Échanges gazeux

Échanges gazeux

Ventilation pulmonaire

La ventilation pulmonaire est l'action des poumons qui aspirent l'air ambiant (inspiration) et soufflent de l'air « vicié » (expiration). C'est ce que l'on appelle la « respiration » dans le vocabulaire courant, mais en médecine et en biologie, le terme « respiration » désigne la production d'énergie par les cellules, notamment avec le dioxygène (appelé couramment et par abus de langage oxygène) apporté par la ventilation (voir l'article respiration cellulaire). En moyenne, un être humain "respire" 23000 fois par jour.

Sommaire

Modélisation de la ventilation pulmonaire

On divise de façon schématique l'appareil respiratoire en voies aériennes de conduction, que sont la trachée, les bronches, et les bronchioles (de la bronche souche à la bronchiole terminale) et en secteur alvéolaire (c'est-à-dire toute partie de l'appareil respiratoire située après une bronchiole sensitive : bronchioles respiratoires, canaux alvéolaires, et alvéoles).

La physiologie pulmonaire utilise de façon permanente un certain nombre de principes physiques qui sous-tendent la pratique clinique :

  • La résistance à l'écoulement des gaz (au niveau des voies aériennes) :

R=\frac{P_a-P_b}{V'} avec Pb la pression au niveau de la bouche, PA la pression au niveau des alvéoles, et V’ le débit gazeux traversant les voies aériennes.

R=\frac{8 \cdot l}{\Pi \cdot r^4} avec l la longueur du tube (ici les voies aériennes), et r son rayon.

Le dernière formule est particulièrement importante puisqu'elle montre que la résistance des voies aériennes de conduction (cette règle est également valable pour la résistance vasculaire) est régulée par l'adaptation de leur rayon à la puissance quatrième : une modification minime du rayon entraîne donc une variation bien plus importante de la résistance et donc de la capacité à acheminer l'air dans les alvéoles.

  • La loi de Laplace (au niveau des alvéoles) :

P=\frac{4 \cdot T}{r} avec T la tension de surface sur les parois de l'alvéole et r leur rayon.

Pour une tension égale dans deux alvéoles de rayons différents, la pression sera donc plus importante dans le petit alvéole que dans le grand ; en conséquence, les petits alvéoles devraient se vider dans les grands par un phénomène d'équilibrage des pressions, ce qui n'est pas le cas en pratique. Cette équation permet donc d'expliciter le rôle du surfactant, liquide qui tapisse la paroi alvéolaire et en abaisse la tension superficielle, de telle sorte que la ventilation alvéolaire soit homogène.

Mécanique respiratoire

Cette ventilation homogène justifie par ailleurs la modélisation mono-alvéolaire qui considère le poumon comme une alvéole géante qui se gonfle et se dégonfle à chaque cycle ventilatoire. Cette représentation permet de comprendre la notion d'espace mort, qui est l'ensemble des éléments de l'arbre respiratoire remplis d'air mais ne participant pas activement aux échanges gazeux air/sang. Anatomiquement, il s'agit des voies aériennes supérieures de conduction, soit 150 mL environ chez l'adulte. Mais physiologiquement, il regroupe en plus l'ensemble des espaces d'échanges gazeux qui n'assurent pas leur fonction par absence de perfusion.

On note ce dernier volume VD.

Le mouvement ventilatoire spontané se fait par des muscles qui soulèvent la cage thoracique, l'augmentation de volume des poumons provoque une dépression qui aspire l'air (on parle de ventilation en pression négative) ; lors de l'inspiration, le diaphragme s'abaisse et pousse les viscères pour permettre aux poumons de se développer vers les pieds (d'ailleurs, lorsqu'une personne dort, on voit son ventre se lever et se baisser). L'expiration est passive, c'est l'élasticité naturelle de la cage thoracique et le poids des viscères qui fait diminuer le volume des poumons.

La ventilation s'effectue dans la cavité thoracique grâce aux unités fonctionnelles respiratoires, aux voies aériennes, ainsi qu'aux plèvres.

Plusieurs acini reliés par les canaux alvéolaires forment le lobule pulmonaire, les échanges de gaz entre l'air et le sang se font dans les bronchioles lobulaires.

La ventilation au repos chez l'adulte en bonne santé est de 12 à 20 mouvements par minute, elle peut varier en fonction de plusieurs facteurs comme l'activité physique ou les émotions. Les troubles de la ventilation sont appelés dyspnée, la ventilation peut être par exemple plus rapide (tachypnée) ou plus lente (bradypnée) que la « normale » (la normalité dépendant des individus). Lorsque la ventilation descend en dessous de 6 mouvement par minutes ou bien s'arrête (apnée), on estime qu'elle est inefficace et doit être supplée par une ventilation artificielle.

La maladie d'Ondine est un syndrome qui se manifeste par l'absence totale de respiration spontanée (aucun réflexe ventilatoire). Le patient doit « penser » à respirer ; la nuit, il doit être placé sous ventilateur.

Échanges gazeux

Lors de l'inspiration, l'air ambiant pénètre dans les poumons, et le dioxygène (O2, gaz qui compose 21 % de l'air) passe dans le sang et se fixe aux globules rouges. Le dioxyde de carbone (CO2) dissous dans le plasma sanguin passe lui dans l'air contenu dans les poumons. C'est cet air appauvri en dioxygène et enrichi en dioxyde de carbone qui est expiré.

Capacité pulmonaire

La capacité pulmonaire est le volume d'air pouvant être inspiré. Elle se mesure avec un spiromètre. En général, on mesure trois types de respiration :

  • la respiration « normale », calme, qui donne le volume utilisé au repos d'environ 0.5 litre ;
  • la respiration forcée, qui donne la capacité maximale (capacité vitale) environ 5 litres ;
  • une expiration brutale, qui donne des renseignements sur les bronchioles, notamment dans le cadre d'une recherche d'asthme.

On peut aussi estimer la capacité respiratoire par des tests d'athlétisme, comme par exemple le test navette de Luc Léger [1].

Même lorsque l'on expire complètement, il reste de l'air dans les poumons (volume résiduel) environ 1.5 litres.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Animations flash illustrant le phénomène actif de l'inspiration et passif de l'expiration par la contraction ou le relâchement des muscles respiratoires.
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Ventilation pulmonaire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Échanges gazeux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Échanges gazeux — ● Échanges gazeux entrée d oxygène, sortie de gaz carbonique et d eau par les orifices respiratoires des animaux, ou échanges inverses liés à la photosynthèse chez les plantes vertes …   Encyclopédie Universelle

  • gazeux — gazeux, euse [ gazø, øz ] adj. • 1775; de gaz 1 ♦ Relatif au gaz; de la nature des gaz. État gazeux (opposé à liquide, solide) . Corps, fluide gazeux. 2 ♦ Cour. Qui contient du gaz en dissolution. Eau, boisson gazeuse. ⇒ pétillant. Eau gazeuse… …   Encyclopédie Universelle

  • Échange gazeux — Ventilation pulmonaire La ventilation pulmonaire est l action des poumons qui aspirent l air ambiant (inspiration) et soufflent de l air « vicié » (expiration). C est ce que l on appelle la « respiration » dans le vocabulaire… …   Wikipédia en Français

  • RESPIRATION — La physiologie comparée de la respiration a pour objet l’étude des mécanismes assurant les échanges de l’oxygène et du dioxyde de carbone (gaz carbonique) entre les organismes vivants et le milieu, aqueux et aérien, dans lequel ils vivent.… …   Encyclopédie Universelle

  • RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie — La physiologie de la respiration est l’étude des mécanismes, nombreux et complexes, qui permettent de transporter du milieu ambiant jusqu’aux cellules une quantité adéquate d’oxygène et de rejeter dans l’atmosphère le dioxyde de carbone produit… …   Encyclopédie Universelle

  • RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie — La connaissance préalable des fonctions et des mécanismes est indispensable à la compréhension des symptômes et des conséquences des maladies. Claude Bernard a en effet montré que la science clé était, pour la médecine, la physiologie, qui, seule …   Encyclopédie Universelle

  • ÉCHANGE — Au sens général, le terme «échange» s’applique à tout mouvement d’intention réciproque entre deux parties. En économie, on appelle «échange» les différents modes de transferts de biens et de services exécutés en contrepartie et en équivalence les …   Encyclopédie Universelle

  • CIRCULATION — L’eau est le constituant majeur des organismes vivants. Les réactions chimiques complexes du métabolisme se déroulent en phase aqueuse et nécessitent des échanges permanents de substances: absorption de composés nutritifs et élimination de… …   Encyclopédie Universelle

  • EAU - L’eau en agriculture — L’étude du problème de l’eau en agriculture présente un double intérêt. En premier lieu, l’eau est un facteur essentiel de la production. Il est donc nécessaire de prévoir les besoins des plantes d’une manière globale et la façon dont elles… …   Encyclopédie Universelle

  • CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES — L’activité de la Terre est incessante: toutes ses couches – du noyau à la plus haute atmosphère – sont animées de continuels mouvements et, surtout, ses enveloppes superficielles – l’atmosphère, les océans et la surface des continents – abritent… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”