Iollas

Iollas

Iolas

Iolas ou Iollas (en grec ancien Ίόλας ou Ίόλλας) est l'un des quatre fils d'Antipater, régent de Macédoine, et le frère de Cassandre qu'il accompagne en Asie vers 324 av. J.-C. Il est l'échanson d'Alexandre le Grand à la fin de son règne. Une rumeur, propagée par Olympias, accuse Iolas d'avoir fait empoisonner Alexandre sur l'ordre d'Antipater. Cette hypothèse, qui reste plausible dans les faits, paraît aujourd'hui infondée.

Sommaire

Assassin d'Alexandre ?

Les auteurs de la Vulgate d'Alexandre se font l'écho d'une rumeur qui accuse les fils d'Antipater, dont l'arrivée tardive à Babylone en fait des suspects idéaux, d'avoir empoisonné Alexandre lors du banquet offert par Médeios de Larissa en juin 323 av. J.-C.[1]. Cette rumeur aurait été reprise peu après la mort du roi par Clitarque dont l'œuvre inspire la Vulgate d'Alexandre ; cette rumeur est contestée par Arrien et Plutarque qui l'a considère comme une invention d'Olympias[2].

Agissant sur ordre d'Antipater qui entend conserver la régence de Macédoiné, Cassandre aurait confié le poison à son jeune frère, Iolas, échanson du roi, avec la complicité de Médéios. Plutarque écrit, sans y croire, que la rumeur accuse Aristote, dont le neveu Callisthène a été exécuté, de s'être procuré le poison[3]. On peut déjà objecter que Médéios, qui porte le titre de Compagnon (hétère), apparaît être un ami proche du roi[4] ; d’après Plutarque, il est « pour ainsi dire, le maître et le coryphée sophiste du chœur des flatteurs entourant Alexandre (…) »[5]. En outre, Plutarque affirme clairement que cette rumeur a été propagée par Olympias à partir de 317 au moment où la reine-mère, qui entend bafouer la mémoire des Antipatrides, fait profaner la tombe de Iolas, récemment mort dans des circonstances inconnues[6]. Selon Pseudo-Plutarque, l'orateur athénien Hypéride aurait proposé le vote d'une récompense à Iolas en tant que meurtrier d'Alexandre[7]. Mais cette mention, qui est en contradiction directe avec le récit de Plutarque précédemment cité, est incontestablement une invention postérieure.

Les auteurs de la Vulgate font part de cette rumeur de complot sans véritablement la cautionner. Ils affirment qu'il s'agit d'une « opinion générale » et non d'un fait clairement établi. Après dix années de conquêtes, quelques blessures graves et de nombreuses beuveries, il semble bel et bien plus probable qu'Alexandre soit mort d'une crise aigue de paludisme, et non d'empoisonnement comme on peut parfois le prétendre[8].

La dernière mention de Iolas est placée en 322, quand il accompagne en Asie Mineure sa sœur Nikaia qui doit être mariée à Perdiccas [9]. Les circonstances de sa mort ne sont pas connues.

Notes

  1. Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, XVII, 118, 1-2 ; Quinte-Curce, Histoire d'Alexandre, X, 10, 14-18 ; Justin, Abrégé des Histoires Philippiques, XII, 13.
  2. Arrien, Anabase, VII, 27, 1-2 ; Plutarque, Vie d'Alexandre, 77, 1-3.
  3. Plutarque, Vie d'Alexandre, 81.
  4. Arrien, Anabase, VII, 25, 4.
  5. Plutarque, Du flatteur et de l’ami, 65 C-D.
  6. Plutarque, ibid.
  7. Pseudo-Plutarque, Vie des dix orateurs.
  8. Parmi les éminents historiens modernes, seul Brian Bosworth penche pour la thèse de l'empoisonnement : « The death of Alexander the Great : Rumour and propaganda », Classical Quarterly, no 21, 1971, p. 112-136.
  9. Photius, Bibliothèque, II, 92.

Bibliographie

  • Paul Faure, Alexandre, Fayard, 1985.

Voir aussi

  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Iolas ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Iollas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Iollas — (in Greek Ioλλας or Ioλας; lived 4th century BC), son of Antipater, and brother of Cassander, king of Macedon. He was one of the royal youths who, according to the Macedonian custom, held offices about the king s person, and was cup bearer to… …   Wikipedia

  • Alain Lithaud — Alain Lithaud, né le 30 janvier 1947 à Homécourt (Meurthe et Moselle), est un compositeur de musique électro acoustique. Sommaire 1 Biographie 2 Musiques pour le théâtre 3 Musiques pour la danse …   Wikipédia en Français

  • Alexander the Great — This article is about the ancient king of Macedon. For other uses, see Alexander the Great (disambiguation). Alexander the Great Basileus of Macedon …   Wikipedia

  • List of kings of Persia — History of Greater Iran until the rise of modern nation states Pre modern …   Wikipedia

  • Antipater — (Greek: Ἀντίπατρος Antipatros ; ca. 397 BC 319 BC) was a Macedonian general and a supporter of kings Philip II of Macedon and Alexander the Great. In 320 BC, he became regent of all of Alexander s empire. Career under Philip and AlexanderNothing… …   Wikipedia

  • Philip (general) — Philip (in Greek Φιλιππoς; lived 4th century BC) was son of Antipater, the regent of Macedonia, and brother of Cassander, by whom he was sent in 313 BC, with an army to invade Aetolia. But on his arrival in Acarnania the news that Aeacides, king… …   Wikipedia

  • List of ancient Macedonians — This is a list of the ancient Macedonians of Greece (Greek: Μακεδόνες, Makedónes). For other uses, including a list of people from modern day Republic of Macedonia see List of Macedonians Contents 1 Mythology 2 Kings 2.1 Argead Dynasty …   Wikipedia

  • Funeral Games — infobox Book | name = Funeral Games title orig = translator = image caption = author = Mary Renault illustrator = cover artist = country = United States language = English series = Alexander the Great genre = Historical novel publisher = Pantheon …   Wikipedia

  • Pederastic relationships in classical antiquity — for other times and places In classical antiquity there were many known pederastic relationships between adult men and adolescent boys. In some of these cases both members became well known historical figures, while in others, only one of the two …   Wikipedia

  • Echanson — Échanson Garçon servant du vin dans un banquet ; il tient une œnochoé dans sa main droite et un kylix dans la main gauche. Kylix attique à figures rouges, v. 460 450 av. J. C. Conservé au musée du Louvre Un échanson était un officier chargé… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”