Haliotis

Haliotis
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abalone et Haliotis (homonymie).
Aide à la lecture d'une taxobox Ormeaux
 Haliotis rubra
Haliotis rubra
Classification
Règne Animalia
Embranchement Mollusca
Classe Gastropoda
Sous-classe Prosobranchia
Ordre Archaeogastropoda
Famille Haliotididae
Genre
Haliotis
Linnaeus, 1758

Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Là où ils n'ont pas été surexploités, les ormeaux peuvent former d'importantes colonies
La nacre des ormeaux est une des causes de leur disparition

Le genre Haliotis regroupe de nombreuses espèces de mollusques marins à coquille unique, qu'on trouve dans les eaux peu profondes du littoral. Ils vivent dans les eaux froides à tempérées et subtropicales des hémisphères Nord et Sud. On les nomme habituellement ormeau ou oreille de mer, et, depuis la vulgarisation de la cuisine chinoise, « abalone » (qui est en fait la dénomination anglaise).

Le genre Haliotis appartient à la famille des Haliotididae.

L'ormeau est traditionnellement capturé pour consommation en Australie, aux États-Unis, au Mexique et dans la région indo-Pacifique. Il est exporté aux États-Unis et au Japon.
Ses principaux consommateurs sont la Chine, le Japon, la Corée, l'Europe, les États-Unis, Singapour et Hong Kong.[réf. nécessaire]

Sommaire

Description et Biologie

Il appartient à la famille des gastéropodes prosobranches.

Ce sont des animaux qui vivent accrochés aux rochers, les adultes choisissant une zone peu profonde où le courant ou les vagues oxygènent suffisamment l'eau et ne se déplacent presque plus durant leur croissance. Ils se nourrissent d'algues qu'ils râpent sur la roche, de morceaux de laminaires, mais aussi de particules végétales en suspension dans l’eau.

La larve forme d'abord une fine coquille transparente, dont une extrémité est enroulée sur elle même en forme d'escargot. A ce stade elle fuit la lumière et ne sort que la nuit pour se nourrir. Elle se transforme peu à peu en animal à coquille dure en 10 à 12 mois environ (la coquille mesure alors 1 cm de long). la face interne de la coquille de l'ormeau est nacrée et irisée, d'un éclat vert, bleu ou rose iridescent.

Elle possède généralement la particularité de présenter une succession d'orifices alignés. Dans la nature, elle se couvre rapidement d'algues et divers organismes marins, ce qui permet à l'animal de se camoufler sur le substrat.


Il existe de nombreuses espèces d'ormeaux (66), dont la plupart vivent dans les eaux peu profondes et se développent lentement. La gigantis fabrique des perles irrégulières.
L'espèce la plus commune est l'ormeau rouge[réf. nécessaire] (H. rufescens).
Le plus grand peut atteindre les 30 centimètres (12 in.) et peser 3,6 kilogrammes (8 livres)[réf. nécessaire], mais les sujets cultivés sont vendus dès qu'ils atteignent la centaine de grammes (9 cm de coquille environ)[réf. nécessaire].

Menace

Sa perle et sa nacre, très recherchées, sont une des origines de la surexploitation de ses stocks, ayant entrainé sa disparition sur une grande partie des littoraux fréquentés par des pêcheurs amateurs ou professionnels spécialisés, voire des braconniers. Cet animal devenant rare, ou ayant disparu d'une partie de son aire de répartition, l'élevage en est pratiqué, qui semble rentable (En 1992 un abalone de culture de 7,5 cm de long se vendait 60 dollars le kilogramme, 30-40$ CAN/kilo au Canada[réf. nécessaire]. Depuis, les prix de l'ormeau subissent une hausse constante[réf. nécessaire], compte-tenu de la rareté des approvisionnements, de sa régression à l'état sauvage (surexploitation) et de la demande croissante de certains consommateurs).

Protection

En réaction à sa raréfaction ou à des disparitions locales importantes, plusieurs pays ont imposé des quotas sévères de récolte ou une protection, mais souvent après un délai important et des manques de moyens de contrôle (garde-côte, etc). C'est une espèce à faible taux de reproduction[réf. nécessaire], qui souffre peut-être de la pollution globale des océans, plus concentrée sur les eaux littorales où il vit.
Certains pays comme le Canada en ont interdit la pêche, mais des élevages y sont encouragés ou autorisés. Il continue à régresser depuis sa protection intégrale en Colombie Britannique. Il fait l'objet d'un braconnage important[1]. Il pourrait souffrir de pollution génétique là où des souches étrangères sont élevées en raison d'une productivité supposée meilleure. L’haliotide pie a été déclaré menacée en avril 1999 au Canada, mais il n'a été déclaré espèce protégée qu'en juin 2003[2].

Réintroduction ? Sa seule protection ne semble pas suffire à permettre la reconstitution de population. Le Bamfield Marine Sciences Centre et des étudiants et bénévoles tentent de le réintroduire dans la nature à partir de « semis » de sujets d’écloserie (« haliotide pie », ou « ormeau nordique », Haliotis kamtschatkana) au Canada, depuis les années 2000.

[réf. nécessaire]

Consommation

Partout où ce mollusque est présent en abondance, il est source de nourriture humaine depuis longtemps. Sa chair est particulièrement appréciée dans différentes cuisines : Amérique Latine (Chili), France, Nouvelle Zélande, Asie du sud est (Chine, Japon, Corée).

Dans les régions sinophones, sous le nom de bao yu, ce plat figure dans les banquets, comme d’autres mets de choix, shark fin soup ou birds nest soup...

La cuisine japonaise utilise l’ormeau, vivant et cru (en awabi sushi) ou cuit de diverses manières, ou fermenté (dans le tottsuru). Il s’agit de l’Haliotis gigantea (jap. 雌貝(鮑), megai (awahi), ou du plus courant Haliotis japonica (syn. Sulculus diversicolor supertexta syn. Haliotis diversicolor supertexta, jap. 床臥/常節, Tokobushi), également utilisable comme élément de Noshi (origami), cadeau taditionnel de départ).

La cuisine californienne le présente en pizza, sauté avec de la mangue caramélisée, ou en « steack » avec un émietté de cracker. Le chilean abalone vendu aux USA est un faux ormeau, et un vrai mollusque muricidae Concholepas concholepas.

Source

Liste des espèces

Voici la liste des espèces du genre Haliotis[3]:

  • Haliotis alfredensis Reeve, 1846 (syn H.speciosa Reeve, 1846)
  • Haliotis asinina Linnaeus, 1758 (syn H.asinum Donovan, 1808)
  • Haliotis australis Gmelin, 1791 (syn H.aleata Röding, 1798; H.costata Swainson; 1822, H.rugosoplicata Reeve, 1846)
  • Haliotis brazieri Angas, 1869 (syn H.melculus Iredale, 1927)
    • Haliotis brazieri f. hargravesi Cox, 1869
  • Haliotis clathrata Reeve, 1846 (syn H.crebrisculpta G.B. Sowerby III, 1914; H.tuvuthaensis Ladd in Ladd & Hofmeister, 1945; H.venusta A. Adams & Reeve, 1848)
    • Haliotis clathrata f. tomricei Patamakanthin, 2002 (syn H.tomricei Potamakanthin, 2002)
  • Haliotis coccoradiata Reeve, 1846
  • Haliotis corrugata W. Wood, 1828 (syn H.diegoensis Orcutt, 1900; H.nodosa Philippi, 1845)
    • Haliotis corrugata oweni Talmadge, 1966
  • Haliotis cracherodii Leach, 1814 (syn H.bonita Orcutt, 1900; H.californiensis Swainson, 1822; H.expansa Talmadge, 1957; H.holzneri Hemphil, 1907; H.imperforata Dall, 1919; H.lusus Finlay, 1927; H.splendidula Williamson, 1893)
    • Haliotis cracherodii californiensis Swainson, 1822
    • Haliotis cracherodii cracherodii Leach, 1814
  • Haliotis cyclobates Péron, 1816 (syn H.excavata Lamarck, 1822)
  • Haliotis dalli
    • Haliotis dalli dalli Henderson, 1915
    • Haliotis dalli roberti J. H. McLean, 1970
  • Haliotis discus
    • Haliotis discus discus Reeve, 1846
    • Haliotis discus hannai Ino, 1953
  • Haliotis dissona Iredale, 1929 (syn Sanhaliotis dissona Iredale, 1929)
  • Haliotis diversicolor Reeve, 1846 (syn H.aquatilis Reeve, 1846; H.gruneri Reeve, 1846; H.supertexta Reeve, 1846; H.tayloriana Reeve, 1846)
    • Haliotis diversicolor diversicolor Reeve, 1846
    • Haliotis diversicolor squamata Reeve, 1846
  • Haliotis dringi Reeve, 1846
  • Haliotis elegans Philippi, 1844 (syn H.clathrata Lichtenstein, 1794)
  • Haliotis fatui Geiger, 1999
  • Haliotis fulgens Philippi, 1845 (syn H.planilirata Reeve, 1846; H.splendens Reeve, 1846)
    • Haliotis fulgens fulgens Philippi, 1845
    • Haliotis fulgens guadalupensis Talmadge, 1964
    • Haliotis fulgens turveri Bartsch, 1942
  • Haliotis gigantea Gmelin, 1791 (syn H.gigas Röding, 1798; H.sieboldii Reeve, 1846; H.tubifera Lamarck, 1822)
  • Haliotis glabra Gmelin, 1791 (syn H.picta Röding, 1798; H.ziczac Reeve, 1846)
  • Haliotis iris Gmelin, 1791
  • Haliotis jacnensis Reeve, 1846 (syn H.echinata G.B. Sowerby II, 1882; H.hanleyi Ancey, 1881)
  • Haliotis kamtschatkana
    • Haliotis kamtschatkana kamtschatkana Jonas, 1845
    • Haliotis kamtschatkana assimilis Dall, 1878
  • Haliotis laevigata Donovan, 1808 (syn H.albicans Quoy & Gaimard, 1834; H.glabra Swainson, 1822)
  • Haliotis madaka Habe, 1977 (syn Nordotis madaka Habe, 1977)
  • Haliotis mariae Wood, 1828 (syn H.dentata Jonas, 1844; H.mariae dentata Jonas, 1846; H.mariae maria Wood, 1828)
  • Haliotis midae Linnaeus, 1758 (syn H.capensis Dunker, 1844; H.elatior Pilsbury, 1890; H.eliator Pilsbry, 1890)
    • Haliotis midae volcanius Patamakanthin & Eng, 2007
  • Haliotis mykonosensis Owen, Hanavan & Hall, 2001
  • Haliotis ovina Gmelin, 1791 (syn H.caelata Röding, 1798; H.latilabris Philippi, 1848)
    • Haliotis ovina ovina Gmelin, 1791
    • Haliotis ovina f. patamakanthini Dekker, Regter & Gras, 2001
    • Haliotis ovina volcanius Patamakanthin & Eng, 2002 (syn H.volcanius Potamakanthin & Eng, 2002)
  • Haliotis parva Linnaeus, 1758 (syn H.canaliculata Fischer, 1807; H.canaliculata Lamarck, 1822; H.carinata Swainson, 1822; H.cingulata Röding, 1798; H.kraussi Turton, 1932; H.rubicunda Röding, 1798; H.rubicunda Montfort, 1810)
  • Haliotis planata Sowerby II, 1882 (syn H.grayana G.B. Sowerby II, 1882)
  • Haliotis pourtalesii Dall, 1881
    • Haliotis pourtalesii aurantium Simone, 1998
    • aliotis pourtalesii pourtalesii Dall, 1881
  • Haliotis pulcherrima Gmelin, 1791
  • Haliotis pustulata Reeve, 1846 (syn H.cruenta Reeve, 1846; H.jousseaumi Mabille, 1888)
  • Haliotis queketti Smith, 1910
  • Haliotis roei Gray, 1826 (syn H.scabricostata Menke, 1843; H.sulcosa Philippi, 1845)
  • Haliotis rubiginosa Reeve, 1846 (syn H.howensis Iredale, 1929; Sanhaliotis howensis Iredale, 1929)
  • Haliotis rubra Leach, 1814
    • Haliotis rubra rubra Leach, 1814
    • Haliotis rubra conicopora Péron, 1816
  • Haliotis rufescens Swainson, 1822 (syn H.californiana Valenciennes, 1831; H.hattorii Bartsch, 1940; H.ponderosa C.B. Adams, 1848)
  • Haliotis rugosa Lamarck, 1822 (syn H.alternata G.B. Sowerby II, 1882; H.multiperforata Reeve, 1846; H.nebulata Reeve, 1846; H.pertusa Reeve, 1846; H.revelata Deshayes, 1863)
  • Haliotis scalaris Leach, 1814
    • Haliotis scalaris scalaris Leach, 1814
    • Haliotis scalaris emmae Reeve, 1846
  • Haliotis semiplicata Menke, 1843 (syn H.lauta Reeve, 1846)
  • Haliotis sorenseni Bartsch, 1940
  • Haliotis spadicea Donovan, 1808 (syn H.ficiformis Menke, 1844; H.sanguinea Hanley, 1840; H.sinuata Perry, 1811)
  • Haliotis squamosa Gray, 1826 (syn H.roedingi Menke, 1844)
  • Haliotis stomatiaeformis Reeve, 1846 (syn H.neglecta Philippi, 1848)
  • Haliotis supertexta Lischke, 1870
  • Haliotis thailandis Dekker & Patamakanthin, 2001
  • Haliotis tuberculata Linnaeus, 1758
    • Haliotis tuberculata coccinea Reeve, 1846
    • Haliotis tuberculata f. lamellosa Lamarck, 1822
    • Haliotis tuberculata fernandesi Owen, Grace & Afonso
    • Haliotis tuberculata marmorata Linnaeus, 1758
    • Haliotis tuberculata tuberculata Linnaeus, 1758
  • Haliotis unilateralis Lamarck, 1822
  • Haliotis varia Linnaeus, 1758
    • Haliotis varia f. dohrniana Dunker, 1863
    • Haliotis varia f. planata G.B. Sowerby II, 1882
  • Haliotis virginea Gmelin, 1791
    • Haliotis virginea crispata Gould, 1847
    • Haliotis virginea huttoni Filhol, 1880
    • Haliotis virginea morioria Powell, 1938
    • Haliotis virginea stewartae Jones & Owen, 2004
    • Haliotis virginea virginea Gmelin, 1791
  • Haliotis walallensis Stearns, 1899 (syn H.fulgens var. walallensis Stearns, 1899)

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  1. Sources : Pêche et Océan Canada Voir
  2. Liste des espèces menacées de la Loi sur les espèces en péril (LEP)
  3. http://www.marinespecies.org/aphia.php?p=taxdetails&id=138050



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Haliotis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Haliotis — Pour les articles homonymes, voir Abalone et Haliotis (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • haliotis — [aljɔtis] n. m. ÉTYM. Fin XVIIIe (in Boiste 1802; cf. angl. haliotis, 1792); lat. sc. haliotis, idis, 1740, Linné, du grec halios « marin », et ous, ôtos « oreille », pour oreille de mer. ❖ ♦ Zool. Nom scientifique de l haliotide …   Encyclopédie Universelle

  • haliotis — HALIÓTIS s. m. moluscă gasteropodă marină, având cochilia plată, cu interiorul sidefiu. (< fr. haliotis) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • Haliotis — Ha li*o tis (h[=a] l[i^]*[=o] t[i^]s or h[a^]l [i^] ), prop. n. [NL., fr. Gr. a ls sea + o y^s, wto s, ear.] (Zo[ o]l.) A genus of marine shells; the ear shells. See {Abalone}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Haliōtis — (H. L., Seeohr), s. Halyotis …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Haliōtis — Haliōtis, s. Meerohr …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Haliotis — Para otros usos de este término, véase Oreja (desambiguación).   Abalón u oreja de mar …   Wikipedia Español

  • Haliotis — Seeohren Neuseeländische Paua (Haliotis iris) Systematik Klasse: Schnecken (Gastropoda) Unterklasse …   Deutsch Wikipedia

  • Haliotis — n. any edible gastropod mollusc of the genus Haliotis with an ear shaped shell lined with mother of pearl. Etymology: Gk hals hali sea + ous ot ear …   Useful english dictionary

  • Haliotis — …   Википедия

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”