Lamproie de Planer

Lamproie de Planer

Lampetra planeri • Lamproie de Planer, lamprillon

Aide à la lecture d'une taxobox Lamproie de Planer
 Lamproie de Planer
Lamproie de Planer
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Agnatha
Classe Cephalaspidomorphi
Ordre Petromyzontiformes
Famille Petromyzontidae
Sous-famille Petromyzontinae
Genre Lampetra
Nom binominal
Lampetra planeri
(Bloch, 1784)
Statut de conservation UICN :

NT  : Quasi menacé
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'UICN.

Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

La lamproie de Planer (Lampetra planeri), autrefois aussi nommée lamprillon est une espèce d'agnathes (ce n'est pas un poisson), caractérisé par un corps nu anguilliforme de 20 à 25 cm.

Sommaire

Description

La lamproie de Planer est recouverte d’une peau lisse sans écaille sécrétant une forte quantité de mucus.
Adulte, elle est de couleur bleu-vert, avec les flancs jaunes et le ventre blanc.

Elle mesure en général de 12 à 20 cm pour un poids de 2 à 5 g. Elle se distingue par une bouche sans mâchoire mais pourvue d’une ventouse, et par l’absence de nageoires paires. D’autre part les nageoires caudales et dorsales sont en contact. Les orifices respiratoires, ou spiracles, sont toujours au nombre de sept et à chacun correspond une poche branchiale en forme de sac. Les lamproies absorbent et rejettent l'eau par les spiracles, du moins au stade adulte, grâce à de rapides contractions des sacs branchiaux. L'absorption de l'eau par la bouche est rare.

Comme chez les autres lamproies, l'espèce présente un dimorphisme sexuel, le mâle étant plus petit que la femelle en général.

Génétique

La lamproie de Planer est un écotype à développement a priori strictement fluvial de la lamproie de rivière (leurs codes génétiques sont identiques), bien que d'autres hypothèses aient autrefois été émises : en 1912 F. Barthélemy écrivait [1] à son propos  :

« elle est très commune dans les rivières qu'elle semble ne pas quitter, on pense qu'elle passe l'hiver enfouie dans la vase. Cependant il semble assez logique d'admettre que, parvenue à l'état adulte, elle gagne la mer pour revenir ensuite sous forme de lamproie fluviatile ».

Distribution géographique

Lampetra planeri, espèce très proche de la lamproie fluviatile (Lampetra fluviatilis), possède la même distribution géographique. Vivant uniquement en eaux douces, elle est présente dans les cours d'eau et occasionnellement dans les lacs au Nord-ouest de l’Europe (Kelly et King, 2001[2]). Sa distribution s’étend de l’Europe de l’Est et du Nord jusqu’aux côtes italiennes et portugaises.

Développement et reproduction

Une unique reproduction

La reproduction s’effectue au printemps, principalement pendant les mois d’avril et de mai (P. Keith & Allardi, 2001[3]), pour une température comprise entre 8 et 11 °C. La période de frai est donc variable à cause de la température et peut s’étaler de février à mai. La maturité sexuelle est atteinte à partir d’une taille de 9-15 cm. Certains auteurs pensaient autrefois que la plupart des lamproies de planer mourraient après la reproduction, mais que certaines gagnaient la mer et revenaient ensuite sous forme de lamproies marines[1].

Les femelles construisent un nid de forme ovale, de 4 à 10 cm de profondeur en fonction du nombre de participants à sa construction (Tronche, 2000[4]). Jusqu’à 30 individus peuvent se reproduire sur un même nid. Le mâle s’enroule alors autour de la femelle qui est fixée sur le fond grâce sa ventouse. Les œufs fécondés tombent au fond du nid où ils s’enfoncent dans les sédiments. La fécondité est assez élevée avec 440 000 ovules/kg de poids vif. Après la reproduction les adultes meurent, ceux-ci ne se reproduisent qu’une seule fois au cours de leur vie.

La phase larvaire

La lamproie de Planer se caractérise par une phase larvaire longue, de 5 à 6 ans. Quelques semaines après la reproduction, les larves ou ammocètes éclosent, elles ne mesurent alors qu’un centimètre et vont s’enfouir dans les sédiments où elles vont se développer. Pendant cette période, les larves sont très vulnérables. En effet, beaucoup de jeunes larves sont retrouvées dans les contenus stomacaux des truites farios, quelques semaines après le frai (Tronche, 2000). Au contraire, la mortalité est relativement basse pendant le reste de la vie larvaire (Hardisty, 1961[5]).

Sa bouche en forme de fer à cheval étant dépourvue de dent, elle piège sa nourriture présente dans les sédiments ou apportés par le courant, grâce au mucus de son pharynx. Les diatomées (algues bleues) et les détritus organiques constituent la principale nourriture des larves, mais elles peuvent occasionnellement consommer des protozoaires, nématodes ou rotifères (Kelly et King 2001). La larve est totalement aveugle pendant cette période.

La métamorphose

Le passage du stade larvaire à l’adulte (métamorphose) dure généralement 3 à 10 mois et a lieu à l’automne (Hardisty & Potter 1971[6]). Plusieurs modifications morphologiques et physiologiques sont à noter : - les organes génitaux augmentent de volume, - le système digestif s’atrophie, empêchant toute prise de nourriture, - la nageoire dorsale se développe et change de forme, - les femelles acquièrent une nageoire anale, - les yeux deviennent fonctionnels.

Notes

  1. a et b F. Barthélemy, Les lamproies, Le Cordon Bleu, n° 685, 15 Décembre 1912
  2. Kelly F.L. & King J.J., 2001. A review of the ecology and distribution of three lamprey species, Lampetra fluviatilis (L.), Lampetra planeri ( Bloch) and Petromyzon marinus (L.): A context for conservation and biodiversity considerations in Ireland. Biology and Environnement : Proceeding of the Royal Irish Academy, vol. 101B,N°3. pp 165-185.
  3. Keith P. & Allardi J., 2001. Atlas des poissons d’eau douce de France. Coll. Patrimoines naturels 47 : 387 p. muséum d’histoire naturelle, Paris.
  4. Tronche A., 2000. Espèces remarquables : présence et propositions d’actions sur le bassin de la Cère (partie Cantalienne). Fédération de pêche du Cantal. 29p.
  5. Hardisty, M.W. 1961. The growth of larval lampreys. Journal of Animal Ecology 30, 357–71.
  6. Hardisty M.W. & Potter I.C. 1971. The general biology of adult lampreys. In M.W. Hardisty and I.C. Potter (eds), The biology of lampreys, vol. 1, London. Academic Press. pp 1-275.

Voir aussi

Poissons | Liste de poissons | Liste des poissons des lacs et rivières utilisés en cuisine

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lamproie de Planer de Wikipédia en français (auteurs)

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lamproie De Planer — Lamproie de Planer …   Wikipédia en Français

  • Lamproie de planer — Lamproie de Planer …   Wikipédia en Français

  • Lamproie — Petromyzontidae Pétromyzontidés …   Wikipédia en Français

  • planer — 1. (pla né) v. n. 1°   Il se dit d un oiseau qui se soutient en l air sur ses ailes étendues sans paraître les remuer. •   Aussitôt un autour planant sur les sillons Descend des airs, fond et se jette Sur celle [alouette] qui chantait, quoique… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Lamproie de rivière — Lamproie de rivière …   Wikipédia en Français

  • Lampetra planeri — Lamproie de Planer Lamproie de Planer …   Wikipédia en Français

  • Petromyzontidae — Pétromyzontidés …   Wikipédia en Français

  • Liste des sites Natura 2000 du Morvan — Le massif du Morvan comprend 12 sites classés dans le réseau Natura 2000, répartis sur les quatre départements de la région Bourgogne : la Côte d Or, la Nièvre, la Saône et Loire et l Yonne. Sommaire 1 Sites classés Natura 2000 2 Voir aussi …   Wikipédia en Français

  • Geographie de la Charente — Géographie de la Charente Le département de la Charente a été découpé selon des critères géographiques: le bassin supérieur et moyen du fleuve homonyme qui le traverse. Il fait partie de la région Poitou Charentes …   Wikipédia en Français

  • Géographie De La Charente — Le département de la Charente a été découpé selon des critères géographiques: le bassin supérieur et moyen du fleuve homonyme qui le traverse. Il fait partie de la région Poitou Charentes …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”