Premier concile de Constantinople

Premier concile de Constantinople
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Concile de Constantinople.
Le premier concile de Constantinople, mur peint dans l'Église de Stavropoleos, Bucarest (Roumanie).
Le premier concile de Constantinople représenté sur une enluminure d'un manuscrit byzantin du IXe siècle

Le premier concile de Constantinople, qui se déroule de mai à juillet 381, sous le règne de l'empereur Théodose Ier, est le deuxième concile œcuménique de l'histoire du christianisme après celui de Nicée.

Il est présidé par Mélèce Ier d'Antioche, puis, à sa mort, par Grégoire de Nazianze. Cent cinquante évêques, tous orientaux, y prennent part.

Ce concile poursuit la réflexion dogmatique du premier concile de Nicée en proclamant la divinité du Saint-Esprit. Il établit un Credo désigné sous le nom de symbole de Nicée-Constantinople parce qu'il reprend en le retouchant légèrement le symbole de foi proclamé à Nicée.

Il affirme aussi que « l'évêque de Constantinople tient le premier rang après l'évêque de Rome parce que Constantinople est la nouvelle Rome », ce qui donne ensuite son impulsion à la doctrine de la pentarchie.

Sommaire

Contexte historique

Article connexe : Premier concile de Nicée.

L'idée du Concile de Constantinople commença dès 378[A 1]. Lors du Concile de Sirmium, l'empereur Gratien avait promis de convoquer un nouveau concile[A 1]. L’avènement de Théodose comme empereur consacre l'arrivée au pouvoir d'un partisan de la foi de Nicée, alors même que le précédent empereur défendait l'arianisme[A 2]. Dès les années 378 et 379, les orthodoxes en exil revenaient vers Constantinople, comme Mélèce d'Antioche, Paulin, Pierre d'Alexandrie[A 2].

L'évêque de Constantinople Démophile était arien[A 3]. Les partisans de la foi de Nicée se réunissent progressivement autour de Grégoire de Nazianze[A 3]. Celui-ci fut en partie trompé par Maxime qui cherchait à devenir évêque de Constantinople en l'utilisant [A 4]. Il fut aussi victime d'une tentative de meurtre[A 3].

Lors du Concile d'Antioche (379), Mélèce réunit les évêques orientaux qui affirment être en accord avec l'enseignement de Damase, favorisant l'unité des chrétiens[A 4].

Au début de l'année 380 l'empereur Théodose Ier tombe malade, et se fait baptiser[A 5]. Il professe alors ouvertement la foi de Nicée[A 5]. Quelques jours plus tard il publie l'Édit de Thessalonique, demandant à tous de suivre la foi de Nicée, condamnant implicitement l'arianisme. Théodose impose l'autorité du pape Damase Ier, et remplace l'évêque arien de Constantinople par Grégoire de Nazianze[A 6].

Le concile

Déroulement

Le Concile commença en mai 381, cent-cinquante évêques étaient présents, venus de tout l'Orient de l'empire, sauf d'Égypte[A 7]. Parmi les personnes présentes, on peut compter Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze, Pierre de Sébaste[A 7]. C'est Mélèce d'Antioche qui présida l'assemblée concilaire[A 7].

Les évêques qui refusaient d'accepter les formules de Nicée n'avaient pas le droit de siéger. Trente-six évêques conduits par Marcien de Lampsaque et Eleusius de Cyzique refusaient le concile de Nicée et partirent sans siéger au concile. Grégoire de Nazianze chercha à préserver l'unité de l'Église pendant ses prêches de la Pentecôte[1],[A 8], mais il n'y parvint pas. Les pneumatomaques repoussant le Concile n'y siégèrent pas[A 8].

Grégoire de Nazianze soutient la candidature de Paulin, mais cette candidature échoue et les membres du concile préfèrent le prêtre Flavien[2]. Cette élection fut vécue par Grégoire de Nazianze comme un désaveu et il décida donc de démissionner[2].

Problèmes abordés

Œuvre doctrinale

Dans la mesure où les évêques devaient accepter la foi de Nicée afin de siéger au sein du Concile de Constantinople, les problèmes dogmatiques ne furent pas nombreux au sein du Concile. Le Concile rappela le credo de la foi de Nicée, et anathématisa toutes les hérésies qui allaient à son encontre : Eunomiens, Anoméens, Ariens, sabellianisme, Marceliens, Apollinaristes[A 8].

Les évêques rédigèrent une définition dogmatique sur la consubstantialité et la distinction des trois personnes divines[A 8].

Problèmes épiscopaux

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Notes et références

Principales sources biographique

  • J. R. Palanque, G. Bardy, P. de Labriolle, De la paix constantinienne à la mort de Théodose, Paris, Librairie Bloud & Gay, coll. « Histoire de l'Église », 1950, 536 p. 
  1. a et b p.280
  2. a et b p.281
  3. a, b et c p.282
  4. a et b p.283
  5. a et b p.284
  6. p.285
  7. a, b et c p.286
  8. a, b, c et d p.287

Autres références

  1. Discours 41 de Grégoire de Nazianze
  2. a et b Phillipe Henne, Saint Jérôme, Cerf, coll. « Histoire », Monts (France), octobre 2009, 68 p. (ISBN 978-2-204-08951-7)


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Premier concile de Constantinople de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Premier concile de constantinople — Le premier concile de Constantinople représenté sur une enluminure d un manuscrit byzantin du IXe siècle En 380 l empereur Théodose Ier convoqua …   Wikipédia en Français

  • Concile de Constantinople I — Premier concile de Constantinople Le premier concile de Constantinople représenté sur une enluminure d un manuscrit byzantin du IXe siècle En 380 l empereur Théodose Ier convoqua …   Wikipédia en Français

  • Concile de Constantinople — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. De nombreux synodes, conciles ou conciliabules se sont tenus à Constantinople : Cinq conciles œcuméniques Premier concile de Constantinople de… …   Wikipédia en Français

  • Premier concile de Nicée — Pour les articles homonymes, voir Concile de Nicée. L empereur Constantin, entouré des évêques conciliaires présente le texte du symbole de Nicée, adopté lors du premier concile œcuménique Le premier concile …   Wikipédia en Français

  • Premier concile du Latran — Depuis la période carolingienne la papauté est tenue dans une situation d infériorité chronique. À partir de 962, les empereurs du Saint Empire romain germanique contrôlent même l élection des papes. Les laïcs accaparent les richesses de l Eglise …   Wikipédia en Français

  • Premier concile œcuménique du Vatican — Le premier concile œcuménique du Vatican, convoqué par Pie IX Le premier concile œcuménique du Vatican se tient du 8 décembre 1869 au 20 octobre 1870. Convoqué par Pie IX, il définit notamment l infaillibilité pontificale. Il… …   Wikipédia en Français

  • Premier concile du Vatican — Ier concile œcuménique du Vatican Le 1er concile œcuménique du Vatican se tient du 8 décembre 1869 au 20 octobre 1870. Convoqué par Pie IX, il définit notamment l infaillibilité pontificale. Il est interrompu quand les troupes …   Wikipédia en Français

  • Ier concile de Constantinople — Premier concile de Constantinople Le premier concile de Constantinople représenté sur une enluminure d un manuscrit byzantin du IXe siècle En 380 l empereur Théodose Ier convoqua …   Wikipédia en Français

  • Deuxième concile de Constantinople — Pour les articles homonymes, voir Concile de Constantinople. Le deuxième concile de Constantinople est un concile œcuménique convoqué en 553 par l empereur Justinien dans un contexte bien précis, celui du monophysisme. Pour essayer de se rallier… …   Wikipédia en Français

  • Troisième concile de Constantinople — Pour les articles homonymes, voir Concile de Constantinople. Le troisième concile de Constantinople, compté comme sixième concile œcuménique, se tint du 7 novembre 680 au 16 septembre 681. Ses dix huit sessions eurent lieu… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”