre le désert qui est à Dadouël et jette-le dedans. Mets sur lui des pierres rugueuses, et aigües, enveloppe-le de ténèbres, et qu'il demeure là à perpétuité. Recouvre son visage, et qu'il ne voie pas la lumière. »[12]
« La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés. »[13]

Ce n'est qu'au Moyen Âge que le nom de Lucifer désignera le plus grand et le plus brillant de tous les anges. Cependant, ce dernier, selon ce que rapporte la Bible au sujet de la chute des anges rebelles, fut poussé par son orgueil à se rebeller contre Dieu, car il voulait régner à la place de son créateur. Il restera dans la tradition comme : Satan, le « Tentateur », le « Menteur », le « Diviseur » (diable) ou encore l'« Adversaire »[14], roi des « démons » — qui sont les anges qui, avec lui, se sont révoltés et ont chuté — et ennemi de Dieu et de l'humanité.

Ésotérisme

Le Représentant de l'humanité, selon Rudolf Steiner, lutte entre Lucifer et Ahriman pour les équilibrer

Lucifer symbolise l'Est et l'air, détenteur de la connaissance et incarnation de la sagesse de la conscience. Luciférisme et satanisme ne sont pas à confondre, ils sont totalement opposés.

Dans l'anthroposophie de Rudolf Steiner, Lucifer est l'une des deux entités, avec Ahriman, qui pèsent sur l'évolution de l'humanité[15].

Littérature

L'écrivain roumain Mihai Eminescu a écrit un poème Luceafărul qui est parmi les plus célèbres de ses œuvres. Une jeune femme, Catalina, tombe amoureuse de Luceafărul, étoile qui va se métamorphoser en prince pour la visiter dans ses songes. D'abord jugé d'une beauté "d'ange",trop froide puis d'une beauté de démon "trop brulante" par Catalina, il affirme alors son désir de devenir humain, cédant "pour une heure d'amour" son immortalité. Remontant le temps jusqu'au principe créateur de toute chose, il demande au démiurge de le délivrer de son statut d'immortel, mais celui-ci refuse. Luceafărul retournant alors sur terre trouve Catalina dans les bras d'un serviteur de sa maison : Catalin, et déçu, invective la jeune femme avant d'affirmer son indifférence.

Voir aussi

Articles connexes

Thèmes concordants
Thèmes à pertinence réduite

Bibliographie

Jean d'Ormesson: "Dieu, sa vie, son oeuvre" (Gallimard, NRF, 1981). Un point de vue intéressant sur Lucifer et une "explication" romanesque à sa Chute.

Victor Hugo "La fin de Satan"1 (première édition à titre posthume en 1886)

Notes et références

  1. Virgile, Énéide II:800-802
  2. (en) Doug Kutilek, Notes on “Lucifer” (Isaiah 14:12, KJV)
  3. Laurent Vissière, Le Diable - Mon nom est légion, Historia
  4. Christ et le Coran
  5. English Translation and Commentary of Chapter 86 of the Holy Quran (by Maulana Muhammad Ali)
  6. Phillipe Henne, Saint Jérôme, Cerf, coll. « Histoire », octobre 2009, p. p282 
  7. Esaie 14.13 : Tu disais en ton cœur: Je monterai aux cieux, j'élèverai mon trône par-dessus les étoiles de Dieu; je siègerai sur la montagne de l'assemblée, aux régions lointaines de l'Aquilon
  8. [réf. à confirmer] Lucifer - where did the word come from and what is its true meaning?
  9. L’invention du mythe des « anges rebelles », CG Dubois, L’Esprit du Temps, 2007/1 - n° 19 - pages 31 à 50
  10. I Hénoch VIII,1-2.
  11. I Hénoch IX,6.
  12. I Hénoch X,4-5.
  13. I Hénoch X,8.
  14. La Sainte Bible Par J.N. DARBY, livre de job 1:6, en note de bas de page concernant le nom SATAN, on peut voir "litt. :le Satan, c. à d. l'adversaire."
  15. Lucifer et Ahriman, auteur=Rudolf Steiner 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lucifer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lucifer — (zu lat. lucifer „lichtbringend“) ist die Bezeichnung u. a. für Lucifer (Römische Mythologie), Personifikation des Morgensterns in der römischen Mythologie Luzifer, eine mythologisch biblische Gestalt, gleichbedeutend mit einem Namen des… …   Deutsch Wikipedia

  • Lucifer — • The name Lucifer originally denotes the planet Venus, emphasizing its brilliance Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Lucifer     Lucifer      …   Catholic encyclopedia

  • Lucifer — O.E. Lucifer Satan, also morning star, from L. Lucifer morning star, lit. light bringing, from lux (gen. lucis) light (see LIGHT (Cf. light) (n.)) + ferre carry (see INFER (Cf. i …   Etymology dictionary

  • Lucifer — Lu ci*fer, n. [L., bringing light, n., the morning star, fr. lux, lucis, light + ferre to bring.] [1913 Webster] 1. The planet Venus, when appearing as the morning star; applied in Isaiah by a metaphor to a king of Babylon. [1913 Webster] How art …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Lucĭfer — (gr. Phosphoros, Lichtbringer), 1) der Planet Venus, wenn er früh vor der Sonne aufgeht, Morgenstern; dagegen Hesperus als Abendstern; 2) in neueren christlichen Mythen der Teufel; 3) (Homo lucifer), s. Geschwänzte Menschen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Lucifer — Lucifer, ursprünglich Lichtträger, griechisch Phosphoros, ein Beiname des Venusplaneten als Morgenstern. Nach der Mythe ein Sohn des Kephalos und der Aphrodite, der Vater der Hesperiden und des Dädalion. Später nannte man auch den Teufel Lucifer …   Damen Conversations Lexikon

  • Lucifer — {{Lucifer}} »Lichtbringer«, der Morgenstern (gr. Heosphoros), der zunächst nicht als Planet Venus erkannt wurde. Für die christlichen Kirchenväter wurde Lucifer zum Namen des Teufels als eines gefallenen Engels, weil sie eine auf den König von… …   Who's who in der antiken Mythologie

  • Lucifer — Lùcifer m DEFINICIJA mit. 1. kršć. pali arkanđeo koji se pobunio protiv Boga i zbog toga bio bačen u pakao; često poistovjećivan sa Sotonom; »Svjetlonoša« 2. personifikacija zvijezde Danice 3. pren. zao čovjek, oličenje vraga ETIMOLOGIJA lat.… …   Hrvatski jezični portal

  • lucifer — (De Lucifer, príncipe de los ángeles rebelados). 1. m. poét. lucero (ǁ planeta Venus). 2. Hombre soberbio, encolerizado y maligno …   Diccionario de la lengua española

  • Lucifer — ► NOUN 1) the Devil. 2) literary the planet Venus in the morning. 3) (lucifer) archaic a match. ORIGIN Latin, light bringing, morning star …   English terms dictionary

  • Lucĭfer [1] — Lucĭfer (Luzifer), lat. Übersetzung des griechischen Phosphoros, »Lichtbringer«, der Abend und Morgenstern; bei den Kirchenvätern auf Grund der Stellen Jes. 14, 12 und Luk. 10, 18 der Fürst der Finsternis, da man dort eine Hindeutung auf den Fall …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”