Or moulu

Or moulu

Dorure

Depuis l'Antiquité, et notamment les Égyptiens, il a été d'usage de rehausser les objets d'art, de culte, ou précieux, en les recouvrant d'or. Ce métal, le seul à l'époque à avoir la particularité de ne pas s'oxyder, était symbole d'immortalité, et donc du divin.

On trouve ainsi des statuettes de bois, des objets en métal, en pierre, dont la surface totale ou partielle a fait l'objet d'un recouvrement, à l'aide d'une feuille d'or très mince, afin de ne pas boucher les détails du support.

Cette pratique a évolué au cours des siècles, et on dore encore aujourd'hui beaucoup d'objets. Au fil du temps, on a vu apparaître deux autres procédés de dorure.

Sommaire

Dorure à la feuille

La dorure à la feuille, la plus ancienne, est toujours pratiquée, notamment pour des supports en bas-relief supportant mal d'autres procédés, comme le bois (encadrements de miroirs ou tableaux), le fer forgé, les plaques commémoratives, etc. Mais aussi des toitures (Dôme des Invalides), des sculptures et autres décors (Opéra Garnier) à Paris.

L'or étant un métal très ductile, il est possible par martelage d'obtenir des feuilles très minces (quelques micromètres) et plastiques sans casser le fil du métal. Une feuille d'or est mise à plat sur un support puis attrapée à l'aide d'un pinceau large appelé « palette », sur lequel elle s'accroche en raison de l'électricité statique. La feuille d'or est alors déposée sur la surface à dorer, parfois préparée à l'aide de blanc d'œuf pour assurer l'adhésion. Un lustrage assure l'aspect final. Dans la dorure à la française, le polissage est réalisé à l'aide d'une pierre d'agate ayant la forme d'une dent de loup qui servait au XVIIIe siècle pour cette opération.

Les Techniques de dorure ont évolué au cours des siècles suivant les périodes.

  • La dorure à l'eau (à la détrempe)

Ce procédé utilisé sur du bois sculpté nécessite une vingtaine d'opérations successives et permet d'obtenir une finesse et un détail mis en valeur par le brunissage.

  • La dorure à la mixtion (à l'huile)

La dorure à l'eau sur les parties brunies, et la dorure à l'huile sur les parties mates. L'association des deux techniques offre une meilleure mise en volume des profils sur lesquels les ornements sont moulés.

Dorure au mercure

Ce procédé consiste à appliquer sur le support parfaitement décapé aux acides un amalgame liquide, l'or ayant la particularité de se dissoudre dans le mercure. On chauffe ensuite l'objet, ce qui a pour effet de sublimer le mercure qui s'évapore, laissant l'or seul au fond des moindres détails du support.

Ce procédé donne une dorure très solide et durable, mais ne peut s'appliquer qu'à des objets de petite taille pour des raisons de manipulation, et supportant l'épreuve du feu. Il s'agit le plus souvent de bronzes d'art ou d'ameublement, ou d'autres métaux.

La dorure appliquée, on termine la surface par un brunissage, qui consiste à écraser la couche d'or dans les pores du support, à l'aide d'un outil appelé brunissoir constitué d'une pierre dure emmanchée: hématite, agate.

Une finition peut être réalisée grâce à diverses recettes afin de modifier le ton de la dorure.

C'est un procédé qui donne une dorure de grande qualité, durable, qui a été appliqué à la plupart des sculptures en bronze doré depuis la Renaissance. Il est aujourd'hui quasi-abandonné, car sa mise en œuvre dégage des vapeurs de mercure très toxiques et dommageables pour l'artisan et l'environnement.

Ce procédé est également appelé or moulu[1], ou ormolu en anglais.

Dorure galvanique

C'est le procédé technologiquement le plus récent. Il utilise la découverte de Galvani, qui consiste à plonger deux électrodes métalliques dans un bain de sel, formant pile électrique. Mais si on fait passer du courant, on provoque le déplacement de molécules métalliques d'une électrode vers l'autre, de l'anode vers la cathode. Ce procédé s'appelle galvanisation.

L'objet, préalablement rendu conducteur à l'aide de plombagine (poussière de plomb) s'il ne l'était pas, est immergé dans un bain conducteur, et sert de cathode. L'anode est constituée d'inox ou de platine.

Ce procédé a été maîtrisé au XIXe siècle par l'orfèvre Christofle, dont la réputation est due à la dorure de l'immense statue, fort connue, qui couronne Notre-Dame de la Garde à Marseille, réalisée sous Napoléon III.

Ce procédé est actuellement le plus répandu, à l'échelle industrielle, notamment en électronique. Il permet une dorure régulière, dont on maîtrise l'épaisseur. En ce qui concerne les bronzes d'art, il a l'inconvénient de se ternir un peu, et d'avoir un éclat métallique un peu froid, pas toujours heureux, le plus souvent mat.

Dorure sur bois

Il existe deux techniques principales de dorure: la dorure à l'eau et la dorure à la mixtion. On peut appliquer des feuilles d'or, d'argent, de cuivre, de palladium, etc. La dorure à l'eau ou à la détrempe est le procédé traditionnellement utilisé sur le bois.

Voir aussi

Bibliographie

  • Gilles Perrault, Dorure et polychromie sur bois - Techniques traditionnelles et modernes , Éditions Faton. 1992
  • M.J. Saulo, La dorure sur bois, Éditions Roret. 1886

Notes et références

  1. [1] Bronzes dorés : or moulu et feuille d'or

Liens externes

Wiktprintable without text.svg

Voir « dorure » sur le Wiktionnaire.

Ce document provient de « Dorure#Dorure au mercure ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Or moulu de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moulu — moulu, ue (mou lu, lue) part. passé de moudre. 1°   Réduit en poudre par la meule. Du blé moulu. 2°   Fig. Moulu, ou moulu de coups, qui a été battu. •   Ah ! monsieur, je suis tout moulu, et les épaules me font un mal épouvantable, MOL. Scapin,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • moulu — moulu, ue [ muly ] adj. • moleüXIIe; de moudre 1 ♦ Réduit en poudre. « La table sentait le café moulu fraîchement » (Bosco). 2 ♦ Accablé de coups, brisé de fatigue. ⇒ courbatu, éreinté, fourbu, rompu, vanné. Je suis moulue, ce soir. « Altérés,… …   Encyclopédie Universelle

  • moulu — Moulu, [moul]üe. part. Il a les sign. de son verbe. On appelle, Or moulu, l or en coquille broyé en tres petites parties & meslé avec le vif argent. On dit, qu On a le corps tout moulu. qu on est tout moulu, pour dire, qu On sent, des douleurs… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • moulu — vermoulu émoulu …   Dictionnaire des rimes

  • moulu — Moulu, Contusus …   Thresor de la langue françoyse

  • Moulu — Pierre Moulu (* um 1484; † um 1550) war ein französisch flämischer Komponist der Renaissance, der in Frankreich und dort wahrscheinlich in Paris tätig war. Von seinen Leben ist wie von vielen Renaissancekomponisten wenig bekannt, aber inhaltliche …   Deutsch Wikipedia

  • Pierre Moulu — (* um 1484; † um 1550) war ein französisch flämischer Komponist der Renaissance, der in Frankreich und dort wahrscheinlich in Paris tätig war. Von seinen Leben ist wie von vielen Renaissancekomponisten wenig bekannt, aber inhaltliche Hinweise in… …   Deutsch Wikipedia

  • Pierre Moulu — (?1484 ndash; c.1550) was a Franco Flemish composer of the Renaissance who was active in France, probably in Paris.Little is known of his life, but internal evidence in his compositions indicates he was probably at the French royal chapel during… …   Wikipedia

  • Or moulu — (spr. mulǖ), s. Or doublé …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Or moulu — ● Or moulu ensemble de parcelles ténues d or que l on emploie, en amalgame avec le mercure, pour dorer au feu le bronze ou l argent …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”