Ou logique

Ou logique

Disjonction logique

La disjonction logique, ou disjonction non exclusive de deux assertions est une façon d'affirmer qu'au moins une de ces deux assertions est vraie (la première, la deuxième, ou les deux).

Dans le langage logique ou mathématique et dans les domaines techniques qui l'emploient, elle se traduit par le OU logique, un opérateur logique dans le calcul des propositions. La proposition obtenue en reliant deux propositions par cet opérateur s'appelle également leur disjonction, ou leur somme logique. La disjonction de deux propositions P et Q est vraie quand l'une des propositions est vraie, et est fausse quand les deux sont simultanément fausses. La disjonction s'écrit :

PQ

et se lit

« P ou Q »

Le symbole « ∨ » s'appelle connecteur de disjonction.

La table de vérité d’une disjonction est donnée par le tableau suivant

P Q P ∨ Q
vrai vrai vrai
vrai faux vrai
faux vrai vrai
faux faux faux

Remarquons que, dans le langage courant, la conjonction de coordination « ou » signifie par défaut « l'un ou l'autre ou les deux », tandis que « l'un ou l'autre, mais pas les deux » sera plutôt rendu par l'expression « ou bien », sauf si le contexte est sans ambiguïté, par exemple lorsque nous demandons « prendrez-vous du café ou du thé ? ». Dans ce cas « ou » indique ordinairement une alternative -on suppose que la personne sollicitée ne prendra pas les deux- et a le même sens que « ou bien ». En logique cela s'appelle la disjonction exclusive ou le « ou exclusif ».

Formellement, le « ou » logique entre deux propositions est également vrai lorsque les deux propositions sont vraies ; ainsi le « ou » s'appelle aussi la disjonction inclusive. Ceci est parfois rendu dans le langage courant [1] par l'expression incorrecte et logiquement indéfinie « et / ou ».

Note : Boole, par analogie étroite avec les mathématiques ordinaires, imposa dans la définition de x + y, la condition d'exclusion mutuelle de x et y. William Jevons, et pratiquement tous les logiciens en mathématiques qui lui succédèrent, préconisèrent pour diverses raisons, l'emploi d'une définition de la somme logique ne rendant pas obligatoire l'exclusion mutuelle.

La disjonction que nous avons décrite est un opérateur binaire, ce qui signifie qu'elle combine deux propositions en une seule. Cependant, nous pouvons enchaîner des disjonctions, en considérant par exemple ABC, qui est par définition l'une ou l'autre des deux propositions logiquement équivalentes (AB) ∨ C ou A ∨ (BC). Cette proposition est vraie quand l'une des propositions A, B, ou C est vraie. L'enchaînement des conjonctions est rendu possible grâce à l'associativité du ∨. L'opérateur est également commutatif ; AB est équivalent à BA.

Donnons quelques propriétés de la conjonction :
Soient P, Q et R trois propositions.

  • (PP) ⇔ P idempotence du « ou »
  • (PQ) ⇔ (QP) commutativité du « ou »
  • ((PQ) ∨ R) ⇔ (P ∨ (QR)) associativité du « ou »
  • ¬ (PQ) ⇔ ((¬ P) ∧ (¬ Q)) la négation d'une disjonction est la conjonction des négations[2]
  • ¬ (PQ) ⇔ ((¬ P) ∨ (¬ Q)) la négation d'une conjonction est la disjonction des négations[3]
  • (P ∨ (QR)) ⇔ ((PQ) ∧ (P ∨ R)) distributivité de « ou » par rapport à « et »
  • (P ∧ (QR)) ⇔ ((PQ) ∨ (PR)) distributivité de « et » par rapport à « ou »

La notion correspondante en théorie des ensembles est la réunion.

Notes

Voir aussi

Articles connexes

  • Conjonction logique
  • Dilemme et principe d'agrégation (si j'ai l'obligation de faire A d'une part, et B d'autre part, mais que je ne peux faire A et B simultanément, l'obligation est-elle conjonctive (j'ai l'obligation de faire A et B bien que ce soit impossible) ou disjonctive?)
  • Quantificateur existentiel
Ce document provient de « Disjonction logique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ou logique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • LOGIQUE (HISTOIRE DE LA) — Ce n’est qu’à une époque relativement récente qu’on a vraiment commencé à s’intéresser à l’histoire de la logique. Jusqu’au milieu du XIXe siècle régnait en effet l’idée que la logique n’avait pas d’histoire, étant, pour l’essentiel, sortie… …   Encyclopédie Universelle

  • LOGIQUE MATHÉMATIQUE — La logique au sens étroit du terme, c’est à dire la logique formelle par opposition à l’épistémologie ou à la théorie de la connaissance, se propose de donner une théorie de l’inférence formellement valide. Elle considère comme valide toute… …   Encyclopédie Universelle

  • Logique Déontique — La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d une loi : l obligation, l interdiction, la permission et le facultatif.… …   Wikipédia en Français

  • Logique deontique — Logique déontique La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d une loi : l obligation, l interdiction, la permission… …   Wikipédia en Français

  • Logique formelle — Logique Gregor Reisch, « La logique présente ses thèmes centraux », Margarita Philosophica, 1503/08 (?). Les deux chiens veritas et falsitas courent derrière le lièvre problema, la logique se presse armée de son épée syllogismus. En bas …   Wikipédia en Français

  • Logique générale — Logique Gregor Reisch, « La logique présente ses thèmes centraux », Margarita Philosophica, 1503/08 (?). Les deux chiens veritas et falsitas courent derrière le lièvre problema, la logique se presse armée de son épée syllogismus. En bas …   Wikipédia en Français

  • Logique Intuitionniste — L intuitionnisme est une position philosophique vis à vis des mathématiques proposée par le mathématicien hollandais Luitzen Egbertus Jan Brouwer comme une alternative à l approche dite classique. Elle a été ensuite formalisée, sous le nom de… …   Wikipédia en Français

  • Logique Minimale — La logique minimale est, comme la logique intuitionniste, une variante de la logique classique. Les trois logiques diffèrent sur la façon de traiter la négation et la contradiction dans le calcul des propositions ou le calcul des prédicats. Dans… …   Wikipédia en Français

  • Logique (mathématiques) — Logique mathématique La logique mathématique est née à la fin du XIXe siècle de la logique au sens philosophique du terme. Ses débuts furent marqués par la rencontre entre deux idées nouvelles : la volonté chez Frege, Russell, Peano et… …   Wikipédia en Français

  • Logique Mathématique — La logique mathématique est née à la fin du XIXe siècle de la logique au sens philosophique du terme. Ses débuts furent marqués par la rencontre entre deux idées nouvelles : la volonté chez Frege, Russell, Peano et Hilbert de donner une …   Wikipédia en Français

  • Logique mathematique — Logique mathématique La logique mathématique est née à la fin du XIXe siècle de la logique au sens philosophique du terme. Ses débuts furent marqués par la rencontre entre deux idées nouvelles : la volonté chez Frege, Russell, Peano et… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”