Eseko

Eseko

Eseko, dit Kumu Eseko Elombe[1], né à Bondongo, disparu en 1901 dans l’État indépendant du Congo (aujourd’hui Congo-Kinshasa), est un grand-chef des Budjas-Eloa, guerrier, farouche opposant à la colonisation[2].

Rébellion

La rébellion d’Eseko et des chefs budjas débute en 1898, suite à une demande accrue de la production de caoutchouc et du transport d’ivoire de la société anversoise de commerce au Congo (appelée l’Anversoise) qui avait une concession de caoutchouc sur leur territoire et dont les pratiques étaient violentes. La rébellion attaque et tue des agents de l’Anversoise, et réussit à repousser plusieurs expéditions de l’Anversoise et de la Force publique. Elle capture aussi les comptoirs de l’Anversoise de Dundusana, Mankika et Yakombo[3]. La compagnie et la Force publique commencent par prendre le dessus après avoir capturé et tué plusieurs chefs budjas. Eseko et d’autres chef s’échappent, mais il est finalement trahi par son frère Mondanga, et est livré au colonisateur belge.

Notes et références

  1. kúmú est le titre de chef politique, et elombé le titre de chef ou héros de guerre
  2. Lejeune-Choquet, pp. 198-200.
  3. Uwechue, pp. 221-222.

Bibliographie

  • Gilbert Aonga Ebolu, Le destin tragique du guerrier Eseko, paru aux Editions Société des Ecrivains,2011.
  • Adolphe Lejeune-Choquet, Histoire militaire du Congo : explorations, expéditions, opérations de guerre, combats et faits militaires, A. Castaigne (Bruxelles), 1906. copie numérisée en ligne
  • Raph Uwechue, Makers of modern Africa: profiles in history, Africa Books, 1991

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Eseko de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Budzas — Pour les articles homonymes, voir Mbuza (homonymie) et Budza. Budja Mbuzá …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”