Tarafa

Tarafa

T̩arafa ibn al-ʿAbd

T̩arafa (arabe : طرفة) est le nom donné à un poète antéislamique, auteur d’une Muʿallaqa. Son vrai nom est ʿAmr b. al-ʿAbd b. Sufyān b. Saʿd b. Mālik al-Bakrī al-Wā’ilī (arabe : عمرو بن العبد بن سفيان بن سعد أبو عمرو البكري الوائلي). Sa tribu, Qubay’a appartient aux Qays b. T̠aʿlaba qui sont eux-mêmes une subdivision des Bakr b. Wā’il. Il est issu d’une famille où la poésie tient un grand rôle, puisque sa sœur, Ḫirnīq, est connue pour avoir dit des vers et qu’il est apparenté aux poètes al-Muraqqiš l’Ancien, al-Muraqqiš le Jeune et al-Mutalammis.

Il serait né au Bahreïn et aurait vécu entre 543-569 environ d'après certaines sources, mais l'historicité de ce poète, comme celle de tous les poètes de l'antéislam, est sujette à caution. Comme le note J.E. Montgomery dans la deuxième édition de l'Encyclopédie de l'Islam, en évoquant les éléments biographiques qui nous sont parvenus sur le compte du poète: "On peut affirmer sans crainte de se tromper qu'aucun crédit historique ne doit être accordé à ces incidents, car ce sont tous des reconstructions basées sur - et parfois contenant des éléments tiré du - dīwān du poète."

Sommaire

Eléments de légende

Son père meurt alors qu'il est jeune ; il est alors élevé par ses oncles paternels, qui le négligent et le lèsent de ses droits. Il aime les plaisirs de la vie, et les scandales en résultant le forcent à quitter sa tribu. Il parcourt alors la péninsule et serait allé jusqu'en Abyssinie.

Il parvient à revenir chez les siens, provoque d'autres incidents, repart.

D’après Ibn Qutayba dans son livre la Poésie et les poètes[1], il serait mort à l’âge de 20 ans, après avoir offensé ʿAmr b. Hind, le roi d’al-H̩īra, par un vers désobligeant et, ajoute l’une des versions rapportées par Ibn Qutayba, parce qu’il aurait prononcé des vers galants à l’endroit de la sœur du roi. Ce dernier aurait donc remis deux lettres cachetées à T̩arafa et à son oncle al-Mutalammis et les aurait envoyés auprès de son représentant au Bahreïn afin qu’il leur remît une récompense. En chemin, pris de doute, al-Mutalammis prend connaissance de la lettre que lui a fait remettre le roi et découvre qu’elle contient l’ordre de le tuer. Il exhorte T̩arafa a ouvrir sa lettre, mais ce dernier s’y refuse. Arrivé auprès de représentant de ʿAmr, T̩arafa lui remet la missive. On lui offre alors du vin avant de lui trancher une artère du bras.

Sa mu'allaqât a été la première édité et traduite en latin, à Leyde, en 1742.

Extraits

Les différents extraits ci-dessous sont repris de l'ode incluse dans la Mu'allaqât, traduite par Jacques Berque.

La fin du poème est tragique, certains la trouvant prémonitoire par rapport à la fin du jeune homme :


Les jours te découvriront ce que tu ignores
ils t'apporteront des nouvelles dont tu n'étais pas pourvu
et te les apportera plus sûrement encore
celui auquel tu n'as
ni fourni manteau de voyage
ni fixé rendez-vous.


D'autres passages du poème montrent le même aspect personnel, et émouvant ; ici, par exemple, peu avant la fin de l'ode :


Non par ta vie, nul dessein qui
me reste clair-obscur
C'est le grand jour, non la nuit
qui pour moi perdure.


Et là, c'est une réflexion sur la vie et la mort que nous propose le poète :


Mais le généreux s'abreuve de lui-même en sa vie
que nous mourions demain, sais-tu qui de nous deux
sera mort sur sa soif ?
Ne vois-je pas que la tombe du cupide
avare de son argent ne diffère
en rien de celle du fol, prodigue de son oisiveté:
rien que deux tas de terre surmontés de sourdes
dalles taillées dans la roche ?
Ne vois-je pas que la mort prélève le généreux
aussi bien qu'elle s'arroge le plus précieux
des biens du scélérat qui se cramponne ?
Ne vois-je pas dans la vie un trésor que diminue chaque nuit?


Ici, une partie décrit sa vie de plaisir, l'opprobre familiale, et peut-être, montre comment il prévoit de finir :


Ah toujours boire des vins
servir ma volupté, vendre, dissiper et l'acquêt
et l'héritage,
jusqu'au jour ou ma famille unanime me frappera d'interdit
m'isolera comme on isole un chameau goudronné
pourvu que m'en aient doléance
ni les fils de la poussière ni les hôtes
de ce vaste pavillon de cuir
et si jamais, toi qui me censures, je me décrobais
au cris de la guerre
ne goûtais plus aux voluptés
pourras-tu m'en assurer l'éternité
Or donc, si tu ne peux ajourner ma destruction
laisse que je la provoque moi-même de ma légitime


Enfin, pour montrer la variété des thèmes abordés, voici un extrait décrivant une belle nuit avec une danseuse :


Mes commensaux brillent comme des étoiles
une chanteuse nous donne sa nuit
sa robe rayée colle à sa chair
généreuse d'elle-même au bas des échancrures
indulgente à laisser entrevoir sa tendre nudité
si nous lui disons « - Fais-nous entendre... »
elle nous offre
sa coulante et douce fêlure
un va-et-vient de la voix
une plainte alternée de gazelles mères
sur un petit mort.

Bibliographie

  • J.-E. Montgomery, T̩arafa in Encyclopaedia of Islam CD-Rom Edition, 2004, Brill, Leyde
  • ʿAbd Allāh b. Muslim b. Qutayba, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’, édition en ligne alwaraq.net (inscription obligatoire gratuite)
  • Les dix grandes odes arabes de l'Anté-Islam, Les Mu'allaquât traduites et présentées par Jacques Berque, La bibliothèque arabe, Éditions Sindbad (1979)
  • Les Mu'allaqât, Les Sept poèmes préislamiques, préfacés par André Miquel, traduits et commentés par Pierre Larcher, Éditions Les immémoriaux / Fata Morgana (2000).
  • Les Mou'allaqât, Poésie arabe pré-islamique, présentation et traduction Jean-Jacques Schmidt, Éditions Seghers.

voir aussi

  1. * ʿAbd Allāh b. Muslim b. Qutayba, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’, édition en ligne alwaraq.net, p. 33
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « T%CC%A9arafa ibn al-%CA%BFAbd ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tarafa de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tarafa — Tarafa, or Tarafah ibn al Abd ben Sufyan ben Malik al Bakri ( ar. طرفة بن العبد بن سفيان بن سعد أبو عمرو البكري الوائلي), was a 6th century Arabian poet of the tribe of the Bakr.After a wild and dissipated youth spent in Bahrain, left his native… …   Wikipedia

  • Tárafa — Tárafa, berühmter arab. Dichter, lebte am Hofe des Königs Amr ibn Hind von Hîra (gest. 568) und kam im jugendlichen Alter um (worüber eine hübsche Sage in Rückerts »Morgenländischen Sagen und Geschichten«, Stuttg. 1837). Seine »Moallaka« (s.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tarafa — Río Tarafa (Alicante) País que atraviesa  España Circunscripciones que atraviesa …   Wikipedia Español

  • Tarafa — Tạrafa,   Amr Ibn al Abd, arabischer Dichter des 6. Jahrhunderts; trat am Hof von Hira auf, wo er sich mit dem Herrscher überwarf, und wurde in Bahrain umgebracht. Das längste seiner Gedichte mit einer ausführlichen Beschreibung des Kamels wurde …   Universal-Lexikon

  • Tarafa Baghajati — (arabisch ‏طرفة بغجاتي‎, DMG Ṭarafa Baġaǧātī; * 1. September 1961 in Damaskus, Syrien) ist Obmann der Initiative muslimischer ÖsterreicherInnen (IMÖ). Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Öffentliches Wirken …   Deutsch Wikipedia

  • TARAFA ‘AMR IBN AL-‘ABD AL-BAKRI — ヘARAFA ‘AMR IBN AL ‘ABD AL BAKR 壟 (VIe s.) Poète préislamique, ヘarafa est l’auteur de la plus longue des sept mu‘allaq t . « ヘarafa, qui pourtant a fait de sa chamelle une description célèbre, vivait dans l’entourage du roi lakhmide de ネ 稜ra, qui …   Encyclopédie Universelle

  • tarafa olmak (veya çıkmak) — (birinden) birinin görüş ve düşüncesini benimsemek, desteklemek …   Çağatay Osmanlı Sözlük

  • bir tarafa bırakmak (veya koymak) — önemsememek, benimsememek, ertelemek …   Çağatay Osmanlı Sözlük

  • Aspe — Saltar a navegación, búsqueda   Aspe Bandera …   Wikipedia Español

  • Mu'allaqat — The Mu‘allaqāt (Arabic: المعلقات, [al muʕallaqaːt]) is the title of a group of seven long Arabic poems or qasida (singular qaṣīda, plural qaṣā id) that have come down from the time before Islam. Each is considered the best work of these pre… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”