Étiennette de longwy-metz

Étiennette de longwy-metz

Étiennette de Bourgogne

Étiennette de Bourgogne (née vers 1035-1045 ; morte après 1088) est un comtesse de Bourgogne par son mariage avec le comte Guillaume Ier de Bourgogne.

Sommaire

Mariage et enfants

Mariée entre 1049 et 1057 à Guillaume Ier de Bourgogne, elle donne naissance à[1] :

Une filiation incertaine

Aucun document contemporain ne mentionne ses parents ou lui attribue une origine familiale. Depuis le XVIIIe siècle des historiens et des généalogistes ont tenté de combler cette lacune.

Les certitudes

Avec son mariage, les prénoms de Clémence, Raymond et Guisla (ou Gisèle) apparaissent dans la famille comtale de Bourgogne. Sa fille Clémence est, avec sa contemporaine Clémence d'Aquitaine, femme de Conrad de Luxembourg, la première noble à porter ce prénom en dehors du cercle pyrénéen.

Rodrigue de Tolède mentionne dans ses Chroniques que le comte de Portugal Henri, issu de la maison ducale de Bourgogne est un congermanus (=cousin germain ou à la rigueur cousin issu de germain) de Raymond, fils de Guillaume et d'Étiennette, de la maison comtale de Bourgogne. Un des frères d'Henri, le duc Eudes Ier Borrell porte le même second prénom que plusieurs comtes de Barcelone : Raymond Borrell, Borrell II. L'origine de Sibylle, la mère d'Eudes et Henri, est également non mentionnées par les documents contemporains

Son épitaphe mentionne le titre de comtesse des Allobroges qui a été le sujet de plusieurs débats. Les Allobroges étant un peuple celte vivant autour de Vienne, certains historiens ont tenté de la rattacher à la maison comtale de Vienne. En fait il semble que ce terme soit un archaïsme équivalent au titre de comtesse de Bourgogne, qu’elle a obtenu par son mariage.

L'hypothèse barcelonaise (Père Anselme - 1723)

Argumentaire : le premier à lui proposer une filiation est le Père Anselme (historien et généalogiste français) qui la dit issue du comte Raymond II de Barcelone, et de Sancie de Navarre, mais sans justifier cette affirmation[3].

Raymond II
(† 1035)
comte de Barcelone
 
Sancie de Navarre
(† 1026)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Étiennette
 
Guillaume Ier
(† 1089)
comte de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raymond
 
 

Critique : malheureusement, le Père Anselme ne donne pas les raisons qui lui ont permis de proposer cette hypothèse. On suppose que c'est la présence du prénom Raymond parmi les enfants de Guillaume et d'Étiennette qui lui a fait formulé cette hypothèse. Mais le Père Anselme, pourtant généralement fiable, n'est pas très bien renseigné : le comte de Barcelone n'est pas Raymond II, mais Bérenger Raymond Ier, il donne Guillaume comme comte de Bourgogne et de Vienne, alors qu'il n'est que comte de Bourgogne et pas de Vienne[4].

Une autre hypothèse barcelonaise (Maurice Chaume - 1937)

Argumentaire : Maurice Chaume s'attaque au problème des relations entre la Bourgogne et l'Espagne, ainsi que de la relation de parenté (congermanus) entre Henri de Bourgogne (ducale), comte du Portugal et Raymond de Bourgogne (comtale), prince consort de Castille, qui épousèrent deux sœurs, filles du roi Alphonse VI de Castille.

Il considère que la femme anonyme[5] d'Henri de Bourgogne, mère d'Eudes I er Borrel, duc de Bourgogne, et d'Henri, comte de Portugal, est une petite-fille de Raymond Borrell (972 † 1017), comte de Barcelone, et d'Ermesinde de Carcassonne.

Il poursuit sa démonstration en montrant que ces derniers ont une fille du nom d'Étiennette[6], (qui devient reine de Navarre par son mariage avec Garcia IV) ; une nièce de cette Étiennette, Clémence, épouse, avant 1057, Ermengaud III († 1065), comte d'Urgell. Il rapproche alors ces prénoms d'Etiennette de Clémence présent dans la famille de Barcelone à Clémence, fille de Guillaume de Bourgogne et d'Etiennette.

Il conclut alors à la parenté entre Raymond de Bourgogne-Comté, (tige des rois de Castille) avec Henri de Bourgogne-Duché (tige des rois de Portugal) de la façon suivante : Deux enfants, issus du mariage (c.a. 1000) de Raymond Borrell de Barcelone (972-1017) et de Ermesinde de Carcassonne :

* de l'un d'eux — fils ou fille — serait née Sibille, femme du comte Henri de Bourgogne (1035-1066) et mère du duc de Bourgogne Eudes I er et du comte Henri de Portugal,
* de l'autre — une fille, mariée à un comte de Vienne — serait née Étiennette, femme de Guillaume Ier de Bourgogne dit Guillaume le Grand ou Tête-Hardie (1020-1087) et mère du comte Raymond ou Raimond.

Mais Maurice Chaume termine en rappelant que ce ne sont là que des hypothèses et la moindre charte venue de Barcelone, de Carcassonne ou d'Urgel ferait bien mieux l'affaire.[7]

 
 
 
 
 
Borrell II
(† 992)
comte de Barcelone
 
 
 
 
 
 
Roger le Vieux
comte de Carcassonne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raymond Borrell
(972 † 1017)
comte de Barcelone
 
Ermesinde
de Carcassonne
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard Roger
(† 1037)
comte de Foix
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérenger Raymond Ier
(† 1035)
comte de Barcelone
 
N/Ne
 
 
 
 
 
 
 
Ne
x N
comte de Vienne
 
Étiennette
x Garcia IV
roi de Navarre
 
Bernard II
(† 1077)
comte de Bigorre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Sibylle)
x Henri de Bourgogne
(1035 † 1066)
 
 
 
 
 
 
 
Étiennette
x Guillaume Ier
(† 1089)
comte de Bourgogne
 
 
 
 
 
Clémence
x Armengol III
comte d’Urgell
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Henri
(1066 † 1112)
comte de Portugal
 
Eudes I er Borrel
(1058 † 1102)
duc de Bourgogne
 
Sibylle
(1065 †ap.1103)
 
Raymond
x Urraque Ire
reine de Castille
 
Clémence
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

congermanus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Critique : L'ascendance maternelle d'Eudes Borrel ne pose pas de problème, mais toutes les ascendance barcelonaises posent les mêmes problèmes (voir plus bas la critique de la thèse d'A. Beau).

L'hypothèse lorraine (Szabolcs de Vajay - 1960)

Argumentaire : en 1960, Szabolcs de Vajay a proposé l'hypothèse de l'origine lorraine d'Étiennette en se basant sur des papiers du généalogiste Pierre Chifflet, conservé à la Bibliothèque Nationale et parlant de Guy de Bourgogne (futur pape Calixte II et fils d’Étiennette) le disait d’une origine tant bourguignonne que lorraine. Il avait également fait un rapprochement entre Étiennette, dont une des filles se prénomme Clémence et Ermesinde, épouse d’un duc d’Aquitaine et mère de Clémence d'Aquitaine, comtesse de Luxembourg par mariage. Ces deux Clémence sont les deux premières princesses de ce prénom en dehors du domaine pyrénéen d’où elles sont issues. Clémence, comtesse de Luxembourg est également qualifiée de comtesse de Longwy. D’après Laurent de Liège, le possesseur de Longwy en 1047 était le duc Adalbert de Lorraine. Szabolcs de Vajay en avait déduit que Etiennette et Ermesinde étaient toutes deux filles d’Adalbert, duc de Lorraine. Pour expliquer l’apparition du prénom Clémence parmi leurs filles, il avait considéré qu’Adalbert avait épousé une Clémence, qu’il considérait issue de la maison de Foix[8].

 
 
 
 
Adalbert de Lorraine
(† 1047)
duc de Lorraine
seigneur de Longwy
 

(Clémence de Foix)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre-Guillaume VII
(† 1058)
duc d’Aquitaine
 
Étiennette
 
Ermesinde
dame de Longwy
 
Pierre-Guillaume VII
(† 1058)
duc d’Aquitaine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Calixte II
(† 1124)
pape
 
Clémence
 
 
 
Clémence
(† 1142)
 
Conrad Ier
(1040 † 1086)
comte de Luxembourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ermesinde
 
Adalbert
conte de Dabo
et de Longwy
 

Critique : Il a été établi en 1987 que le document de Pierre Chifflet ne concernait pas le futur pape, mais un de ses neveux, fils de Thierry Ier de Montbéliard (issu des comtes de Bar et d’une sœur de Calixte II). D’autre part, Longwy à cette époque n’appartient pas aux ducs de Lorraine, mais aux comtes de Luxembourg, et il est probable que Laurent de Liège ait été victime de confusions entre Ermesinde, mère de Clémence d'Aquitaine et Ermesinde de Luxembourg, fille de cette même Clémence d'Aquitaine et mariée à Adalbert, comte de Dabo et de Longwy. Ces critiquent réduisent donc à néant la thèse de l’origine lorraine, qui est maintenant abandonnée[9].

L'hypothèse barcelonaise modifiée (A. Beau - 1988)

Argumentaire : à la suite de l'abandon de l'hypothèse lorraine, A. Beau, a repris le Père Anselme, en disant que ce dernier avait certainement des bonnes raisons de proposer la filiation barcelonaise. Il modifie toutefois la filiation, en faisant remarquer qu’une des filles se nommant Guisla (Gisèle), elle était plus probablement née du second mariage de Bérenger Raymond Ier avec Guisla de Lluça[10].

 
 
Raymond Borrell
(972 † 1017)
comte de Barcelone
 
Ermesinde
de Carcassonne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N/Ne
 
Sancie de Navarre
(† 1026)
 
Bérenger Raymond Ier
(† 1035)
comte de Barcelone
 
Guisla de Lluça
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ne (Sibylle ?)
x Henri de Bourgogne
(1035 † 1066)
 
 
Raymond Bérenger Ier
(† 1076)
comte de Barcelone
 
 
Étiennette
 
Guillaume Ier
(† 1089)
comte de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eudes I er Borrel
(1058 † 1102)
duc de Bourgogne
 
Sibylle
 
Raymond
 
Étiennette
 
Gisèle
(= Guisla)
 
Clémence
 

Critique : le principal reproche fait à cette hypothèse est de trop faire confiance au Père Anselme, qui a manifestement une documentation insuffisante et qui ne justifie pas sa proposition (voir plus haut). De plus, si Etiennette avait transmis les prénoms de Barcelone à la famille comtale de Bourgogne, on devrait s'attendre à voir dans cette famille des Bérenger plutôt que des Raymond. Une troisième critique a été avancé en prenant compte de la parenté qui aurait dû empêcher le mariage entre Eudes Borrel, duc de Bourgogne, et son épouse Sibylle de Bourgogne Comté[11], mais d'une part, cette parenté est bien réelle, puisque Henri, frère d'Eudes Borrell est qualifié de congermanis de Raymond, frère de Sibylle et d'autre part, aux dires de Maurice Chaume, « On sait que la réforme canonique sur les empêchements de mariage resta lettre morte en Espagne et dans la région pyrénéenne »[12].

L'hypothèse fuxéenne (Christian Settipani - 2004)

Argumentaire : En fait, la plus ancienne femme connue à porter ce prénom de Clémence est la femme du comte Bernard II de Bigorre, cousin d’une Étiennette[13], frère et neveu de deux Ermesinde et petit-neveu de Guila de Melgueil et père d’un Raymond. Ces différentes rencontres onomastiques permettent de proposer le comte Bernard II de Bigorre, et Clémence comme parent d’Étiennette, comtesse de Bourgogne, et d’Ermesinde, duchesse d’Aquitaine. Il propose de voir en Clémence une fille de Raymond Borrell, comte de Barcelone, donc une petite fille de Liedgarde, épouse Borrel II. Le nom de cette dernière montre une origine auvergnate, où les Étienne sont nombreux, expliquant ainsi l'origine onomastique du prénom Étiennette dans les familles barcelonaise et fuxéenne[14].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Borrell II
comte de Barcelone
 
Liedgarde
 
 
Roger le Vieux
comte de Carcassonne
 
Adélaïde
 
Guisla
 
Bérenger
comte de Melgueil
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raymond Borrell
(972 † 1017)
comte de Barcelone
 
Ermesinde
de Carcassonne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard Roger
(† 1037)
comte de Foix
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérenger Raymond Ier
(† 1035)
comte de Barcelone
 
 
 
 
 
 
 
 
Clémence
 
Bernard II
(† 1077)
comte de Bigorre
 
Étiennette
x Garcia IV
roi de Navarre
 
Ermesinde
x Ramire Ier
roi d'Aragon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ne (Sibylle ?)
x Henri de Bourgogne
(1035 † 1066)
 
 
 
 
 
 
 
 
Étiennette
x Guillaume Ier
comte de Bourgogne
 
Raymond II
(† 1080)
comte de Bigorre
 
Clémence
x Armengol III
comte d’Urgell
 
Ermesinde
x Guillaume VII
duc d’Aquitaine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Henri
(1066 † 1112)
comte de Portugal
 
Eudes I er Borrel
(1058 † 1102)
duc de Bourgogne
 
Sibylle
(1065 †ap.1103)
 
Raymond
x Urraque Ire
reine de Castille
 
Gisèle
(= Guisla)
 
Clémence
 
 
Clémence
x Conrad Ier
comte de Luxembourg
 
 
 
 
 
 
 
 

congermanus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes

  1. Foundation for Medieval Genealogy : BURGUNDY Kingdom.
  2. Europäische Stammtafeln, volume 2, planche 59
  3. Père Anselme, Histoire de la Maison Royale de France et des Grands officiers de la Couronne, vol. VIII, Paris, 1723, p. 411 
  4. Vajay 2000, p. 5.
  5. Elle est nommée Sibylle ou Sibille, sans que rien ne justifie ce prénom (Foundation for Medieval Genealogy : Burgondy).
  6. Il y a une inexactitude cette Étiennette n'est pas fille de Raymond Borrell et d'Ermesinde de Carcassonne, mais de Bernard Roger († 1037),comte de Foix, et de Garsende, comtesse de Bigorre. Bernard Roger de Fois est le frère d'Ermesinde de Carcassonne, ce qui fait que la parenté reste proche.
  7. Maurice Chaume, « En marge des croisades bourguignonnes d'Espagne », dans Annales de Bourgogne, vol. IX, 1937 .
  8. Szabolcs de Vajay, « Etiennette dite de Vienne, comtesse de Bourgogne », dans Annales Bourguignones, 1960 
  9. Vajay 2000, p. 3-4.
  10. A. Beau, « À propos de l’origine familiale d’Etiennette, comtesse de Bourgogne », dans Bulletin de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de la Franche-Comté, vol. 188, 1988-9, p. 429-439 .
  11. Vajay 2000, p. 5-6.
  12. M. Chaume, Ibid.
  13. Étiennette de Barcelone, fille de Raimond Borrel, comte de Barcelone, et d’Ermesinde de Foix (sœur de Bernard Roger, comte de Foix et de Bigorre), mariée à Roger Ier de Tosny
  14. Settipani 2004, p. 147-9.

Annexes

Bibliographie

  • Szabolcs de Vajay, « Parlons encore d'Étiennette »,
    dans Christian Settipani et Katharine S. B. Keats-Rohan, Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Prosopographica et genealogica, Oxford, 2000, 310 p. (ISBN 1-900934-01-9) 
  • Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Prosopographica et genealogica, Oxford, 2004, 388 p. (ISBN 1-900934-04-3), p. 147 à 149 
  • Foundation for Medieval Genealogy : Guillaume Ier, comte de Bourgogne

Articles connexes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du Moyen Âge Portail du Moyen Âge
  • Portail de la Franche-Comté Portail de la Franche-Comté
Ce document provient de « %C3%89tiennette de Bourgogne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Étiennette de longwy-metz de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Etiennette de Longwy-Metz — Étiennette de Bourgogne Étiennette de Bourgogne (née vers 1035 1045 ; morte après 1088) est un comtesse de Bourgogne par son mariage avec le comte Guillaume Ier de Bourgogne. Sommaire 1 Mariage et enfants 2 Une filiation incertaine …   Wikipédia en Français

  • Étiennette de Longwy-Metz — Étiennette de Bourgogne Étiennette de Bourgogne (née vers 1035 1045 ; morte après 1088) est un comtesse de Bourgogne par son mariage avec le comte Guillaume Ier de Bourgogne. Sommaire 1 Mariage et enfants 2 Une filiation incertaine …   Wikipédia en Français

  • 1102 — Portal Geschichte | Portal Biografien | Aktuelle Ereignisse | Jahreskalender ◄ | 11. Jahrhundert | 12. Jahrhundert | 13. Jahrhundert | ► ◄ | 1070er | 1080er | 1090er | 1100er | 1110er | 1120er | 1130er | ► ◄◄ | ◄ | 1098 | 1099 | 1100 | 11 …   Deutsch Wikipedia

  • 18. Mai — Der 18. Mai ist der 138. Tag des Gregorianischen Kalenders (der 139. in Schaltjahren), somit verbleiben noch 227 Tage bis zum Jahresende. Historische Jahrestage April · Mai · Juni 1 2 …   Deutsch Wikipedia

  • Stephan I. (Mâcon) — Stephan I. genannt Tollkopf (Étienne I. Tête Hardie) (* 1065; † 18. Mai 1102 in Askalon) war ein Graf von Mâcon und Vienne aus dem Haus Burgund Ivrea. Er war ein Sohn des Grafen Wilhelm I. von Burgund und der Étiennette von Longwy Metz. Obwohl er …   Deutsch Wikipedia

  • Stephan von Burgund — Stephan I. genannt Tollkopf (Étienne I. Tête Hardie) (* 1065; † 18. Mai 1102 in Askalon) war ein Graf von Mâcon und Vienne aus dem Haus Burgund Ivrea. Er war ein Sohn des Grafen Wilhelm I. von Burgund und der Étiennette von Longwy Metz. Obwohl er …   Deutsch Wikipedia

  • Rainald II. (Burgund) — Rainald II. (franz.: Renaud; † zwischen 1097 und 1101), war ein Freigraf von Burgund und Graf von Mâcon aus dem Haus Burgund Ivrea. Er war ein Sohn des Freigrafen Wilhelm I. und der Étiennette von Longwy Metz. Er war verheiratet mit Regina, die… …   Deutsch Wikipedia

  • Adalbert de Lorraine — Adalbert d Alsace fut un duc de Lorraine de 1047 à 1048. Il était fils de Gérard IV de Bouzonville, comte de Metz, et de Gisèle. Il fut lui même comte de Metz (Adalbert III, 1045 1047). Sommaire 1 La succession de la Haute Lotharingie 2 Adalbert …   Wikipédia en Français

  • Adalbert De Lorraine — Adalbert d Alsace fut un duc de Lorraine de 1047 à 1048. Il était fils de Gérard IV de Bouzonville, comte de Metz, et de Gisèle. Il fut lui même comte de Metz (Adalbert III, 1045 1047). Sommaire 1 La succession de la Haute Lotharingie 2 Adalbert …   Wikipédia en Français

  • Adalbert de lorraine — Adalbert d Alsace fut un duc de Lorraine de 1047 à 1048. Il était fils de Gérard IV de Bouzonville, comte de Metz, et de Gisèle. Il fut lui même comte de Metz (Adalbert III, 1045 1047). Sommaire 1 La succession de la Haute Lotharingie 2 Adalbert …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”