Pile thermoélectrique

Pile thermoélectrique

Thermocouple

En physique, les thermocouples sont utilisés pour la mesure de températures. Ils sont bon marché et permettent la mesure dans une grande gamme de températures. Leur principal défaut est leur précision : il est relativement difficile d'obtenir des mesures avec une erreur inférieure à 0,1 °C - 0,2 °C. La mesure de température par des thermocouples est basée sur l'effet Seebeck.

Sommaire

Principes de la mesure

Schéma de principe d'un thermocouple

Le schéma ci-contre présente le principe de la mesure de température par thermocouples. Les deux métaux a et b, de natures différentes, sont reliés par deux jonctions (formant ainsi un thermocouple) aux températures T1 et T2. Par effet Seebeck, le thermocouple génère une différence de potentiel qui dépend de la différence de température entre les jonctions, T1-T2. Les thermocouples ne mesurent pas une température, mais une différence de température. Pour mesurer une température inconnue, l'une des deux jonctions doit être maintenue à une température connue, par exemple celle de la glace fondante (°C). Il est également possible que cette température de référence soit mesurée par un capteur (température ambiante, par exemple). La mesure de température est donc une mesure indirecte, puisque les thermocouples mesurent en fait une différence de potentiel électrique. Il est donc nécessaire de connaître la réponse du thermocouple utilisé en fonction de la température pour pouvoir relier la différence de potentiel électrique à la différence de température. La mesure passant par la détermination d'une différence de potentiel, sa précision dépend fortement du voltmètre utilisé.

Prenons par exemple un thermocouple cuivre / constantan avec respectivement, selon le schéma "a": du constantan et "b": du cuivre. En instrumentation industrielle, on appelle la jonction des deux métaux "soudure chaude" (cuivre et constantan) ; c'est celle qui sera exposée à la T° à mesurer. L'autre, appelée "soudure froide", n'est autre que la connexion de la sonde thermocouple avec le module de traitement ou un bornier d'armoire intermédiaire (liaison du conducteur en constantan de la sonde et du fil de raccordement avec le module de calcul ; généralement du cuivre en électricité). C'est en fait un thermocouple "parasite" dont la différence de potentiel se soustrait à celle de la soudure chaude. Par construction, on placera cette soudure froide dans un milieu calorifugé et surtout équipé d'une régulation de température. La T° étant connue, on corrigera le signal de sortie du module de traitement des signaux.

Exemple :

  • T1 la soudure chaude mesure 100 °C
  • T2 la soudure froide est exposée à 20 °C :
    • Le signal non corrigé (non prise en compte de la soudure froide) sera de 80 °C
    • Le signal corrigé est de 100 °C (on ajoute la température de la soudure froide au 80 °C calculé précédemment).

Pour finir, il existe plusieurs types de thermocouples différents. Tous sont utilisés pour une gamme précise de température de quelques degrés à quelques milliers de degrés. Les signaux électriques de ces sondes sont de l'ordre du microvolt au millivolt et non linéaires. Les signaux sont traités par des modules électroniques intégrants une fonction adaptée au thermocouple qui linéarise le signal et le corrige avec la soudure froide. L'avantage du thermocouple est la fiabilité, encombrement et sa mise en œuvre.

Mais de fait dans un usage réel il y a 3 métaux, les 2 servants à la mesure et le câble de connexion, typiquement du cuivre. Le montage réel part donc avec un "alliage" cuivre, connecté au premier métal, de là à la soudure froide, de cette soudure part le second métal vers la soudure chaude. Et le premier métal part de cette soudure vers le cuivre. Et ces 2 thermocouples parasites existent toujours! Même quand l'utilisateur n'y pense pas.

Apparaissent donc 4 jonctions. Si l'on prend un thermocouple fer-constantan, existent donc un couple cuivre-fer, fer-constantan, constantan-fer et fer-cuivre. Le problème de mesure est alors de diminuer les effets parasites. Et donc de diminuer l'effet des deux couples parasites avec les liaisons cuivre. Qui doivent être à même température autant que possible. Un bon moyen est que ces "soudures" soient sur un bon conducteur de châleur. Ensuite la soudure froide. Il faut que sa température soit connue. Un thermocouple a une FEM variant en fonction de la température. De l'ordre de 35 mv/deg vers 0° à 41 mv/deg vers 800 ° pour le chromel/alumel. Reste à connaître la température de la soudure froide! Une bonne technique est le point de fusion de la glace, °C à pression atmosphérique normale. Ceci est de l'eau pure avec de la glace ... d'eau pure également, dans une bouteille thermos, dont l'ouverture est isolée. La seule variation est alors ... la pression. On peut mesurer cette température avec une sonde résistante CTN.

Reste à savoir qu'un thermocouple est un individu, dont les caractéristiques changent vite quand il est fabriqué ... au début. Et reste très stable ensuite. Il est ainsi utile de "vieillir" un nouveau thermocouple en le portant pendant longtemps aux températures où il devra servir. Il faut ensuite l'étalonner. La fonction qui représente la FEM en fonction de la t° est un polynôme. De degré élevé, >9 pour un chromel/alumel.

Différents types de thermocouples

Il existe différents types de thermocouples, correspondant chacun à une gamme de température ou à une plus ou moins grande précision. Leurs propriétés peuvent également dépendre du type d'isolation (gaine) utilisée pour les fils métalliques. La liste suivante donne la définition des thermocouples suivant les normes internationales[1],[2]. Il est possible de reconnaitre le type d'un thermocouple à l'aide de la couleur de la gaine des fils métalliques permettant la connexion.

Thermocouples à base de métaux usuels

Type E

  • Composition : Chromel (alliage nickel+chrome(10%)) / Constantan (alliage nickel+cuivre(45%))
  • Ce thermocouple est intéressant pour la mesure de températures basses. Il a également l'avantage de ne pas avoir de réponse magnétique.
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Violet / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Orange

Type J

  • Composition : Fer / Constantan (alliage nickel+cuivre)
  • Fonctionne bien dans le vide et dans une plage de température de 0 à 750 °C, mais n'est pas recommandé pour les basses températures, à cause de problèmes d'oxydation du fer.et d'azote
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Noir / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Noir

Type K

  • Composition : Chromel (alliage nickel + chrome) / Alumel (alliage nickel + aluminium(5%) + silicium)
  • thermocouple standard. Il permet une mesure dans une gamme de température large : -250 °C à 1 372 °C. Il est également bon marché.Mais ne permet pas une mesure à o°C.
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Vert / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Violet

Type N

  • Composition : Nicrosil (alliage nickel + chrome(14%) + silicium(1.5%)) / Nisil (alliage nickel + silicium(4.5% + magnésium(0.1%))
  • sa bonne stabilité et sa bonne résistance aux températures élevées (-270 à 1 300 °C) et à l'oxydation rendent ce thermocouple intéressant pour les mesures à hautes températures et dans le vide.
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Rose / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : -

Type T

  • Composition : Cuivre / Constantan (alliage cuivre + nickel)
  • Ce thermocouple est particulièrement adapté pour une utilisation à basse température (-200 à 350 °C) comme pour des applications cryogéniques.
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Brun / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Bleu

Thermocouples à base de métaux nobles

Type R

  • Composition : Platine-Rhodium(13%) / Platine
  • adapté aux températures élevées (0 à 1 650 °C).
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Orange / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Vert

Type S

  • Composition : Platine-Rhodium(10%) / Platine
  • adapté aux températures élevées (0 à 1 650 °C).
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Orange / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Vert

Type B

  • Composition : Platine-Rhodium(30%) / Platine-Rhodium(6%)
  • adapté aux températures élevées (0 à 1 700 °C), utilisé en grande partie en verrerie industrielle.

En règle générale ce thermocouple est composé d'un tube bifilaire en alumine au bout duquel sortent les 2 fils qui sont soudés ensemble forment ainsi une petite boule.

  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) : Gris / Blanc
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : Jaune / Gris

Thermocouples à base de métaux réfractaires

Type C

  • Composition : Tungstène-Rhénium(5%) / Tungstène-Rhénium(26%)
  • adapté aux températures très élevées (0 à 2 320 °C). Prix élevé, difficile à fabriquer, fragile. Ne doit pas être utilisé en présence d'oxygène en dessous de 260 °C.
  • Couleurs selon CEI 584-3 (+ / -) :
  • Couleurs selon NF C 42-323 1985 (+ / -) : -

Comment choisir un thermocouple?

La plage a mesurer

La première chose importante a prendre en compte est de faire coïncider la plage de température à mesurer avec la plage d'utilisation optimum du thermocouple.

Les variations des courbes de températures

Si l'on etudie les différentes courbes montrant l'évolution de la différence de potentielle en fonction de la température, nous pouvons contater que ces variations ne sont pas linéaires. (seul la courbe du thermocouple de type k sur une plage de température très restreinte peut être considéré comme constantes).

Par conséquent, et afin d'obtenir une mesure la plus précise possible, il est nécessaire de choisir un thermocouple dont la courbe de température varie de manière importante par rapport a la variation de température. Si l'on prend un exemple:

Un thermocouple de type B a une plage d'utilisation allant de 0°C à 1500°C mais la différence de potentielle ne varie que de 10 microVolt. Un thermocouple de type R a une plage d'utilisation allant de 0°C à 1500°C mais la différence de potentielle varie de 17 microVolt.

Donc la réponse lors de la force électro-motrice induite lors d'une mesure de température avec un thermocouple de type R sera beaucoup plus précise qu'un thermocouple de type B, de part ses variations plus importantes.

Le milieu de mesure

Certaines utilisations, notamment industrielles, des thermocouples conduiront à utiliser ces derniers avec des conditions de pression ou de milieu particulières. On retrouvera des mesures dans des milieux extrémement basiques, acides, avec des pressions pouvant être importantes, cela aura donc pour conséquence de modifier la précision et la vitesse d'usure du thermocouple. Il faudra par consequent se tourner vers des thermocouples ayant des précision parfois moindre mais ayant des résistances particulières par rapport aux milieu d'utilisation.

Voir aussi

Références

Liens externes

  • Portail de la physique Portail de la physique
  • Portail de la chimie Portail de la chimie
  • Portail de l’électricité et de l’électronique Portail de l’électricité et de l’électronique

Modèle:Http://www.neo-tech.fr/images/stories/damodb/TempvsVoltgraph.gif

Ce document provient de « Thermocouple ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pile thermoélectrique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pile thermoélectrique — termobaterija statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. thermobattery; thermopile vok. Thermobatterie, f rus. термобатарея, f pranc. pile thermoélectrique, f; thermobatterie, f; thermopile, f …   Fizikos terminų žodynas

  • Convertisseur ou pile thermoélectrique — ● Convertisseur ou pile thermoélectrique convertisseur direct d énergie électrique utilisant l effet Seebeck …   Encyclopédie Universelle

  • thermoélectrique — [ tɛrmoelɛktrik ] adj. • 1823; de thermo et électrique ♦ Relatif à la thermoélectricité. Effet thermoélectrique : phénomène réciproque de transformation d énergie thermique en énergie électrique. Couple thermoélectrique. ⇒ thermocouple. Pile… …   Encyclopédie Universelle

  • pile — 1. pile [ pil ] n. f. • 1287; lat. pila « colonne » I ♦ 1 ♦ Pilier de maçonnerie soutenant les arches (d un pont). « des lourdes piles du pont Marie aux arches légères du nouveau pont » (Zola). 2 ♦ Tas plus haut que large d objets de même espèce… …   Encyclopédie Universelle

  • thermopile — thermoélectrique [ tɛrmoelɛktrik ] adj. • 1823; de thermo et électrique ♦ Relatif à la thermoélectricité. Effet thermoélectrique : phénomène réciproque de transformation d énergie thermique en énergie électrique. Couple thermoélectrique. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Lucien Gaulard — (16 juillet 1850 au 77 de la rue Vieille du Temple à Paris 26 novembre 1888) est un ingénieur en électricité français, chimiste de formation, inventeur du transformateur électrique. Une rue du 18ème arrondissement[1], où se situe le… …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Edmond Becquerel — Edmond Becquerel Pour les articles homonymes, voir Becquerel (homonymie). Alexandre Edmond Becquerel Alexandr …   Wikipédia en Français

  • E.Becquerel — Edmond Becquerel Pour les articles homonymes, voir Becquerel (homonymie). Alexandre Edmond Becquerel Alexandr …   Wikipédia en Français

  • Edmond Becquerel — Pour les articles homonymes, voir Becquerel (homonymie). Alexandre Edmond Becquerel Alexandre Edmond Becquerel, né à Paris le …   Wikipédia en Français

  • SPECTROPHOTOMÉTRIE — La spectrophotométrie a pour objet la mesure, en fonction de la longueur d’onde, du rapport de deux grandeurs photométriques de même nature. Les premiers spectrophotomètres étaient conçus et fabriqués pour l’usage exclusif de quelques… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”