Conseil Aulique

Conseil Aulique

Conseil aulique

Conseil aulique, signifie conseil de la cour.

On appelait ainsi dans l'empire germanique un Conseil particulier que présidait l'empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d'exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l'investiture aux comtes et aux barons du Saint-Empire ; il jugeait en dernier ressort toutes les causes féodales qui avaient pour objet un fief, ainsi que celles qui concernaient les affaires d'Italie.

Les États n'avaient droit de recours à la diète que quand l'arrêt du Conseil pouvait produire un grief commun à tout l'empire. Le droit de surveillance sur ce tribunal appartenait au Prince-Électeur de Mayence. Ce Conseil, établi en 1501 par l'empereur Maximilien Ier du Saint Empire, empiéta peu à peu sur les droits des États ; à l'époque du traité de Westphalie il était devenu un pouvoir redoutable entre les mains des empereurs. Le Conseil aulique a été conservé au XIXe siècle dans l'empire d'Autriche, mais il n'avait plus son importance première.

Conseil aulique de Bavière

En Bavière, les ducs puis rois de Bavière étaient assistés d'un Conseil aulique. Celui-ci avait un rôle comparable aux cabinets ministériels.

Voir aussi

Source

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Wiktprintable without text.svg

Voir « conseil aulique » sur le Wiktionnaire.

Ce document provient de « Conseil aulique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conseil Aulique de Wikipédia en français (auteurs)

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conseil aulique — Conseil aulique, signifie conseil de la cour. On appelait ainsi dans l empire germanique un Conseil particulier que présidait l empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l investiture aux… …   Wikipédia en Français

  • Conseil aulique — ● Conseil aulique tribunal suprême institué en 1501, dans l Empire germanique, par Maximilien Ier …   Encyclopédie Universelle

  • aulique — ● aulique adjectif (latin aulicus, du grec aulikos) Se dit de quelque chose qui appartient à la cour d un souverain. ● aulique (expressions) adjectif (latin aulicus, du grec aulikos) Conseil aulique, tribunal suprême institué en 1501, dans l… …   Encyclopédie Universelle

  • Aulique — Conseil aulique Conseil aulique, signifie conseil de la cour. On appelait ainsi dans l empire germanique un Conseil particulier que présidait l empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l… …   Wikipédia en Français

  • aulique — 1. (ô li k ) s. f. Acte que soutenait un jeune théologien ; il commençait par une harangue du chancelier de Notre Dame, qui, à la fin de la harangue, donnait le bonnet au nouveau docteur. Puis celui ci disputait le premier sur le sujet que le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • conseil — [ kɔ̃sɛj ] n. m. • 980; lat. consilium « délibération, projet, conseil » I ♦ Ce qui tend à diriger, à inspirer la conduite, les actions. 1 ♦ Opinion donnée à qqn sur ce qu il convient de faire. ⇒ admonition, avertissement, avis, exhortation,… …   Encyclopédie Universelle

  • aulique — AULIQUE. s. fém. On appelle ainsi une Thèse que soutient un étudiant en Théologie, lorsqu on donne le bonnet à un Docteur. Il a soutenu son Aulique.Aulique, est aussi adjectif, et se dit d un Tribunal qui a une Juridiction universelle et en… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • AULIQUE — adj. des deux genres Il se disait autrefois, en Allemagne, D un tribunal qui avait une juridiction universelle et en dernier ressort sur tous les membres et sujets de l empire germanique, pour les causes qui devaient y être portées.  Conseil… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CONSEIL — n. m. Avis que l’on donne à quelqu’un sur ce qu’il doit faire ou ne pas faire. Sage conseil. Conseil prudent, salutaire. Mauvais, pernicieux, dangereux conseil. Conseil intéressé, désintéressé. Il est l’auteur de ce conseil. Donner conseil, un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • CONSEIL — s. m. Avis que l on donne à quelqu un sur ce qu il doit faire ou ne pas faire. Bon, sage conseil. Conseil prudent, salutaire. Mauvais, pernicieux, dangereux conseil. Conseil intéressé, désintéressé. Conseil violent. Il est l auteur de ce conseil …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”