Radar météorologique d'aéroport TDWR

Radar météorologique d'aéroport TDWR
Aéroports équipés d’un TDWR aux États-Unis. Un autre se trouve à San Juan (Porto Rico).

Le réseau de radars météorologiques d’aéroport TDWR (Terminal Doppler Weather Radar) est un système radar déployé dans les principaux aéroports américains pour les besoins d’information du contrôle du trafic aérien à propos des précipitations et du cisaillement des vents[1],[2]. En 2009, il y a quarante-cinq de ces radars météorologiques à travers les États-Unis et un à Porto Rico, certains autres ont été achetés par d’autres pays comme Hong Kong (Chine) [3],[4].

Le développement de ces radars a été financé par le Federal Aviation Administration et effectué au début des années 1990 par Lincoln Laboratories, une composante du Massachusetts Institute of Technology[2]. L’avantage principal des TDWR, par rapport aux radars antérieurs, est sa meilleure résolution, angulaire et en portée, due à son faisceau plus mince et à des algorithmes de traitement du signal[1],[2].

Sommaire

Caractéristiques

Article détaillé : Radar météorologique.

Le TDWR est un radar utilisant une longueur d’onde de 5 cm et sa résolution angulaire est de 0,55 degré. En réflectivité, la résolution en portée est de 150 mètres en deçà de 135 km du radar et de 300 mètres entre 135 et 460 km[1]. Cette variation de résolution en portée permet d'obtenir un nombre similaire de volumes de résolution sur lesquels faire la moyenne quand on tient compte de l’élargissement latéral du faisceau avec la distance au radar. Les concepteurs du logiciel ont fixé la frontière à 135 km.

En vitesse radiale, les données sont disponibles jusqu’à 90 km du radar avec la pleine résolution angulaire de 0,55 degré et en portée de 150 m[1]. À cause de la longueur d’onde utilisée et la fréquence de répétition des impulsions, la vitesse maximale non-ambiguë est de 20 à 30 nœuds [1].

Le TWDR doit sonder à chaque minute sur son angle d'élévation le plus bas, soit 0,2 degré. Il est également programmé pour sonder plusieurs autres angles pour obtenir un volume sondé autour du radar toutes les 6 minutes[1],[3].

Le traitement informatique des données du TDWR repère automatiquement les changements de vents dangereux autour de l'aéroport, en particulier les rafales descendantes et les fronts de rafales sortant des orages[2]. Cette information est utilisée par les contrôleurs aériens et les pilotes pour éviter les situations qui pourraient mener à un écrasement.

TDWR comparé au NEXRAD

Images provenant d’un TDWR, en haut, et d’un NEXRAD, en bas, qui sont presque colocalisés. Nous pouvons voir le plus grand détail sur l’image du TDWR mais également la zone d’atténuation, la pointe noire dans les échos, due à la longueur d’onde utilisée

Avantages

Le NEXRAD, le radar météorologique du National Weather Service des États-Unis, utilise une longueur d’onde de 10 cm et prende de 4 à 6 minutes pour accomplir un balayage, selon le nombre d’angles programmés. Sa résolution angulaire est de 1,25 degré et celle en portée de 250 m. La vitesse maximale non-ambiguë est de 62 nœuds jusqu’à 230 km du radar[1],[3].

Ces chiffres montrent que la résolution du TDWR est presque deux fois meilleure que celle du NEXRAD, mais seulement jusqu’à 135 km du radar. Sa meilleure résolution est particulièrement importante dans la reconnaissance des caractéristiques des orages violents, comme la structure des précipitations et la présence de rotations.

Désavantages

La longueur d’onde plus courte du TDWR est relativement près de celle des grosses gouttes de pluie et des grêlons. L’onde peut donc exciter le dipôle des molécules d’eau contenues dans ces gouttes et permettre une absorption partielle ou totale du signal. Ceci est un sérieux désavantage des TDWR quand les précipitations sont intenses.

En effet, l’atténuation du faisceau radar par les premières précipitations rencontrées laisse moins de signal pour repérer celles en aval. Il peut donc arriver que des orages importants ne soient pas vus correctement parce qu’ils sont dans le cône d’ombre d’autres précipitations plus près du radar. La grêle dans un orage va même couper complètement le signal et la pluie forte tombant directement sur le radôme du TDWR va limiter la portée utile à une distance infime autour du radar[1],[3].

Le second problème du TDWR est sa faible vitesse non-ambiguë. La vitesse radiale de toute précipitation qui se déplace à plus de 30 nœuds par rapport au radar sera erronément notée. Il y a différentes techniques et algorithmes pour extraire la vraie vitesse mais elles ne donnent pas toujours des résultats exacts. Ceci est important quand on veut repérer la signature de certaines caractéristiques de faibles échelles dans un orage. Par exemple, le TDWR aura une très bonne résolution de réflectivité qui montre la présence d’un écho en crochet mais peut manquer le doublet de vitesse caractéristique d’un mésocyclone si les vitesses sont grandes.

Le NEXRAD, utilisant une longueur d’onde de 10 cm, ne subit pas d’atténuation et sa vitesse ambiguë est de 62 nœuds, plus grand que la majorité des mouvements météorologiques, mais sa résolution est plus faible. Quand on retrouve un TDWR et un NEXRAD couvrant une même région, il est important de consulter les deux radars pour leur complémentarité.

Recherche et développement

Le National Severe Storms Laboratory (NSSL) est chargé par le National Weather Service et le FAA de travailler sur des méthodes d’analyses des données sur les deux réseaux de radars mentionnés. Le groupe Severe Weather Warning Applications and Technology Transfer (SWAT) recherche des méthodes pour mieux filtrer les échos parasites, mieux déplier les vitesses ambiguës et pour tirer le champ de vitesse grâce à un ou plusieurs radars. Le NSSL fourni également les données des TDWR aux bureaux locaux du NWS depuis la fin des années 1990[5] .

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en)Terminal Doppler Weather Radar Information, National Weather Service. Consulté le 04 August 2009
  2. a, b, c et d (en)Terminal Doppler Weather Radar (TDWR), MIT Lincoln Laboratories. Consulté le 04 August 2009
  3. a, b, c et d Wunderground launches high-definition radar product, Dr. Jeff Masters' WunderBlog, Weather Underground, 15 December 2008. Consulté le 2009-08-06
  4. (en)Chi M. Shun et Sharon S. Y. Lau, « Terminal Doppler Weather Radar (TDWR) observation of atmospheric flow over complex terrain during tropical cyclone passages », dans Proc. SPIE, vol. 4152, no 42, 2000 [lien DOI] 
  5. (en)WSR-88D/TDWR Operational Product Development and Improvement, Warning Applications Research, National Severe Storms Laboratory, 2009. Consulté le 2009-09-18

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Radar météorologique d'aéroport TDWR de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Radar Météorologique — Un radar météorologique est un type de radar utilisé en météorologie pour repérer les précipitations, calculer leur déplacement et déterminer leur type (pluie, neige, grêle, etc.). La structure tridimensionnelle des données obtenues permet… …   Wikipédia en Français

  • Radar meteorologique — Radar météorologique Un radar météorologique est un type de radar utilisé en météorologie pour repérer les précipitations, calculer leur déplacement et déterminer leur type (pluie, neige, grêle, etc.). La structure tridimensionnelle des données… …   Wikipédia en Français

  • Radar météorologique — Un radar météorologique est un type de radar utilisé en météorologie pour repérer les précipitations, calculer leur déplacement et déterminer leur type (pluie, neige, grêle, etc.). La structure tridimensionnelle des données obtenues permet… …   Wikipédia en Français

  • Application Radar À La Météorologie Infra-synoptique — Pour les articles homonymes, voir Aramis (homonymie). Réseau ARAMIS ARAMIS (Application Radar à la Météorolog …   Wikipédia en Français

  • Application radar a la meteorologie infra-synoptique — Application radar à la météorologie infra synoptique Pour les articles homonymes, voir Aramis (homonymie). Réseau ARAMIS ARAMIS (Application Radar à la Météorolog …   Wikipédia en Français

  • Application radar à la météorologie infra-synoptique — Pour les articles homonymes, voir Aramis (homonymie). Réseau ARAMIS ARAMIS (Application Radar à la Météorologie Infra Synoptique) est le nom du réseau de radars météorologiques …   Wikipédia en Français

  • Radars Météorologiques — Radar météorologique Un radar météorologique est un type de radar utilisé en météorologie pour repérer les précipitations, calculer leur déplacement et déterminer leur type (pluie, neige, grêle, etc.). La structure tridimensionnelle des données… …   Wikipédia en Français

  • Radars météorologiques — Radar météorologique Un radar météorologique est un type de radar utilisé en météorologie pour repérer les précipitations, calculer leur déplacement et déterminer leur type (pluie, neige, grêle, etc.). La structure tridimensionnelle des données… …   Wikipédia en Français

  • Réseau canadien de radars météorologiques — Le Réseau canadien de radars météorologiques est composé de 31 sites à travers le Canada, couvrant la majorité de la population. Son but principal est de détecter les précipitations, leur déplacement et le danger qu’elles peuvent poser aux… …   Wikipédia en Français

  • NEXRAD — ou WSR 88D (de next generation radar en anglais) est un réseau de radars Dopplers implantés par le National Weather Service (NOAA) à travers tout le territoire américain depuis 1988. Les radars NEXRAD détectent la précipitation et la direction de …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”