Herpès Génital

Herpès Génital

Herpès génital

Comment lire une taxobox
Virus Herpes Simplex
Virus Herpes simplex
Virus Herpes simplex
Classification classique
Règne Virus
Groupe [[ | ]]
Famille Herpesviridae
Sous-famille Alphaherpesvirinae
Genre Simplexvirus
Espèce
Virus Herpes Simplex 1 (VHS-1),
Virus Herpes Simplex 2 (VHS-2)

Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

L'herpès génital est une maladie infectieuse sexuellement transmissible causée par le virus Herpes simplex (VHS) de type 1 ou 2.

Elle consiste en des démangeaisons, brûlures, petites cloques, plaies au niveau des organes génitaux.

Le traitement consiste en des antiviraux pour diminuer la contagiosité, réduire la douleur, la durée et la fréquence des crises.

Il s'agit d'un co-facteur important de transmission du Virus de l'immunodéficience humaine responsable du SIDA.

Sommaire

Épidémiologie

Les infections génitales peuvent être causées par le virus Herpes simplex (VHS) de type 1 ou 2 mais le VHS-2 est le plus courant (environ 70% des cas). Les infections récurrentes à VHS-2 sont très fréquentes (98 % des patients).

Les personnes atteintes demeurent infectées toute leur vie et elles sont pour la plupart asymptomatiques.

L'incidence aux États-Unis est estimée entre 1 et 2 millions de nouveaux cas annuels. La prévalence chez les 30-40 ans atteint près de 30%[1].

L'herpès pourrait être considéré comme un problème de santé publique mais la politique en matière de prévention est inexistante et les connaissances des médecins généraliste faibles.

Mécanisme de la contamination

L’infection se transmet par :

  • un contact entre une muqueuse infectée et une muqueuse saine (coit) ;
  • un contact entre peau infectée et peau saine (une personne a un herpes sur un testicule et le transmet sur les fesses du partenaire) ;
  • un contact entre peau ou musqueuse et sécrétion vaginal infectée ;
  • un contact entre peau ou muqueuse et salive infectée

Il semble que pour qu'il y aie infection sur la peau par les fluides (salive ou sécrétion vaginale), il est nécessaire que la peau soit abimée.

Le virus quand il entre dans la zone génital peut ressortir à n'importe quel endroit dans la zone génital (par exemple il entre par un contact gland/fesse mis peut ressortir sur le vagin lors d'une poussée).

Les cas d’auto-inoculation à partir d’un site d’infection oral ou labial antérieure à VHS-1 sont rares et arrivent le plus souvent durant la primo-infection oral (une personne a un herpes sur la bouche pour la 1ere fois, touche les vésicules puis se touche le sexe).

L’excrétion et la transmission asymptomatique (la personne qui est contagieuse n'a aucun signes lui faisant penser qu'il la une poussée d'herpès) du virus sont fréquentes surtout pour le VHS-2.

Histoire naturelle

  • La première infection (primo-infection) est souvent silencieuse.
  • La période habituelle d’incubation (délai entre l'infection et les premiers signes) des primo-infections symptomatiques varie entre 2 et 21 jours.
  • Les infections récidivantes se retrouvent habituellement sur le territoire des dermatomes S2 ou S3 (territoire de la peau innervé par la deuxième ou troisième racine sacrée).
  • Les récidives sont fréquemment atypiques quant à leur présentation.

Signes cliniques


Primo-infection

Il s’agit du premier épisode avec signes chez un patient n'ayant jamais été au contact du VHS jusque-là.

On observe une éruption vésiculeuse et ulcérative aux points d’inoculation du virus ou à proximité. L’infection est localisée au niveau des organes génitaux externes, du pubis, du périnée et des régions périanales,ainsi qu’au niveau du col de l’utèrus, de l’anus ou de l’urètre, suivant le type de contact. Une adénopathie (gros ganglion) au pli de l'aine, douloureuse, est fréquente. L'éruption guérit sans traitement, en règle, en une dizaine de jours[2].

  • Les problèmes urinaires, y compris les retards à l’initiation de la miction ou une difficulté à uriner (dysurie), sont fréquents chez les hommes et les femmes et ils peuvent durer longtemps.
  • De 40 à 70 % des primo-infections s’accompagnent de symptômes généraux (p. ex. fièvre ou douleurs musculaires).
  • Une méningite bénigne est observée dans 10 à 30 % des cas de primo-infection symptomatique. La ponction lombaire ramène dans ce cas un liquide stérile.

Infection non primaire

  • Il s’agit du premier épisode avec signes cliniques chez un patient ayant déjà eu un contact avec le VHS, qu'il soit symptomatique ou non.
  • La durée est habituellement moins longue, et il est rare que les symptômes intéressent l’organisme entier.
  • On peut observer une éruption vésiculeuse et ulcérative unilatérale ou bilatérale (chez les femmes) s’apparentant plutôt à une infection récurrente symptomatique.

Infection récurrente

  • La période de latence peut occasionnellement être de plusieurs années chez certains patients.

Infection récurrente symptomatique

  • Elle est due à une réactivation du virus latent.
  • Les symptômes sont moins graves et durent moins longtemps que dans le cas d’une primo-infection symptomatique.
  • Les manifestations de l’infection se limitent généralement aux organes génitaux externes et sont unilatérales.

Excrétion asymptomatique du VHS

Elle est observée chez des personnes qu'elles aient ou non des épisodes symptomatiques. Elle s’effectue à plusieurs endroits au niveau des organes génitaux et elle est plus fréquente dans le cas du VHS-2.

Apport du laboratoire

Pour établir le diagnostic clinique, il faut retrouver les éléments suivants : des lésions typiques ou atypiques et une culture ou d’autres résultats à des tests diagnostiques spécifiques.

La culture, après prélèvement au niveau de la lésion, demeure la méthode de prédilection à cause de sa spécificité, de sa sensibilité et de sa capacité de typer la souche du virus.Le typage de la souche est souhaitable dans la plupart des cas pour permettre de mieux prévoir les récurrences ainsi que de fournir des renseignements pertinents sur la susceptibilité du partenaire. La réaction en chaîne par polymérase (PCR) permet également d'en établir le diagnostic.

Les autres examens de laboratoire

Sérologie

Elle consiste en la détection d'anticorps dirigés contre le VHS dans le sang du patient. La détection de ces derniers signent un contact antérieur avec le virus mais de manière retardé. La sérologie a une application clinique limitée. Elles peuvent être utilisées pour déterminer si les femmes enceintes qui n’ont pas d’antécédents d’herpès symptomatique sont à risque. Elle ne peut déterminer naturellement s'il s'agit d'une primo infection ou d'une récidive mais peut définir le type de virus en cause (VHS I ou 2).

Traitement

Les traitements sont de deux types : oral (traitement préventif) ou local (pommade à appliquer, traitement curatif des poussées d'herpès). Il faut traiter systématiquement et le plus tôt possible , c'est-à-dire dès l'apparition des signes annonciateurs d'une poussée d'herpès (démangeaisons, gênes ou irritations), ce qui aiderait à réduire la fréquence des crises et les douleurs afférentes.

L'utilisation de préservatifs ne protège qu'incomplètement de la transmission de la maladie, ce dernier n'étant réduit que d'environ 30%[3].

Dans tous les cas, des antalgiques peuvent être utile et des soins d'hygiènes restent utiles pour éviter une infection bactérienne surajoutée.

Primo-infection

Le traitement anti-viral est utile pour atténuer les symptômes, les complications et l’excrétion du virus, mais il n'est efficace seulement s’il est administré au début de l’épisode symptomatique. Il ne permet pas de prévenir les récidives, sauf s'ils sont donnés de manière prolongée[2].

  • Aciclovir 400 mg 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours
  • Famciclovir 250 mg 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours
  • Valaciclovir 500 à 1 000 mg 2 fois par jour pendant 5 à 7 jours

Infections récurrentes

  • Famciclovir 125 mg per os 2 fois par jour pendant 5 jours
  • Valaciclovir 500 mg per os 2 fois par jour pendant 5 jours
  • Aciclovir 400 mg per os 3 fois par jour pendant 5 jours

Autres traitements

De nombreux traitements non médicamenteux ont été proposés, à base de plantes, de compléments alimentaires ou d'huiles dites essentielles. Aucun n'a démontré de manière scientifique une quelconque efficacité.

S'agissant d'une infection sexuellement transmissible, les rapports protégés voire une abstinence (si les lésions ne sont pas couvertes par le préservatif) sont formellement conseillés lors de la phase éruptive.

Dans un couple séro-discordant (une personne infectée, l'autre saine) il convient d'utiliser un préservatif pour tous les rapports car il est impossible de prévoir quand la personne infectée est contagieuse (on estime à au moins 5 à 10% des jours de l'année le nombre de jours où une personne positive est contaminante sans symptôme). Cela n'exclut pas la contamination par d'autres voies (peau-peau)

Pour un couple séro-discordant ayant des rapports non protégés, on estime à 10% le chance d'infecter le partenaire chaque année.

Il n'existe pas, à ce jour, de vaccination disponible.

Cas de la femme enceinte

Le nouveau-né peut être contaminé par la mère lors de l'accouchement s'il existe des lésions actives secondaire au VHS au niveau de la sphère génitale maternelle, provoquant un Herpès néo-natal aux conséquences dramatiques.

Si la primo-infection survient lors du troisième trimestre, un accouchement à terme par césarienne est impératif, prévenant ainsi la contamination[2]. La même attitude est prônée en cas de présence de lésions d'herpès au niveau de la sphère génitale secondaire à une récidive.

Herpès génital et VIH

En raison des ulcérations génitales provoquées par l'herpès, le risque de contamination par le VIH est doublé[4].

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

Notes et références

  1. Chiffres de l'OMS
  2. a , b  et c Sen P, Barton SE, Genital herpes and its management, BMJ, 2007:334:1048-1052
  3. Martin ET, Krantz E, GottliebSL et Als. A pooled analysis of the effect of condoms in preventing HSV-2 acquisition, Arch Intern Med, 2009;169:1233-1240
  4. Wald A, Link K. Risk of human immunodeficiency virus infection in herpes simplex virus type 2 seropositive persons: a meta-analysis. J Infect Dis 2002;185:45-52
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Herp%C3%A8s g%C3%A9nital ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Herpès Génital de Wikipédia en français (auteurs)

Поможем решить контрольную работу

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Herpes genital — Herpès génital Virus Herpes Simplex …   Wikipédia en Français

  • herpes genital — Infección causada por el virus del herpes simple tipo 2 (VHS2), habitualmente transmitida por contacto sexual, que causa una erupción vesicular dolorosa en la piel y en la mucosa de los …   Diccionario médico

  • Herpès génital — Virus Herpes Simplex …   Wikipédia en Français

  • Herpes genital — El herpes genital es una infección causada por virus y de transmisión sexual. Es causada por dos virus que pertenecen al grupo herpesvirus hominus, el HSV 1 y el HSV 2 …   Enciclopedia Universal

  • Herpes, genital — A viral infection transmitted through intimate contact with the moist mucous linings of the genitals. This contact can involve the mouth, the vagina or the genital skin. The herpes simplex type 2 virus enters the mucous membranes through… …   Medical dictionary

  • Herpes simplex — Herpès Pour les articles homonymes, voir HSV et Herpès (homonymie). Cet article possède un paronyme, voir : Herpes. L infection herpétique est une maladie virale chronique …   Wikipédia en Français

  • Herpes simplex virus — Herpès Pour les articles homonymes, voir HSV et Herpès (homonymie). Cet article possède un paronyme, voir : Herpes. L infection herpétique est une maladie virale chronique …   Wikipédia en Français

  • Herpès buccal — Herpès Pour les articles homonymes, voir HSV et Herpès (homonymie). Cet article possède un paronyme, voir : Herpes. L infection herpétique est une maladie virale chronique …   Wikipédia en Français

  • Herpès labial — Herpès Pour les articles homonymes, voir HSV et Herpès (homonymie). Cet article possède un paronyme, voir : Herpes. L infection herpétique est une maladie virale chronique …   Wikipédia en Français

  • Herpes et grossesse — Herpès et grossesse L herpès peut se transmettre de la mère à l enfant pendant l accouchement. Les conséquences de cette infection pouvant être terribles, il convient d éviter cette transmission, et donc en particulier de déceler la maladie… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”